Navigation – Plan du site

Monique Eckmann, Agnes Földhazi (dir.), Articuler diversité et genre. Un défi pour les Hautes écoles

Marianne Blanchard
Articuler diversité et genre
Monique Eckmann, Agnes Földhazi (dir.), Articuler diversité et genre. Un défi pour les Hautes écoles, Genève, IES/HETS, coll. « Pratiques », 2013, 94 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir à ce sujet Sénac Réjane, L'invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2 (...)
  • 2  Le système d'enseignement supérieur suisse comporte trois types d'institutions : les universités, (...)

1Alors que l'injonction à la « diversité » se diffuse dans un nombre croissant de sphères sociales1, les auteures de cet ouvrage s'interrogent sur ses conditions de possibilité – théoriques, mais surtout pratiques – dans les établissements d'enseignement supérieurs. Plus précisément, les deux sociologues, membres de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), s'emploient à définir les jalons de ce que pourrait être une « politique de la diversité » dans les Hautes écoles spécialisées suisses2, en revendiquant une approche résolument normative : « la diversité est devenue un fait dans nos sociétés et sa prise en compte devrait donc être la règle et non l’exception » (p. 25). En cela, l'ouvrage – publié avec le soutien du Fonds de promotion à l’égalité des chances de la HES-SO – s'apparente plus à un rapport visant à mettre en évidence de « bonnes pratiques » qu'à un compte rendu de recherche académique, même si les auteurs s'efforcent d'appuyer autant que faire se peut leurs recommandations sur des travaux scientifiques.

2Le propos des auteures débute sur un constat empirique : alors que depuis une vingtaine d'années toute une série de mesures ont été prises en Suisse pour favoriser l'égalité entre hommes et femmes, l'attention publique s'est progressivement tournée vers la question des discriminations liées à la « race » ou au handicap. Au niveau des HES cette évolution est manifeste depuis 2009 : le personnel en charge de l'égalité hommes/femmes se voit désormais confier des mandats qui concernent un éventail plus large de catégories.

3L'enjeu est alors double : il s'agit d'une part d'élaborer une liste de catégories de personnes à prendre en compte dans les politiques de diversité, et d'autre part de réfléchir à la meilleure façon de les articuler. Concernant la définition des catégories, les deux auteures rappellent les ambiguïtés inhérentes à ce travail. En effet, les catégories sur lesquelles s'appuient les politiques dites de diversité sont le résultat historique de la mobilisation de différents groupes d'intérêts ; elles sont donc susceptibles d'évoluer en fonction des contextes sociaux et des rapports de forces.

  • 3  Kergoat Danielle, « Dynamique et consubtantialité des rapports sociaux », in Elsa Dorlin (dir.), S (...)

4En dépit de ces difficultés et des critiques qui ont pu s'élever à l'égard d'une telle démarche de catégorisation3, Monique Eckmann et Agnes Földhazi estiment qu'elle est nécessaire afin de mettre en œuvre des mesures concrètes pour lutter contre les discriminations. Après avoir proposé une liste plutôt large de catégories potentiellement pertinentes au début de l'ouvrage (genre/sexe, ethnicité, être issue de migration, langue, nationalité, handicap, religion/croyances, âge, orientation sexuelle, classe sociale, couleur de peau etc.) elles insistent dans le dernier chapitre sur l'impossibilité de définir a priori ces catégories et sur le nécessaire travail de définition ad hoc.

  • 4  Crenshaw K.W, « Mapping the Margins: Intersectionnality, Identity, Politics and Violence against W (...)

5Deuxième problème abordé dans ce livre : celui de l'articulation des différentes politiques de lutte contre les discriminations et les inégalités. De fait, certains des responsables interrogés par les auteurs s'inquiètent d'un potentiel désintérêt vis-à-vis de la question de l'égalité entre hommes et femmes au profit de problématiques centrées sur la « race » ou le handicap. Mais au-delà de ces enjeux de « concurrence » entre « minorités », la question de l'articulation des politiques apparaît primordiale dans la mesure où il s'agit de prendre en compte les phénomènes de discrimination multiple et d'intersectionnalité. Une femme noire sera en effet potentiellement plus sujette à des discriminations qu'une femme blanche. S'appuyant sur les travaux fondateurs de K. Crenshaw4, les deux auteures invitent ainsi à « développer une vision plus situationnelle et individuelle des cas puisque la combinaison de multiples formes de discriminations se concrétise dans des constellations singulières » (p. 27).

6La suite de l'ouvrage entend passer du niveau conceptuel au niveau de l'action. Concernant spécifiquement les HES, les auteures rappellent que chaque école dispose actuellement d'un bureau d'égalité responsable de la promotion de l'égalité des chances entre femmes et hommes, mais que la notion de « diversité » a longtemps été absente de leur agenda institutionnel. Les entretiens menés avec les responsables (dirigeants d'établissements mais aussi responsables de bureaux pour l'égalité) des HES en Suisse romane ont d'ailleurs été dans certains cas l'occasion d'une première réflexion sur cette notion de « diversité ». En conséquence, les quelques mesures qui existent (accompagnement personnalisé d'étudiants, organisation des calendriers d'examens en fonction des fêtes religieuses etc.) résultent plutôt de démarches informelles et d'initiatives locales.

