Navigation – Plan du site

Marc Perrenoud (dir.), Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail

Philippe Masson
Les mondes pluriels de Howard S. Becker
Marc Perrenoud (dir.), Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail, La Découverte, coll. « Recherches », 2013, 237 p., ISBN : 978-2-7071-7647-9.
Haut de page

Texte intégral

1En octobre 2011, un colloque sur l’héritage interactionniste en sociologie du travail s’est tenu à Lausanne autour d’Howard Becker. On sait l’importance de la sociologie du travail dans la tradition de Chicago – pour autant que celle-ci existe, ce qui reste controversé – qui a ainsi contribué au renouvellement de cette spécialité. Ecartons d’emblée un possible malentendu que pourrait suggérer le titre du colloque. L’ouvrage, dirigé par Marc Perrenoud, ne porte pas tant sur les sociologues du travail et leurs enquêtes qui se rattachent à cette tradition que sur une partie des travaux d’Howard Becker dans ce domaine. Il n’est pas question ici des recherches de Fred Davis, de Donald Roy, d’Eliot Freidson, ou de Julius Roth, par exemple, mais principalement d’Howard Becker et, dans une moindre mesure, d’Everett Hughes son professeur à Chicago. La sociologie du travail par les sociologues de Chicago est appréhendée ici, non pas tant comme le fruit d’un travail collectif mené sous la direction de Hughes à partir des années 1950, mais à partir d’une de ces figures les plus emblématiques, celle d’Howard Becker. Il faut sans doute y voir un effet des traductions françaises et des carrières respectives des auteurs de cette tradition. Becker a consacré plusieurs de ses enquêtes aux mondes professionnels (des enseignantes des écoles publiques de Chicago, jusqu’aux mondes de l’art en passant par les musiciens de jazz, les étudiants et les professeurs de médecine, ou les chercheurs en sciences sociales). Mais, autre effet des traductions, ce sont les recherches sur les mondes de l’art qui sont ici la principale source d’inspiration des auteurs francophones de cet ouvrage. Il n’est pas question dans les diverses contributions de Boys in White ou de Making the Grade, par exemple.

  • 1  Le lecteur pourrait alors se demander comment, et non pourquoi, les travaux de Becker ont connu un (...)

2L’ouvrage se divise en deux parties : la première présente six études de cas de sociologie du travail dans lesquelles les catégories d’analyse de Becker et de Hughes sont mises à l’épreuve de terrains variés ; la seconde repose sur des textes méthodologiques ou épistémologiques sur la sociologie de Becker. Il ne suffit pas de rassembler divers auteurs qui partageraient un même intérêt pour faire un livre. Comme souvent en pareil cas, celui de l’ouvrage collectif, les contributions ne forment pas un ensemble homogène. Si vous voulez un bon conseil de lecteur, commencez donc par la contribution de Marc-Henry Soulet qui rappelle les quelques postulats qui guident la méthode de Becker : l’objet de la sociologie est ce que les gens font ensemble, ce qui conduit à porter plus d’attention aux catégories d’activité qu’aux catégories de personnes ; ce qui se produit, les résultats de l’action collective, auraient pu se dérouler autrement, c’est-à-dire que ces résultats sont contingents ; il n’est donc jamais possible de réduire cette action collective et ses résultats à un acte unique, un facteur principal ; dès lors, nous ne devons pas tant rechercher les causes de l’action collective que l’envisager comme un processus et en faire alors l’histoire, en décrire le déroulement. La plupart des processus que nous étudions sont le fruit du travail de quelqu’un. Becker revient d’ailleurs, dans l’ouvrage, sur les conséquences qu’il y a à envisager l’art comme un travail (chapitre 7). Il rappelle son intérêt pour une approche génétique des œuvres d’art et des mondes de l’art qui conduit généralement soit à voir comment advient un phénomène artistique, soit ce qui lui arrive. Dans l’analyse des étapes qui conduisent à un phénomène artistique, n’hésitez pas à vous focaliser sur l’étude des conflits. Dans l’observation du destin des œuvres ou des genres artistiques, soyez attentif aux bases financières des organisations des mondes de l’art (p. 122)1.

3Armé de cette première compréhension des conceptions de la recherche de Becker, le lecteur peut passer aux analyses de cas qui illustrent l’usage et la pertinence des concepts forgés par le sociologue américain. Les concepts d’entrepreneur de morale, de client idéal, de carrière horizontale, de mondes de l’art, ou encore la distinction entre art et artisanat sont ainsi mis à l’épreuve. Deux autres concepts (celui de faisceau de tâches et de celui de drame social) proposés par Hughes sont aussi utilisés. On y apprend que le dopage (chapitre 1) est un analyseur pertinent du drame social du travail sportif et l’on voit comment, progressivement, se doper est devenu une pratique déviante, requalifiée comme un problème social par quelques médecins entrepreneurs de morale. Le travail à l’hôpital est aussi envisagé comme un drame social. Charles Gadéa et Hélène Cléau s’intéressent ainsi à la relation patient/médecin (chapitre 3) qui fascine tant les sociologues de la santé. Autour du contrôle de patients atteints d’un cancer de la prostate se joue la dimension théâtrale des groupes professionnels de l’hôpital. Une autre contribution (chapitre 2) se demande comment tenir le rôle de DRH avec précision, au quotidien, dans l’industrie horlogère suisse. La socialisation professionnelle y est tardive et elle ne gomme pas les dispositions sociales qui lui sont antérieures. On peut s’étonner que les textes de Becker sur les processus de changement personnel autour de la socialisation adulte (publiés dans Le travail sociologique. Méthode et substance, 2006) n’y soient pas discutés. Valérie Rolle utilise une ficelle de Becker (privilégier le comment sur le pourquoi) pour son analyse des savoirs pratiques des tatoueurs.

