Navigation – Plan du site

Patricia Vendramin (dir.), L’engagement militant

Maxence Morel
L'engagement militant
Patricia Vendramin (dir.), L'engagement militant, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2013, 190 p., ISBN : 9782875581174.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une réflexion sur la définition de la notion de « mouvement social », on pourra se référer à (...)
  • 2  Voir dernièrement Jacques Ion, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012. (...)
  • 3  John Cultiaux et Patricia Vendramin, Militer au quotidien, Louvain : Presses Universitaires de Lou (...)

1L’année 2011 a été secouée par de nombreux mouvements sociaux, comme le rappelle l’introduction de L’engagement militant. Si les mouvements ne se réduisent pas aux organisations militantes qui les composent1, ces dernières en sont néanmoins un élément incontournable. Or, depuis quelques dizaines d’années, les relations entre individus et organisations ont été l’objet de changements importants. Les travaux de J. Ion ont notamment souligné la montée en puissance d’un « engagement distancié » par rapport à un « engagement total », où le collectif primerait sur les individus2. Ces évolutions sont à la fois sources de réflexions scientifiques et de questionnements pratiques, comme en témoigne l’enquête de P. Vendramin et J. Cultiaux auprès de la Confédération des Syndicats Chrétiens (CSC), en Belgique3. L’ouvrage dirigé par P. Vendramin revient sur le militantisme tel qu’il se vit aujourd’hui, à travers neuf contributions, issues d’un colloque de septembre 2011 à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve.

  • 4  Daniel Gaxie, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science (...)

2Le premier chapitre, par P. Vendramin, vise à poser le cadre théorique dans lequel s’inscrit le reste du livre. L’engagement militant est défini comme la triple rencontre d’un individu, d’une organisation et d’une cause. Les contributions suivantes tendent cependant à se concentrer sur les deux premiers pôles de cette triade, le dernier apparaissant alors comme un produit de leur relation. Dans le deuxième chapitre, à travers une analyse des « grammaires d’action » militante, I. Pereira nuance la thèse de J. Ion. En effet, elle affirme l’existence d’une grammaire pragmatique, ou syndicaliste, d’action directe, en parallèle avec une grammaire léniniste d’engagement total et une grammaire nietzschéenne d’engagement affranchi. Selon cette troisième grammaire, les militants chercheraient à maintenir un équilibre entre les « rétributions du militantisme »4 et ses coûts, notamment sur la vie privée. Les militants n’ont pas peur de s’engager activement mais dans certaines limites. S. Nicourd (chapitre 7) inverse la perspective et s’interroge sur la construction de l’engagement par les organisations. Celles-ci s’assurent en effet de la fidélité de leurs membres à travers la mise en scène de leur cause qui sert alors de cadre collectif d’identification.

  • 5  Olivier Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revu (...)
  • 6  Depuis 2002, la procédure de la VAE permet la traduction par un diplôme de l’expérience profession (...)

3La notion de « carrière militante », inspirée de la sociologie de H. Becker et C. Wright Mills, s’avère également cruciale pour comprendre les logiques du militantisme. Elle permet notamment une vision processuelle de l’engagement et prolonge la comparaison des coûts et des gains au-delà du seul moment de l’adhésion et l’inscrit dans la durée5. En effet, ils évoluent au cours du temps, non seulement à cause de changements exogènes, mais aussi du fait des apprentissages militants. Ces derniers sont étudiés par L. Willemez (chapitre 3). Grâce à leur expérience militante, les individus engagés acquièrent des compétences, un « capital militant », qu’ils peuvent ensuite exporter et utiliser dans d’autres espaces sociaux. Si ce mouvement est facilité par les procédures comme la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE)6, il est aussi freiné par les organisations militantes, qui, à travers un « curriculum informel », renforcent leur lien avec leurs membres.

  • 7  Sandrine Nicourd (dir.), Le travail militant, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2009.
  • 8  Olivier Fillieule et Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris : Presses de Sciences Po (...)
  • 9  Même si les auteurs reconnaissent que des travaux sont nécessaires pour vérifier la réalité de ces (...)

