Navigation – Plan du site

Claude Gautier, La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu

Alain Girard
La force du social
Claude Gautier, La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu, Paris, Cerf, 2012, 464 p., ISBN : 978-2-204-09598-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre propose une lecture philosophique, Humienne et pragmatiste, de la théorie de la pratique de P. Bourdieu. Les sociologues pourraient se demander si un traitement seulement théorique des questions de la théorie de la pratique constitue un apport pour leurs disciplines mais les questions en jeu dans les théories de l’action sont bien à l’intersection dynamique de toutes les sciences historiques et de la philosophie et ne relèvent donc du magistère d’aucune de ces disciplines en particulier. Les controverses à leur propos renvoient surtot à des différends entre paradigmes transversaux. L’auteur se situe dans une visée de réhabilitation d’une sociologie trop souvent ramenée à une variante alambiquée du déterminisme mécanique. Il choisit de présenter le résultat de son travail comme un argument en faveur d’un « retour » à la sociologie critique de Bourdieu contre la sociologie de la critique de L. Boltanski (cette confrontation de paradigme aurait été plus convaincante si la seconde avait également mérité de faire l’objet d’une véritable enquête philosophique).

  • 1  Qui ignore le caractère incontournable du plan de l’ontologie et rabat imaginairement la scientifi (...)

2L’investigation porte sur « l’ontologie sociale », c'est-à-dire sur ce qui dans une théorie sociologique relève d’« un plan d’intelligibilité qui n’est pas seulement réductible à celui de la description scientifique des phénomènes qui en relèvent de droit » et où se trouvent « les entités postulées », conditions d’un observable qui n’est jamais immédiat et transparent. Toute théorie scientifique comme tout sens commun repose sur une ontologie (référence est faite à W.V Quine) qui n’est donc jamais une traduction littérale du réel mais une mise en forme utile pour s’orienter dans l’action. Ainsi contre l’imaginaire positiviste1, toute sociologie utilise nécessairement, et sans que cela menace sa scientificité, des catégories qui pré-structurent le regard du sociologue et orientent le mouvement des connaissances positives. Pour Claude Gautier, c’est au niveau de l’ontologie sociale que doit se comprendre la notion de « force » dans la sociologie de Bourdieu qui n’en est donc pas le talon d’Achille métaphysique. Cela doit aussi permettre d’apprécier comment Bourdieu reprend la question Dukheimienne de la contrainte sociale, de « la force du social », en opérant un déplacement qui évite « l’aporie de la force s’exerçant à distance » (la conscience collective).

  • 2  Paris, Ed. Minuit, 1980.
  • 3  Genève, Droz, 1972.
  • 4  Paris, Seuil, 1997. Complétée par quelques articles décisifs tels que « De la règle aux stratégies (...)

3Le volet de l’ontologie que Gautier traite se rapporte de fait à la théorie de la pratique de Bourdieu, aux concepts d’habitus et de champ, avec une lecture de l’œuvre ainsi centrée sur ce qui en constitue les deux ouvrages majeurs : Le sens pratique2 (et sa première version Esquisse d’une théorie de la pratique3) et Méditations Pascaliennes4. L’analyse se déploie principalement en trois temps.

4L’auteur s’arrête tout d’abord sur la « théorie de la pratique théorique » qui permet de prendre la mesure de la perspective non objectiviste de la sociologie de Bourdieu contre son rabattement sur une science du dévoilement en surplomb. La rupture avec l’objectivisme par l’objectivation de l’objectivation permet de neutraliser les tendances à projeter la logique de la théorie sur la logique de la pratique sociale. C’est cette démarche, en ce sens à apprécier comme « sociologie première », qui ouvre le regard permettant une véritable sociologie des pratiques.

  • 5  « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le langage sociologi (...)
  • 6  A. Ogien « L’antinomie oubliée. Ou la critique sociale a-t-elle besoin d’une théorie de la pratiqu (...)

5Celle-ci est restituée de façon très convaincante dans la seconde partie en montrant comment le concept d’habitus forgé par Bourdieu ne relève pas d’un simple « schème de commutation » entre le collectif et l’individuel à la différence de ce qu’avait pensé établir F. Héran5. On pourrait aussi mettre en contraste son analyse avec la position d’A. Ogien qui parle de « la force des habitus contre la dialectique de l’action »6. Ce concept a bien été au contraire une façon de restituer la dialectique entre les structures sociales et les actions individuelles qui se jouent dans la pratique comme rencontre toujours indécise entre les dispositions incorporées par les agents socialisés et les normes et consignes instituées dans le champ constitutif de la situation d’action. Cette dialectique est ce que C. Gautier préfère renommer « la discontinuité du social et de l’individuel ». Sa thèse centrale est ainsi que tout l’intérêt de l’ontologie sociale de Bourdieu est de maintenir cette discontinuité-là où la plupart des approches de la pratique diluent l’un des deux termes dans l’autre. C. Gautier nous fait revivre là tout l’enjeu du dépassement de l’opposition entre objectivisme (qui rend compte de la force du social d’une façon telle qu’est effacée l’inventivité de la pratique) et subjectivisme (qui conditionne la prise en compte de l’indétermination de l’agir à une ignorance ou dénégation de la force du social et réduit de façon idéaliste son inventivité au pouvoir de la conscience d’un sujet sans corps).

