Navigation – Plan du site

Champ libre aux sciences sociales, Manifeste : la connaissance libère

Gwenhaël Blorville
Manifeste
Champ libre aux sciences sociales, Manifeste. La connaissance libère, Editions du Croquant, La Dispute, 2013, 64 p., ISBN : 9782365120258.
Haut de page

Texte intégral

1« Ce manifeste est le premier acte d'une lutte collective » (p. 8). Cette phrase résume bien en elle-même l'esprit du manifeste de la toute jeune association Champ libre aux sciences sociales1. Alors que les sciences sociales critiques sont plus menacées que jamais, ce manifeste entend constituer indiscutablement une prise de position d'ordre politique et par là même un appel à la mobilisation. La quatrième de couverture de ce petit livre d'environ 60 pages comprend une première liste de signataires, au nombre de 66. Ces signataires se composent essentiellement de sociologues et de politistes et dans une moindre mesure d'historiens, d'ethnologues et d'un philosophe. Mentionnons enfin la présence de la déléguée générale de la Fondation Copernic, fondation qui apporte un regard critique sur l'ordre néolibéral.

2Dans une courte introduction, les auteurs du manifeste rappellent à quel point la connaissance constitue une arme dont peuvent autant s'emparer les dominants que les dominés. La dimension critique des sciences sociales conduit alors inévitablement à remettre en cause les discours dominants qui « masquent et légitiment les intérêts particuliers des puissants » (p. 6). Les sciences sociales offrent ainsi des outils d'émancipation. Mais jamais ces dernières, parce qu'elles dérangent, n'ont été aussi mises en danger. Les auteurs insistent sur l'urgence de la situation et sur l'idée que « la limite du tolérable est franchie » (p. 7). Dans ce contexte, ceux-ci entendent œuvrer à « restaurer la place de la fonction critique des sciences sociales, et travailler à l'articulation entre tranchant critique des luttes sociales, et vif de la critique en sciences sociales » (p. 8).

3Dans une première grande partie, intitulée « les sciences sociales arment la critique », le manifeste développe l'idée que les sciences sociales, parce qu'elles désacralisent et dénaturalisent les dominations, dérangent tous les dominants quels qu'ils soient. Les auteurs rappellent ensuite les acquis des sciences sociales sur certains sujets centraux. Concernant le genre et la domination masculine, les auteurs développent notamment l'idée que les sciences sociales, à travers par exemple le concept de genre, ont permis de sortir d'une vision essentialiste des identités sexuées, en montrant comment ces dernières sont le résultat de rapports et d'apprentissages sociaux. Au sujet des « jeunes » des classes populaires, le manifeste montre comment les sciences sociales permettent de sortir d'une vision paternaliste à l'égard des classes populaires pour au contraire souligner les capacités d'émancipation de celles-ci. Les sciences sociales ont également apporté d'importants résultats concernant la « famille ». De nombreux travaux permettent en effet de relativiser le modèle familial occidental et de sortir d'une vision « naturelle » de la famille pour au contraire mettre en avant la pluralité des modèles familiaux.

4Le manifeste présente ensuite trois autres exemples sur lesquels les sciences sociales portent un regard particulier. Il en va ainsi de l'immigration. Les auteurs montrent comment la réinscription de l'immigration dans un temps historique — comme celui des évolutions du capitalisme mondial — permet de comprendre l'origine de nos catégories de jugement et d'arrêter de considérer l'immigré comme un « problème ». Les sciences sociales offrent également la possibilité de questionner des sujets « tabous » comme le fonctionnement de nos « démocraties pluralistes ». Les auteurs décortiquent les principaux mythes démocratiques, comme celui selon lequel les élus agiraient toujours au nom et dans l'intérêt des représentés ou encore celui selon lequel les « citoyens » entretiendraient tous des rapports égalitaires à la politique. Le manifeste évoque enfin le rapport des sciences sociales à la doxa économique et au néolibéralisme. Les auteurs expliquent comment, en étant devenue une « “pensée commune” sur le monde social » (p. 28), la vulgate économique participe activement au nom de la science à l'invisibilité des sciences sociales critiques.

5Dans une seconde partie, nommée « les raisons de la colère », les auteurs du manifeste abordent les processus à l’œuvre dans les trois espaces sur lesquels prennent appui les sciences sociales : l'université, l'édition et les médias. Chacun de ces secteurs étant traversé par des « logiques de rentabilité, de rationalisation et de concentration » (p. 34). Tout d'abord, concernant l'espace académique, les auteurs développent l'idée que les effets désastreux du processus de « modernisation » des universités résultent de la stratégie de Lisbonne adoptée en 2000 et des réformes qui en découlent comme la LRU en France. Afin de développer « l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde »2, les auteurs montrent comment la mise en concurrence généralisée entre universités a entraîné, selon le credo libéral, la faillite des universités les plus « faibles » dans un objectif recherché. Les auteurs craignent que cela concentre les sciences sociales dans quelques universités puissantes, avec un fort risque de conformisme, tandis que les autres universités n'auront d'autre choix que de se mettre au pas du monde économique. Le manifeste indique ensuite comment cette mise au pas de la recherche passe par les deux instruments essentiels que sont le financement par projet et l'évaluation permanente. Le financement par projet entraîne ainsi nécessairement une précarisation d'une partie des chercheurs et un développement des recherches appliquées et utiles au secteur privé.

