Navigation – Plan du site

« Comment va la famille ? », Cahiers Français, n° 371, 2012

Maya Paltineau
Comment va la famille ?
Olivia Montel-Dumont (dir.), « Comment va la famille ? », Cahiers français, n° 371, novembre-décembre 2012, La Documentation Française, ISBN : 3303330403716.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Cahiers Français propose un état des lieux de la recherche sur la famille, en rassemblant onze articles sur les aspects les plus importants de cette thématique. Partant du postulat que la famille a une forte capacité d’adaptation, les auteurs refusent la vision manichéenne selon laquelle l’individualisme social actuel aurait détruit la famille. Leurs analysent mettent davantage l’accent sur les transformations de l’institution familiale au cours des dernières décennies, et montrent comment celle-ci a pu s’adapter au changement social.

2Les articles regroupés brossent un portrait très complet des questionnements actuels sur la famille, en combinant des thèmes à la fois très différents et très complémentaires, revenant sur les questions traditionnelles relatives à la famille, et ouvrant de nouvelles perspectives de recherche. Une autre qualité de cet ouvrage est de donner la parole à des spécialistes du domaine, tels que Martine Segalen et Julien Darmon, dont il est bon de voir les travaux rappelés et synthétisés. Enfin, les articles sont agrémentés de nombreux tableaux et schémas, qui facilitent la lecture et enrichissent les propos des auteurs.

3Dans le premier article, Martine Segalen rappelle quelles ont été les mutations de l’institution familiale depuis les années 1970, et comment celle-ci s’est adaptée aux changements économiques et sociaux. Elle rappelle notamment l’importance croissante donnée au registre des sentiments et de la vie privée, à la mise en valeur de l’autonomie de l’individu, en présentant la famille comme un « bastion », « un rempart » contre le monde extérieur.

4Le deuxième article, également écrit par Martine Segalen, interroge les nouvelles formes de conjugalité. 54% des naissances ayant désormais lieu hors mariage, l’enfant est devenu l’élément fondateur de la famille. Et ce sont les rapports parents-enfants qui permettent d’observer les transformations conjugales : si la famille repose désormais sur l’expression d’une « volonté » individuelle, invitant chacun à plus d’autonomie, les groupes domestiques sont différenciables par le biais des enfants. Selon l’auteure, les normes familiales et conjugales sont très flottantes, et imposent de réfléchir aux différentes fonctions de la parenté, en posant également la question très actuelle de la parentalité homosexuelle.

5Les deux chapitres suivants portent respectivement sur la formation des couples et l’évolution des rôles de genre au sein de la famille. Wilfried Rault et Marie-Agnès Barrère-Maurisson mettent tous deux l’accent sur la plus grande diversité normative qui caractériserait notre société, sur le changement de signification de l’institution du mariage, et sur le recul de l’âge où les adultes ont leur premier enfant. Ce thème est revu en détail par France Prioux dans le chapitre 5, « Combien d’enfants ? À quel âge ? L’évolution de la fécondité en France ». Ce chapitre, s’il n’apporte que peu d’éléments nouveaux, a pour qualité principale de synthétiser de nombreux chiffres et informations, et de proposer un réel bilan sur la question de la fécondité française. Dans le chapitre suivant, ce sont les normes de parentalité qui sont passées au crible, Marie-Clémence Le Pape posant la question de l’injonction à être un« bon parent ». Cette réflexion sur la production et la réception des normes et des pratiques éducatives contemporaines est extrêmement pertinente, et montre que ce qui est considéré comme allant dans « l’intérêt » de l’enfant implique de nouveaux acteurs à l’échelle sociétale, comme notamment les médecins et les pédiatres. Ce chapitre est également l’occasion de poser la problématique du travail des femmes, et de l’évolution de celui-ci en articulation avec les normes de parentalité.

  • 1  p. 45.
  • 2  p. 51.

