Navigation – Plan du site

Jean-Claude Trichet, La monnaie, pourquoi ?

Alexis Pêpe
La monnaie, pourquoi ?
Jean-Claude Trichet, La monnaie, pourquoi ?, Bayard, coll. « Les Petites conférences », 2013, 68 p., ISBN : 978-2-227-48651-5.
Haut de page

Texte intégral

1Au mois d’avril 2013, un article du Monde1 mettait en lumière l’envolée du cours du bitcoin, une monnaie virtuelle créée en 2009. Cette monnaie, qui échappe au contrôle des banques centrales, revêt certaines caractéristiques des monnaies marchandise, fiduciaire et scripturale à la fois. À la même période, le prix de l’or continuait de décroitre après les sommets historiques atteints fin 2011 et début 20122. Les monnaies anciennes sont toujours présentes et recherchées, de nouvelles formes de monnaies continuent d’être créées, mais les problématiques d’inflation, de spéculation sur les devises, de contrôle des masses monétaires et de confiance dans la monnaie sont plus que jamais d’actualité.

2C’est dans ce contexte que Jean-Claude Trichet, ancien gouverneur de la Banque de France (de 1993 à 2003) et ancien président de la Banque Centrale Européenne (de 2003 à 2011), tenait une conférence sur la monnaie le 11 février 2012 à Montreuil. Cette conférence était drôlement intitulée « Des coquillages à l'euro. Petite histoire de la monnaie »3. En effet, il s’agissait d’une lecture programmée en partenariat avec la Cité de l’Économie et de la Monnaie s’inscrivant dans le cadre du cycle de conférences « Lumières pour enfants », organisé par l’auteure et metteure en scène Gilberte Tsaï. La collection « Les Petites Conférences »4, chez Bayard, retranscrit fidèlement ces lectures et les réponses aux questions posées par le public, principalement composé d’enfants. On notera l’importance croissante des collections consacrées a priori à ces derniers mais qui semblent rencontrer un public bien plus large. Le Seuil a été pionnier avec la collection « Expliqué à ».

3« La monnaie, pourquoi ? » se compose de deux parties : d’une part la retranscription de la lecture de Jean-Claude Trichet et d’autre part, les questions posées par les auditeurs, comme les réponses qui y ont été apportées.

4La conférence commence naturellement par l’analyse étymologique de trois mots qui dans le langage courant font référence à la monnaie : « pécule », « argent », et « monnaie ». Cette introduction a pour but de rappeler la diversité des monnaies ayant existé et existant encore aujourd’hui, ainsi que de jeter un premier éclairage sur leurs différentes natures : monnaie marchandise, fiduciaire ou scripturale. Notons qu’une monnaie marchandise a une valeur intrinsèque, comme l’or, tandis qu’une monnaie fiduciaire, comme le billet de banque, n’a pas de valeur intrinsèque. La monnaie scripturale quant à elle est une écriture comptable.

5Derrière la question générale « pourquoi la monnaie ? », se dessine progressivement une problématique plus précise : à quoi sert la monnaie ? Pourquoi une si grande diversité de monnaies ? Et finalement, quelles doivent être les caractéristiques d’une « bonne monnaie » ? Pour répondre à cette dernière question, l’auteur se réfère à Aristote et présente les trois fonctions de la monnaie : intermédiaire des échanges, unité de compte, réserve de valeur. À l’aide d’exemples clairs et faciles d’appréhension pour le jeune public, Jean-Claude Trichet explique comment les diverses marchandises utilisées dans l’Histoire ont pu répondre, plus ou moins bien, à chacune de ces trois fonctions.

6Le passage de la monnaie marchandise aux monnaies fiduciaire et scripturale est expliqué de manière simplifiée pour des raisons pédagogiques évidentes. Est retracée ici une chronologie de la monnaie selon laquelle le lingot ou la pièce de métal précieux se sont d’abord vus apposer un sceau permettant d’authentifier leur qualité et leur poids de métal, pour ensuite aboutir à une monnaie purement fiduciaire tel le billet qui, sans valeur intrinsèque, n’a de valeur que par la confiance que l’on lui accorde.

