Navigation – Plan du site

Joanna Grudzinska, KOR

David Bouvard

Texte intégral

1Qu’est-ce qui pousse des jeunes à s’affranchir de la peur, à se révolter contre un régime autoritaire en étant portés par un irrésistible besoin de liberté ? Par des entretiens réalisés avec 3 membres du KOR (le « Comité de Défense des Ouvriers »), une organisation ouvrière qui fut à l’origine de la création de « Solidarnosc », Joanna Grudzinska, revient sur l’histoire de cette organisation méconnue et sur les motivations de ses fondateurs.

2Suite à la répression et à l’échec des grèves spontanées de juin 1976 contre la hausse du prix des denrées alimentaires, un groupe d’intellectuels et d’ouvriers décida de la création du KOR pour unifier les mouvements sociaux en Pologne. Ces militants se fixèrent pour objectifs de venir en aide aux ouvriers licenciés à la suite des grèves et d’éditer un journal pour contrer la « désinformation gouvernementale ». Ce journal collaboratif, appelé Robotnik, avait pour ambition de mettre en contact les ouvriers protestataires et de leur proposer un espace de libre expression. Les rédacteurs de ce journal pratiquèrent un « contre-journalisme » destiné à décrédibiliser le régime par l’analyse des faits, par la mise en lumière de ses mensonges quotidiens, plus que par une lutte idéologique. Réunis par des valeurs communes (la non-violence, l’attachement au pluralisme politique et à la liberté d’expression), le groupe hétéroclite formé par les activistes du KOR va fédérer les opposants au régime à travers toute la Pologne. Le choix du mouvement social, de s’organiser au sein d’une structure qui ne soit pas un parti politique, visait à assurer une « représentation autonome des ouvriers », à créer une organisation défendant les intérêts matériels de cette catégorie socio-professionnelle. Par-delà les controverses politiques (par exemple sur l’opportunité de revendiquer l’indépendance nationale de la Pologne vis-à-vis de l’URSS), les membres du KOR réussirent à éditer un manifeste, la « Charte des droits des ouvriers », dont les signataires furent par la suite les principaux membres fondateurs du syndicat « Solidarnosc ». Lors du 1er congrès national de « Solidarnosc » en 1981, le KOR prononça son auto-dissolution et ses membres choisirent de rejoindre le premier syndicat libre de Pologne pour continuer leur lutte.

3En revenant sur la trajectoire de trois activistes du KOR, Joanna Grudzinska nous permet de comprendre le processus de structuration de ce groupe aussi bien que les « carrières militantes » de ses acteurs. Les membres du KOR resteront pour beaucoup des héros anonymes. En dehors des figures emblématiques du groupe comme Jacek Kuroń ou Adam Michnik, la réalisatrice choisit de faire le portrait de militants de l’ombre, d’activistes pour qui la politique ne fut jamais un métier bien qu’elle ait changé leur vie. Héritiers du soulèvement de Poznań en 1956, la première révolte ouvrière menée contre le régime de la République populaire de Pologne, ces militants décrivent la rupture d’avec l’idéal « communiste », le refus de la censure du régime, la façon dont la peur les a progressivement quittés pour faire place à un désir irrépressible de révolte et de liberté. Les activistes interrogés commentent des archives du KOR, décrivent le quotidien d’une lutte clandestine, reviennent sur les lieux emblématiques de leurs combats, renouent des contacts avec d’anciens camarades. Ce faisant, au fil des rencontres avec la réalisatrice, ces militants revivent avec émotion leur jeunesse et l’histoire dont ils furent les acteurs.

4Ce documentaire, basé sur des entretiens semi-directifs effectués avec des activistes, adopte une approche méthodologique similaire à celle de certains documentaires sur la lutte contre l’apartheid. Dans Soweto : A History d’Angus Gibson (1994, 55 minutes), le réalisateur croise entretiens semi-directifs et récits de vie de militants anti-apartheid pour illustrer la construction d’un groupe politique à travers la représentation que ses acteurs se font de leur combat. Outre ce parallèle entre des documentaires restituant les trajectoires individuelles d’activistes qui furent impliqués dans deux événements majeurs de la fin du XXe siècle (la chute de l’URSS et la fin de l’apartheid), KOR peut être comparé à d’autres productions cinématographiques traitant de groupes clandestin luttant contre l’État. The Weather Underground (2002, 93 minutes) de Sam Green et Bill Siegel, relate le parcours et la radicalisation progressive de jeunes étudiants américains qui se lancèrent dans une lutte armée contre le gouvernement américain dans les années 70. Toutefois, ces réalisateurs firent le choix de longs plans séquences afin de restituer l’authenticité des témoignages recueillis ce qui n’est pas le cas de Joanna Grudzinska, qui les présente de manière fragmentée et entrecroisée. Enfin, la volonté de la réalisatrice d’interroger ses interlocuteurs sur la « libération de la parole ouvrière » à l’occasion de la création du KOR, n’est pas sans rappeler le documentaire Dégage de Mohamed Zran (2012, 90 minutes) sur la révolution tunisienne. Dans ce long-métrage, celui-ci insiste également sur l’enthousiasme des Tunisiens profitant d’un droit nouveau à liberté d’expression.

  • 1 Michel Foucault, Dits et Écrits II.1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 791

5À l’heure des Révolutions arabes, où la jeunesse s’est soulevée contre l’arbitraire de régimes autoritaires et décatis, ce documentaire rappelle que l’essence de la révolte est intemporelle et insaisissable. Entre 1976 et 2011, si les vecteurs employés pour combattre un gouvernement autoritaire et pour s’adresser au peuple ont changé, les motivations initiales des acteurs restent cependant les mêmes. Le désir d’émancipation et de vérité qui pousse un homme à risquer sa vie en affrontant l’État, qui le jette dans la clandestinité et dans un combat irréversible pour la liberté, répond à des ressorts individuels intangibles. Au-delà de l’analyse rétrospective des causes structurelles conduisant à un soulèvement populaire, ces entretiens nous plongent dans l’intimité du sentiment de révolte, dans ses origines individuelles. Le spectateur comprend les motivations des acteurs, leur opiniâtreté à vouloir briser le monopole étatique de l’information. Les portraits de ces tois militants, dont les trajectoires individuelles ont abouti à un « arrachement qui interrompt le fil de l’histoire »1, ne parviennent pourtant pas à atteindre l’essence de ce sentiment de révolte. Cette incapacité à restituer la complète authenticité de ce sentiment est probablement liée au fait que celui qui se révolte au risque de tout perdre demeure, aux yeux de ceux qui n’ont jamais vécu de luttes similaires, un homme « sans explication ».

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, Dits et Écrits II.1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 791

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Bouvard, « Joanna Grudzinska, KOR », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11972

Haut de page

Rédacteur

David Bouvard

Master 1 d’Etudes européennes et internationales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page