Navigation – Plan du site

Marc Augé, L’anthropologue et le monde global

Bénédicte Champenois Rousseau
L'anthropologue et le monde global
Marc Augé, L'anthropologue et le monde global, Armand Colin, coll. « La fabrique du sens », 2013, 208 p., ISBN : 978-2-200-27517-4.
Haut de page

Texte intégral

1Marc Augé appartient à cette génération d’anthropologues qui a commencé la recherche au moment de la décolonisation, il a hérité d’une discipline forte des grandes aventures intellectuelles du structuralisme sous la houlette de Levi-Strauss et a vu, dans les décennies suivant la chute du mur de Berlin, le monde emprunter la marche de la mondialisation. La décolonisation et la nécessaire remise en question des fondements d’une discipline qui prétendait expliquer les autres du point de vue de ceux qui représentaient le point de vue culturel des colonisateurs, puis la globalisation avec la difficulté croissante d’étudier des sociétés complètement à l’écart du reste du monde pour constituer des objets d’études « purs » aurait pu sonner le glas de l’anthropologie. Il n’en a rien été. Dans cet ouvrage qui n’est pas à proprement parler un ouvrage anthropologique, mais qui puise dans les travaux de la longue et fertile carrière de son auteur, Marc Augé cherche à nous montrer les apports que cette discipline, ou plutôt qu’un regard formé à cette discipline peut proposer pour comprendre et mettre des mots sur notre monde globalisé et les défis qui s’y présentent. Ainsi écrit-il en préambule : « ce livre est celui d’un anthropologue qui s’interroge sur sa discipline et sur le monde dans lequel il vit. Il propose une lecture du monde global, avec l’espoir de retenir l’attention de ceux que le monde inquiète et que l’anthropologie intéresse » (p. 7).

2L’auteur commence dans trois chapitres introductifs à nous décrire son expérience de l’anthropologie. Dans le premier chapitre, il reprécise la différence entre ethnologie : ancrée sur le local, et visant à établir une description aussi fine que possible d’un système social particulier ; et anthropologie : la mise en relation de toutes ses ethnographies particulières pour monter en généralité et approfondir la réflexion sur les grands paramètres anthropologiques. Pour son second chapitre il revient sur son expérience initiatique : l’immersion dans ce premier terrain de Côte d’Ivoire, la rencontre avec l’autre, le travail de l’anthropologue pour donner du sens à ce qu’il observe. Dans le troisième chapitre, il évoque les trois types d’ethnologies qu’il a pratiquées au cours de sa carrière et qui ont donné naissance à ses différents ouvrages : l’ethnologie de séjour, l’ethnologie de parcours, l’ethnologie de rencontre. L’ethnologie fondatrice de l’expérience de l’anthropologue c’est « l’ethnologie de séjour », celle qu’il a pratiquée en Côte d’Ivoire, celle qui permet de rendre compte d’une culture parce qu’on s’en est lentement imprégné dans son travail de terrain. « L’ethnologie de parcours », plus ponctuelle de comparer les situations locales en formant des parallèles avec des terrains familiers de l’ethnologue. Marc Augé définit « l’ethnologie de rencontre » comme : « une observation attentive des composantes anthropologiques des phénomènes sociaux, rencontre au cours de l’existence sans que cette rencontre ait été nécessairement voulue et programmée » (p. 34), il précise que cette dernière ne peut être pratiquée que si l’on a déjà une bonne expérience des deux premières. C’est de cette dernière que ressort son ouvrage « Un anthropologue dans le métro ».

3Dans un quatrième chapitre il s’interroge sur la place de l’anthropologue aujourd’hui, médiateur entre les sociétés traditionnelles et le monde moderne, rôle que certains de ses collègues ont dû endosser de part et d’autre du monde, ou explorateur de la complexité.