6Plus loin, Claudine Attias-Donfut propose une réflexion sur les solidarités intergénérationnelles, qui sont elles aussi redessinées à l’aube du primat de l’individu. En effet, l’individualisme de nos sociétés modernes, mais aussi l’allongement de l’espérance de vie, et de nouvelles articulations de genre (travail des femmes, déclin du patriarcat, familles recomposées), ont redessiné les relations entre les générations. De plus, l’auteur estime que les aides croissantes de la sécurité sociale au bénéfice des jeunes et des personnes âgées a inversé le sens des solidarités économiques au sein de la famille : ce sont aujourd’hui les grands-parents qui soutiennent leurs enfants et petits-enfants, ce qui est une dynamique nouvelle dans notre société. L’auteur parle d’un « nouvel esprit de famille qui vise à concilier à la fois l’interdépendance entre les différents membres de la famille et l’autonomie personnelle »1, car tout en vivant séparément, en encourageant le développement personnel et professionnel de chacun de façon autonome, et en restant flexibles aux configurations familiales qui sont susceptibles de changer rapidement, les familles font preuve d’une solidarité peut-être plus vivace qu’autrefois.  Le chapitre suivant porte sur le droit de la famille. En posant la question du droit à l’enfant, Frédérique Granet-Lambrechts rappelle que celui-ci « constitue une aspiration de couple, quelle qu’en soit la composition, et même une aspiration individuelle »2. Si l’enfant se trouve désormais le plus souvent au centre du débat juridique, l’auteur analyse les différentes évolutions du droit français ayant accompagné les transformations de la famille (partage de l’autorité parentale, reconnaissance des formes alternatives d’union par exemple). L’auteur constate que le cadre législatif français a su s’adapter aux nouvelles configurations familiales, tout en impliquant le droit de l’Union Européenne, ainsi que le droit international, sous l’égide des Nations Unies par exemple. Ainsi, le droit de la famille évolue dans un ensemble de plus en plus complexe, et doit répondre à une diversité croissante des normes et des pratiques familiales.

  • 3  p. 55.

7Julien Damon revient ensuite en détail sur les spécificités de la politique familiale française. Selon l’auteur, « la France tient la famille en haute considération symbolique, politique et économique » 3, car la famille est une institution à l’intersection du privé et du public, et fait intervenir toutes les instances de l’État sur ce qui relève de l’intime. Et réciproquement, les familles et leurs transformations changent la société française, en influençant les dynamiques publiques. De plus, les taux de fécondité étant relativement élevés dans ce pays, les politiques familiales françaises jouissent d’une spécificité reconnue sur le plan national et international. Cet article constitue une très bonne synthèse et propose des outils riches et clairs pour le lecteur.

8Le chapitre 10, écrit par Agnès Fine, ouvre le débat sur la question de la parentalité homosexuelle. Cet article présente les différentes façons d’accéder à la parentalité pour les couples de même sexe, et propose une vision objective de cette question de plus en plus débattue. L’article a été écrit avant la loi relative au mariage entre les personnes de même sexe, et il serait intéressant de repenser ces problématiques à l’aune des transformations juridiques récentes. Pour conclure, Agnès Martial pose la question de la filiation, qui se trouve entre le social et le biologique. En analysant les transformations sociales induites par l’accès aux nouvelles techniques de reproduction, l’auteure montre que la famille est une instance en perpétuel changement, et que de nouveaux défis techniques, sociaux, et moraux se posent encore aux représentations sociales et symboliques de la famille.

9Ainsi, la famille française a connu maintes transformations au cours des quarante dernières années, et ce à tous les niveaux : démographique, social, politique, juridique, et institutionnel. Les rôles de genre sont nouveaux, les dynamiques intergénérationnelles inédites. Cet ouvrage collectif nous montre combien les nombreuses facettes de la famille ont évolué, et comment les institutions se sont adaptées, laissant présager d’autres changements à venir, notamment au sujet des familles homoparentales, ou du droit à la procréation médicalement assistée.

Haut de page

Notes

1  p. 45.

2  p. 51.

3  p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maya Paltineau, « « Comment va la famille ? », Cahiers Français, n° 371, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 juillet 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11953

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page