Navigation – Plan du site

Numa Denis Fustel de Coulanges, Leçons sur Sparte

Sylvain Bessone
Leçons sur Sparte
Numa Denis Fustel de Coulanges, Leçons sur Sparte, EHESS, coll. « Audiographie », 2013, 82 p., Préf. Hervé Duchêne, ISBN : 978-2-7132-2373-0.
Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Fustel de Coulanges (1830-1889) entra dans la prestigieuse Ecole Normale Supérieure, ce fut en premier lieu pour y étudier, puis pour y enseigner et enfin il en devint le directeur : un passage remarqué dans l’histoire de l’école de la rue d’Ulm. Spécialisé en histoire médiévale et resté célèbre pour ses innovations en historiographie, il a pourtant dispensé des cours d’histoire ancienne aux normaliens préparant la licence. Présentée par Hervé Duchêne, familier de ce type de publications, cette audiographie compile les notes prises par deux élèves de la promotion de 1876 lors de ces cours : Salomon Reinach (1858-1932) et Émile Groussard (1856-1904). Les « Leçons » sont donc présentées de deux manières différentes. Reinach, futur archéologue et spécialiste des religions, adopte un style laconique et très proche du memento tandis que Groussard, plus tard agrégé de lettres et enseignant dans un lycée, choisit une prise de note dans un style proche de la sténographie et de fait agréable à lire. Deux profils d’élèves différents, deux méthodes différentes, deux approches différentes. L’intérêt de ces notes est qu’elles reflètent directement l’enseignement donné par Fustel de Coulanges, ses méthodes et ses choix pédagogiques et didactiques, notamment ses sources, ses commentaires ainsi que ses idées, toujours par le prisme de son auditoire.

2Ces leçons sur Sparte sont un document de troisième main : au travail d’historien fait par Fustel de Coulanges sur les sources historiques - et il est évident qu’il fut très scrupuleux dans ses lectures - puis aux choix faits par ce dernier afin de construire des cours en vue d’une transmission, se superpose ensuite la sélection des informations faite par l’étudiant durant l’exposé oral du professeur d’où le terme d’audiographie. Les notes de Reinach sont représentatives de cela, ses notes synthétiques font contraste au texte rédigé par son camarade et parfaitement réécrit il est vrai avec l’aide des cahiers d’élèves des promotions précédentes.

  • 1  Numa Denis Fustel de Coulanges, La cité antique. Étude sur le culte, le droit les institutions de (...)

3Une grande place est faite aux sources historiques parfaitement maîtrisées par Fustel de Coulanges, en raison de la récente publication de La cité antique (1864), succès de librairie réédité en 1883. On trouve dans les leçons du professeur sa vision de l’histoire, clairement énoncée dans l’introduction de La cité antique, l’idée selon laquelle les croyances viennent d’un passé lointain et sont primordiales pour la compréhension d’un peuple et ses institutions. Il y explique aussi que l’historien doit prendre beaucoup de recul afin de comprendre les sociétés anciennes devant aller jusqu’à « les étudier comme s’ils nous étaient tout à fait étrangers, avec le même désintéressement et l’esprit aussi libre que nous étudierions l’Inde ancienne ou l’Arabie1 ». Sa neuvième leçon sur Lycurgue illustre parfaitement cette pensée : très développée, elle insiste sur le rôle qu’a pu jouer le législateur à Sparte et en sa force à s’adapter aux croyances pour les modeler et forger des institutions durables.

4Une première lecture des leçons offre ainsi une synthèse complète de la Sparte antique, son fonctionnement, ses institutions, ses croyances. Mais une seconde lecture détaillée présente au lecteur certains aspects de l’enseignement de Fustel de Coulanges et certains traits de sa personnalité. Hervé Duchêne le présente comme un enseignant honoré par ses élèves, mais avec un langage peu fluide car toujours à la recherche des bons mots dans un souci d’exactitude que l’on ne peut que saluer. Ses leçons très documentées laissent transparaître un véritable travail d’historien sur les sources d’une part et de professeur dans l’effort de synthèse d’une autre part. Il émet également des critiques et n’hésite pas à bousculer et remettre en cause les idées préétablies au sujet du mythe de la Cité lacédémonienne.

