Navigation – Plan du site

Niklas Luhmann, La réalité des médias de masse

Michaël Fortier
La réalité des médias de masse
Niklas Luhmann, La réalité des médias de masse, Bienne-Paris, Diaphanes, coll. « Transpositions », 2013, 200 p., trad. F. Le Bouter, ISBN : 9782889280001.
Haut de page

Texte intégral

1Malgré l’effort de ces quinze dernières années pour traduire en français les travaux du sociologue Niklas Luhmann, ceux-ci demeurent toutefois largement méconnus dans le monde francophone. Il nous faut donc saluer d’entrée de jeu la décision éditoriale de la maison Diaphanes ainsi que l’excellente traduction de Flavien Le Bouter, et rendre hommage à leur travail remarquable pour faciliter l’accès à la pensée de ce monument de la sociologie allemande à un public peu familier avec la théorie des systèmes sociaux. En effet, l’édition qui nous est proposée ici est dotée d’un riche appareil critique : un « petit glossaire luhmanien » (très utile au lecteur qui ne s’y reconnaît guère parmi les concepts d’« autopoïèse », de « couplage structurel » ou de « clôture opérationnelle »), un index des concepts et une éclairante postface dans laquelle le traducteur revient sur les principaux aspects de l’ouvrage.

2Issu d’une conférence prononcée en 1994, La réalité des médias de masse vise à démontrer que les médias de masse, loin d’être un instrument des pouvoirs économique ou politique, constituent en fait un « système » à part entière, obéissant à ses règles propres. Partant d’une épistémologie radicalement constructiviste et refusant toute perspective normative, Luhmann se donne pour objectif d’étudier le fonctionnement complexe de ce système et la manière dont les médias de masse parviennent, en dépit de la méfiance qu’ils inspirent, à imposer leur construction de la réalité à l’ensemble de la société.

3Le titre de l’ouvrage doit donc s’entendre dans un double sens. Il s’agit, d’une part, de la réalité opérationnelle des médias de masse et, d’autre part, de la réalité qu’ils construisent – pour eux-mêmes et pour les autres. Par le concept de « médias de masse », Luhmann comprend « tous les dispositifs de la société qui se servent de moyens techniques de reproduction multiple pour la diffusion de la communication » (p. 8). Définition assez banale, qui inclut cependant aussi bien les journaux, la radio et la télévision que la littérature de divertissement. En fait, dans la mesure où les médias de masse constituent un système, et plus particulièrement un système autopoïétique (c’est-à-dire un système qui se reproduit à partir de ses propres éléments), leur spécificité et leur identité résident plutôt dans le code à partir duquel ils opèrent que dans les technologies de diffusion elles-mêmes.

4C’est la distinction information/non-information, nous dit Luhmann, qui sert de codage au système des médias de masse. Or, « [s]i l’information est utilisée comme valeur de code, cela signifie donc que les opérations du système transforment constamment et inévitablement l’information en non-information » (p. 31-32). Autrement dit, l’information produit sans cesse un manque, donc une demande, d’information ; et le système qui utilise un tel code « se vieillit lui-même » (p. 32). Cela a des conséquences importantes dès lors qu’on garde à l’esprit la fonction sociétale des médias de masse, à savoir celle de produire une autodescription ou une image de la société (qui n’est toutefois pas tenue au consensus), et a fortiori une mémoire sociale, sous forme de thèmes, qui constitue un « savoir d’arrière-plan [pouvant] servir de point de départ à la communication » (p. 92). En effet, il s’ensuit qu’en raison de leur large diffusion et de la structure temporelle propre au code information/non-information, les médias de masse concourent, par leurs opérations mêmes, à l’accélération sociale du temps : « Ils produisent le temps qu’ils présupposent et la société s’y adapte » (p. 33).

5Partant de ces prémisses relativement abstraites, le sociologue s’efforce à montrer de quelle manière le code utilisé par le système des médias de masse informe sa construction de la réalité. Ce code se différencie en plusieurs « domaines de programmes » qui règlent les attentes en matière d’information et déterminent ce que le système doit traiter comme tel. Pour Luhmann, les trois principaux sont les nouvelles et reportages, la publicité et le divertissement. Bien que ces trois domaines de programmes utilisent tous le même code, ils se distinguent les uns des autres tant par leur fonction que par leur manière de sélectionner et de traiter l’information.

  • 1  Même s’il les regroupe en un seul et même domaine de programmes, Luhmann analyse séparément les no (...)

6L’auteur consacre environ le tiers de son ouvrage à analyser la façon dont ces aspects se présentent dans chacun des domaines de programmes. S’agissant des nouvelles1, pour ne citer qu’un exemple, Luhmann dresse la liste des principaux sélecteurs à l’œuvre : préférence pour les informations qui accentuent la discontinuité par rapport à un ensemble d’attentes, intérêt pour la matière conflictuelle, obsession du quantitatif, penchant pour les transgressions de normes qui donnent prise à des jugements moraux, etc. Partant de ce rapport à l’information, « [l]es nouvelles engendrent et reproduisent des incertitudes concernant l’avenir – contrairement à l’évidence de continuité que fait naître la perception quotidienne du monde connu. » (p. 55) L’horizon d’incertitude ainsi ouvert fait naître un continuel besoin d’informations, grâce auquel le système peut se reproduire à partir de ses propres opérations (voir p. 113).

7Luhmann s’intéresse ensuite aux différentes représentations de l’homme et des motifs d’action que les trois domaines de programmes présupposent et, de fait, mettent à disposition de la communication sociétale (l’homme comme observateur intéressé par l’information dans le cas des nouvelles et reportages ; l’homme calculateur dans le cas de la publicité ; l’homme individualisé, doté d’une biographie, dans le cas du divertissement). Enfin, dans la dernière partie du livre, le sociologue passe à un degré d’abstraction supérieur et, au moyen d’un retour sur son épistémologie constructiviste, approfondit sa thèse d’une réalité construite par la communication des médias de masse.

  • 2  Ferrarese Estelle, Niklas Luhmann, une introduction, Paris, Pocket, coll. « Agora », 2007. On pour (...)

8Disons-le, La réalité des médias de masse n’est pas un ouvrage facile d’accès pour le néophyte du systémisme luhmannien. Pour cette raison, il peut s’avérer utile de consulter au préalable une introduction à l’œuvre du sociologue allemand, comme celle qu’a récemment publiée Estelle Ferrarese, Niklas Luhmann, une introduction2. Qu’à cela ne tienne, avec l’appareil critique qui nous est proposé ici, La réalité des médias de masse demeure l’une des meilleures façons pour le lecteur francophone d’entrer dans l’œuvre du grand sociologue allemand.

Haut de page

Notes

1  Même s’il les regroupe en un seul et même domaine de programmes, Luhmann analyse séparément les nouvelles et les reportages. Ceux-ci diffèrent par leur valeur de nouveauté. Contrairement aux nouvelles, qui traitent des événements quotidiens, les reportages présentent un caractère de nouveauté en se rapportant à l’état du savoir du public. Le sociologue souligne une dédifférenciation croissante entre les deux : l’information des nouvelles, devenue non-information, peut retrouver une valeur d’information lorsqu’elle est replacée dans le contexte des reportages (voir p. 55).

2  Ferrarese Estelle, Niklas Luhmann, une introduction, Paris, Pocket, coll. « Agora », 2007. On pourra également consulter avec profit l’article de Garcia Amado Juan Antonio, « Introduction à l’œuvre de Niklas Luhmann », Droit et Société, no 11-12, 1989, p. 15-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Fortier, « Niklas Luhmann, La réalité des médias de masse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11826

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page