7Le chapitre suivant donne un bref aperçu de mesures mises en œuvre dans des institutions d'enseignement supérieur localisées dans quatre pays différents (Norvège, Allemagne, Royaume Uni, Etats-Unis). Tout en relevant certaines « bonnes pratiques », comme l'organisation de rencontres régulières entre les responsables d'université sur la question de l'égalité des chances (Norvège) ou l'existence d'un bureau spécialisé (Kean University, Etats-Unis, New Jersey) qui reçoit et traite les plaintes liées à la discrimination, le bilan de ce tour d'horizon est plutôt mitigé. Il apparaît que la plupart des établissements pris en compte par les auteures sont plutôt dans une « phase expérimentale de la gestion de la diversité ».

8Le dernier chapitre propose des outils de réflexion pour mettre en œuvre des politiques de diversité, dans les HES ou tout autre établissement d'enseignement supérieur. Des petits « exercices » sont proposés : le lecteur - enseignant ou responsable administratif - est invité à noter les discriminations observées autour de lui en fonction de certaines catégories, à se demander en quoi les questions posées au moment des recrutements des étudiants peuvent être discriminatoires, ou encore à réfléchir sur ses propres stéréotypes.

9L'ouvrage se conclut sur une série de questions ouvertes qui montrent les difficultés à mettre en œuvre une politique de « diversité », difficultés essentiellement liées, in fine, à des problèmes de définition. Au niveau théorique, les auteures appellent à davantage de travaux adoptant des perspectives d'intersectionalité, convaincues que la recherche « peut servir de moteur de changement potentiel » (p. 80). Cette vision néglige le hiatus qui peut exister entre une posture de recherche d'une part, et la définition de lignes d'actions d'autre part. Le débat sur les catégories le montre bien : tout en reconnaissant les critiques des travaux de recherche sur la détermination de catégories à protéger, les auteures indiquent qu'il est nécessaire d'établir une telle liste pour mettre en œuvre les mesures qu'elles appellent de leurs vœux. Plus généralement, il apparaît que le glissement entre catégories savantes et pratiques n'est pas toujours discuté.

  • 5 Walter Ben Michaels, La diversité contre l'égalité, Raisons d'agir, 2009.

10La conclusion évoque enfin brièvement la question des classes sociales, mentionnée par certains des experts interrogés, mais notablement absente de la réflexion des auteures. On retrouve ici les travers des discours sur la diversité tels qu'ils ont été dénoncés par W. Ben Michaels5 (http://lectures.revues.org/​749) : en insistant sur les discriminations, ils détournent l'attention des inégalités économiques, et tendent à faire des inégalités le simple résultat de préjugés qu'il s'agirait de combattre. Alors même qu'elles citent ces travaux, Monique Eckmann Agnes Földhazi font peu de cas de la question des classes sociales et des inégalités liées à une inégale distribution du capital économique mais aussi culturel ou encore social. Si le débat français sur l' « ouverture sociale » des grandes écoles a sans doute conduit à négliger d'autres formes d'inégalités qu'il apparaît salutaire de rappeler, il est à l'inverse surprenant de parler d'articulation entre diversité et inégalité sans évoquer plus en avant les effets de la position sociale.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet Sénac Réjane, L'invention de la diversité, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2012 http://lectures.revues.org/8381 et Masclet Olivier, Sociologie de la diversité et des discriminations, Armand Colin, coll. « 128 », 2012 http://lectures.revues.org/8767)

2  Le système d'enseignement supérieur suisse comporte trois types d'institutions : les universités, les écoles polytechniques fédérales et les Hautes écoles spécialisées. Ces dernières sont le résultat de la réorganisation à la fin des années 1990 des Ecoles techniques supérieures sur le modèle des Fachhochschulen allemandes. Elles dispensent des formations professionnelles (architecture, sciences de l'ingénieur, gestion, hôtellerie etc.) mais accueillent aussi des équipes de recherche. Ce sont des établissements publics, financés à la fois par l'Etat fédéral et par les cantons.

3  Kergoat Danielle, « Dynamique et consubtantialité des rapports sociaux », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, PUF, 2009, p. 115-116.

4  Crenshaw K.W, « Mapping the Margins: Intersectionnality, Identity, Politics and Violence against Women of Color ». In M.A. Fineman, R. Mykitiuk (dir.), The Public Nature of Private Violence, New York, Routledge : p. 93-118, 1994.

5 Walter Ben Michaels, La diversité contre l'égalité, Raisons d'agir, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blanchard, « Monique Eckmann, Agnes Földhazi (dir.), Articuler diversité et genre. Un défi pour les Hautes écoles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11969

Haut de page

Rédacteur

Marianne Blanchard

MCF à Toulouse 2 Le Mirail (ESPE)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page