Navigation – Plan du site

Manifeste convivialiste. Déclaration d’interdépendance

Maryvonne Dussaux
Manifeste convivialiste
Manifeste convivialiste, Le Bord de l'eau, 2013, EAN : 9782356872517.
Haut de page

Texte intégral

1Rompant avec le principe de la neutralité politique, une soixantaine d’intellectuels francophones s’engagent dans le débat idéologique pour dessiner les contours d’un autre monde possible. Ils signent ce manifeste pour donner sens à toutes les initiatives qui naissent dans la société civile et qui construisent au quotidien un modèle alternatif qui tranche avec les modes de penser du libéralisme et du communisme. Les signataires partent du constat que notre monde est fait à la fois de menaces (réchauffement climatique et ses conséquences ; fragilisation des éco-systèmes et augmentation de la pollution; raréfaction des ressources énergétiques, minérales ou alimentaires; retour du chômage, de l’exclusion et de la misère ; multiplications des guerres civiles, tribales ou interethniques ; développement planétaire d’un terrorisme aveugle ; poids croissant des exigences de la haute finance rentière et spéculative sur les décisions politiques) et de promesses (triomphe de principe démocratique qui rend possible la fin de tous les pouvoirs dictatoriaux et corrompus ; déclin de l’occidentalocentrisme qui rend possible un nouvel universalisme ; introduction dans le débat public de la question du bien vivre et du développement ; technologies de l’information et de la communication qui multiplient les possibilités de création et d’accomplissement personnel ; généralisation de modes de production et d’échange décentralisés qui rendent possibles la transition écologique). Mais, pour eux, ces promesses ne pourront se réaliser que si nous savons faire face à toutes les menaces : menaces entropiques qui sont d’ordre matériel, technique, écologique et économique et menaces anthropiques qui sont d’ordre moral et politique.

2Pour les signataires de ce court texte, le défi central de l’humanité est la question de la violence entre les humains. Ils s’interrogent : «  Comment inciter [les humains] à coopérer pour se développer et donner chacun le meilleur d’eux-mêmes tout en leur permettant de s’opposer sans se massacrer ? Comment faire obstacle à l’accumulation de la puissance, désormais illimitée et potentiellement autodestructrice, sur les hommes et sur la nature ? ». Si une réponse n’est pas rapidement trouvée, l’humanité disparaîtra. Or, elle cherche depuis son origine, à travers les religions, les philosophies, les morales laïques et humanistes, des réponses à ces questions. Mais aucun de ces courants de pensée ne traite simultanément des quatre questions essentielles aux yeux des auteurs, qui sont les questions morale, politique, écologique et économique auxquelles on peut ajouter la question religieuse ou spirituelle. Le convivialisme ne souhaite pas être une idéologie qui s’ajoute aux autres mais se propose de revisiter tous ces courants de pensée pour trouver leurs points communs à partir de quatre principes fondamentaux :

3Le premier, le principe de commune humanité : par-delà les différences, il n’y a qu’une seule humanité qui doit être respectée en la personne de chacun de ses membres. Le second, le principe de commune socialité : les êtres humains sont des êtres sociaux pour qui la plus grande richesse est la richesse de leurs rapports sociaux. Le troisième, le principe d’individuation : la politique légitime est celle qui permet à chacun d’affirmer au mieux son individualité singulière en devenir, en développant ses « capabilités », sa puissance d’être et d’agir sans nuire à celle des autres, dans la perspective d’une égale liberté. Enfin, le principe d’opposition maîtrisée : la politique bonne est celle qui permet aux êtres humains de se différencier en acceptant et en maîtrisant le conflit. Le convivialisme est par conséquent « le nom donné à tout ce qui dans les doctrines existantes, laïques ou religieuses, concourt à la recherche des principes permettant aux êtres humains à la fois de rivaliser et de coopérer, dans la pleine conscience de la finitude des ressources naturelles et dans le souci partagé du soin du monde. Et dans notre appartenance à ce monde. »

4Pour ces penseurs, les institutions politiques actuelles ne peuvent proposer aux problèmes d’aujourd’hui que des réponses d’hier car elles sont aveuglées par deux postulats : le primat absolu des problèmes économiques sur tous les autres, et la profusion sans limite des ressources naturelles ou de leurs substituts techniques. Ils critiquent radicalement le concept d’un homo oeconomicus qui n’agirait que pour son intérêt propre, sans prendre en compte ses semblables. Selon eux, quatre séries de considérations sont à prendre en compte. Tout d’abord, des considérations morales : chaque individu peut espérer être reconnu dans sa dignité, ce qui lui interdit de basculer dans le désir infantile de la toute puissance et de mettre en danger, la commune socialité par exemple en monopolisant une quantité de biens qui compromet l’existence sociale de tous. Ensuite, des considérations politiques : dans la perspective convivialiste, un État ou un gouvernement ne peut se prétendre légitime s’il ne respecte pas les quatre principes décrit ci-dessus, s’il ne veille pas au bon équilibre entre biens et intérêts privés, communs, collectifs et publics. Pour continuer, des considérations écologiques : les humains ne peuvent plus se considérer comme maîtres et possesseurs de la Nature. Ils doivent retrouver une relation de don/contre-don afin de laisser aux générations futures un patrimoine naturel préservé. Pour finir, des considérations économiques : Il faut reconnaître qu’il n’y a pas de corrélation entre richesse monétaire ou matérielle d’une part et bonheur et bien-être de l’autre. Il est nécessaire d’instaurer un équilibre entre Marché, économie publique et économie de type associatif (sociale et solidaire), selon que les biens ou les services à produire sont individuels, collectifs ou communs.

5La lecture de ce texte nous laisse effectivement entrevoir que l’on peut imaginer un autre modèle social, plus respectueux de l’homme et de l’environnement et qui prend en compte l’intérêt des générations futures. Toutefois, comme souvent dans les réflexions prospectives, on se demande comment vont se concrétiser ces principes et qui seront les acteurs de leur mise en oeuvre. Les « armes » proposées sont essentiellement d’ordre individuel : l’indignation, la honte qu’il faut faire ressentir à ceux qui violent les principes du convivialisme, le sentiment d’appartenir à une communauté humaine mondiale, la mobilisation des affects et des passions. Dans la mesure où ce texte n’est qu’une étape sur le chemin de la réflexion engagée, nous ne pouvons qu’attendre des travaux de recherche qui précisent la déclaration et montrent la voie pour conduire le changement attendu1.

Haut de page

Notes

1  Des textes complémentaires peuvent être trouvés sur www.lesconvivialistes.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Manifeste convivialiste. Déclaration d’interdépendance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11914

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page