Navigation – Plan du site

Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit... Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive

Albéric Derible
Si quelque chat faisait du bruit ...
Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit ... Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive, Metz, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Recherches linguistiques », 2013, 296 p., ISBN : 9782909498089.
Haut de page

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage est un vers d’une fable de La Fontaine, Le Savetier et le Financier, et il constitue avec le suivant Le chat prenait l’argent le premier exemple reconnu de discours indirect libre (DIL) dans la littérature française. L’auteur tente dans cet ouvrage d’expliciter de manière exhaustive l’hétérogénéité énonciative caractéristique de cet énoncé et livre une analyse détaillée des différentes propriétés morphosyntaxiques qui le caractérisent, principalement : le syntagme nominal (SN) coréférentiel défini le chat, le temps verbal de l’imparfait et la structure « Si P, Q ». L’auteur complète et justifie finalement les résultats obtenus au cours de ces premières analyses en élargissant le champ de ses recherches à la construction « comme si » et aux métaphores.

  • 1  Mikhail Bakhtine, Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977.
  • 2  Principalement : Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1972. Oswald Ducrot, Le dire (...)
  • 3  Notamment : Robert Martin, Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie sémantique(...)
  • 4  Notamment : Gilles Fauconnier, Mark Turner, « Blending as a Central Process of Grammar », in A. Go (...)

2L’originalité des travaux de l’auteur réside dans le fait qu’ils portent tour à tour sur deux domaines rarement associés dans la recherche en sciences du langage : la linguistique textuelle, au sens large du terme c’est-à-dire la morpho- micro- et macro-syntaxe d’une part, et la linguistique cognitive de l’autre. L’approche pluridisciplinaire adoptée ici se réfère notamment aux travaux sur la polyphonie de Bakhtine1 et de Ducrot2, et ceux de Martin3 et de Fauconnier4 en sémantique cognitive. Différents modèles, ainsi que leurs notions et concepts phares, sont ainsi présentés au fil des pages de cet ouvrage.

3Bien que le DIL, et c’est ce qui le caractérise, ne soit pas linguistiquement marqué de manière explicite, il est tout de même possible selon l’auteur d’y voir la représentation textuelle de différents espaces mentaux (EM) (Sweetser, Fauconnier, 1996), et de s’expliquer ainsi l’hétérogénéité énonciative du texte à travers un certain nombre d’indices, comme l’anomalie lexico-grammaticale que présente le SN défini le chat. Car c’est en fait un « référent hybride » qui renvoie simultanément à deux sujets de consciences différents : le personnage du savetier et le fabuliste narrateur omniscient.

  • 5  Qui découlerait des savoirs encyclopédiques communs aux deux partenaires de l’échange.

4L’auteur répond de même à la question de la polysémie (i.e. sa valeur conditionnelle) et/ou de la polyphonie (i.e. sa valeur énonciative) de « si » en opérant une distinction entre vériconditionnalité et sa notion plus subtile de « véridictionnalité ». Cette dernière prend en effet également en compte la diversité des EM en présence. « Si P » est ici un introducteur polyphonique — qu’il est alors possible de paraphraser comme suit : « Je te parle au cas où... » ; « Si je te dis ça, c’est parce que... »— dans le sens où il ouvre un cadre discursif dans lequel l’assertion Q n’est qu’une vérité relative, car propre au contexte particulier de la fable. Il n’est donc pas besoin de chercher une relation réellement mondaine5 entre P et Q. Cette analyse est d’ailleurs confirmée par la « saisie virtualisante » que permet le temps verbal de l’imparfait et la surimpression des points de vue que l’on observe sur le plan polyphonique.

5Pour l’auteur, conditionnalité et discours sont ici indissociables : la valeur de « si » n’est ni uniquement polyphonique, ni uniquement polysémique. C’est pourquoi il présente tout au long de ses analyses, et de manière alternée, une lecture logicosémantique (vériconditionnelle) et une lecture discursive (véridictionnelle) de l’énoncé. Conformément à ce protocole d’analyse composite, il avance ensuite que « si » est un introducteur à « double portée », renvoyant autant au contexte gauche qu’au contexte droit. Car il a deux valeurs : l’une « résomptive » et l’autre « cadrative », tant au niveau du discours qu’il sert à mettre en place qu’au niveau de l’hypothèse qu’il permet de formuler. Il participe ainsi, tout comme le SN défini et l’imparfait au point de vue référentiel, de la cohésion textuelle.

  • 6  Annie Delaveau, « Si, la syntaxe et le point de due des positions », in Collectif, La théorie d’An (...)

6Si Delaveau (1992) qualifie « si » de monstre6 linguistique, c’est en raison de la diversité des fonctions, distinctes ou cumulées, que peut remplir la protase P. Selon les contextes, elle peut en effet être circonstancielle, complétive, plus ou moins interrogative, etc. Pour l’auteur, il y a en fait une continuité logico-sémantique, mais pas de véritable opposition, entre les valeurs d’interrogation et d’hypothèse que l’on peut reconnaître à l’assertion introduite par « si ».

