Navigation – Plan du site

Bernadette Charlier, France Henri, Apprendre avec les technologies

François Granier
Apprendre avec les technologies
Bernadette Charlier, France Henri (dir.), Apprendre avec les technologies, PUF, coll. « Apprendre », 2010, 204 p., EAN : 9782130575306.
Haut de page

Texte intégral

1Dès la démocratisation du cinéma, puis de la télévision et plus récemment de l'ordinateur portable, nombre d'enseignants pionniers ont introduit ces technologies dans leurs classes. Leurs expérimentations ont en aval suscité l'intérêt de psychologues, de didacticiens, de sociologues, d'informaticiens, de spécialistes des sciences de l'éducation et de la communication... Des études interdisciplinaires, associant chercheurs et praticiens, ont largement accompagné des investissements publics conséquents. Au-delà de leurs spécificités : objectifs, publics, supports... toutes ont tenté d'appréhender les contributions de ces technologies dans les apprentissages les plus divers.

2L'ouvrage dirigé par B. Charlier, Professeur à l'Université de Fribourg et F. Henri, Professeur à Télé-Université Montréal, n'a pas pour ambition une présentation encyclopédique des recherches conduites depuis près d'un demi-siècle. Les quinze contributions visent plutôt à répondre à des interrogations plus méthodologiques qui pourraient être résumées par la question suivante : «  Dans quelle mesure la technologie de l'éducation, champ disciplinaire ayant pour objet la conception, le développement et l'évaluation de systèmes et techniques pour améliorer le processus de l'apprentissage humain, a-t-elle par le passé éclairé les pratiques ? » (p. 11)

3Les premiers chapitres regroupés sous le titre « Comprendre les technologies » sont centrés sur les enjeux pédagogiques, sociaux et organisationnels nés des usages des technologies. Les six chercheurs sollicités repèrent tout à tour les apports et les conflits liés à l'usage des médias et techniques lors des apprentissages et clarifient le concept de dispositif. Par ailleurs, ils éclairent des interrogations pratiques soulevées par l'innovation mais abordent aussi les questions de gouvernance de systèmes éducatifs ayant recours aux technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (TICE). Au-delà des résultats, ces contributions soulèvent des questions méthodologiques majeures telle que celle des précautions à prendre dans des analyses comparatives mais aussi celle de l'évaluation des usages, notamment quand il s'agit d'appréhender un processus aussi complexe que l'apprentissage dans des contextes socioéconomiques particulièrement diversifiés. Les sociologues engagés dans des recherches proches trouveront dans ces pages de bien utiles points de vigilance et quelques conseils.

4La notion de dispositif dont les dimensions heuristiques ont été présentées dans la première partie assure le lien entre les quatre chapitres suivants. Intitulée « Concevoir des environnements d'apprentissage », ce second corpus nous livre d'abord un panorama des théories d'apprentissage. Celui-ci nous sera particulièrement utile pour comprendre les principales méthodes de conception de TICE. Philippe Dessus rappelle judicieusement les trois rôles que mobilise tout enseignant. Celui-ci est tour à tour un « enseignant planificateur » notamment quand il prépare son cours, un « ingénieur pédagogue » toujours à la recherche des méthodes les plus appropriées à ses apprenants et enfin un « enseignant en classe », c'est-à-dire l'adulte qui assure, en écho aux questions formulées, une progression dans les apprentissages la plus optimale possible. Si ces trois rôles n'entrent pas en conflit mais au contraire se complètent dans un dispositif orchestré par le seul enseignant, l'irruption de TICE fait apparaître de nouveaux rôles et de possibles tensions. Ainsi, les contraintes techniques propres à chaque support modifient l'environnement pédagogique, les supports possèdent des finalités qui ne sont pas nécessairement congruentes avec celles que l'enseignant souhaitait développer et surtout, les TICE amènent celui-ci à des fonctions de tuteur particulièrement diversifiées et moins prévisibles. L'enseignant est propulsé dans des fonctions de médiation d'autant plus complexes que les apprenants ont de plus en plus accès à des sources d'informations multiples qui entrent en concurrence avec celles du formateur. L'analyse des usages des TICE doit, selon les auteurs, primer résolument sur la seule analyse des potentiels des médias. En outre, l'évaluation de ceux-ci ne peut plus être circonscrite au seul espace « classe ». En effet, les usages des TIC hors de l'école sont devenus centraux chez les jeunes apprenants dénommés par Marc Prensky les « digitals native ». Dès lors, des formations au bon usage des bases documentaires s'imposent. Face à la complexification des processus d'apprentissage, Daniel Peraya invite résolument les enseignants à s'investir dans la gouvernance des établissements afin que des approches purement technicistes ne prévalent lorsque sont engagés de lourds programmes d'équipement.

5La troisième et ultime partie intitulée « Nouvelles manières d'apprendre et d'enseigner » se propose de répondre à la question de l'impact effectif des TICE sur les pratiques d'enseignement et de formation. Les enquêtes quantitatives font apparaître des résultats modestes mais les données utilisées se réfèrent aux années 2005-2007. A contrario, des analyses qualitatives permettent d'identifier des pratiques réellement innovantes tant dans les écoles que dans les entreprises pour ce qui concerne des actions de formation professionnelle. Il est par exemple fait ici référence à des activités collaboratives et à des projets qui n'auraient pu prendre forme sans les ressources propres au Net. France Henri aborde quant à elle l'univers des formations à distance (FAD) qui ont pour projet de rendre l'apprenant plus acteur de ses apprentissages. Celles-ci ne supplantent pas les formations classiques dans lesquelles l'enseignant - formateur assure un face à face avec les apprenants. En effet, ces dernières sont hybridées par des dispositifs de FAD dont l'interactivité constitue l'une des caractéristiques majeures.

6Le message conclusif des auteurs s'avère clair. Moins que jamais la technologie ne peut affecter seule nos manières d'apprendre. C'est en appréhendant les finalités des apprentissages, leurs objectifs opérationnels, les fonctions des enseignants - formateurs, mais aussi les activités des apprenants dans et hors des « classes » qu'il sera possible de cerner comment les multiples usages de TICE transforment nos pratiques. Nous découvrirons alors comment nous combinons des modes personnalisés d'apprentissage pour faire émerger, parfois de manière erratique, une intelligence collective. Or, seule celle-ci semble capable de nous permettre de traiter les défis posés à notre civilisation postindustrielle.

7Au delà de textes des contributeurs, nous avons apprécié la pertinence de nombreux encadrés qui présentent des ouvrages récents mais aussi de brefs entretiens avec des experts et praticiens. Ces textes sont autant d'invitations à la réflexion et à la lecture. L'ouvrage dirigé par Bernadette Charlier et France Henri nous offre un panorama diversifié des travaux conduits par la vaste communauté des enseignants - formateurs francophones. Il décevra sans doute les enseignants à la recherche de réponses pratiques. Il comblera par contre ceux qui souhaitent s'engager dans une réflexion sur les fins et moyens de dispositifs éducatifs intégrant les TICE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Granier, « Bernadette Charlier, France Henri, Apprendre avec les technologies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1187

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page