Navigation – Plan du site

Guillaume Lacquement, Karl Martin Born, Béatrice von Hirschhausen (dir.), Réinventer les campagnes en Allemagne. Paysage, patrimoine et développement rural

Camille Hochedez
Réinventer les campagnes en Allemagne
Guillaume Lacquement, Karl Martin Born, Béatrice von Hirschhausen (dir.), Réinventer les campagnes en Allemagne. Paysage, patrimoine et développement rural, ENS Éditions, 2012, 280 p., ISBN : 9782847883657.
Haut de page

Texte intégral

1La vingtaine de contributions réunies dans cet ouvrage collectif, issu d'un colloque franco-allemand tenu en 2007, fait dialoguer le regard de chercheurs français et allemands en sciences sociales avec celui de praticiens impliqués dans le développement rural autour de la question des dynamiques des campagnes allemandes. Ces dernières sont analysées au prisme de la politique européenne de développement rural et des grands mécanismes agricoles mondiaux.

2De prime abord, rien d'original dans le propos, qui insiste sur les mutations des fonctions des campagnes allemandes, et sur l'abandon de la seule fonction agricole au profit de la multifonctionnalité (résidentielle, écologique et touristique). La logique de patrimonialisation et la gestion participative décentralisée mises en avant par l'ouvrage sont au cœur du nouveau modèle de développement prôné par la Politique Agricole Commune (PAC), et sont donc communes à l'ensemble des espaces ruraux européens. L'originalité du propos réside néanmoins dans l'intérêt du cas allemand, non que les auteurs souhaitent le mettre dans une position d'exceptionnalité, mais parce que ce pays à la charnière entre l'ouest et l'est de l'Europe, confronté à la gestion de l'héritage socialiste et à de nouveaux processus de gouvernance, présente une réelle hétérogénéité territoriale entre dynamiques occidentales et dynamiques socialistes. Le cas allemand fait figure d'exemple pour interroger les politiques rurales et leurs devenirs, les conceptions de la ruralité sur le temps long et la mise en place de projets de développement dans le contexte fédéral qui laisse une large place aux initiatives locales. La notion de modèle et d'exemplarité est déclinée à plusieurs échelles. La focale nationale met l'accent sur des moments de basculement ou d'innovation qui ont marqué la question de la ruralité sur des changements de paradigme dans la politique d'aménagement du territoire. La focale des études de cas met quant à elle l'accent sur les pratiques et les dynamiques actuelles à l'échelle régionale et locale pour éclairer les effets de contexte. Ces deux focales sont mêlées dans les trois parties qui divisent l'ouvrage.

3La première partie s'interroge sur la construction du rural comme catégorie spatiale opératoire de l'aménagement du territoire, et sur la manière dont on a pensé les campagnes comme des ressources territoriales pouvant être à l'origine d'un processus de développement. Cet enjeu est décuplé en Allemagne depuis la réunification du pays en 1990. En effet, les contributions soulignent une trajectoire différenciée des espaces ruraux allemands selon qu'ils se situent à l'ouest ou à l'est du pays. Alors que la mobilisation de la ressource rurale est largement avancée à l'ouest sur le modèle européen de la diversification des campagnes, elle ne va pas de soi dans les nouveaux Länder, où certaines dynamiques (déprise, déclin démographique, exode rural) freinent la modernisation. Valoriser la ressource suppose effectivement un apprentissage social des règles et des normes de son identification. Le propos met l'accent sur la constitution du paysage en ressource rurale privilégiée par le développement local, depuis le projet caméraliste de la fin du XVIIsiècle jusqu'aux opérations récentes de valorisation touristique des paysages volcaniques de l'Eifel.

4La deuxième partie mêle regards littéraires et analyses spatiales pour s'interroger sur l'invention du patrimoine rural. Les contributions littéraires montrent comment les campagnes ont été mises en récit, par exemple dans les grandes œuvres de Siegfried Lenz ou de Theodor Fontane. Les contributions des géographes et des praticiens éclairent quant à elles la réinterprétation et la valorisation de ce patrimoine littéraire dans des projets de développement autour du Kulturlandschaft (paysages historiques).

5La troisième partie étudie les modes d'intervention des politiques publiques et de la sphère privée dans le domaine de l'aménagement rural, en explorant les changements de paradigme contemporains caractérisés par l'adoption d'une vision globale et intégrée des espaces ruraux, qui tranche avec une action portant jusqu'alors uniquement sur l'agriculture. Par ailleurs, c'est l'échelle micro-locale qui est privilégiée par les politiques de développement. Enfin, la complexité du montage des projets de développement est soulignée, liée la multiplicité des sources de financement, à la fois exogènes et endogènes. Il ressort des contributions un certain nombre d'effets pervers de ces évolutions paradigmatiques, notamment l'accroissement des disparités spatiales et des inégalités socio-économiques entre les espaces actifs capables de se saisir des nouveaux dispositifs de développement et des espaces passifs qui restent en marge de ces dynamiques. L'ouvrage aboutit à la conclusion assez attendue de campagnes allemandes post-réunification marquées du sceau d'un dualisme entre anciens et nouveaux Länder.