4Quelques contributions vont au-delà de l’illustration des usages que l’on peut faire des concepts forgés par l’auteur des Mondes de l’art. Elles s’interrogent sur leur pertinence. Becker a défini ses concepts à partir de terrains situés aux Etats-Unis, dans les années 1960, pour une notion comme Outsiders, ou dans les deux décennies suivantes pour ceux utilisés dans ses travaux sur l’art. Bref, ils sont spatialement et temporellement datés. S’appliquent-ils facilement et pertinemment au contexte français des années 2000 ? Si je m’intéresse aux musiciens de jazz d’aujourd’hui, dois-je nécessairement faire référence à Outsiders ? Telle est la question de Marc Perrenoud dans sa contribution (chapitre 5) à partir de son travail sur les musicos du Sud-Ouest. Comme il faut aussi se préoccuper des lecteurs de ce compte rendu, je laisse la question en suspens pour vous inciter à aller chercher par vous-même la réponse. Marie Buscatto montre dans son texte (chapitre 6), à partir de travaux francophones récents sur les artistes, que le concept central de Becker dans ce domaine est toujours pertinent. Le travail artistique peut encore être analysé comme une activité collective, le concept de « mondes de l’art » permet bien de rendre compte des changements et des permanences dans ce secteur d’activités, et il est aussi adapté à l’analyse de la hiérarchisation de ces mondes (ce qui n’est donc pas l’apanage de la notion de champ). Il faut alors lire, dans la foulée, la contribution d’Arthur Zinn-Poget et d’Isabelle Zinn (chapitre 10) qui proposent une réflexion sur le statut des concepts chez Becker, en rappelant finalement le bon sens : « leur pertinence transsituationnelle et générale demande toujours à être vérifiée » (p. 181).

5La méthode est un thème transversal à deux contributions. On notera, avec ironie, la faible place que les considérations méthodologiques occupent dans cet ouvrage collectif à propos d’un sociologue américain qui a écrit des textes importants sur les méthodes sociologiques, en particulier l’observation. Presque tous les contributeurs ont préféré se pencher sur la question des concepts dans un style souvent académique, bien éloigné de celui de Becker. Anne-Marie Arborio rappelle, à partir d’un retour réflexif sur sa thèse sur le travail des aides-soignantes, l’intérêt à combiner l’exploitation des dossiers du personnel et l’observation directe (chapitre 8). Michaël Meyer, à partir d’un travail de sociologie visuelle du travail policier, s’interroge sur ce que pourrait être une sociologie de l’œil professionnel. Quel est le point commun entre les policiers de rue, les sociologues qui pratiquent assidûment l’observation participante, les photographes professionnels, les vigils des grandes surfaces ? L’œil, savoir regarder et observer. Nous aurions là toute une sociologie du regard à la base d’activités professionnelles, dont Meyer trace les premières lignes.

6Enfin, le lecteur soucieux d’approfondir sa compréhension du travail sociologique de Becker pourrait achever sa lecture par la contribution de Pierre-Michel Menger, plus ardue sur le fond comme sur la forme. Si Hughes et Becker mettent souvent au centre de leur travail sociologique la comparaison de métiers très dissemblables, leurs analyses sont une manière d’élaborer une autre conception de l’étude de la stratification. Menger rappelle aussi que ces auteurs partent d’une « définition relationnelle du travail [qui] conduit à adopter une conception contingente des métiers et des professions, dans laquelle les différentes qualités positives et négatives du travail ne sont jamais radicalement séparées » (p. 217). Becker ne respecte pas la hiérarchie de crédibilité des métiers et des professions. Une autre manière de le dire est proposée par Marc-Henri Soulet qui souligne que la sociologie de Becker se distingue par « un certain cynisme, une certaine irrévérence, une certaine indocilité, un certain dilettantisme » (p. 200). Il est dommage qu’une bonne partie des contributions de ce livre collectif ne soit pas au diapason de ces caractéristiques.

Haut de page

Notes

1  Le lecteur pourrait alors se demander comment, et non pourquoi, les travaux de Becker ont connu un tel succès en France tant les principes du sociologue américain sont éloignés de ceux qui fondent la tradition durkheimienne. Il en trouvera une première réponse dans la contribution de Jean-Michel Chapoulie qui est un témoignage sur l’introduction et la réception de Becker en France, et dont je ne rendrais pas compte en raison de la charte de déontologie du site de Lectures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Masson, « Marc Perrenoud (dir.), Les mondes pluriels de Howard S. Becker. Travail sociologique et sociologie du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11934

Haut de page

Rédacteur

Philippe Masson

UFR de Sociologie, Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page