Navigation – Plan du site

Arlette Farge, Condamnés au xviiie siècle

Cédric Le Bodic
Condamnés au XVIIIe siècle
Arlette Farge, Condamnés au XVIIIe siècle, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « 3e culture », 2013, 120 p., ISBN : 9782356872364.
Haut de page

Texte intégral

167977. C’est le nombre de détenus en France déclaré en date du 1er juin 2013 par l’administration pénitentiaire. 67977 pour 57325 places1. Le 18 juin 2013, les gardiens de prison se mettent en grève contestant la surpopulation et les risques encourus par les agents. Comment ne pas lire en écho la conclusion de Condamnés au xviiie siècle d’Arlette Farge : « La prison est le lieu aveugle des sociétés, où se lit ouvertement l’état d’une nation […]. Rien ne justifie aujourd’hui, où les supplices ont disparu, qu’il puisse y avoir tant de corps maintenus dans la brutalité la plus totale, celle qui fait perdre jusqu’au sens de soi-même et d’autrui et qui construit de manière mortifère des êtres dévorés et anéantis par l’institution » (p. 75). L’ouvrage autorise une telle interprétation, car outre le fait qu’il s’agisse d’un livre d’histoire, il est aussi sciemment engagé. Nouvelle édition d’un texte paru en 20082 aux éditions Thierry Magnier, Condamnés au XVIIIe siècle paraît aujourd’hui aux éditions Bord de l’eau dans la collection « 3ème culture ». Or celle-ci prend le parti de « proposer des savoirs engagés »3.

2Aujourd’hui, la collection s’adresse à un large public, non spécialiste et curieux. C’est tout d’abord par son format court qu’elle le permet : 77 pages, comprenant un lexique final. Outre le lexique en fin d’ouvrage, 7 fragments viennent scander le tout. La bibliographie est insérée en notes de bas de page. C’est peut-être le seul reproche formel que l’on puisse faire ici : si le texte de l’historienne s’avère passionnant du début à la fin, il reste que tout en rentrant dans le détail, les choses sont abordées rapidement, mais non pas superficiellement. Cette contrainte du format procure nécessairement au lecteur le souhait d’en savoir davantage et, dans un souci d’alimenter sa curiosité, une bibliographie finale complétée de références en lien avec la thématique pourrait être utile. Au-delà de ces considérations formelles, Condamnés au XVIIIe siècle procure de nombreuses informations au lecteur, tant sur les acteurs que sur la justice et son application. L’ouvrage, par des indications sur le contexte social de l’époque (l’importance du volume sonore de la ville, de la parole, l’absence de numéro dans les rues, la difficulté de décliner des informations telles que son âge, le nombre d’enfants que l’on a etc.), permet de mieux appréhender le contexte dans lequel se jouent la dénonciation, l’arrestation, le jugement, la condamnation et son application.

3L’ouvrage s’ouvre sur un constat brut qui désarçonne le lecteur en même temps qu’il le captive : au XVIIIe siècle, pas de code national « régissant et la qualification des délits et la nature des peines, pas de lois non plus » (p. 7). L’effet direct d’une telle absence est la contingence des peines selon les régions. Mais Arlette Farge précise bien que ces absences ne caractérisent pas pour autant une anarchie judiciaire mais bien plutôt un désordre et des inégalités. La seule règle commune à toutes les régions, celle qui s’impose comme référence fondatrice, est de penser la punition relativement à la volonté du Roi. Au Roi. Le désarroi du lecteur augmente encore lorsqu’il apprend que la peine de prison n’existe pas sous l’Ancien Régime. Ce qui ne signifie pas que l’enferment n’existe pas. Ce qui prévaut alors, dans cette logique de démonstration de la puissance du roi, est le « spectacle de la peine ». Ce titre donné au chapitre 1 prend tout son sens dans cette référence commune à toutes les régions : « le coupable doit être publiquement et sévèrement puni afin que le public voie la puissance royale, en toute sa magnificence et sa force, fondre sur le coupable » (p. 13). S’il existe donc un enfermement dans des maisons de renfermement ou dans des hôpitaux, c’est surtout un ensemble de peines graduées dans leur atteinte au condamné, dans son corps, son être et son image, que l’on rencontre : l’admonestation, le fouet, le pilori, le bannissement, le fer rouge, les galères, la mise à mort dans des circonstances « plus ou plus » abominables.