6Le manifeste souligne enfin comment les sciences sociales sont de plus en plus marginalisées dans l'édition et les médias dominants. Dans l'édition, les auteurs développent l'idée que les logiques de rentabilité à l’œuvre conduiraient à invisibiliser la littérature des sciences sociales. Ils remettent également en question l'idée d'une absence de lectorat, arguant qu' « un public, ça se construit » (p. 44). La marginalisation des sciences sociales dans les médias serait quant à elle à mettre en parallèle avec les transformations du champ journalistique et son autonomisation, processus que les auteurs du manifeste présentent plus en détail. Concernant ces deux espaces, le manifeste appelle à des actions significatives et des alliances, avec des éditeurs et libraires indépendants d'une part, et avec des journalistes qui défendent une autre conception de leur métier d'autre part.

7Dans une troisième partie, intitulée « contre-attaque », les auteurs soulignent la nécessité d'une mobilisation en vue que les sciences sociales regagnent une certaine autonomie. Mobilisation qui pourrait même aller bien au-delà de cet objectif, en essayant par exemple de donner au plus grand nombre « les moyens d'une appropriation des analyses forgées » (p. 49). Plusieurs idées centrales sont ensuite développées. Le manifeste montre comment la contribution des chercheurs aux luttes sociales, à travers leurs études sur la « genèse des points de vue » (p. 51), doit nécessairement se doubler d'une auto-analyse, c'est-à-dire d'un examen critique de ses propres dispositions. Dans le cas contraire, le risque de biais paraît inévitable. Les auteurs expliquent comment cette absence de neutralité du « je » pose également la question du rapport entre le savant et le politique, autrement dit entre les sciences sociales et la critique militante. L'idée défendue ici est que les sciences sociales ont tout à gagner à se nourrir des engagements — et inversement — dans une « proximité avec les acteurs et distance à leurs enjeux » (p. 54).

8Le manifeste défend ensuite la spécificité des sciences sociales dans le recours aux données du terrain, en montrant comment les sondages d'opinion sont à l'extrême opposé de l'exigence que cela implique. Ce qui requiert de porter une attention toute particulière aux conditions de réalisation du travail empirique. De plus, les auteurs notent que les résultats des enquêtes peuvent tout autant contribuer à doter les dominants de nouveaux outils de domination symbolique, qu'aider les dominés dans leurs luttes contre les dominations, à condition d'habituer ces dernier au regard des sciences sociales. Le manifeste défend par ailleurs la dimension nécessairement critique des sciences sociales et montre comment ce positionnement critique est également d'ordre politique. Les auteurs reviennent enfin sur le sens de l'appel réalisé par l'intermédiaire de ce manifeste, en insistant sur l'idée que ce « “Nous” de combat » (p. 59) auquel ils appellent, reste à faire émerger. Ils soulignent comment ce « Nous » sera tout à la fois singulier, dans son rejet de ceux qui mettent les sciences sociales au service de la légitimation de l'ordre dominant, et pluriel dans sa volonté de débattre et de ne pas être consensuel. Cette lutte contre les menaces qui pèsent sur les sciences sociales nécessitera ainsi « un combat sans merci » (p. 62), et passera par « un “Nous” de protestation et de passion pour que les sciences sociales critiques réarment les luttes » (p. 63).

  • 3 Franck Poupeau, Les mésaventures de la critique, Éditions Raisons d'Agir, 2012, pp. 99-100. Voir le (...)

9Ce petit manifeste offensif et dynamique ne devrait pas laisser indifférent. Le malaise profond quant à la place des sciences sociales, de plus en plus soumises à des injonctions d'expertise, rejoint celui déjà établi par certains chercheurs, à l'image de Franck Poupeau qui notait ainsi que « les conditions de production et de diffusion du discours sociologique contribuent à neutraliser ce qu'il peut avoir de politiquement subversif »3. Si tout reste en effet à construire pour défendre les sciences sociales critiques et les promouvoir au plus grand nombre, il reste à espérer que cet appel vivifiant sera entendu.

Haut de page

Notes

1 http://www.champlibre.org.

2 http://www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressData/fr/ec/00100-r1.f0.htm.

3 Franck Poupeau, Les mésaventures de la critique, Éditions Raisons d'Agir, 2012, pp. 99-100. Voir le compte-rendu de lecture : http://lectures.revues.org/10363.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenhaël Blorville, « Champ libre aux sciences sociales, Manifeste : la connaissance libère », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 juillet 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11902

Haut de page

Rédacteur

Gwenhaël Blorville

Doctorant en sociologie à l'université François-Rabelais de Tours, laboratoire CITERES (UMR 7324).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page