Navigation – Plan du site

Louis André, Aristide Bergès, une vie d’innovateur. De la papeterie à la houille blanche

Noémie Boeglin
Aristide Bergès, une vie d'innovateur
Louis André, Aristide Bergès, une vie d'innovateur. De la papeterie à la houille blanche, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Histoire industrielle », 2013, 368 p., ISBN : 978-2706117831.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La maison natale d’Aristide Bergès se situe à Lorp, en Ariège. L’association Aristide Bergès (AAB) (...)

1Aristide Bergès (1833-1904), ingénieur, papetier, pionnier de l’hydroélectricité dans les Alpes est un personnage incontournable dans l’histoire de l’industrie française. Étonnamment, il n’a jamais fait l’objet d’une véritable biographie alors qu’il fait partie du panthéon industriel dauphinois. Issu d’une famille de papetier, il obtient son diplôme de l’École Centrale des Arts et Manufactures à Paris et participe aux travaux de modernisation de l’usine paternelle. Le jeune homme pense légitimement travailler dans le moulin familial après l’obtention de ce diplôme, mais ce ne sera pas le cas1. Des années de violentes rivalités entre le père et le fils s’augurent alors. Aristide travaille successivement dans plusieurs compagnies de construction de chemin de fer en France et en Espagne, ainsi que dans la Compagnie générale de asphaltes à Paris.Durant toutes ses années de tribulation professionnelle, le réseau des anciens élèves de l’École Centrale s’avère déterminant, lui ouvrant de nombreuses portes.Il entre plusieurs fois dans le domaine de la papeterie en tant qu’associé dans des usines, ou encore en tant que concepteur et installateur de machine outils innovantes.

2À trente-huit ans, il franchit le pas et devient seul propriétaire de son usine située à Lancey (Isère) pour la première fois de sa carrière, réalisant ce projet caressé de longue date. Cette usine devient peu à peu la nouvelle usine familiale, les cinq enfants d’Aristide prenant une place importante dans la vie et le développement de la fabrique. Ses fils entament l’un après l’autre des carrières d’ingénieurs, suivant la ligne tracée par leur père, et sa fille devient la mémoire vivante et l’archiviste de l’entreprise.

3Ingénieur, chef d’entreprise, mais également généreux et altruiste, Aristide Bergès emploiera cette force motrice pour alimenter un réseau électrique destiné à éclairer toute la vallée du Grésivaudan.

4Après le décès de leur père, les enfants Bergès sont restés solidaires par rapport à l’avenir des usines de Lancey dont ils ont conservé la propriété jusqu’en 1909. Ils veilleront ainsi à contrôler l’avenir de la société familiale, même si, après 1917, des divergences commencent à apparaître entre eux sur la place que doit conserver la famille Bergès dans ce qui devient un groupe industriel d’envergure nationale. Le site de Lancey (maison patronale et usine) est devenu le musée2 de la houille blanche3. Sur le site subsistent de nombreuses traces de l’usine, des activités sociales qu’elle a engendrées dans la vallée ainsi que dans la famille Bergès elle-même.

5L’ouvrage de Louis André, spécialiste d’histoire et de patrimoine industriel, permet de revenir sur la vie de cet industriel hors du commun, marquant plusieurs générations. Fils de papetier, sans ressources financières, obligé de travailler sans aucun soutien paternel, il réussira à fonder sa propre usine, puis à la développer, à créer et améliorer de nouvelles machines, à posséder plusieurs brevets d’invention... jusqu’à amener sa petite papeterie au rang d’usine de dimension et d’importance nationale.

6Pionnier dans son domaine, Aristide Bergès l’a aussi été dans celui de l’hydroélectricité. Exploitant dès la création de son usine la force motrice de chutes d’eau, il ira jusqu’à créer des chutes artificielles, beaucoup plus hautes, permettant une production électrique nettement plus importante.

  • 4  Machine à défibrer le bois, permettant par la suite la création de la pâte à papier.

7Cette biographie permet de retracer la vie d’Aristide Bergès de ses études à sa réussite professionnelle, aimé de toute la population de la vallée. Des ennuis financiers (mise sous tutelle de son entreprise) à son développement à l’échelle nationale, la papeterie familiale de Lancey marque à jamais l’histoire industrielle du Dauphiné. Mais elle permet également de tracer le portrait d’une profession, de ses spécificités. L’auteur décrit le fonctionnement des usines de papier, de l’achat du matériau brut (chiffon, bois) à la confection du papier à proprement parler. Les diverses phases sont expliquées minutieusement, ainsi que le fonctionnement de la plupart des machines utilisées, inventées ou perfectionnées par Aristide Bergès lui même. C’est le cas par exemple des défibreuses4, machines préexistantes mais perfectionnées par Aristide Bergès afin d’obtenir une meilleure qualité de bois.

8Un des autres aspects retenus par l’auteur est l’importance de l’hydroélectricité dans l’usine de Lancey. Aristide ayant travaillé dès son installation dans la vallée avec les chutes d’eaux, il développa un réseau de chutes artificielles provenant de lacs d’altitude afin d’obtenir plus de force motrice pour l’alimentation de son usine. L’électricité faisant également son apparition dans les villes et les logements, il décida de fournir cette énergie aux habitants de la vallée, moyennant une coquette rétribution.

9Aristide Bergès, ingénieur certes, mais également homme d’affaires, homme politique pendant un temps à Grenoble où il s’était installé avec sa famille, et philanthrope, propagateur et diffuseur de progrès.

Haut de page

Notes

1  La maison natale d’Aristide Bergès se situe à Lorp, en Ariège. L’association Aristide Bergès (AAB) propose des visites de la demeure, convertie en Observatoire du Papier, des Arts Graphiques et de la Communication. http://www.aab.asso.fr.

2  http://www.musee-houille-blanche.fr/.

3  Électricité fournie grâce à lénergie produite par des chutes deau.

4  Machine à défibrer le bois, permettant par la suite la création de la pâte à papier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Boeglin, « Louis André, Aristide Bergès, une vie d’innovateur. De la papeterie à la houille blanche », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 juillet 2013, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11891

Haut de page

Rédacteur

Noémie Boeglin

Doctorante en histoire à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne / ENSASE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page