7Les enjeux de la stabilité monétaire, les risques d’inflation et de déflation, sont présentés et avec eux, le rôle des banques centrales et leurs diverses politiques de taux d’inflation : maximum à ne pas dépasser pour certaines, ou objectif d’inflation stable pour les autres.

8À la fin de la conférence, la monnaie est observée sous l’angle de la morale. Sans prendre parti sur la nature « bonne » ou « mauvaise » de la monnaie, l’auteur la présente simplement comme « la meilleure et la pire des choses », faisant ainsi référence à Ésope qui utilisait cette expression pour parler de la langue. Il conclut finalement en appelant à la responsabilité des citoyens. Toutefois, comme tout au long de l’ouvrage, l’auteur argumente un point de vue selon lequel « la monnaie est indispensable pour assurer l’existence d’une société au sein de laquelle les gens exercent des activités très diversifiées » : la spécialisation du travail implique l’échange de biens et services. Or selon Jean-Claude Trichet, la monnaie étant indispensable aux échanges, elle est donc indispensable à la spécialisation du travail.

  • 5  Voir Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, PU (...)

9Les questions et réponses recensées dans la deuxième partie apportent un intérêt supplémentaire à l’ouvrage : les interrogations soulevées par les enfants permettent de développer et d’illustrer les sujets déjà évoqués, mais sont aussi l’occasion pour Jean-Claude Trichet d’apporter de nouvelles preuves de sa foi en cette vision de la monnaie, indispensable à toutes les sociétés. Ainsi, selon sa logique, pas de spécialisation du travail sans monnaie, et par voie de conséquence c’est la monnaie qui, permettant la spécialisation du travail, crée la possibilité même de l’existence d’artistes « à temps plein » (la notion d’artiste étant utilisée ici par commodité d’usage, l’artiste n’apparaissant qu’avec la signature, à la fin du Moyen-âge). En effet, au vu de la qualité de certaines peintures rupestres, Jean-Claude Trichet estime que ces œuvres ont été créées par des hommes se consacrant entièrement à cette activité. Ils le pouvaient car leur société connaissait sans doute la monnaie sans laquelle une telle division du travail ne serait pas possible. On peut cependant être surpris de l’absence de référence aux sociétés sans monnaie. Le troc est évoqué, et présenté comme seule alternative à une société sans monnaie. De ce point de vue, la monnaie apparaît indispensable face aux inconvénients du troc. Indispensable dans une économie de marché. Les sociétés basées sur une économie de don5 sont malheureusement ignorées dans cette conférence. Jean-Claude Trichet a probablement fait le choix du pragmatisme afin de circoncire le sujet à l’utilité de la monnaie dans les sociétés que nous connaissons le mieux, et n’avait sans doute pas la possibilité de produire un raisonnement de type « thèse-antithèse-synthèse » devant des enfants. C’est un pragmatisme nécessaire aux « Petites Conférences », qui se doivent d’être concises, mais auxquelles on peut néanmoins reprocher un manque de dialectique.

Haut de page

Notes

1  Marie de Vergès. 9 avril 2013. « Le bitcoin, une monnaie virtuelle qui s'arrache ». Le monde. En ligne. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/04/09/le-bitcoin-une-monnaie-virtuelle-qu-on-s-arrache_3156495_651865.html - Consulté le 16 juillet 2013.

2 http://www.banque-france.fr/fileadmin/user_upload/banque_de_france/Economie_et_Statistiques/Changes_et_Taux/qs.d.meuorl01.csv.

3  http://www.citedeleconomie.fr/Monnaie-une-conference-pour-les-10.

4 http://www.bayard-editions.com/Religions-et-sciences-humaines/SCIENCES-HUMAINES/Societe/LES-PETITES-CONFERENCES.

5  Voir Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, PUF, coll. « Quadrige Grands textes », 2007. Un compte-rendu de Nicolas Olivier est disponible sur Lectures : http://lectures.revues.org/520.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Pêpe, « Jean-Claude Trichet, La monnaie, pourquoi ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 juillet 2013, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11964

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page