4Dans les neuf chapitres qui suivent l’auteur organise sa réflexion autour des notions d’espace, de mouvement et de temps pour mettre en mots la perplexité qui saisit l’anthropologue devant les défis du monde contemporain. Rétrécissement des distances, raccourcissement des temps, migrations, perméabilité des mondes, crises, besoin de ritualisation, droits de l’homme, rôle de l’art sont quelques-uns des thèmes abordés dans ces chapitres.

5Marc Augé décrit bien ce qu’est l’anthropologie et en quoi cette discipline peut contribuer à la compréhension de notre monde global. Elle s’enracine sur une connaissance fine des terrains, appréhendés à travers une ethnologie minutieuse, dans lequel l’ethnographe s’imprègne lentement des relations sociales du milieu qu’il étudie pour pouvoir en décrire finement les caractéristiques. L’objectif de l’ethnologue, c’est de rendre compte d’une culture, celle-ci étant entendue comme « un ensemble de propositions et de représentations comparables à d’autres » (p. 31). Cette connaissance donne naissance plus tard à une anthropologie comparative qui va permettre « l’approfondissement des diverses dimensions de la mise en ordre du monde à laquelle procèdent toutes les sociétés » (p. 33). Ce qui diffère d’une culture à l’autre écrit Marc Augé, ce sont les réponses, et celles-ci sont les éléments auxquels sont confrontés les ethnologues lors de leurs terrains, mais les questions sont souvent les mêmes et ressortent d’un fond de questions identiques : « les rapports espace/identité, identité/altérité, temps/identité, vie/mort et aussi la question du pouvoir des uns sur les autres » (p. 34). L’ethnologie finalement va permettre aux hommes de réaliser « que ce qu’ils conçoivent comme allant de soi, évident et naturel est en fait arbitraire, à la fois volontaire et inconscient, c’est-à-dire culturel » (p. 54)

6Marc Augé a des mots justes sinon nouveaux pour décrire les défis que nous réserve le monde global. Il relève, avec le développement des technologies au vingtième siècle, l’accélération du temps, la diminution de l’espace, le rétrécissement de la planète, le « changement d’échelle que les nouvelles générations ont déjà intégré » (p. 74). Il y voit la prolifération des non-lieux, ces espaces où les règles sociales ne sont pas immédiatement visibles, Internet est un de ceux-ci qui pose problème à l’observateur. Il y décèle « la multiplication des espaces de circulation, de consommation et de communication » (p. 83). Il y constate avec crainte l’urbanisation galopante, les phénomènes massifs de migration, et le creusement des inégalités économiques ainsi que des inégalités de savoir. Il y souligne le délicat exercice auquel doivent se prêter les défenseurs d’une planète durable face à des jeux de pouvoirs où les pays émergents peuvent soupçonner dans cette préoccupation nouvelle une expression du maintien des formes de domination existantes. On appréciera le chapitre sur les migrations où Marc Augé juxtapose les transhumances des touristes planétaires et les migrations économiques ou celui où il rend compte de la façon dont la mondialisation rend lisible notre terre en y apposant des signes et des espaces compréhensibles par chacun : des sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité, des centres commerciaux et des tours identiques à Dubaï, Hong Kong ou Kuala Lumpur…

  • 1 On relira avec profit Latour, Bruno ; Woolgar, Steve La vie de laboratoire. La production des faits (...)

