Navigation – Plan du site

Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société

Guillaume Arnould
Sciences, techniques et société
Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2013, 125 p., ISBN : 978-2-7071-5097-4.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une introduction à un champ d’études foisonnant et encore trop peu connu en France. Le domaine de recherche Sciences, techniques et société (plus connu sous l’acronyme STS) est en effet le fruit de plusieurs évolutions qui sont retracées dans ce livre. La combinaison des analyses des deux auteurs permet de produire à la fois des clés de compréhension de divers travaux menés autour des sciences et des techniques ; mais aussi de découvrir les apports spécifiques dont sont porteurs les rédacteurs du livre. L’historien des sciences et sociologue Christophe Bonneuil a ainsi travaillé sur l’épistémologie, la génétique ou les organismes génétiquement modifiés en montrant à chaque fois l’importance du positionnement des parties prenantes : chercheurs, décideurs, citoyens… L’économiste et sociologue (socio-économiste ?) Pierre-Benoît Joly a porté son regard sur les débats autour de l’expertise scientifique notamment dans le domaine des biotechnologies ou des nanotechnologies. Dès lors, s’intéresser aux Sciences, techniques et société revient à questionner la manière dont les connaissances scientifiques et leur traduction dans des objets techniques influence et impacte la vie des individus.

2Sciences, techniques et société débute par une introduction qui précise la manière dont ce champ s’est développé au sein des théories de la connaissance scientifique. Au-delà d’une vision romantique de la science issue sans doute de la Renaissance et des Lumières et qui postule que le savoir s’impose naturellement à la société, les STS prolongent plutôt la sociologie des sciences et l’épistémologie. Il convient en effet de s’intéresser à la communauté des chercheurs pour comprendre et expliquer ce qui l’anime et selon quelles règles sont administrées les preuves scientifiques. Les approches classiques de Merton, Kuhn, Lakatos ou Popper sont ainsi le socle de ce domaine de recherche. Mais les STS vont plus loin, elles convoquent la philosophie de Michel Foucault pour mettre en valeur les enjeux de pouvoir et de politique liés aux connaissances scientifiques. Ceci illustre bien les fondements du développement des études sociologiques des sciences (science studies) : la recherche de connaissances a un impact sur la vie en société et cette dernière agit en retour sur le développement ou non du savoir. Pourtant les STS ne s’en tiennent pas à cette vision et considèrent dans la foulée de Callon & Latour qu’on ne peut séparer les savoirs et la société et qu’il faut considérer ensemble la fabrication des connaissances et de l’organisation sociale.

3Pour prendre un exemple concret, cette démarche permet de relativiser la vision traditionnelle de la période de forte croissance économique de l’après seconde guerre mondiale (Trente glorieuses en France, âge d’or ailleurs) qui aurait été guidée par le progrès technique développé dans les lieux de formation, mis en pratique dans le monde économique et accepté (voir plébiscité) par le public. Dans un ouvrage collectif à paraître issu d’un colloque sur le sujet, les STS mettent en valeur les conflits qui ont existé dès cette période : les citoyens soulignant ainsi la pollution découlant de ce « progrès », l’apparition du consumérisme ou le développement d’une critique sociale de ces évolutions. Prendre en compte les Sciences, techniques et société permet ici d’écrire une « autre histoire des trente glorieuses ». Une fois ce cadre intellectuel posé, le lecteur se familiarise avec la démarche et apprécie la manière dont sont mobilisées des recherches en sciences sociales relevant de la sociologie, de l’économie, des sciences politiques comme de la philosophie ou de l’histoire. De même, une large partie de la bibliographie est en langue française, ce qui est appréciable dans un champ où de nombreuses productions sont en langue anglaise. On notera à ce sujet que la plupart des textes fondateurs dans ce domaine ont été traduits en français, ce qui donne aux curieux la possibilité d’accéder simplement à ce champ de connaissances.

4L’organisation du livre vise à traiter des principaux apports des STS. Sciences, techniques et société est découpé en cinq parties. La première aborde les relations entre science, innovation et économie. Stimulante en ce qu’elle questionne la manière dont les mécanismes économiques tendent à « produire » et « consommer » les connaissances scientifiques. Les questions de financement de la recherche ou de propriété industrielle et intellectuelle sont ainsi éclairées au regard d’un régime de production des savoirs. Dans cette optique les sciences peuvent apparaître comme « néo-libérales » car n’auraient de la valeur que les connaissances qui créeraient des richesses… La deuxième partie traite des rapports entre l’opinion publique et la science. Le postulat est simple : jamais les citoyens n’ont accepté passivement qu’un scientifique vienne leur expliquer ce qu’ils n’auraient pas compris ! Le public qu’il soit intéressé ou plus distant se forge une opinion sur l’ensemble des aspects touchant les savoirs et la connaissance. Pas besoin d’être ingénieur pour juger la production d’énergie nucléaire. Ici, les auteurs balayent les théories cherchant à éclairer les rapports des sociétés aux technosciences : que l’on imagine la société comme postindustrielle, postfordiste, du risque, liquide ou hypermoderne… On ne peut ignorer le fait qu’il faille prendre en compte la manière dont les individus perçoivent et reçoivent les connaissances scientifiques.

5Logiquement la troisième partie précise le rôle de l’expertise et notamment la tension existant autour de la crédibilité de l’expert. Sachant que ce dernier ou cette dernière dispose d’un pouvoir évident et qu’il convient de comprendre comment l’utiliser au mieux. L’expert étant à la fois celui qui fournit les moyens de gérer les risques, les appréhender, les mesurer et ainsi de favoriser des décisions utiles et efficaces (ex : le domaine sanitaire) ; mais aussi celui qui peut manipuler le public pour présenter les savoirs dans le but de protéger des intérêts privés et commerciaux (ex : le tabac, le changement climatique, les médicaments). D’où la réflexion de la quatrième partie sur les politiques de participation du public au débat scientifique. Il convient de souligner la diversité des pratiques dans le domaine (jurys, consultations, sondages délibératifs) et la difficulté à en considérer une comme plus appropriée que l’autre. C’est donc plus la démarche qui compte : si on estime que la participation des citoyens permet d’améliorer le processus de décision, il faut s’en donner les moyens effectifs.

6La cinquième et dernière partie fait office de conclusion et d’ouverture à cet ouvrage dense et passionnant. Le développement des techniques numériques favorise l’accès et la production de connaissances à un large public. Tout individu équipé en micro-informatique et avec une connexion Internet peut apprécier l’étendue de la production de savoirs. Ainsi ce phénomène marque le retour de l’amateur, la personne intéressée par les sciences mais dont ce n’est pas l’activité principale. On pense ici au clin d’œil de l’ouvrage de Bruno Latour (Chroniques d’un amateur de sciences) qui regroupait ses tribunes sur les controverses scientifiques dans le magazine de vulgarisation la Recherche. En effet, de nouveaux réseaux se développent avec de nouveaux acteurs. Par exemple, des bases de données participatives renseignées par des malades permettent de mieux cerner des pathologies tout en donnant du pouvoir économique à l’opérateur qui les centralise. Pour toutes ces raisons, le champ des STS permettra certainement de mieux comprendre notre société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 juillet 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11963

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Agrégé d’Economie gestion, Inspecteur d’académie Inspecteur pédagogique régional – Académie de Strasbourg

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page