  • 7  P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 150

6Dans le troisième moment de l’enquête, est réintégré le fait que les habitus sont socialement différenciés, la force inégalement distribuée. On retiendra ici surtout comment, en traitant plus spécifiquement de cet aspect de la force du social qu’est la force symbolique, Gautier en vient à considérer la question de la non-équivalence de la reconnaissance et de la méconnaissance. Si la mise en rapport de « la disposition à la reconnaissance » et de la mise en forme ritualisée qui appelle à la reconnaissance « permet […] de comprendre comment il se fait que des formes symboliques peuvent exercer une force », ceci n’est pas « suffisant pour établir comme une règle générale que la réunion de principe de ces deux types de condition produit nécessairement la situation où se conjugue simultanément et toujours assentiment et imposition ». Le sens pratique n’est pas enfermé dans un rapport de reconnaissance/méconnaissance du monde social, la force symbolique dans la vie sociale n’est pas entièrement réductible à la violence symbolique. L’auteur relève d’abord l’énoncé chez Bourdieu de la possibilité d’un désajustement actif entre structures mentales et structures objectives quand il écrit que « la politique commence […] avec la dénonciation du contrat tacite d’adhésion à l’ordre établi qui définit la doxa originaire »7 si bien qu’ici on n’a pas « seulement du côté des pratiques de connaissance » mais aussi « du côté des pratiques politiques […] des « subversions » cognitives qui permettent […] de construire des distances par rapport à ce qui nous fait naturellement assentir ; la « doxa », les « sens communs ».

7Toutefois dans la toute dernière étape du cheminement (p. 428-433), où le traitement des performatifs par Bourdieu est abordé comme révélateur de son traitement du symbolique en général, l’auteur est conduit à exprimer une réserve profonde : « on peut se demander si, pour l’essentiel, en limitant l’étude des conditions d’efficacité des performatifs à celles des rites d’institution, Bourdieu […] ne risque pas de se condamner à ne voir que la contribution exclusive de ces pratiques à ce qui reconduit les rapports de domination traversant et structurant l’ordre social des choses ». Si bien qu’« à partir d’une conception du monde social assez sombre, [il] paraît relativiser, sinon donner pour secondaire, tout ce que l’activité de la parole des « dominés » pourrait susciter comme faits de rupture […] Mais alors n’est-ce pas la pratique elle-même, comme objet de connaissance, qui risquerait d’être dissoute dans son pouvoir de faire, étrangère qu’elle deviendrait à toute espèce d’activité inventive ? ». « L’étude des performatifs […] ne semble [donc] pas laisser de place effective aux possibles inversions ou subversions dans les effets produits dans et par la pratique ». L’auteur aboutit ici au fait qu’on ne voit jamais apparaître chez Bourdieu la force symbolique dans le domaine de la pratique sociale que sous la forme de la violence symbolique. Le sens pratique opère nécessairement sur la base de la reconnaissance/méconnaissance du monde social.

  • 8  Des déplacements actifs et non plus subis comme ceux liés aux phénomènes d’hystérésis.

8À mon sens C. Gautier retrouve ainsi, en fin de parcours, le problème qui était justement traité par la sociologie de la critique de L. Boltanski et L. Thévenot : rendre compte d’agents socialisés dotés d’une compétence critique, capables de réaliser des déplacements susceptibles de déjouer l’harmonie préétablie entre habitus et structures sociales objectivées8.

  • 9  C. Gautier pose bien aussi lui-même tout ce qui peut différencier la conception Humienne de la « p (...)

9Par ailleurs, c’est sans doute la volonté de lecture Humienne et pragmatiste de l’ontologie sociale de Bourdieu qui bute ici sur une difficulté9 : l’écart entre un paradigme qui pose une continuité entre sens commun et science et un dualisme Bachelardien qu’a radicalisé Bourdieu en considérant l’illusio à la fois comme condition nécessaire de l’action des agents socialisés et comme obstacle à la connaissance des moteurs de leurs actions.

Haut de page

Notes

1  Qui ignore le caractère incontournable du plan de l’ontologie et rabat imaginairement la scientificité sur la seule « connaissance des faits par les quantités et les régularités phénoménales ».

2  Paris, Ed. Minuit, 1980.

3  Genève, Droz, 1972.

4  Paris, Seuil, 1997. Complétée par quelques articles décisifs tels que « De la règle aux stratégies » et « La codification » (réédités in Choses dites, Paris, Ed. Minuit., 1987)

5  « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le langage sociologique », Revue Française de sociologie, XXVIIII, 1987, p. 385-416.

6  A. Ogien « L’antinomie oubliée. Ou la critique sociale a-t-elle besoin d’une théorie de la pratique », De Fornel M.  Ogien A., 2011, Bourdieu. Théoricien de la pratique, Paris, E.H.E.S.S.

7  P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 150

8  Des déplacements actifs et non plus subis comme ceux liés aux phénomènes d’hystérésis.

9  C. Gautier pose bien aussi lui-même tout ce qui peut différencier la conception Humienne de la « puissance des généralisations » de celle de Bourdieu : ce qui peut se comprendre comme « une négligence utile » chez Hume « dans un mouvement progressif d’ajustement par erreur et correction » est « méconnaissance nécessaire » chez P. Bourdieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Girard, « Claude Gautier, La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 juillet 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11942

Haut de page

Rédacteur

Alain Girard

Maître de conférences en sociologie, Université de Perpignan Via Domitia, Institut Catalan de Recherches en Sciences Sociales (I.C.R.E.S.S., E.A. 3681)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page