Navigation – Plan du site

Patrick Pharo, Ethica erotica. Mariage et prostitution

Marie-Carmen Garcia
Ethica erotica
Patrick Pharo, Ethica erotica. Mariage et prostitution, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2013, 288 p., ISBN : 9782724613209.
Haut de page

Texte intégral

1Patrick Pharo propose dans cet ouvrage une réflexion sur l’éthique du plaisir érotique conçue comme incluant pour les individus la triple question de l’amour, du plaisir et de la réciprocité. La notion « d’éthique » est définie comme une conduite intégrant « le bien d’autrui dans le bien que l’on se fait à soi-même sous la forme du plaisir, de l’empathie, de la gloire, de la réputation, du devoir ou de l’argent. Une conduite éthique qui exclut son propre bien est un sacrifice, quand ce n’est pas une pure hypocrisie » (p. 12). En ce qui concerne la notion « d’érotique », elle a ici à la fois le sens correspondant au sentiment amoureux (sentiment d’union et d’attachement), et celui d’une appétence, d’une attraction sexuelle impliquant la quête d’une récompense sexuelle. Le rapport sexuel est, quant à lui, pensé « d’abord comme un échange civil d’actes d’union humbles ou directifs, mais censés être bons pour soi et pour autrui, même lorsque ce bien passe par des souffrances consenties, comme des jeux sado-masochistes » (p. 13).

2La démarche de l’auteur s’inscrit explicitement dans le domaine de la sociologie morale et vise à mettre en question les représentations ordinaires de la sexualité qui associent « sexualité » et « amour ». Il s’agit en effet de s’interroger sur la « façon de se conduire en amour ». Pour cela, le prisme de la prostitution est convoqué comme outil d’analyse des différentes formes de relations érotiques ou amoureuses : la conjugalité, le célibat, la sérialité, etc. En effet, le « travail du sexe » excluant par définition toute relation amoureuse pleine (l’amour plein étant pensé par le sociologue comme une absence totale de dégoût associée au sentiment d’union et d’intérêt pour la personne aimée), il permet, en creux, de se pencher sur les interrelations entre le sexe et l’amour dans d’autres situations. D’une part, les relations érotiques, même les plus prosaïques de la prostitution ne sont pas étrangères à la question de l’amour. D’autre part, le sexe, comporte une dimension ludique qui n’inclut pas toujours la question amoureuse. À ce titre, Patrick Pharo souligne que si l’émotion érotique procède d’une sacralisation relativement énigmatique de l’expérience corporelle ; le « jeu », pour s’amuser avec un partenaire sexuel constitue un aspect tout aussi important de la sexualité que les raisons métaphysiques morales qui valorisent la sexualité amoureuse.

3Prenant délibérément le contre-pied des débats sur la marchandisation de la sexualité ; Ethica erotica expose l’ensemble des « éthiques érotiques » qui existent dans notre société en dehors de tout jugement normatif à l’exception du propre jugement négatif de l’auteur (revendiqué comme tel par l’auteur lui-même) sur les jugements qui condamnent certaines conduites individuelles afin de justifier leur sanction ou leur interdiction. En effet, nos sociétés ne répriment pas la sexualité mais l’organisent de manière formelle (mariage, PACS, divorce, etc.) ou informelle (lieux de rencontres, spectacles…). Elles sont paradoxalement relativement permissives avec certains « commerces du sexe » (adultères, libertinage, pornographie…) et répressives avec d’autres, comme la prostitution. L’auteur veut montrer que la marginalisation (politique et institutionnelle) de la prostitution dans l’ordre des plaisirs « autorisés » est absurde dans le sens où le calcul de la valeur des prestations réciproques, en matière de sexualité est inévitable qu’il s’agisse du « devoir conjugal » ou des « jeux érotiques ». L’argent impliqué dans la prostitution n’est, de ce point de vue, qu’un pas de plus dans la marchandisation du sexe.

4Après avoir exposé les fondements éthiques de son entreprise, l’auteur structure son propos en trois parties : « les institutions du sexe », « le service du sexe », « les cultures érotiques ». Il prend appui sur des matériaux divers : documents cinématographiques, littéraires, de débats publics, de travaux anthropologiques et sociologiques ainsi qu’une trentaine d’autobiographies et témoignages de prostitué(e) s ou non publiés.