6L'originalité de l'ouvrage réside dans l'approche pluridisciplinaire ainsi que dans le souci constant de mettre en regard l'approche universitaire avec une approche plus appliquée. Le regard pluridisciplinaire mêlant sciences sociales et littérature reflète l'objectif général du livre de confronter les cultures scientifiques allemandes et françaises dans l'exploration des processus contemporains de construction de la ruralité en Allemagne. Il apporte de la profondeur à l'analyse des processus de patrimonialisation, du paysage et du développement : l'approche diachronique permet d'identifier des phénomènes de continuité ou au contraire de rupture dans les différents paradigmes. La contribution de l'historien G. Garner montre par exemple l'évolution de la conception des campagnes dans les théories économiques allemandes depuis l'époque moderne, et le rôle des espaces ruraux dans la construction de l'Etat-nation. Le dialogue entre approches universitaires et approches de praticiens se traduit quant à lui par un bon équilibre entre des chapitres généraux permettant de cadrer les objets d'étude (voir le chapitre de S. Depraz sur la définition des espaces ruraux allemands, ou encore celui d'U. Grabski-Kieron sur le développement rural intégré en Allemagne) et des études de cas dans des territoires géographiquement variés, à l'ouest du territoire (étude de cas sur l'Eifel) mais surtout à l'est (Thuringe, Mecklembourg-Poméranie). Celles-ci soulignent que le rural n'est pas un patrimoine en soi mais que sa valorisation nécessite une prise de conscience de sa valeur par les acteurs locaux réunis autour d'un projet. Le patrimoine est donc bien un construit social. La variété des échelles et formes des objets étudiés est également appréciable car elle est nécessaire à la bonne compréhension des processus de gouvernance à l'œuvre dans les projets de développement rural : ici sont étudiés la mise en patrimoine d'un parc de loisir, d'un musée ou de bâtiments agricoles, là les politiques de valorisation patrimoniale d'une région, d'un district (Kreis) ou d'une ville (par exemple Potsdam). Le texte est agrémenté d'illustrations bien dosées entre photographies et cartes à différentes échelles, parfois en couleur, qui offriront au lecteur peu familier de ces espaces des points de repère aisés. Le glossaire en fin d'ouvrage enrichit également la lecture car les auteurs ont fait le choix de laisser certains concepts en langue allemande (Heimat ou Kulturlandschaft par exemple). Ce va-et-vient s'avère pourtant fastidieux tant les entrées du glossaire sont longues.

7On regrette toutefois le manque de liant entre les différents chapitres, lié au fait qu'ils correspondent aux différentes communications d'un colloque. Si chaque partie est bien introduite par l'un des trois directeurs de l'ouvrage, une synthèse à la fin de chacune d'elles aurait permis au lecteur de faire plus facilement le lien avec la partie suivante. L'ouvrage souffre également de quelques longueurs, surtout dans la troisième partie dont les chapitres sont de longueur inégale. Il en ressort une l'impression d'absence de vision globale notamment en ce qui concerne les dispositifs d'aménagement des espaces ruraux dans la dernière partie : le lecteur découvre de nouvelles procédures de développement à chaque chapitre, le laissant dans une situation de confusion face à cette complexité. Cela peut nuire à l'objectif des auteurs de ne pas considérer l'Allemagne comme cas exceptionnel : l'absence de synthèse, par exemple sur les procédures, laisse peu de loisir au lecteur d'avoir une base pour comparer l'exemple allemand avec d'autres exemples européens. Enfin, il peut paraître surprenant que les références au développement durable soient si peu mobilisées, alors que ce type de développement constitue désormais le fil directeur de toutes les politiques européennes et a été à l'origine de la réforme de la PAC, à travers l'instauration du « deuxième pilier » (volet « développement rural »). L'ouvrage s'inscrit plutôt dans le champ du développement local, par la place de choix accordée à l'échelle locale, au concept de ressource territoriale, et par l'analyse de la mobilisation des acteurs autour de projets de développement. Cette approche a le mérite de montrer que, loin de constituer une rupture de paradigme, le développement durable s'inscrit dans la continuité des processus de développement participatif ou endogène mis en place depuis le début des années 1980.

8Il n'en reste pas moins que cet ouvrage constitue un panorama intéressant d'initiatives de développement rural dans un pays européen où l'intégration territoriale repose moins sur l'uniformisation des processus de développement que sur une valorisation différenciée des ressources spécifiques des territoires locaux capables de se mobiliser autour d'un projet. Le paysage y tient une place de choix, à l'interface entre nature et culture, et la richesse de l'approche pluridisciplinaire et multiscalaire proposée ici permet d'en saisir tous les enjeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Hochedez, « Guillaume Lacquement, Karl Martin Born, Béatrice von Hirschhausen (dir.), Réinventer les campagnes en Allemagne. Paysage, patrimoine et développement rural », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11930

Haut de page

Rédacteur

Camille Hochedez

Maître de conférences, Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page