Navigation – Plan du site

Quentin Michel, Maxime Habran, Sylvain Paile, David Stans (dir.), La construction européenne. Entre idées reçues et faux-semblants

Caroline Robinet
La construction européenne
Quentin Michel, Maxime Habran, Sylvain Paile, David Stans, La construction européenne. Entre idées reçues et faux-semblants, Liège, Presses universitaires de Liège, 2013, 235 p., 3e édition, ISBN : 978-2-87562-017-0.
Haut de page

Texte intégral

1Cette réédition invite une nouvelle fois à se plonger dans l’histoire de la construction européenne, trop souvent soumise aux présupposés et aux critiques. Cet ouvrage a pour dessein de rendre compte des multiples avancées et actions politico-législatives de l’Union afin de redonner toute sa lisibilité et sa temporalité au processus constructif constant dont elle fait l’objet. En définitive, il ne s’agit pas de porter un regard critique mais plutôt d’en décrire les fondements, les contextes et les évolutions institutionnelles. Par la mobilisation des résultats issus des ratifications parlementaires et référendaires ainsi que des traités qui y sont rattachés, la construction européenne passée, présente ou future apparaît bien plus réelle et complexe qu’elle n’y parait. Au travers de ces différents chapitres, tout l’enjeu de cet ouvrage sera d’en témoigner.

  • 1  Pascal Fontaine, L’Union européenne, Histoire, institutions, politiques, éditions du Seuil, Paris, (...)
  • 2  Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier.
  • 3  Communauté Européenne Economique.
  • 4  Aussi appelé Traité de l’Union européenne (T.U.E.).

2En partant d’un idéal théorique de paix et de stabilité du territoire, les prémices de la pensée européenne se situent au XVIIe siècle. Les premières réunions et assemblées avaient alors pour principale vocation d’instaurer un espace diplomatique et économique entre les pays européens voisins tout en protégeant et en respectant les intérêts nationaux. Il faudra attendre le début des années 1950 pour que ces motivations pacifiques, économiques et politiques se transforment en un véritable projet d’union communautaire sous l’impulsion de Robert Schuman et de son ami Jean Monnet. « Faire l’Europe, c’est faire la paix 1» disait ce dernier. Non sans heurts et sans grand enthousiasme, ainsi furent créées en 1951 la C.E.C.A2 puis en 1957 la C.E.E3. Ces premières grandes dynamiques européennes, reposant majoritairement sur une coopération intergouvernementale sans réel pouvoir d’initiative de la part de ces institutions, ne faisaient que signaler le début du grand programme européen. Dans un temps politique et diplomatique particulièrement compliqué et un euroscepticisme ambiant, les trente années qui suivirent ont quelque peu participé à la construction de ce projet sans véritablement positionner l’Europe au cœur même des préoccupations politiques et sociales nationales. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que l’engouement des hauts dirigeants pour ce projet européen prit plus d’ampleur. Les traités de Maastricht4 en 1992, d’Amsterdam en 1997, de Nice en 2001 et de Lisbonne en 2007 en sont les témoins. Hormis quelques rejets réguliers par referendum, les voix des parlementaires permirent le plus souvent l’acceptation de ces réformes et de ces accords institutionnels par une forte majorité. Ces avancées du processus constructif de l’Europe ont permis la redéfinition de ses trois piliers (la politique communautaire, la politique intergouvernementale de sécurité commune et la coopération judiciaire et policière) et de ses institutions (qu’elles soient politiques avec le Parlement européen, le Conseil européen, le Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne, juridique avec la Cour de justice de l'Union européenne et enfin économique avec la Banque centrale européenne et la Cour des comptes européenne). Les modalités de fonctionnement de ces dernières furent très nettement précisées et légitimées afin de reconnaître toutes leurs compétences, leurs initiatives et leurs influences.

3Par delà cette vue d’ensemble du processus constructif et législatif de l’Union, cet ouvrage met en lumière tout le chemin parcouru depuis les années 1950 et atteste de la réussite de ces objectifs premiers. En effet, les peuples européens semblent réconciliés, les marchés économiques connectés, les législations en voie d’harmonisation et les politiques communes davantage légiférées. Néanmoins, et c’est ce qui fait toute sa force, cet ouvrage ne s’arrête pas à ces généralités. Il renseigne sur le mécanisme d’adhésion et sur ces réglementations, qu’elles soient législatives, politiques, économiques, sociales ou encore morales. Il informe sur l’organisation de la politique européenne de voisinage (P.E.V.) chargée de palier à une démarcation trop forte de l’Europe avec les pays frontaliers et d’encourager leurs relations et leurs coopérations. Il révèle l’existence des modes de résolution des conflits dans l’Union européenne qu’ils soient juridiques, institutionnels, démocratiques ou intergouvernementaux. Il se positionne à l’encontre de l’adage eurosceptique concernant le cas du Royaume-Uni pour démontrer son engagement profond au sein de l’Union. Enfin, il s’essaye même à un exercice très délicat concernant l’explicitation des valeurs qui sont propres à cette Union.

  • 5  Yves Charles Zarka (dir.), Refaire l’Europe avec Jürgen Habermas, Presses universitaires de France (...)

4Pour tout cela, cet ouvrage se distingue dans le champ des nombreuses publications sur l’Europe. En prenant soin d’installer le contexte général et la temporalité de ce processus européen, il témoigne à la fois de la complexité d’un tel projet mais aussi de ces avancées politiques constantes. En approfondissant les éléments clés de cette construction et en utilisant à bon escient les données issues des ratifications parlementaires et référendaires dont il dispose, il réinstalle toute la concrétude de ce projet. Il ne se laisse pas entrainer dans des discours alarmants ou stéréotypés mais reste cantonné aux mécanismes législatifs afin de témoigner de toute la réalité de l’Union européenne. Enfin, dans sa globalité, il réussit fort bien à redonner à la devise de cette dernière toute sa signification et son importance. Unir dans la diversité est « tout l’enjeu de la constitution d’une Europe politique. [Elle] est enveloppé[e] dans ce conflit ou au moins cette tension entre souveraineté nationale et souveraineté supranationale 5», entre consonances et dissonances, rassemblements et particularismes. Partant de cela, cette union nécessite des progressions raisonnées et harmonisées qui ne peuvent faire l’économie de nombreuses problématiques inhérentes à de telles ambitions politiques, économiques, culturelles, sociales, géographiques...

Haut de page

Notes

1  Pascal Fontaine, L’Union européenne, Histoire, institutions, politiques, éditions du Seuil, Paris, 2012, p. 334.

2  Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier.

3  Communauté Européenne Economique.

4  Aussi appelé Traité de l’Union européenne (T.U.E.).

5  Yves Charles Zarka (dir.), Refaire l’Europe avec Jürgen Habermas, Presses universitaires de France, Paris, 2012, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Robinet, « Quentin Michel, Maxime Habran, Sylvain Paile, David Stans (dir.), La construction européenne. Entre idées reçues et faux-semblants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11975

Haut de page

Rédacteur

Caroline Robinet

Diplômée de Master II en Sciences Humaines et Sociales, spécialité « Sciences de la Société et Construction européenne ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page