Navigation – Plan du site

Cédric Durand (dir.), En finir avec l'Europe

Matthieu Hély
En finir avec l'Europe
Cédric Durand (dir.), En finir avec l'Europe, Paris, La Fabrique, 2013, 160 p., ISBN : 978-2-35872-048-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Avec les contributions de Dimitris Dalakoglou, Cédric Durand, Costas Lapavitsas, Razmig Keucheyan, (...)
  • 2  « Bruxelles presse la France de réformer les retraites et de réduire son déficit », Le monde, 29 m (...)

1Ironie de l’histoire, ce livre collectif1 est paru au moment même où Olli Rehn, commissaire européen en charge des affaires économiques et monétaires, adresse sa lettre de recommandation à la France2. La citation de l’ex-Ministre Italien de l’économie et des finances, M.Tommaso Padoa-Schioppa, reprise par Cédric Durand et Razmig Keucheyan, décrit en un mot limpide la situation actuelle des Etats européens : « la souveraineté s’arrête quand la solvabilité s’arrête » (p. 94). Cédric Durand, économiste à l’université Paris 13, a rassemblé plusieurs contributions (dont certaines avaient déjà publiées sur d’autres supports) pour livrer un ouvrage incisif, percutant et qui gagnerait à être lu par les sociologues, en particulier ceux travaillant sur les transformations de l’Etat social et sur l’évolution du salariat. L’utopie démocratique pourra-elle en effet sortir indemne du chaos économique et social dans lequel nous a plongé la finance privée dès 2007 ?

  • 3  Selon le titre donné à leur contribution.

2L’ouvrage fait la démonstration que l’Europe, dans sa forme actuelle, c’est-à-dire néolibérale, condamne les peuples qui la composent à l’austérité budgétaire et à la déflation salariale. Aucune politique monétaire n’est possible dès lors que la Banque Centrale Européenne, qui jouit d’une indépendance à l’égard du politique, a pour seule et unique mission de garantir la stabilité des prix. Aucune politique budgétaire n’est possible dès lors que l’on accepte de se soumettre à une norme arbitraire limitant les déficits publics à 3 % du PIB. Norme qui a été vigoureusement renforcée par le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, entré en vigueur au 1er janvier 2013. Même la dévaluation monétaire, arme efficace dans un système de changes flottants, ne peut être utilisée sans remettre en cause les fondements de l’union monétaire. Inspirés par Gramsci, Cédric Durand et Razmig Keucheyan qualifient cette situation de « césarisme bureaucratique »3. Ce n’est en effet pas la moindre des contradictions que l’Europe néolibérale ait réussi le tour de force de produire une situation économique qui n’a rien à envier aux dogmes de la planification soviétique.

  • 4  Décembre 2011 : 1ère opération de refinancement (Long Term Refinancing Operation) des banques comm (...)
  • 5  Le blog tenu par un actuaire de profession, Olivier Berruyer, met en évidence l’augmentation de la (...)
  • 6  Voir les séries réalisées par la Banque de France : http://www.banque-france.fr/economie-et-statis (...)
  • 7  En 2012, 52,5 % des emprunteurs dans le logement neuf étaient âgés de moins de 35 ans. Sur le débu (...)
  • 8  « La hausse de l’endettement public à partir de 2009 est la conséquence de la crise et, donc, de l (...)
  • 9  Il faut rendre hommage ici à l’émission « Arrêt sur image », désormais visionnable sur internet, d (...)
  • 10  Voir Frédéric Lordon, « Pour une monnaie commune sans l’Allemagne (ou avec, mais pas à la francfor (...)

