Skip to navigation – Site map

Céline Loudier-Malgouyres, Le retrait résidentiel à l’heure de la métropolisation

Sébastien Bauvet
Le retrait résidentiel à l'heure de la métropolisation
Céline Loudier-Malgouyres, Le retrait résidentiel à l'heure de la métropolisation, Paris, PUF, series: « La ville en débat », 2013, 96 p., ISBN : 9782130617334.
Top of page

Full text

1Urbaniste devenue consultante, Céline Loudier-Malgouyres signe un petit ouvrage qui traite des enjeux sociaux liés au mode de vie en « enclave résidentielle », espace fermé qui « semble tourné vers l’espace domestique, pour valoriser une vie à soi dans toute sa portée individualiste » et « organisé sur un mode collectif, acceptant d’intégrer cette vie à soi dans un fonctionnement collectif, un collectif positionné par rapport au monde extérieur, pour le tenir à distance tout en bénéficiant de ses ressources » (p. 5). Croisant les questionnements de la sociologie urbaine et ses propres travaux empiriques, ainsi que ceux de géographes et d’urbanistes spécialisés, l’auteure cherche à expliquer les logiques de ces expériences en s’affranchissant des présupposés ségrégatifs et sécuritaires que génère habituellement ce type de choix.

2Un premier chapitre rappelle que les espaces résidentiels français ne s’apparentent pas aux gated communities – sortes de villes fermées et sécurisées destinées aux classes supérieures, notamment aux États-Unis. La « fermeture » ne concerne qu’une part minime des programmes immobiliers, et la tendance à la hausse de l’enclavement, répondant par ailleurs à des logiques économiques et des impératifs réglementaires, répondrait par ailleurs à un désir de « tranquillité » plus que de « sécurité ». Décrivant certaines configurations des constructions, l’auteure distingue une dimension « endogène » de l’enclavement, qui a pour effet, d’une part, le « retrait de l’ensemble », marquant la frontière et l’idée de franchissement, et d’autre part, la « territorialité », façonnée par la « personnalisation et l’introversion de l’ensemble », et une dimension « exogène », qui tient à la nature de l’environnement immédiat de l’ensemble, dont la forme (des espaces de loisirs aux espaces agricoles) influe sur l’isolement (pp. 22-23).

3Le deuxième chapitre se concentre plus spécifiquement sur l’expérience vécue des habitants, et questionne en particulier leur satisfaction vis-à-vis de résidences qui restent pourtant formatées fonctionnellement. Il émerge des témoignages la constitution d’un collectif protecteur, dans un « cadre rassurant devenu nécessaire dans une société où vie au travail comme vie publique d’une manière générale sont perçues comme plus compliquées, plus incertaines, plus chargées de menaces. » (p. 35). La définition de la « tranquillité » se précise ici comme l’absence du risque et la maîtrise des nuisances, ces deux dimensions croisant précaution vis-à-vis de la circulation routière et réduction des conflits de voisinage, ou de ce qu’on appelle les « incivilités » – terme qui n’est pas employé par l’auteure. Plus positivement, l’espace commun de la résidence, est générateur de capacités de contrôle et de gestion, qui articule un « collectif » à double face : « le collectif discret, en fonctionnant sur le principe de l’engagement minimal, ne pèse pas sur l’individu ; le collectif familier, ensuite, va lui fournir le sentiment d’appartenance nécessaire à son équilibre lui signifiant qui est ‘seul sans être isolé’ » (p. 52).

4Enfin, le troisième chapitre observe le retrait résidentiel par le prisme de la mobilité, à la fois pratique et contrainte structurante de la société contemporaine. Dans la lignée d’autres travaux, l’auteure distingue deux manières d’investir la résidence, celle-ci comme un centre autour duquel on gravite pour des raisons presque forcées selon une logique centripète, ou bien comme une base à partir de laquelle on rayonne vers d’autres lieux et d’autres liens selon une dynamique centrifuge » (p. 60). Par ailleurs, cette sécurisation aux atours moraux rencontre la possibilité rassurante de maîtriser matériellement et préserver financièrement son patrimoine immobilier, face aux évolutions négatives potentielles de l’environnement résidentiel. Cette dynamique pose la double question du déficit de solidarité et du retrait social, à laquelle Céline Loudier-Malgouyres s’efforce de répondre en fin de chapitre comme en conclusion. Remarquant qu’il s’agit là d’orientations liées à la volonté d’autonomie, elle souligne dans le même temps des risques situés à un niveau plus général et liés entre eux : un risque politique porté par le poids des résidents et de la défense de leurs intérêts dans la vie publique communale (p. 73), et un risque social produit par un déficit de « socialisation par frottement dans les milieux publics » (p. 77). Pour l’auteure, les politiques publiques doivent, par la gestion des espaces publics et la réglementation des enclaves résidentielles, empêcher que le retrait résidentiel ne se transforme en sécession sociale.

5Malgré les limites imposées par son format, cet ouvrage éclaire certains aspects de la vie périurbaine, et répond au souci sociologique de prendre au sérieux l’expérience vécue d’individus ou de familles dont les choix pourraient facilement se laisser assimiler comme une volonté consciente et préalable de se sécuriser. L’auteure articule de façon convaincante et équilibrée les caractéristiques structurelles des espaces résidentiels et de leur environnement, et les logiques sociales au cœur desquelles se retrouvent les habitants. Toutefois, certaines dimensions de l’analyse oblitèrent les mécanismes de construction des représentations sociales. Par exemple, l’utilisation du registre de la « tranquillité » pour décrire les aspirations de la population des résidences, devrait être confrontée à sa mobilisation par les experts de la sécurité et les élus politiques locaux afin de justifier les dispositifs sécuritaires (et parfois même de façon plus importante que le registre de la « sécurité » lui-même). Surtout, l’analyse reproduit une limite rencontrée dans la plupart des travaux de géographes et d’urbanistes sur ce sujet, à savoir une vision essentiellement normative et synchronique de la socialisation. L’auteure, en justifiant les possibles découragements des habitants par les expériences négatives – « si la vie commune dans l’espace public n’est que conflit et contraintes, elle perd de sa vertu ‘socialisante’ » (p. 77) –, fait involontairement de la socialisation un processus de sociabilité neutre socialement.

  • 1  David Garland, The Culture of Control. Crime and social order in contemporary society, Oxford, Oxf (...)

6Enfin, une piste intéressante, qui est seulement esquissée, concerne l’impact dans le temps d’une socialisation en retrait ; non pas celles des individus adultes, nourris par leur parcours de vie et au moins en partie insérés dans d’autres espaces sociaux, mais celles des générations pour qui ce type espace peut devenir constitutif de la socialisation primaire. En mettant en perspective cette logique avec d’autres processus d’enclosure et de contrôle d’accès, on voit tout de même se dessiner un univers de socialisation empreint d’une « culture de la peur », ou du moins de que ce David Garland appelle la « culture du contrôle »1, qui ne s’affranchit pas complètement de l’idéologie sécuritaire.

Top of page

Notes

1  David Garland, The Culture of Control. Crime and social order in contemporary society, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Top of page

References

Electronic reference

Sébastien Bauvet, « Céline Loudier-Malgouyres, Le retrait résidentiel à l’heure de la métropolisation », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 05 July 2013, connection on 22 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11903

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page