Navigation – Plan du site

Sébastien Chauvin, Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité

Pauline Adenot
Sociologie de l'homosexualité
Sébastien Chauvin, Arnaud Lerch, Sociologie de l'homosexualité, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013, 128 p., ISBN : 9782707154699.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage Sociologie de l’homosexualité, coécrit par Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, propose un panorama des recherches sociologiques effectuées sur la question du genre, et plus spécifiquement sur l’homosexualité et les homosexuels aussi bien en France que, pour certains de leurs aspects, dans le monde.

2L’enjeu de cet ouvrage synthétique est de mettre à jour d’une part la construction et l’ancrage socio-historiques du rapport individuel et social à la sexualité, et d’autre part les modalités d’élaboration de cultures spécifiques à partir de ces sexualités. L’un des apports majeurs des deux auteurs est ainsi de montrer que les différents traits essentialistes attribués aux homosexuels, loin de se limiter à la question de la sexualité ou de la conjugalité, renvoient autant aux modes de consommation qu’aux inscriptions territoriales, au rapport à la santé aussi bien qu’aux normes de genre. Ils montreront par ailleurs, à travers l’ensemble des thématiques abordées, que les homosexualités féminines et masculines, bien que souvent confondues dans une même communauté culturelle et politique, connaissent de forts contrastes tant dans leurs représentations sociales que dans le vécu des individus.

3L’ouvrage est divisé en six chapitres qui rassemblent un assez vaste champ d’études sur la question homosexuelle. L’introduction propose une courte analyse historique et critique du discours savant et de son évolution depuis le XIXe siècle à propos de l’homosexualité, permettant aux auteurs de mettre en lumière l’origine du poids actuel de la démarche étiologique dans les définitions et revendications identitaires de certains groupements homosexuels.

4Le premier chapitre tente de dégager la spécificité de l’approche sociologique par rapport aux autres sciences humaines, approche qui a notamment permis de décentrer le regard porté sur l’homosexualité des considérations médicales vers l’analyse d’un fait devenu social, sous l’influence, essentiellement, de recherches interactionnistes dans les années 1950. L’homosexualité devient alors une catégorie historiquement construite et socialement située. L’analyse sociologique va ainsi faire émerger la norme à travers la construction du concept de déviance et montrer comment la catégorisation mène à l’attribution d’un rôle social qui s’acquiert et se négocie sans cesse (analyses renforcées par les travaux de Goffman, notamment à travers la notion de stigmate).

5Le deuxième chapitre aborde la question des différentes formes d’homophobies et de leur corollaire, la nécessité du secret et la capacité à réaliser un coming out. De nombreuses recherches montrent que l’homophobie recouvre des réalités très contrastées (à commencer une distinction entre gayphobie et lesbophobie) et peut être rattachée à des phénomènes sociaux (au premier rang desquels les rapports de genre, mais aussi le fondement patriarcal des sociétés etc.) qu’il s’agit de mettre en lumière pour pouvoir analyser ses répercussions sociales. Chauvin et Lerch proposent ainsi une typologie des discours homophobes (religieux, anthropologique et communautaire) qui va leur permettre de faire un lien avec les recherches sur les discriminations envers les homosexuels, et notamment sur l’homophobie au travail, son hétéronormativité et l’intégration par les homosexuels de cette violence symbolique jusque dans leur corps. Les recherches consacrées au coming-out abordent quant à elles ce phénomène tout aussi bien en tant que stratégie politique en réponse aux mécanismes d’oppression qu’en tant que déplacement historique des frontières entre la sphère privée et la sphère publique.

6Le troisième chapitre renvoie aux recherches menées sur les modes de vie des homosexuels, incluant des éléments sexuels et non sexuels (la consommation, l’usage de l’espace urbain ou encore la santé). L’étude des modes de vie met en lumière une véritable difficulté méthodologique pour les chercheurs, contraints d’avoir recours à des questionnaires auto-administrés et anonymes, posant de sérieux problèmes de biais à l’analyse.

  • 1  Chauvin et Lerch utilisent tout au long de leur ouvrage l’orthographe « gay/gays » pour le substan (...)

7Les recherches montrent ainsi que si la consommation a tout d’abord constitué un enjeu de visibilité et donc de reconnaissance pour les homosexuels, elle est aujourd’hui devenue un enjeu commercial qui n’est pas sans conséquence sur les conceptions urbaines. Les grandes villes présentent ainsi des « contre-espaces paradoxaux », marginalisés en raison de leurs occupants et pourtant centraux dans l’espace urbain. Mais là encore, les recherches montrent que les modalités d’occupation du territoire entre gays et lesbiennes sont différenciées, des lieux de sociabilité aux espaces de la drague, complexifiés depuis quelques années par le développement des nouvelles technologies qui permettent et réhabilitent la séduction de proximité. L’espace public semble ainsi soumis à une certaine domination masculine et gaie1, même si les modes de sociabilité restent différents entre gays et lesbiennes.