3Dans un texte écrit en 2012 « L ‘euro en crise ou la logique perverse de la monnaie unique », Costas Lapavitsas, professeur d’économie à SOAS à Londres, rappelle les différentes étapes du « sauvetage des banques » par les Etats et ses conséquences. Car s’il est un mensonge avec lequel il est urgent d’en finir c’est bien l’idée selon laquelle les banques se seraient acquittées de leur dette contractée à l’égard des citoyens puisqu’elles ont remboursé, rubis sur l’ongle, les sommes faramineuses4 qui leur avaient été concédées (avec le pistolet du « risque systémique » sur la tempe faut-il le rappeler) ? Certes, mais ce serait oublier les effets de ces opérations sur les finances publiques qui se contractent nécessairement puisqu’il convient de préserver le prestige de la signature des Etats auprès des investisseurs institutionnels étrangers qui détiennent l’essentiel des dettes publiques en France, et les effets induits en termes de pression fiscale, nécessairement accrue, puisqu’il convient d’honorer le « service de la dette » (un des premiers postes de dépense du budget de l’Etat). À moyen terme, ces opérations se traduisent aussi par des dysfonctionnements structurels sur le marché interbancaire. Compte tenu de l’incertitude sur les capacités respectives des Etats à honorer leurs dettes, les banques commerciales se méfient réciproquement les unes et des autres et restreignent leurs crédits. Cette attitude frileuse a conduit la BCE à pallier leur participation par l’achat massif de titres financiers toxiques et a abouti à un allongement des durées auxquelles ces crédits sont consentis aux banques commerciales5. Bien évidemment, ces tensions sur le marché interbancaire se traduisent par une restriction massive de l’accès au crédit des ménages et des entreprises6 (en particulier pour les achats immobiliers)7. Alors bien sûr, toutes ces conséquences de la manière dont le « sauvetage des banques » a été organisé ne peuvent avoir qu’un effet récessif sur l’activité économique et provoquer ainsi une envolée du taux de chômage. Elles entraînent également une poursuite de la rigueur salariale puisqu’il n’est pas question de libérer l’inflation, suspectée de grignoter le patrimoine des prêteurs. Le sauvetage des banques a donc bien eu un coût largement supérieur à l’acquittement des créances : récession économique, chômage, déflation salariale, limitation des dépenses publiques au profit du service de la dette8 et, in fine, abandon de toute souveraineté politique puisqu’il faut bien, ma bonne dame, « rassurer les marchés ». Costas Lapavitsas l’écrit ainsi très clairement : « Dans la mesure où la politique monétaire était fixée par la Banque Centrale Européenne (BCE) et que la politique était contrainte par le pacte de stabilité et de croissance, la seule option pour améliorer la compétitivité était de pressurer les travailleurs » (p. 76). Courageusement, Costas Lapavitsas ouvre un débat, difficile à mener en France9, et pourtant central en indiquant la voie d’une « sortie progressiste » de la zone Euro : « La dévaluation de la monnaie serait accompagnée d’une cessation de paiement et d’une restructuration de la dette publique. Pour empêcher l’effondrement du système financier, la nationalisation des banques serait indispensable, ce qui aboutirait à la création d’un service public bancaire. Il faudrait également imposer des contrôles pour empêcher la fuite des capitaux. Enfin, pour soutenir la croissance et l’emploi, la propriété publique devrait s’étendre dans une série de secteurs clés de l’économie, notamment les services collectifs, le transport et l’énergie » (p. 85). Bien sûr, l’auteur de cette contribution demeure lucide sur les chances politiques d’un tel changement qui suppose un soutien à des forces partisanes actuellement marginales dans l’espace politique. Frédéric Lordon ne sous-estime pas, lui non plus, l’ampleur de la « Réaction » que susciterait une sortie de la monnaie unique10.

  • 11  Voir Le monde diplomatique de novembre 2008. Lordon rappelle ainsi la publication en 2007, peu ava (...)

4Pour comprendre pourquoi, comme le disent les auteurs, « la crise européenne est une crise des intellectuels organiques du projet européen » (p. 104), il faut se rappeler la violence de l’éditorial de Serge July du 30 mai 2005 intitulé « Chef-d’œuvre masochiste ». La victoire du « non » célébrait donc pour cet éditorialiste la victoire d’un « populisme » aigri contre l’ouverture souriante aux bienfaits apportés par la globalisation financière. Une crise financière plus tard, il faut effectivement s’interroger, à l’invite de Razmig Keucheyan et Cédric Durand, pour savoir où sont passés les « intellectuels organiques » du projet européen ? Fédéric Lordon avait, dans un article salutaire de 2008, commencé l’inventaire des économistes « disqualifiés » par leur aveuglement face à la réalité de l’événement11. La tâche est d’ampleur mais elle mériterait d’être poursuivie au-delà de cette seule discipline.

  • 12  Voir le message de Bernard Friot posté le 25 juin 2013 en réponse à celui de Maryse Bresson sur la (...)
  • 13  “Réforme de l’Etat et mobilisation des agents publics : le cas des collectivités locales en Allema (...)
  • 14  Voir la conclusion générale : « Dans cette approche, l’Etat – directement via les collectivités lo (...)

5Dans la conclusion générale, les coordinateurs du livre se risquent à esquisser des scenarii, selon les options politiques existantes, pour tracer un avenir au projet européen. Pour eux, la chose est entendue : « Il n’y a pas d’autre choix que de sortir des sentiers battus ». Et il faut dire qu’il y a de quoi, en effet, déciller le social-démocrate bon teint. Pour les coordinateurs, trois propositions s’imposent : développer l’emploi public, construire un système socialisé du crédit et sortir du cadre macroéconomique de la globalisation financière (qui passe notamment par la subordination de la BCE au pouvoir politique et rétablir le contrôle des capitaux). Si l’intention des auteurs est claire concernant « l’Etat employeur en dernier ressort », il convient d’apporter ici quelques nuances : tout d’abord sur le choix des mots, parler « d’emploi public » comporte le risque de reprendre le vocabulaire réformateur comme l’a justement mis en évidence Bernard Friot au sujet de la suppression, finalement avortée du Conseil National des Universités12. Xavier Engels, dans sa thèse de doctorat de sociologie13, l’a également bien précisé : mobiliser la notion « d’emploi public » c’est considérer le service de l’intérêt général, consacré par l’affiliation à statut de droit public et à la propriété du grade, comme n’importe quelle activité relevant du marché du travail. Marché du travail où les droits sociaux sont conférés par l’occupation d’un poste de travail et ne sont aucunement propriété intrinsèque de la personne qui les porte. Or, dire que l’agent public est titulaire de son grade c’est l’émanciper de la dépendance au marché du travail puisqu’il n’a pas à faire la preuve permanente de son « employabilité » et peut ainsi se dévouer à sa mission. Autrement dit, il aurait peut-être été plus juste de parler de « fonction publique » pour caractériser l’Etat employeur. Par ailleurs, assimiler les activités de l’économie sociale et solidaire au périmètre de l’Etat employeur prête largement à discussion compte tenu des conditions de travail et d’emploi dans cet espace14. Je renvoie ici à l’ouvrage que j’ai cosigné avec Pascale Moulévrier : L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques paru aux éditions La dispute en 2013.