  • 2  Maxime Rosso, « Les réminiscences spartiates dans les discours et la politique de Robespierre de 1 (...)
  • 3  Ibid.

5La place du mythe spartiate est centrale et doit être abordée avec beaucoup de précaution dans un enseignement car presque chaque siècle a repris le mythe à son compte afin de l’utiliser à des fins idéologiques et/ou politiques. Ainsi en est-il des monarchomaques protestants des XVIe-XVIIe siècles qui remettent en cause la nature du pouvoir absolu de droit divin des rois de France en mettant en avant le rôle des éphores chargés de contrôler les deux rois lacédémoniens2. Ou bien de Robespierre qui reprend le mythe de Sparte transmis par Plutarque d’une société qui serait « inégalement organisée, où les citoyens désintéressés sont conduits par la seule vertu3 ». Plus contemporain de Fustel de Coulanges, c’est Karl Marx qui reprend le modèle spartiate comme exemple et y voit un communisme primitif. Contre cette idée, le professeur démontre dans ses leçons que la propriété privée existe bel et bien ainsi que les inégalités entre Spartiates. Est ainsi écarté, sources à l’appui, le mythe d’une Cité communiste primitive. Plus proche de nous, certains mettraient en avant l’austérité de la Cité ou encore son système éducatif comme des modèles à suivre, à l’historien de nuancer cela.

6Dans son enseignement, Fustel de Coulanges n’hésite pas à faire usage de termes d’histoire médiévale dans la première partie chargée de dresser un tableau de la ville de Sparte, comparant les hilotes aux serfs de la glèbe. Parole de professeur bien sûr, afin d’expliquer au mieux à ses élèves le statut si spécifique et complexe des hilotes vivant aux côtés des citoyens spartiates.

  • 4  Gian Franco Gianetti, « Sparte, modèle historiographique de décadence », Cahiers du centre Gustave (...)

7Mise en avant par Fustel de Coulanges comme une ville aux institutions fortes, Sparte est donc soumise à de nombreux mythes, réutilisée en politique ou à des fins idéologiques et, au même titre que les anciens, il s’interrogea durant ses leçons sur le véritable statut politique de Sparte : démocratie ? aristocratie ? monarchie ? Ses hypothèses et conclusions l’orientent vers le choix de l’aristocratie et il y déconstruit l’idée d’un régime égalitaire sur le modèle athénien. De nos jours certains historiens parleraient plutôt de genus rerum publicarum triplex4 - système mixte des trois formes de gouvernement -, alors que les antiques parlaient d’une oligarchie. Il n’en reste pas moins que Sparte fut un des deux piliers de l’hellénisme, s’opposant à Athènes au nom de son idéologie, de ses croyances et de son organisation faisant actes de credo. Cette opposition est absente de ces Leçons sur Sparte dont le seul objet est la cité lacédémonienne traitée dans son ensemble et pour elle-même.

Haut de page

Notes

1  Numa Denis Fustel de Coulanges, La cité antique. Étude sur le culte, le droit les institutions de la Grèce et de Rome, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1870, p. 2.

2  Maxime Rosso, « Les réminiscences spartiates dans les discours et la politique de Robespierre de 1789 à Thermidor », Annales historiques de la Révolution française, juillet-septembre 2007, pp. 52 à 77.

3  Ibid.

4  Gian Franco Gianetti, « Sparte, modèle historiographique de décadence », Cahiers du centre Gustave Glotz, 12, 2001, pp. 7 à 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Bessone, « Numa Denis Fustel de Coulanges, Leçons sur Sparte », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11894

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Bessone

Professeur certifié d’histoire-géographie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page