Navigation – Plan du site

Lucie Rey, Les enjeux de l’histoire de la philosophie en France au XIXsiècle. Pierre Leroux contre Victor Cousin

Romaric Jannel
Les enjeux de l'histoire de la philosophie en France au XIXe siècle
Lucie Rey, Les enjeux de l'histoire de la philosophie en France au XIXe siècle. Pierre Leroux contre Victor Cousin, L'Harmattan, coll. « La philosophie en commun », 2013, 478 p., ISBN : 978-2-336-00515-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette imposante étude en deux grandes parties, l’une consacrée à Victor Cousin (1792-1867), l’autre à Pierre Leroux (1797-1871), Lucie Rey confronte la pensée de ces deux auteurs, parvenant ainsi à montrer à quelle tradition philosophique ils appartenaient, quelle finalité ils assignèrent à la philosophie, et combien le débat entourant leurs conceptions politiques joua un rôle prépondérant dans l’institutionnalisation de l’enseignement de la philosophie et de son histoire. Fruit d’une thèse dirigée par Patrice Vermeren à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, l’ouvrage laissera, souhaitons-le, une trace palpable dans l’enseignement à venir de l’histoire de la philosophie et de la philosophie en général.

2Lucie Rey présente dans ce livre une étude ample, sérieuse et stimulante des enjeux de la philosophie et de son enseignement au XIXsiècle. Le livre débute sur la présentation de Pierre Leroux, journaliste, philosophe et homme politique français, devenu en 1848 député de la Deuxième République. Auteur aujourd’hui peu connu, sa modeste postérité s’explique en partie par « la grande dispersion de ses écrits » et par leur « inscription dans les problèmes de son temps ». Considéré comme un penseur socialiste, ses travaux s’intéressaient aux difficultés qui lui étaient contemporaines et c’est avant tout dans ce cadre qu’il élabora une pensée philosophique se révélant, sur bien des aspects, originale. Pouvant être considéré comme un penseur utopiste, il aspirait à la création d’un monde nouveau et critiqua vigoureusement la doctrine cousinienne – l’éclectisme cousinien – qui visa notamment à donner un cadre institutionnalisé à la philosophie – « dans la lignée du rationalisme abstrait ». La pensée de Leroux, porteuse d’une vision prophétique de la philosophie, soutenait l’idée d’une mission émancipatrice propre à cette discipline et faisait du philosophe « l’agent au service » d’un idéal politique et social.

3Ainsi que l’introduction le précise : c’est « avant tout de manière négative que ce travail se rapporte à la pensée cousinienne ». Pourtant la lecture de Cousin dans ce travail se justifie également pour d’autres raisons. L’enseignement philosophique actuel est toujours marqué par les décisions politiques qui furent les siennes. Aussi, la singularité de l’enseignement philosophique en France tient beaucoup, que l’on juge cela préjudiciable ou non, aux choix qui furent pris à ce moment d’histoire où il fut question d’institutionnaliser l’enseignement de cette discipline. Fut alors créé un grand nombre des canons actuels de la philosophie notamment concernant l’interprétation des grands penseurs. Le philosophe devient un fonctionnaire au service de l’État moderne. La philosophie est instrumentalisée et se trouve au service de la politique.

4Ce travail soutient, non sans raison, « l’idée que Cousin instaure une philosophie doctrinaire et autoritaire » par une « domination absolue » de sa doctrine sous la monarchie de Juillet. Son influence grandit et il devient progressivement maître de conférences à l’École normale ; professeur à la Faculté de lettres de Paris ; président du jury d’Agrégation ; membre du Conseil supérieur de l’instruction publique ; membre de l’Académie française ; membre de l’Académie des Sciences morales et politiques. En 1840, il devient finalement ministre de l’Instruction publique. Fort d’une influence acquise pas après pas, Victor Cousin impose à cette époque l’hégémonie de l’éclectisme avec la volonté de créer un dogme officiel à enseigner aux élites. Par cette doctrine, « la philosophie est tout entière rabattue sur son histoire : il s’agit bien de constater la philosophie en se tournant vers le passé ». En bref, pour Cousin, il n’y a plus rien de nouveau à penser. Pour philosopher, il suffirait de se plonger dans l’étude des textes et d’y faire son marché. Réduire la philosophie à son histoire, voici là une vision bien triste de penser et de faire (de) la philosophie. Cette vision élitiste portée par Cousin est très éloignée de la mission émancipatrice de la philosophie qui fut portée par la Révolution et qui visait à « former les citoyens à la liberté » – thèse révolutionnaire qui par ailleurs semble bien proche de la mission d’émancipation que Leroux pense essentielle à la philosophie.

5Le propos de Lucie Rey montre également que la philosophie au XIXsiècle s’est construite dans un rapport complexe de concrescence avec d’un côté la tradition philosophique, et de l’autre le pouvoir politique. Dans cette concrescence, le rapport à la politique des thèses de Leroux et de Cousin diffère grandement. En effet, chez Cousin qui pense l’éclectisme comme une synthèse de l’ensemble des philosophies surplombant l’ensemble des doctrines passées, ce rapport apparaît comme une « légitimation du pouvoir politique présent ». Leroux pense, quant à lui, le lien entre passé et présent comme un continuum et non comme un aboutissement. Il s’agit chez lui d’une philosophie s’intéressant bien sûr au passé et au présent, mais tournée vers l’avenir, faisant le vœu d’un futur plus humain.

6En somme, cette ample étude de Lucie Rey, qui consacre une large part à l’étude des travaux de Victor Cousin, constitue aussi une approche intéressante de la pensée de Pierre Leroux, montrant la relation étroite qu’une pensée telle que la sienne peut entretenir avec son époque. La pensée de Pierre Leroux est clairement mise en avant par une étude précise et détaillée de ses écrits et des différents commentaires qui en furent faits. Victor Cousin apparaît lui, malgré une étude tout aussi détaillée et précise, davantage comme un homme politique de premier plan que comme un philosophe véritable, tant la critique à son encontre est efficace.

7Cette lecture centrée sur l’histoire de la philosophie et de son enseignement dans son rapport au politique captivera non seulement les philosophes, mais aussi ceux que le rapport entre éducation et politique intéresse. Si le contenu philosophique de cet ouvrage est d’une grande richesse, c’est avant tout l’enjeu politique qu’a constitué au XIXsiècle l’enseignement philosophique qui est ici questionné. Lucie Rey semble souhaiter qu’il ne soit plus instrumentalisé de la sorte, c.-à-d. au nom de conceptions politiques élitistes privant notamment l’Humain de ce que la philosophie pourrait apporter de souhaitable. Gageons que l’enseignement actuel de la philosophie, où l’éclectisme cousinien se fait encore sentir, en tirera quelques réflexions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Lucie Rey, Les enjeux de l’histoire de la philosophie en France au XIXsiècle. Pierre Leroux contre Victor Cousin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11901

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page