7On reste en revanche un peu sceptique sur les propositions de l’anthropologue et sa justification des apports propres à sa discipline. La matrice des quatre dimensions anthropologiques de compréhension des sociétés qu’il nous propose : filiation, alliance, résidence, génération, même étendue à l’inscription dans le temps, à l’inscription dans le corps social, aux solidarités liées à l’âge et à l’inscription dans l’espace, semble peu à même de rendre compte des bouleversements apportés par la globalisation. L’Internet, lieu problématique d’expression de cette accélération du temps, de la réduction de l’espace et de la délocalisation, ne donne pas d’autre prise à l’anthropologue que celle d’une perplexité embarrassée où il regrette que son enfance soit reléguée à un temps désormais révolu. La constatation de cette présence problématique de l’Internet ne conduit pas à des pistes d’action ou des programmes de recherche pour les futurs entrants dans la discipline. Alors que l’auteur a très bien su nous décrire l’ingéniosité des Alladians dans leur bricolage des relations d’alliance et de filiation pour fabriquer du pouvoir et de la sujétion, tout en respectant en apparence les règles de la tradition, et en préservant de ce fait l’ordre social, il reste étonnamment dépourvu face à la nécessaire mise en ordre du monde dont les assises sont réinterrogées par les nouvelles technologies et Internet. Si l’intérêt des travaux anthropologiques développés jusqu’aux années 70 était de déployer la variété et l’inventivité des cultures pour rendre compte des grandes questions anthropologiques et maintenir l’ordre social, les sauts technologiques et leur diffusion à toute la planète ont des répercussions qu’il reste passionnant d’étudier sous toutes les latitudes. Comment localement ces innovations prennent-elles du sens, comment sont-elles utilisées et quels réaménagements de l’ordre social local induisent-elles ? Ces pistes de recherche ont été ouvertes depuis déjà quelque temps, et on peut regretter que l’auteur n’en fasse pas mention. L’approche anthropologique est utilisée depuis une trentaine d’années pour essayer de comprendre les nouvelles mises en forme des relations sociales par les innovations techniques et scientifiques qui sont les moteurs de la globalisation. Des chercheurs, en France notamment autour de Michel Callon et Bruno Latour, ont utilisé l’ethnographie pour analyser la façon dont les innovations se diffusent et récrivent tout le réseau de relations autour d’elles1. Ces réflexions ont notamment contribué à ouvrir des champs fertiles montrant combien l’approche ethnologique pouvait produire de connaissance utile sur des champs aussi éloignés que la finance, les marchés, la médecine... L’imprégnation lente par le séjour au plus près des acteurs, l’observation participante ou non de leurs activités quotidiennes, font bien apparaître les reconfigurations de relations sociales à l’œuvre, les nouvelles propositions et représentations mises en formes, et les relations de pouvoir se dessinant.

8Ce livre aurait pu être l’itinéraire d’un intellectuel dans la seconde moitié du vingtième siècle et la première décennie du vingt et unième. Il aurait pu partir d’une interrogation de départ du jeune Marc Augé se destinant à l’anthropologie et à ses terrains exotiques plutôt qu’à un travail d’analyse des archives dans une bibliothèque pour nous emmener avec lui sur ses terrains et enfin ouvrir les réflexions nourries de ses expériences de terrain sur les énigmes du monde global. Au lieu de cela, Marc Augé a opté pour des allers-retours thématiques dont on a parfois du mal à percevoir la logique d’ordonnancement… On ne saura pas ce qui a poussé l’auteur à consacrer sa vie à l’anthropologie, et c’est bien dommage, car si son ouvrage commence avec un retour sur son expérience initiatique, celle du premier terrain, celle de la première confrontation avec l’altérité, expérience fondatrice pour un anthropologue, il ne dit pas pourquoi ce choix de carrière qui n’a rien d’une évidence et qui conditionne sans doute la forme des questionnements ultérieurs.

Haut de page

Notes

1 On relira avec profit Latour, Bruno ; Woolgar, Steve La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques. Paris La Découverte. 1988, et pour des idées de travaux récents l’ouvrage collectif de Houdart, Sophie ; Thiery, Olivier. Humains, non-humains, comment repeupler les sciences sociales. Paris, La Découverte, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Marc Augé, L’anthropologue et le monde global », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11976

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Champenois Rousseau

Sociologue, elle enseigne la sociologie et l’anthropologie à l’école de sages-femmes de l’hôpital Foch, et est maître de conférences à Sciences Po. Elle s’intéresse particulièrement à la Santé Publique, à l’impact des nouvelles techniques médicales sur les relations médecins/patients et aux défis posés par les dépistages et la médecine prédictive

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page