8Le panorama des recherches sur la sexualité montre que la question du genre reste centrale, tant dans la façon d’exprimer son orientation sexuelle que dans les représentations sociales qui y sont associées, et cette polarité masculin-féminin semble trouver une expression privilégiée dans la division traditionnelle des rôles sexuels dans les couples homosexuels. Certaines recherches montrent en outre une récente libéralisation des mœurs (illustrée par des études sur la constitution et les différences de la pornographie gaie et lesbienne) qui a permis une diversification des communautés sexuelles semble t-il en réaction aux normes de genre hétérosexuelles (à travers le SM lesbien ou les bears gais par exemple).

9Les recherches sur la santé ont quant à elles été centrées majoritairement sur l’épidémie du SIDA et ses conséquences sociales, de la repathologisation de l’homosexualité au modelage d’une culture minoritaire dans toutes ses expressions par la maladie. Notons cependant que ce chapitre constitue davantage un état des lieux de la maladie et de son vécu au sein de la communauté homosexuelle qu’une recension des différentes recherches et apports théoriques en sociologie de la santé ou de la maladie.

10Le quatrième chapitre aborde la question des liens de sociabilité et des liens familiaux, à travers les différentes recherches menées sur les normes de sexualité et de conjugalité, la construction de familles alternatives à la famille biologique, et sur la question de la filiation homoparentale. Les études montrent notamment que les liens d’amitié sont autant pour les gays que pour les lesbiennes une source de soutien essentielle, entraînant de fortes relations de type fraternel ou sororal. Dans la même idée, de récentes recherches sur la filiation homoparentale ont mis en lumière la biologisation du lien de parenté en remettant en cause les fictions juridiques qui sont à son fondement. De nombreuses recherches reconstituent les étapes de la reconnaissance de la légitimité des modes de vie homosexuels (à travers différents phénomènes sociaux que sont par exemple l’épidémie du SIDA, puis plus récemment les débats autour du PACS ou du mariage), qui entraînent aujourd’hui la désexualisation de la représentation des couples homosexuels dans certaines catégories de la population, permettant plus aisément une association avec l’institution du mariage. Cette légitimation n’est pas non plus sans lien avec un certain rapprochement des couples hétérosexuels et homosexuels quant à leurs fondements, plus éloignés aujourd’hui de l’impératif de l’institution familiale et plus proche de l’élection affinitaire et de l’épanouissement individuel.

11Le cinquième chapitre aborde la question des mouvements gais et lesbiens sous l’angle de la sociologie des mouvements sociaux, et notamment dans leur rapport à l’État. Ces recherches peuvent être considérées à travers trois catégories : d’une part les études qui analysent ces mouvements sous l’angle des « nouveaux mouvements sociaux » (NMS), dont l’objectif est d’influencer le politique tout en œuvrant pour un renforcement identitaire ; d’autre part les recherches qui s’attachent aux organisations relevant du monde associatif et/ou culturel, soit au sein d’espaces sociaux spécifiques, soit regroupées autour de diverses identifications subculturelles ; et enfin les recherches qui renvoient spécifiquement aux mouvements de lutte contre le SIDA.

12Le dernier chapitre aborde quant à lui quelques grandes questions de la tradition sociologique telles que la mondialisation, le nationalisme ou encore le thème des classes sociales et de leur mobilité, envisagées sous le prisme de l’homosexualité.

13Cet ouvrage propose ainsi un panorama assez vaste des recherches sur les questions gaies et lesbiennes, complété par une bibliographie très riche aussi bien française qu’internationale. Tout en montrant au fil de l’ouvrage la spécificité du regard sociologique, les auteurs mettent en avant certains concepts qui permettent au lecteur d’amorcer une réflexion plus poussée. Il en est ainsi du concept d’hétérosexisme, qu’ils préfèrent à celui d’homophobie, dans la mesure où il permet de mettre en évidence les mécanismes sociaux de rejet, sans se limiter à la psychologie de l’individu. Par ailleurs, considérer l’homosexualité comme un fait social total permet de révéler la normativité implicite de certaines analyses de grandes thématiques sociologiques et montre comment le regard est façonné par des rapports de genre qui restent pourtant historiquement et culturellement situés. Cette Sociologie de l’homosexualité permet donc tout aussi bien de faire un point sur l’avancée des recherches en la matière que de nourrir de nouvelles études sur un sujet qui révèle sa diversité dans ses différentes représentations contemporaines.

Haut de page

Notes

1  Chauvin et Lerch utilisent tout au long de leur ouvrage l’orthographe « gay/gays » pour le substantif et « gai-e/gai-es » pour l’adjectif, selon la règle de francisation proposée par Clarisse Fabre et Éric Fassin (2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Adenot, « Sébastien Chauvin, Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 juillet 2013, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11915

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page