5La partie liminaire de l’ouvrage est subdivisée en quatre chapitres qui abordent l’institutionnalisation du sexe sous l’angle du célibat ; de l’amour conjugal, du multipartenariat (libertinage, adultère) et enfin des relations entre le biologique et le social. De manière centrale, l’auteur met en relation les explications constructivistes d’une part et évolutionnistes d’autre part des différentes formes d’organisation de la sexualité (abstinence, monogamie, pluripartenariat). De l’idéalisation de l’amour comme obstacle à la mise en couple, au mariage comme organisation sociale perpétuellement menacée par le manque d’amour, aux partenariats érotiques simultanés, l’organisation sociale de la sexualité ne semble pas devoir être seulement expliquée par le social mais aussi par des lois biologiques qui conduiraient les êtres humains, à une « sélection sociale » des partenaires sexuels pour la « survie de l’espèce ». Quels que soient les contextes historiques, il semblerait que « les hommes ont fait en général avec les femmes ce que font les mâles dans de nombreuses espèces : tenter de surpasser les concurrents dans la transmission prodigue de leurs caractères ; et les femmes ont essayé de faire avec les hommes ce que font les femelles dans de nombreuses espèces : faire le tri des prétendants pour assurer leurs chances parcimonieuses de descendance. » (p. 88). Le caractère genré des conduites érotiques serait ainsi le produit d’une évolution multiséculaire dont la prostitution en révélerait les heurs et malheurs.

6La deuxième partie du livre vise ainsi à montrer que l’éthique érotique qui associe sexe et gratuité est une construction sociale dont la force morale s’affaiblit si l’on prend en compte les vertus d’une prostitution tournée vers le plaisir et le bien pour autrui. En somme, la prostitution constituerait une réponse relativement satisfaisante face aux difficultés qu’hommes et femmes rencontreraient pour combler leurs attentes érotiques à l’intérieur d’un idéal de vie amoureuse qui implique d’une part l’union éthique des conduites des partenaires et d’autre part le bonheur érotique. Les travailleur (se) s du sexe ayant pour seule obligation professionnelle de procurer du bien-être érotique, ils/elles seraient en mesure d’assurer la deuxième partie du « marché » que les partenaires ne peuvent pas (ou plus) honorer ensemble. Le « monde de la prostitution » est abordé dans la suite de cette partie principalement sous deux angles principalement. Le premier propose une approche du « travail du sexe » comme « choix personnel » ou de « bien donné à autrui ». Le second aborde les thématiques du proxénétisme, de la consommation de stupéfiants, de la dépendance, du « goût et du dégoût » de soi des prostitué-e-s. Une réflexion est également consacrée aux « utilités du travail du sexe » (chapitre 10) en ce qui concerne par exemple l’assistance sexuelle aux handicapé(e) s.

7La dernière partie du livre se présente comme une approche critique de l’idéal actuel de « l’amour plein ». Trois grands axes d’analyse paraissent particulièrement heuristiques pour saisir l’économie actuelle des relations amoureuses. Tout d’abord, l’auteur montre que la « haine proprement amoureuse » se développe dans les situations dans lesquelles cet idéal a été pris en défaut. Ensuite, on voit comment des pratiques érotiques propres à la prostitution sont entrées dans le domaine conjugal pour répondre aux attentes de plénitude érotiques impliquées dans l’ordre amoureux élaboré au cours des deux derniers siècles. Enfin, l’auteur s’intéresse aux « dépendances sexuelles et amoureuses » caractérisées par le donjuanisme masculin ou la tendance pour les femmes à s’attacher à des hommes non disponibles. Construites en pathologies et traitées actuellement comme telles dans nos sociétés, elles attestent du fait qu’un goût jugé excessif pour la sexualité (pornographie, clubs échangistes, cybersexe…) est aujourd’hui considéré dans notre société comme « anormal ». Si bon nombre des « perversions » décrites par Freud sont aujourd’hui passées aux oubliettes (« inversion », sodomie, usage sexuel de la bouche…) et d’autres sont devenues des crimes majeurs (comme la pédophilie), il semble que la « déviance sexuelle » actuelle se construise dans « l’excès ». Travestissement, voyeurisme, exhibitionnisme, échangisme, multipartenariat, sadisme et masochisme sexuels (dès lors que les individus sont adultes et consentant) relèvent socialement du « pathologique » lorsqu’ils répondent aux critères classiques de l’addiction (désir intense et incoercible, souffrances et nuisances dans la vie sociale, maintien du comportement malgré ses conséquences nuisibles…).

8Au final, selon le sociologue, « il peut arriver que le cours du temps, avec la transformation éventuelle d’un bien en mal (par exemple en cas d’addiction ou de déchéance sociale), ou inversement d’un mal en bien (quand un effort pénible se révèle fructueux), contredise le sentiment subjectif actuel du bonheur ou du malheur. Mais les gens peuvent se sentir heureux en accomplissant des choses qui leur nuiront profondément dans le futur, comme fumer du tabac, aimer de sales types ou monter dans un avion qui va s’écraser sur un rocher. » [cependant] « le pire n’est jamais sûr » (p. 281).