4La métaphore professionnelle de la « carrière » invite en outre à considérer le militantisme comme un travail comme un autre7. Comme le pointe S. Nicourd, la division du travail militant met en jeu des rapports sociaux de pouvoir, organisés différemment selon le degré d’institutionnalisation des organisations. Décrivant le mouvement altermondialiste ou celui des Indignés, G. Pleyers (chapitre 6) met en avant leur rupture avec les mouvements précédents, dans la continuité de J. Ion. Ces nouveaux mouvements constituent pour G. Pleyers des « espaces d’expérience », dans la mesure où ils mettent en avant les expériences subjectives de leurs membres et expérimentent de nouvelles modalités d’organisation, plus horizontales. Ce travail de rupture est toutefois limité par la persistance d’inégalités et de relations hiérarchiques. Loin d’être neutre, la division du travail au sein des organisations militantes reproduit en effet les inégalités extérieures. O. Fillieule et V. Monney (chapitre 4) s’intéressent ainsi aux rapports sociaux de sexe8. Si la division genrée du travail domestique restreint l’accès des femmes au militantisme, le travail militant obéit lui aussi à des principes de genre. Les femmes se voient ainsi confier des tâches associées à leurs qualités « naturelles » ou du travail d’exécution, tandis que les hommes monopolisent les tâches les plus valorisées, notamment celles de direction. Dans le même temps cependant, le travail militant peut amener à un certain empowerment et une prise en compte de la division inégale du travail domestique9. Enfin J. Cultiaux (chapitre 8) montre que le travail des délégués syndicaux, au-delà des jeux de pouvoir internes aux organisations, doit aussi prendre en compte les attentes des travailleurs et la volonté de leurs responsables hiérarchiques, notamment en ce qui concerne la position de leur organisation dans le champ syndical. Or le manque de cohérence de ces logiques rend ce travail difficile.

  • 10  Lilian Mathieu, « L’espace des mouvements sociaux ». Cette notion permet d’analyser l’étendue des (...)

5La sociologie du militantisme ne peut en effet se contenter d’analyser les interactions individuelles et doit aussi prendre en compte les relations entre organisations au sein de « l’espace des mouvements sociaux »10. R. Hyman et R. Gumbrell-McCormick (chapitre 9) décrivent ainsi l’évolution des relations entre syndicats et partis politiques. Celles-ci ont connu une histoire différente dans les pays d’Europe occidentale selon la capacité des syndicats à peser sur les acteurs économiques de façon autonome. Depuis les années 1980, on a cependant pu observer une évolution parallèle vers un relâchement des relations entre partis et syndicats. Les auteurs avancent trois facteurs pour expliquer ce changement : le « brouillage idéologique » des syndicats ; le rétrécissement structurel de la population ouvrière et la capacité d’action réduite des États due au nouvel environnement politico-économique, parfois appelé « néo-libéralisme ». I. Sommier (chapitre 5) présente quant à elle, grâce à la notion de « cycles de mobilisation » empruntée à S. Tarrow, rendant compte de comment de nouveaux mouvements sociaux ont émergé depuis les années 1990. Initiés par des acteurs marginaux dans les organisations institutionnalisées et qui cherchent à s’en distancier en adoptant de nouveaux registres d’action et d’organisation, ces mouvements sont, au départ, disparates. Ils ne réussissent à s’unir qu’à travers un travail de cadrage, aboutissant à la production d’une identité collective. La nécessaire flexibilité de cette identité n’empêche toutefois pas les conflits.

6En définitive, la diversité des contributions rassemblées dans L’engagement militant permet d’offrir un panorama des approches mobilisées sur la question du militantisme, et de satisfaire les différents lecteurs intéressés par ce sujet. En effet, si certains chapitres peuvent laisser sur sa faim, leurs défauts sont compensés par d’autres.

Haut de page

Notes

1  Pour une réflexion sur la définition de la notion de « mouvement social », on pourra se référer à Olivier Fillieule, « De l’objet à la définition de l’objet. De quoi traite finalement la sociologie des mouvements sociaux ? », Politique et Sociétés, vol. 28, no1, 2009, pp. 15-36.

2  Voir dernièrement Jacques Ion, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012. Compte-rendu par Antoine Doré : http://lectures.revues.org/9794.

3  John Cultiaux et Patricia Vendramin, Militer au quotidien, Louvain : Presses Universitaires de Louvain, 2011.

4  Daniel Gaxie, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, no1, 1977, pp. 123 – 154.

5  Olivier Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n1-2, 2001, pp. 199-217.

6  Depuis 2002, la procédure de la VAE permet la traduction par un diplôme de l’expérience professionnelle.

7  Sandrine Nicourd (dir.), Le travail militant, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2009.

8  Olivier Fillieule et Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris : Presses de Sciences Po, 2009.

9  Même si les auteurs reconnaissent que des travaux sont nécessaires pour vérifier la réalité de ces effets, au-delà des seules déclarations des enquêtées.

10  Lilian Mathieu, « L’espace des mouvements sociaux ». Cette notion permet d’analyser l’étendue des mouvements sociaux au-delà des organisations militantes, par exemple dans les institutions étatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxence Morel, « Patricia Vendramin (dir.), L’engagement militant », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11912

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page