Navigation – Plan du site

Olivier Pilmis, L'intermittence au travail. Une sociologie des marchés de la pige et de l'art dramatique

Thierry Colmard
L'intermittence au travail
Olivier Pilmis, L'intermittence au travail. Une sociologie des marchés de la pige et de l'art dramatique, Paris, Economica, coll. « Etudes sociologiques », 2013, 193 p., ISBN : 9782717865912.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un registre relevant de la sociologie économique et à un degré moindre de la sociologie du travail, Olivier Pilmis propose une analyse de deux professions qui a priori n’ont pas de rapport entre elles : les pigistes et les comédiens intermittents. Ce qui va rapprocher les journalistes intermittents des artistes-interprètes de spectacles vivants relève largement de leurs conditions de travail respectives et dans une certaine mesure de leur communauté de destin. Le matériel principal de cette étude provient d’une thèse de doctorat de sociologie soutenue par l’auteur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en 2008 et dont le détail figure en annexe de l’ouvrage.

2Le sociologue nous rappelle, en dressant un bref historique du journalisme en France, que les pigistes ont longtemps été mal considérés. Mercenaires de l’information au statut incertain, rémunérés au feuillet, parfois méprisés par les grandes plumes de la profession, les pigistes ont cependant connu des améliorations de leur sort avec l’évolution du droit du travail et la création d’associations professionnelles. Leur reconnaissance institutionnelle passe notamment par l’acquisition d’un précieux sésame, la carte de presse.

  • 1  Selon l’expression de Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du sa (...)
  • 2  Le marché secondaire du travail se caractérise par la précarité, un revenu moindre et des perspect (...)

3Par analogie, les comédiens vont s’évertuer de cumuler les contrats – afin de réaliser un nombre d’heures de travail suffisant sur une année courante - pour bénéficier du statut avantageux d’intermittent du spectacle. Celui-ci joue le rôle d’un filet de sécurité lors des périodes d’inactivité en garantissant une rémunération forfaitaire. Évoluant dans un environnement aux contours proches, marqués par la discontinuité de l’activité, pigistes et comédiens intermittents travaillent dans un univers professionnel marqué par la précarité, le court terme et l’embauche raccourcie, illustration ou avatar de la fragilité de la condition salariale contemporaine. Celle-ci, clairement en rupture avec l’édifice des Trente glorieuses, se traduit par l’insécurité de l’emploi et le risque de désaffiliation1. Les théories de la segmentation du marché du travail sont mobilisées pour expliquer que les travailleurs dont il est question ici appartiennent au marché secondaire – un comédien intermittent par opposition à un permanent de la Comédie Française, un pigiste travaillant pour plusieurs groupes de presse par opposition à un journaliste à employeur unique2.

4L’implicite du chômage traverse toute l’étude tant ces professions s’exercent dans un univers caractérisé par l’incertitude : de l’emploi, du revenu, de la protection sociale. Premier constat, les pigistes et les comédiens tout en étant formellement des salariés par intermittence possèdent les attributs de travailleurs indépendants. Le pigiste travaille le plus souvent à domicile et possède ses outils de travail (ordinateur, appareil photo), le comédien appartient fréquemment à une forme associative de type compagnie théâtrale de petite taille dont il peut être l’initiateur. Dans leur environnement respectif, l’un et l’autre se comportent comme des entrepreneurs qui proposent des projets : sujets d’articles pour les journalistes et spectacles vivants pour les comédiens.

  • 3  Granovetter M.S., Getting a job. A study of contacts and careers, Chicago, Chicago University Pres (...)

5L’auteur s’intéresse ensuite aux relations d’échanges sur le marché de la pige et sur le marché de l’art dramatique. En référence aux travaux de Granovetter3, les liens faibles semblent être la règle sur ces marchés. Les collaborations sont limitées dans le temps et les relations apparaissent éphémères. Les pigistes constituent une offre sur un marché du travail et revendiquent une rétribution de leur force de travail alors que les directeurs de rédaction agissent comme des demandeurs sur un marché des biens (articles). Cette asymétrie engendre des situations conflictuelles à la défaveur des pigistes qui peuvent travailler sans être payé. En revanche, les comédiens ne rencontrent pas ce genre de problème.