7L’auteur élargit ensuite la question de la condition ou de l’hypothèse à la comparaison soulevée par la structure « si P, Q » et consacre une partie de son ouvrage à l’introducteur « comme si ». Dans une première analyse macrosyntaxique, il s’intéresse à la notion de contrefactualité inhérente à la double fonction de comparaison et de condition que cette construction exprime. L’auteur justifie et complète ici encore ces premières analyses en adoptant une nouvelle perspective de recherche, puisque ses analyses suivantes se situent à l’interface syntaxico-sémantique du langage. Il a ainsi recours à la théorie des Linguistic Reflexions (LR) pour expliquer au niveau cognitif le fonctionnement particulier de la métaphore exprimée par « comme si ». Dans la théorie des LR, il y a correspondance entre les représentations mentales du locuteur et les expressions syntaxiques qu’il emploie, soit plus précisément : une correspondance entre opérations cognitives et fonctions macrosyntaxiques.

  • 7  Mark Turner, Gilles Fauconnier, « Metaphor, metonimy, and binding », in Antonio Barcelona (ed.), M (...)
  • 8  Littéralement : mélange en français.

8C’est pourquoi la métaphore dont il est question ici ne se limite pas à la seule figure de style bien connue des littéraires, mais plus généralement à la notion de  « feintise », que l’auteur compare à une opération de « pontage », réalisée conjointement par l’hypothèse et la comparaison, entre deux espaces mentaux, soit grosso modo : les mondes réel et virtuel. Ainsi, dans l’exemple très parlant de Fauconnier7 (2000) « Si Clinton était le Titanic, l’iceberg coulerait », on voit bien que c’est cette dernière association, ou blending8 en anglais, qui est productrice, à travers l’analogie, du contrefactuel souligné plus haut. Ce qui explique que, d’un point de vue fonctionnel cette fois, « comme si » puisse participer à la saturation sémantique du prédicat, et partant, à la structuration informationnelle de l’énoncé. L’auteur conclut d’ailleurs son ouvrage par une analyse textuelle d’énoncés, non plus journalistiques et attestés, mais d’un texte littéraire : La métamorphose de Kafka.

9Nous ne nous prononcerons pas sur la pertinence ou la légitimité scientifique de la complémentarité disciplinaire professée par l’auteur. La seule réserve que nous  ayons concerne moins ce positionnement épistémologique que le parti pris rédactionnel qu’il a imposé à l’auteur. Nous avons en effet trouvé qu’il pouvait par endroits constituer un obstacle dommageable à la lecture de ses travaux. Il est attendu du lecteur qu’il opère constamment un va-et-vient entre des théorisations et des concepts (hypothèse, points de vue, intégration conceptuelle, etc.) qui, sans être tout à fait en opposition, renvoient à des conceptions souvent radicalement différentes de la langue (morphosyntaxe vs. cognition humaine) ; ou tout du moins à des perspectives de recherche assez éloignées les unes des autres.

10Pour pourvoir apprécier et tirer véritablement profit des analyses de l’auteur, le lecteur doit donc non seulement posséder de solides connaissances linguistiques dans les divers domaines de recherches abordés dans l’ouvrage, mais aussi savoir toujours exactement au(x)quel(s) de ces domaines de recherche renvoie tel ou tel chapitre, chose peu aisée pour un linguiste non confirmé. On remarquera cependant que, l’auteur, conscient sans doute des difficultés que nous venons de mentionner, a voulu faciliter la lecture de son ouvrage en répétant en début de chaque chapitre les principaux arguments et résultats des chapitres précédents, et en offrant, à chaque fin de chapitre, une synthèse claire des analyses nouvellement exposées.

Haut de page

Notes

1  Mikhail Bakhtine, Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977.

2  Principalement : Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1972. Oswald Ducrot, Le dire et le dit, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984.

3  Notamment : Robert Martin, Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie sémantique, Liège, Mardaga, 1987.

4  Notamment : Gilles Fauconnier, Mark Turner, « Blending as a Central Process of Grammar », in A. Goldberg (ed.), Conceptual Structure, Discourse and Language, Cambridge, University Press, 1996, pp. 113-129. Gilles Fauconnier, Eve Sweetser, Spaces, Worlds and Grammar, Chicago, University Press, 1996.

5  Qui découlerait des savoirs encyclopédiques communs aux deux partenaires de l’échange.

6  Annie Delaveau, « Si, la syntaxe et le point de due des positions », in Collectif, La théorie d’Antoine Culioli. Ouvertures et incidences, Gap-Paris, Ophrys, 1992, pp. 107-122.

7  Mark Turner, Gilles Fauconnier, « Metaphor, metonimy, and binding », in Antonio Barcelona (ed.), Metaphor and Metonimy at the Crossroads. A Cognitive Perspective, Berlin, Mouton de Gruyter, 2000, pp. 133-145.

8  Littéralement : mélange en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albéric Derible, « Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit... Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 26 juin 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11834

Haut de page

Rédacteur

Albéric Derible

Docteur en Sciences du langage (sémantique cognitive), professeur de français langue étrangère à l’Institut français de Tokyo.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page