Navigation – Plan du site

Peter Voll, La protection de l'enfance : gestion de l'incertitude et du risque. Recherche empirique et regards de terrain

Maud Bernard d'Heilly
La protection de l'enfance : gestion de l'incertitude et du risque
Peter Voll (dir.), La protection de l'enfance : gestion de l'incertitude et du risque. Recherche empirique et regards de terrain, IES/HETS, 2010, EAN : 9782882240897.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que 32 000 enfants et adolescents font actuellement l'objet d'une mesure de protection en Suisse, l'ouvrage interroge les acteurs, les processus et les structures de la protection de l'enfance en pays helvétique. La protection de l'enfance est ici entendue dans sa définition restreinte de mesures engagées au titre de la protection des mineurs en droit civil. Dans chaque chapitre, la présentation des résultats d'une étude scientifique est complétée par des points de vue de praticiens.

2L'introduction met en avant la « décision sous incertitude » à laquelle sont contraints les professionnels, incertitudes des conséquences d'une intervention, incertitudes quant à la nécessité et la légitimité de l'intervention. Avoir à trancher sur la base d'une information forcément incomplète s'accompagne d'un double écueil : trop faibles, les mesures de protection ne permettent pas de donner à l'enfant la protection qu'il peut attendre, trop fortes, elles peuvent remettre en cause de manière inopportune le statut des parents. La notion de prise de risque qui en résulte devient alors centrale et sera d'ailleurs éclairante lors que sera mise en évidence une certaine inertie du système. L'introduction souligne également que le système contribue à définir les normes de l'enfance mais aussi de la parentalité.

  • 1 VOLL, Peter et al. (2010) : La protection de l'enfance : gestion de l'incertitude et du risque. Rec (...)

3Le premier chapitre intitulé « Acteurs: les enfants et leurs parents » s'intéresse de fait aux situations de mise en danger, aux troubles du comportement chez les enfants bénéficiant d'une mesure et au contexte familial. On découvre ainsi que 71% des mesures se rapportent à des « conflits d'adultes au sujet de l'enfant ». Cette forte proportion s'explique principalement par les procédures de séparation et de divorce. Les cas de négligence sont sans doute sous-estimés tant quantitativement que dans les conséquences qu'ils induisent. Les cas de maltraitance ne constituent qu'une petite minorité des cas, complexes dans leurs problématiques et leur détection. Vreny Schaller Peter pose ainsi l'hypothèse de l'inefficacité des mesures de détection précoce, alors que celle-ci devrait consister « à soutenir les familles et à les accompagner à la fois quand tout va bien et dans les périodes de crise »1, vision plus ouverte de la protection de l'enfance.

  • 2 Ibid., p. 77.
  • 3 Ibid., p. 80.

4Le chapitre consacré aux acteurs professionnels met en évidence le grand nombre de personnes impliquées sur un dossier, une quinzaine en moyenne, qui amène à supposer l'existence d'un impératif de justification. Ernst Langenegger vient dans une certaine mesure justifier les résultats quantitatifs : les professionnels interviennent à des niveaux différents, « les actions menées en ordre dispersé (plutôt que conjointement) ne sont pas a priori fastidieuses et peu efficaces »2, un nouvel élan peut être donné par le changement de professionnel... Christian Nanchen vient quant à lui corroborer le fait que les interventions sociales viennent parfois s'additionner « sans réelle analyse, ni regards critiques concernant l'ajout d'une nouvelle prestation ou l'arrivée d'un nouvel intervenant dans une situation »3 et plaide pour une coordination ainsi qu'une évaluation accrues.

5Les troisième et quatrième chapitres s'attachent à la mise en place, à la conduite et à la levée des mesures de protection. L'étude de la diversité des structures traduit une disparité des procédures et révèle qu'elle influe plus sur la durée de la procédure et sur la charge de travail que le type de mesure ou les situations de mises en danger. Au début de la procédure, le signalement par les parents s'avère être particulièrement important, représentant 37 % des cas. Un autre aspect marquant est la faible proportion d'audition des parents et des enfants. Par rapport à l'exécution, l'étude souligne les instructions sommaires et le caractère indéterminé du pouvoir donnés au mandataire. Les changements de mesure sont rares et interviennent généralement assez rapidement après leur mise en place. Quant à la fin de la mesure, on notera la faible probabilité qu'elle soit levée avant la majorité de l'enfant. Alors que les relations se font généralement de moins en moins intenses dans le temps, le maintien d'une mesure requiert moins de travail et présente moins de risques que sa levée.