  • 4 Les mouches sont des individus payés par le lieutenant général de police pour prendre des notes sur (...)
  • 5 L’esprit malicieux pourra y voir un parallèle avec la condamnation pour offense au président de la (...)
  • 6 Nous renvoyons ici aux travaux de Michel Foucault, principale référence citée dans l’ouvrage discut (...)

4Le deuxième chapitre porte sur les poursuites et le jugement. Trois temps viennent le structurer : les modes d’accusation (la plainte, le flagrant délit ou « l’arrestation à la clameur publique », l’adresse au Roi ou lettre de cachet) ; l’accusé ; l’interrogatoire et les formes de la procédures. Concernant l’accusé, il est d’abord précisé que la procédure est toute entière orientée par l’accusation. Les motifs de cette dernière sont légions dans un environnement de promiscuité. Arlette Farge rappelle ainsi, non sans résonnance avec notre époque, que « depuis la création de la lieutenance générale de Paris en 1865, la population est vraiment sous surveillance, soumise à une volonté de contrôle grandissante et à une importante mise en statistique des identités et des contrôles » (p. 36). Elle décrit aussi ce que nous pouvons qualifier aujourd’hui de techniques d’infiltration de policiers ou de mouches4 dans des lieux stratégiques tels que les bars pour surprendre les « mauvais propos », entendus comme des paroles critiques à l’égard de la royauté5. S’agissant de la procédure qui suit l’accusation, il est rappelé6 qu’elle est centrée sur l’aveu. Cette recherche à tout prix prend un certain nombre de formes : aucune aide extérieure n’est fournie au prévenu et aucun témoin à décharge ne peut être appelé. Cette deuxième partie permet donc à l’historienne aussi bien de décrire les procédures d’obtention de l’aveu que de poursuivre sa description parcimonieuse des modes de vivre de l’époque.

5Le troisième chapitre s’intéresse au vécu des populations à l’égard des institutions policières et judiciaires. Arlette Farge y rapporte les cloisonnements institutionnels liés notamment à des susceptibilités et des enjeux de pouvoirs. On découvre aussi dans ce chapitre toute une galerie de personnages qui gravitent autour des deux institutions, allant du garde au lieutenant général de police en passant par les mouches, l’inspecteur enquêteur, le commissaire de police ou encore le greffier, le procureur général et le juge. En face, la foule, qui si elle a peur du roi omniprésent, par les yeux et les oreilles des mouches, s’organise dans les émeutes. Les femmes et les enfants devant. Cette stratégie émeutière est mise en avant pour se jouer à la fois d’un calcul démographique (ce sont les femmes qui font naître les enfants) et d’un calcul ontologique (les femmes sont moins responsables car moins puissantes que les hommes), produisant moins de sévérité à l’égard des femmes. Ces dernières font donc reculer la police, et ouvrent le chemin aux hommes qui suivent armés à l’arrière. D’autres figures, telles que les mendiants et les enfants trouvés, viennent compléter cette galerie et clore le chapitre.

6Le dernier chapitre est le plus court, si l’on exclut l’introduction et la conclusion. Arlette Farge convoque les juristes, philosophes et penseurs qui réagissent aux injustices, à l’inégalité des peines selon les régions etc. Elle précise qu’ils sont nombreux, mais n’en cite que très peu : Voltaire, Beccaria, Verri, Rousseau. Le chapitre s’achève sur la peine de mort et le lent cheminement, du Discours sur la peine de mort de l’avocat Duport en 1791 à son abolition en 1981 sous l’impulsion de Robert Badinter. Dans sa conclusion, Arlette Farge revient sur l’évolution de la pensée de la peine dès le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Par une terminologie foucaldienne, elle écrit ainsi : « La fonction punitive devient l’affaire du monde institutionnel et social : on ne venge plus sur le corps du condamné comme sous la monarchie, et en réindividualisant les hommes et les femmes comme sujets de droit, on s’autorise à construire pour eux des technologies de pouvoir faites pour dresser les corps et les âmes » (p. 74).