9La conclusion générale de l’ouvrage tient ainsi en deux orientations éthiques. La première est que le sens du bonheur relève d’une subjectivité radicale pouvant difficilement faire l’objet d’une norme générale. La seconde est que la valeur morale d’une conduite amoureuse ou érotique (qu’elle se déroule dans le cadre du mariage ou de la prostitution) tient au plaisir ou au bonheur des deux parties. Devoir conjugal, argent, position à obtenir sont considérés ici le plus souvent comme des sources d’aliénation que de bonheur car la valeur morale d’une conduite tient, d’après Patrick Pharo, moins à ses motifs généraux ou futurs qu’à ses intentions les plus immédiates.

10L’éthique érotique ne se développe donc pas forcément dans le mariage (que l’on pense aux « obligations conjugales » en matière sexuelle) et elle n’est pas non plus nécessairement absente de la prostitution (faire du bien à autrui en se faisant du bien à soi-même constitue un des aspects du « travail du sexe »). Cette réflexion sur les relations entre une éthique fondée sur l’altruisme et un érotisme fondé sur le plaisir (ou le bonheur) est novatrice en sciences sociales. Elle est intéressante dans le cadre de recherches portant sur les sexualités, les conjugalités, les relations amoureuses, les relations de genre. Elle permet en effet de questionner les dimensions morales des différents contextes institutionnels dans lesquels se déroulent les relations amoureuses et les échanges sexuels. Plus largement, elle propose aux lecteurs et lectrices une conception éthique de l’érotisme dissociée du modèle de l’amour romantique (« amour plein »).

11Cela dit, une question sociologique fondamentale se pose à la lecture de cet ouvrage. En effet, ce livre n’analyse pas seulement des « éthiques », il propose et - c’est d’ailleurs l’un de ses intérêts majeurs dans le cadre d’un débat social -, une position selon laquelle « les prostitué(e) s offrent pour de l’argent ce que chacun, homme ou femme, attend et doit lui-même donner pour accomplir pleinement n’importe quelle relation de couple : à savoir l’amour et la tendresse, avec en plus la volupté, qui sont parmi les biens les plus précieux de l’existence humaine » (p. 266). Or, ce parti pris ne tient pas vraiment compte des recherches sociologiques, prenant appui sur des matériaux empiriques (entretiens, questionnaires, observations) qui montrent que « chacun » n’attend pas la même chose d’une relation de couple, notamment selon les milieux sociaux, les générations, le sexe et le genre.

12La construction d’un matériau à partir de productions culturelles (livres, films…) ainsi que d’entretiens avec des prostitué-e-s semble constituer un obstacle pour l’interprétation des autres situations sociales liées à l’érotisme. Effectivement, d’une part, les productions culturelles sont socialement situées (produites par des hommes majoritairement et quelques femmes « de culture » dont elles proposent le point de vue). D’autre part, elles ouvrent la voie à des surinterprétations en ce qui concerne certaines formes de relations sexuelles et amoureuses qui ne relèvent ni de la prostitution ni de la norme amoureuse dominante. Nous pouvons signaler par exemple l’idée avancée à la fin du livre selon laquelle « contrairement aux femmes mariées qui sont malheureuses en ménage, les prostituées n’ont pas à payer le prix élevé de l’adultère et autres incartades pour pouvoir espérer connaître encore l’amour, même si elles continuent de souffrir de la présomption d’aliénation qui leur est infligée par le regard social » (p. 278). En quoi l’adultère aurait-il un coût (et lequel ?) plus élevé pour les femmes que la prostitution ? Les formes prises par l’extraconjugalité sont variables et ne concernent pas systématique la recherche de l’amour, même pour les femmes, comme le montrent les quelques travaux sociologiques qui s’intéressent à la question. Ainsi, l’ouvrage pêche parfois par un manque de nuance dans sa volonté de « normaliser » les dimensions érotiques de la prostitution.

13Enfin, la convocation, sans la nommer, de la sociobiologie pour expliquer les comportements sexuels et amoureux des êtres humains pose un véritable problème épistémologique. S’il est vrai que les thèses constructivistes doivent être régulièrement révisées, expliquer le social par autre chose que le social et, notamment en matière de sexualité, par des approches évolutionnistes est périlleux à la fois d’un point de vue sociologique et politique. Ainsi, dans certains passages du texte se profilent des approches naturalistes des relations entre les sexes. Finalement, des questions épistémologiques et sociologiques fondamentales sont soulevées par ce livre. Cependant, comme nous l’avons souligné, la réflexion iconoclaste sur l’éthique du plaisir sexuel et amoureux qu’il nous offre permet d’approfondir les analyses actuelles en sociologie du couple ou de la sexualité et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Garcia, « Patrick Pharo, Ethica erotica. Mariage et prostitution », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 juillet 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11947

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page