Navigation – Plan du site

Thierry Gaillard, La renaissance d’Œdipe. Une mythanalyse transgénérationnelle

Olivier Gras
La renaissance d'Œdipe
Thierry Gaillard, La renaissance d'Œdipe. Une mythanalyse transgénérationnelle, Genève, Écodition, coll. « Le visible et l'invisible », 2012, 144 p., 1ère ed. 2004, ISBN : 9782970077329.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie. L’Anti-Œdipe, Paris, Les Éditions (...)
  • 2  Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Pocket, « Agora », 1999 ; Otto Rank et H (...)

1Le complexe d’Œdipe était devenu une sorte de vade-mecum de la pensée commune, tant sa popularisation après Freud fonctionnait comme un rempart contre l’histoire même d’Œdipe ainsi que son explication latente. Le garçon voulait tuer papa et coucher avec maman, tel est le poncif sous lequel se comprenait l’explication post-freudienne. « Quelle erreur d’avoir dit le ça », affirmait en son temps Gilles Deleuze1 pointant ainsi la réduction freudienne à quelques formules se vidant de leur contenu. C’était en effet faire fi des multiples tentatives d’explication de la mythologie par la psychanalyse (notamment Bettelheim, Rank et Devereux2). L’ouvrage de Thierry Gaillard se propose à la fois comme une lecture et une interprétation du mythe d’Œdipe, mais aussi, et surtout, comme un élargissement aux thématiques psychanalytiques transgénérationnelles.

  • 3  Nicolas Abraham et Maria Török, L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion, « Champs », 1999.

2L’auteur retrace ainsi le mythe d’Œdipe en se basant sur les deux pièces de Sophocle, Œdipe-roi et Œdipe à Colone, organisant les deux récits comme un tout cohérent. Ces deux récits, mêlés à l’histoire de Thèbes, s’avèrent indispensables pour penser les processus d’ « aliénation et d’émancipation transgénérationnels ». Aliénation car « un autre en soi rejoue perpétuellement les conflits œdipiens refoulés ». Émancipation quand Œdipe parvient à trouver le « sujet en soi » dans un cheminement « qui mène à la connaissance de soi et à la découverte de l’autre ». Les sagesses anciennes, que semble apprécier l’auteur, donnent ce ton quelque peu ésotérique, mais il n’en demeure pas moins qu’il pense les héritages transgénérationnels de façon rigoureuse : « Il apparaît que ce qui n’est pas dit à la première génération tend à devenir innommable à la deuxième génération puis proprement impensable pour la troisième génération » (p. 43). Cela se traduit sous la forme de somatisation, d’actes ou de paroles manqués, laissant apparaître le « fantôme »3 au sein même du sujet et ouvrant la voie à une analyse pychogénéalogique.

  • 4  Marcel Détienne, Les Maîtres de vérité dans la Grèce antique, Paris, Le Livre de poche, 2005 ; Jea (...)
  • 5  « La charge inconsciente de l’infanticide d’Agavé se reporte donc sur les Labdacides et sur les Th (...)

3Afin de saisir quelles sont les aliénations d’Œdipe, l’auteur fait une analyse serrée d’Œdipe-roi, remontant le temps afin de mettre au jour les héritages transgénérationnels d’Œdipe. Usant des concepts classiques de la psychanalyse, il croise ses interprétations avec celles des grands hellénistes4. Il montre ainsi les multiples répétitions traumatiques au sein de la lignée des Labdacides qui occupent le pouvoir de Thèbes : les deuils non faits des pères ; les infanticides (notamment celui de Penthée par Agavé 5) ; le rôle déterminant de l’oracle dans le destin de Thèbes et celui d’Œdipe ; la conquête de monstres : Cadmos, le fondateur de Thèbes, tue un dragon avant d’édifier Thèbes, tandis qu’Œdipe vainc la Sphinge qui terrorise la cité. Le contexte originaire est primordial pour saisir les passages à l’acte d’Œdipe, ce sont en effet le parricide et l’inceste qui lui font prendre conscience de la lignée « boiteuse » des Labdacides (étymologiquement, Œdipe signifie pieds enflés).

4L’importance de l’aléthèia, la quête de la vérité pure, est capitale pour Œdipe, elle lui permet de réaliser où se trouvent ses origines afin de les intégrer à son économie psychique et ainsi de dépasser son « aliénation ». En termes plus psychanalytiques, l’aléthèia peut être assimilée au travail actuel de la cure. En filigrane de l’interprétation des pièces de Sophocle, l’auteur montre en quoi la tragédie fonctionne comme une catharsis pour la société grecque. C’est la raison pour laquelle il voit en Sophocle un philosophe. Mais, il fait aussi de lui un penseur pré-psychanalytique dans la mesure où il lie systématiquement les intrigues familiales et les conflits sociaux, ce que fit Freud également en s’inspirant systématiquement de la dramaturgie grecque pour penser la psychanalyse. C’est ainsi qu’exilé par les habitants de Thèbes qui font de lui un bouc-émissaire, un pharmakos, Œdipe « renaît » à Colone, comme sujet ayant dépassé ses conflits transgénérationnels. « De Thèbes à Colone, le parcours d’Œdipe illustre autant la mise en scène tragique des héritages transgénérationnels que la naissance et le développement du sujet qui se libère de sa préhistoire » (pp. 108-109).

  • 6  Georges Devereux, Essais d’ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard, « Tel », 2003, p. 162.

5On peut regretter toutefois l’absence de matériel clinique actuel, qui est le propre de la psychanalyse. Malgré le constat que « les intégrations transgénérationnelles contemporaines et l’interprétation des anciens mythes partagent une même langue symbolique » (p. 22), les actualités que l’auteur décèle ne sont que d’ordre très général. Alors que dans une étude consacrée au mythe d’Œdipe, Devereux croise l’histoire du mythe avec l’analyse d’un patient afin d’en dégager toute l’efficacité, mais aussi d’en fournir une explication moins communément admise. En effet, l’histoire de Laïos, véritable père d’Œdipe, fournit une interprétation du fantasme œdipien comme « une victoire homosexuelle remportée sur le père féminisé »6, celle-ci étant « justifiée par l’agression homosexuelle symbolique antérieure du père contre le fils » (Ibid., p. 169).

Haut de page

Notes

1  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie. L’Anti-Œdipe, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, p. 7 ; voir également la discussion du complexe pp. 181-217.

2  Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, Paris, Pocket, « Agora », 1999 ; Otto Rank et Hans Sachs, Psychanalyse et sciences humaines, Paris, PUF, « Bibliothèque de psychanalyse », 1980 ; Georges Devereux, Ethnopsychanalyse complémentariste, Paris, Flammarion, « Champs », 1985 ; Les rêves dans la tragédie grecque, Paris, Les Belles Lettres, 2006 ; Baubo, la vulve mythique, Paris, Payot & Rivages, 2011.

3  Nicolas Abraham et Maria Török, L’écorce et le noyau, Paris, Flammarion, « Champs », 1999.

4  Marcel Détienne, Les Maîtres de vérité dans la Grèce antique, Paris, Le Livre de poche, 2005 ; Jean-Pierre Vernant, L’univers, les dieux, les hommes, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

5  « La charge inconsciente de l’infanticide d’Agavé se reporte donc sur les Labdacides et sur les Thébains » (p. 77).

6  Georges Devereux, Essais d’ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard, « Tel », 2003, p. 162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gras, « Thierry Gaillard, La renaissance d’Œdipe. Une mythanalyse transgénérationnelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 16 juillet 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11938

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page