6Le cinquième chapitre interroge les interactions et les interprétations à l'œuvre dans le triangle parents, autorités et mandataires. Une « dynamique de la double résignation » s'installe entre les parents et les mandataires qui sont de plus confrontés à la double dimension de contrôle et d'aide qu'implique leur fonction. Stefan Blülle explique les incompréhensions entre les différents acteurs par l'utilisation de concepts ouverts tels que « le bien de l'enfant », par une focalisation sur le problème plutôt que sur les ressources et par un manque d'explicitation des objectifs.

  • 4 « Dès lors qu'elle se fonde sur les appréciations des professionnels impliqués [à partir des dossie (...)

7Le dernier chapitre se penche sur la diversité des autorités tutélaires en Suisse due au fédéralisme, et souligne une nouvelle fois l'influence de la structure sur le processus de protection de l'enfance. Une conclusion notable de ce chapitre est que plus une autorité à d'expérience, moins elle tend à restreindre les droits parentaux. L'examen de ces pratiques revêt une importance particulière alors qu'un nouveau droit de la tutelle doit entrer en vigueur en 2013. L'originalité et l'intérêt de cet ouvrage, outre son aspect synthétique, reposent sur le dialogue engagé entre scientifiques et acteurs de terrain. Si l'étude permet une systématisation rare des connaissances sur la protection de l'enfance en Suisse, l'étendue relativement faible des terrains et des dossiers d'étude représente une limite soulignée à de nombreuses reprises4, tout comme l'approche quantitative qui fonde les quatre premiers chapitres. Plutôt qu'une triangulation des méthodes, on assiste à leur juxtaposition. Cela est d'autant plus préjudiciable que lorsque l'approche qualitative est employée pour l'étude des interactions entre acteurs, cela donne une des parties les plus riches de l'ouvrage. Comme le système de protection de l'enfance contribue à définir les normes de l'enfance et de la parentalité, l'étude reproduit en filigrane une vision de l'enfant en tant qu'objet et non sujet et se montre révélatrice des conceptions diffuses sur l'enfance et la parentalité en Suisse (importance donnée au statut de « fille mère », malaise face au divorce...). Les regards du terrain viennent alors judicieusement combler certains de ces manques, bien qu'ils ne puissent revêtir l'objectivité des études scientifiques. La définition de la détection précoce de Vreny Schaller Peter ou l'inscription dans les normes internationales évoquées par Marco Zingaro offrent néanmoins des pistes intéressantes. Tous les intervenants extérieurs soulignent de plus l'éclairage nouveau qu'apporte l'étude sur leur pratique, y compris sur des phénomènes déjà connus. Cet ouvrage est dès lors un bel exemple de l'utilité de la recherche scientifique pour une réflexion sur la pratique en travail social.

Haut de page

Notes

1 VOLL, Peter et al. (2010) : La protection de l'enfance : gestion de l'incertitude et du risque. Recherche empirique et regards de terrain. IES Editions, Coll « le social dans la cité », p. 56.

2 Ibid., p. 77.

3 Ibid., p. 80.

4 « Dès lors qu'elle se fonde sur les appréciations des professionnels impliqués [à partir des dossiers], l'étude ne peut prétendre à une indépendance totale dans l'évaluation des cas et de la situation de risque dominante » p. 39 ; on peut regretter que l'étude des professionnels ne se fasse également qu'à partir des dossiers, « d'autant que le nombres de cas étudiés est limité et que la taille des sous-groupes s'en trouve donc vite réduite » p. 66 ; « les dossiers livrent un tableau très incomplet de l'activité du tuteur ou du curateur » , p. 126 ; « La recherche se concentre donc essentiellement sur les aspects formels de la procédure » p. 92 et leurs traces dans les dossiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Bernard d'Heilly, « Peter Voll, La protection de l'enfance : gestion de l'incertitude et du risque. Recherche empirique et regards de terrain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 10 novembre 2010, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1188

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page