6Dans leur milieu professionnel respectif, les uns et les autres se confrontent à la concurrence de leurs pairs face à des incertitudes qualitatives chez les employeurs. Les offreurs de travail doivent alors impérativement se constituer un curriculum, certifiant de leur expertise. L’analyse des relations d’échange témoigne qu’il n’existe pas de régime d’échange unique. L’appariement à un ou plusieurs employeurs donne une stabilité sans avoir le statut d’employé permanent. La quête d’insertion dans un réseau d’employeurs traduit une recherche permanente d’atténuation de l’incertitude sur les perspectives d’emploi. L’auteur souligne l’importance de l’appariement à un ou plusieurs employeurs qui permet d’obtenir une stabilité sans avoir le statut juridique d’un employé permanent.

  • 4  À la suite de K.Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre (...)

7L’encastrement4 dans le marché se traduit par la convention selon laquelle il est impératif pour un comédien d’avoir plusieurs projets – spectacles vivants et/ou audiovisuels - et pour un pigiste de travailler pour plusieurs employeurs, quitte à exercer parfois sous un nom d’emprunt afin de contourner les règles d’exclusivité lorsqu’elles existent. Surtout, l’encastrement va réduire l’incertitude de départ en laissant la place à une relation de confiance permettant de pérenniser les échanges entre offreurs et demandeurs.

  • 5   Brian Uzzi, « The sources and consequences of embeddedness for the economic performance of organi (...)

8Avoir un employeur principal se rapproche de l’activité idéal-typique d’un salarié car cela permet la stabilité financière mais aussi le statut d’intermittent pour un comédien - en jouant alors le rôle d’une certification professionnelle - ou l’obtention d’une carte de presse pour un pigiste - dont la possession dépend davantage du revenu que du volume de travail fourni -. Olivier Pilmis note aussi le paradoxe de l’encastrement, notion empruntée à Brian Uzzi5, car les pigistes qui travaillent pour un grand titre bénéficient davantage de profit symbolique que monétaire, ces titres prestigieux offrant en général des salaires plus faibles. L’ancienneté sur le marché, dénommée par l’auteur « âge marchand » - à distinguer de l’âge biologique - semble un facteur d’insertion professionnelle déterminant en particulier pour les comédiens. Ces derniers perçoivent également des rémunérations plus élevées dans l’audiovisuel que lors de participations à des spectacles vivants.

  • 6  Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994.

9L’étude réalisée par Olivier Pilmis ouvre des perspectives stimulantes pour appréhender les nouvelles formes d’emploi en proposant notamment de dépasser le concept de précarité, terme trop connoté et associé systématiquement à la pauvreté laborieuse, à la frontière de l’énonciation et la dénonciation selon les mots de Bourdieu6. La notion de travail par intermittence proposée ici semble particulièrement adaptée aux professions étudiées d’autant plus que certains pigistes et comédiens connaissent un réel épanouissement dans leur travail, appréciant la liberté dont ils bénéficient dans l’organisation du contenu de leur tâche.

10On peut regretter que les comédiens semblent avoir été moins étudiés que les pigistes mais la conclusion proposée par l’auteur laisse entrevoir un terrain de recherche fécond pour la sociologie économique en particulier sur les limites mêmes du concept économique de marché car d’après l’auteur et en l’espèce « le succès du mot s’accompagne de l’effacement de la réalité qu’il prétend désigner » (p. 186).

Haut de page

Notes

1  Selon l’expression de Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

2  Le marché secondaire du travail se caractérise par la précarité, un revenu moindre et des perspectives de carrière réduites par opposition à un marché primaire du travail, voir les travaux fondateurs de P.Doeringer et M.Piore, Internal labor markets and manpower analysis, Lexington, Heath, 1971.

3  Granovetter M.S., Getting a job. A study of contacts and careers, Chicago, Chicago University Press, 1995, (1974).

4  À la suite de K.Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 (1944) ; on peut définir sommairement l’encastrement comme l’ensemble des caractéristiques socio-culturelles qui accompagnent les relations d’échange sur un marché.

5   Brian Uzzi, « The sources and consequences of embeddedness for the economic performance of organizations: the network effect », American Sociological Review, 61, 1996.

6  Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Olivier Pilmis, L'intermittence au travail. Une sociologie des marchés de la pige et de l'art dramatique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11974

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page