7Au-delà de ce contenu, Arlette Farge renforce la saveur de son ouvrage par deux moyens : elle ne raconte pas que l’histoire, elle fait aussi parler l’historienne, dire son rapport à l’objet, expose ses frustrations, ses satisfactions comme ses limites, par quelques discrets inserts : « Les conclusions étant absentes des pièces du procès, introuvables dans les archives de police de la série Y aux Archives nationales, il est difficile de discuter de leur forme et de leur nature » (pp. 45-46), « ces témoignages sont passionnants » (p. 35) ou encore, « c’est avec ces “nouvelles de chaque jour”, vibrantes et désespérées, que l’historien se doit de connaître le passé puis de le transmettre » (p. 61). Cependant, et c’est le deuxième procédé, elle ne fait pas ici que transmettre de manière abrupte, elle guide la pensée et l’oriente avec des réflexions sur notre présent, parsemées au détour d’un mot, d’un à-côté, non superflu donc : « Si la “dangerosité”, à l’heure actuelle est un mot à la mode et de poids pour qualifier un certain nombre d’individus même non-coupables, […] règne déjà l’idée tenace selon laquelle la classe populaire, économiquement très faible et paupérisée, est cause de tous les troubles et dangers » (p. 7), « Parce qu’on pensait — ne le pense-t-on pas toujours — qu’avoir faim, être pauvre, chercher un emploi ou abri ne pouvait permettre de “penser”, d’avoir des idées, des projets, des opinions ou une quelconque envie de culture et de savoir » (p. 8), « À cette époque déjà, ne pas avoir de travail, donc être oisif, rôder dans les cabarets étaient signes de dangerosité, voire de culpabilité » (p. 58). Par petites touches et par l’amphibologie du titre, Arlette Farge nous convie salutairement à nous demander, non sans inquiétude, si par une certaine logique, nous ne sommes pas tous encore, condamnés au XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes

1  Libération, « Prisons : record de détenus en France au 1er juin », 18 juin 2013. http://www.liberation.fr/societe/2013/06/18/france-67977-detenus-au-1er-juin-un-nouveau-record_911706.

2 Qui avait donné lieu à un compte-rendu de Grégory salle : Salle G., « Une grande fresque de l’ombre », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 06/05/2010, URL : http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=483.

3 http://www.editionsbdl.com/collection-3e-culture.html.

4 Les mouches sont des individus payés par le lieutenant général de police pour prendre des notes sur les propos qu’ils entendent afin de les lui rapporter ou de les adresser directement au commissaire (p. 52).

5 L’esprit malicieux pourra y voir un parallèle avec la condamnation pour offense au président de la République par la justice française, d’un militant altermondialiste qui avait en 2008 retourné contre son auteur la formule devenue célèbre : « casse-toi pov’con ». Rappelons que la cour européenne, par son arrêt du 14 mars 2013, dit que la peine infligée était non conforme à l’article 10 de la convention européenne garantissant la liberté d’expression : http://hudoc.echr.coe.int/sites/fra/pages/search.aspx?i=001-117742 - {"itemid":["001-117137"]}.

6 Nous renvoyons ici aux travaux de Michel Foucault, principale référence citée dans l’ouvrage discuté ici. Sur l’aveu, nous retenons en particulier son cours de 1981 : Foucault M., Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice — cours de Louvain, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Le Bodic, « Arlette Farge, Condamnés au xviiie siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11822

Haut de page

Rédacteur

Cédric Le Bodic

Post-doctorant, Chercheur associé au Laboratoire Droit et changement social, UMR CNRS 6297, Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page