6Au final, cet essai collectif est une vigoureuse et salutaire contribution à la crise qui déchire actuellement l’Europe et aux drames politiques qui ont lieu sous nos yeux. Dimitris Dalakoglou le rappelle à juste titre : « Aube dorée [parti politique néo-nazi en Grèce] est passée de 0,29 % (environ 20 000 voix) aux élections législatives de 2009, à 7 % des voix aux élections de 2012 (environ 400 000 voix) » (p. 128). L’ouvrage donne les clés de lecture économiques, en évitant tout jargon faussement technique, pour poser des questions essentielles de sociologie politique et en finir, aussi, avec une certaine forme de résignation face à la domination capitaliste.

Haut de page

Notes

1  Avec les contributions de Dimitris Dalakoglou, Cédric Durand, Costas Lapavitsas, Razmig Keucheyan, Stathis Kouvelakis et Wolfgang Streeck.

2  « Bruxelles presse la France de réformer les retraites et de réduire son déficit », Le monde, 29 mai 2013.

3  Selon le titre donné à leur contribution.

4  Décembre 2011 : 1ère opération de refinancement (Long Term Refinancing Operation) des banques commerciales par la BCE qui prête 489 milliards d’euros à plusieurs centaines d’établissements à 1 %. Rebelote le 29 février 2012, la BCE a prêté 530 Md€ à 3 ans à 800 banques.

5  Le blog tenu par un actuaire de profession, Olivier Berruyer, met en évidence l’augmentation de la durée moyenne des concours de la BCE aux banques qui est ainsi passée de 2 mois à près de 3 ans entre 2008 et 2012. Voir : http://www.les-crises.fr/bilan-bce/

6  Voir les séries réalisées par la Banque de France : http://www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/enquete-trimestrielle-aupres-des-banques-sur-la-distribution-du-credit-en-france.html

7  En 2012, 52,5 % des emprunteurs dans le logement neuf étaient âgés de moins de 35 ans. Sur le début d'année 2013, cette part se limite à 45,3 %.

8  « La hausse de l’endettement public à partir de 2009 est la conséquence de la crise et, donc, de la spéculation financière qui en est à l’origine » (p. 79)

9  Il faut rendre hommage ici à l’émission « Arrêt sur image », désormais visionnable sur internet, d’avoir organisé le 4 juillet 2013 un débat sur ce thème avec la participation de Jacques Sapir et Jean Luc Mélenchon : http://russeurope.hypotheses.org/1425

10  Voir Frédéric Lordon, « Pour une monnaie commune sans l’Allemagne (ou avec, mais pas à la francfortoise) », publié sur son blog le 25 mai 2013 : http://blog.mondediplo.net/2013-05-25-Pour-une-monnaie-commune-sans-l-Allemagne-ou-avec#Devaluer-dans-le-calme

11  Voir Le monde diplomatique de novembre 2008. Lordon rappelle ainsi la publication en 2007, peu avant la mise à jour de la crise des subprimes, de l’article « Le mégakrach n’aura pas lieu », paru dans Les Echos n° 19970 du 27 juillet 2007, de David Thesmar et Augustin Landier (Prix 2007 du cercle des économistes). http://www.monde-diplomatique.fr/2008/11/LORDON/16500

12  Voir le message de Bernard Friot posté le 25 juin 2013 en réponse à celui de Maryse Bresson sur la liste de l’ASES. Repris ici : http://sociolog.cluster003.ovh.net/spip.php?article186&lang=fr

13  “Réforme de l’Etat et mobilisation des agents publics : le cas des collectivités locales en Allemagne, en France et au Royaume Uni”, Thèse de doctorat en sociologie soutenue à Paris Ouest Nanterre le 7 décembre 2012.

14  Voir la conclusion générale : « Dans cette approche, l’Etat – directement via les collectivités locales ou encore par des subventions à l’économie sociale et solidaire – s’engage à fournir un emploi à tous ceux qui sont prêts à travailler au salaire de base du secteur public et, éventuellement au-delà, en fonction des qualifications requises pour les emplois concernés » (p. 143).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Cédric Durand (dir.), En finir avec l'Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 juillet 2013, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11954

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page