Navigation – Plan du site

Hyman P. Minski, L'hypothèse d'instabilité financière

Pierre Gille
L'hypothèse d'instabilité financière
Hyman P. Minsky, L'hypothèse d'instabilité financière, Bienne-Paris, Diaphanes, coll. « Minima oeconomia », 2013, 78 p., 1ère éd., 1982, ISBN : 9782889280025.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « John Maynard Keynes », Columbia University Press, 1975.

1La réédition par Diaphanes (maison d'édition franco-allemande) dans sa collection « minima œconomica » (dirigée par Joseph Vogl) de ce petit ouvrage d'Hyman P. Minski (une cinquantaine de pages agrémentée de quelques équations et précédée d'une introduction de Joseph Vogl traduite de l'allemand) rédigé à la fin des années 1970 (et publié une première fois en 1982 dans une édition franco-britannique) peut sembler tout à fait pertinente tant les idées qui y sont défendues paraissent d'actualité et tant il est vrai que « les événements qui se sont produits depuis l'écriture de ce livre démontrent tout l'intérêt d'aborder les économies capitalistes sous l'angle de leur relations financières » pour reprendre les propres termes de Minski… Sauf qu'Hyman P. Minski, né en 1919, est mort en 1996, et que la citation qui précède fait allusion à un ouvrage consacré à John Maynard Keynes que Minski avait publié en 19751!

2La question de l'instabilité et des crises financières n'est donc pas une question nouvelle, ces phénomènes étant, comme Minski se plaît à le rappeler dès la première ligne de cet ouvrage des « faits de la vie économique ». Et ils le sont d'autant plus que le capitalisme tel qu'il est lorsqu'il est « livré à lui-même » (c'est à dire non régulé), et non pas tel qu'il est décrit et fantasmé dans les thèses (ou fables) néoclassiques, serait un système économique intrinsèquement instable du point de vue financier. On notera dans ces conditions que si la globalisation financière que l'on connaît aujourd'hui peut apparaître comme un facteur aggravant ou, en tant cas, participant à cette instabilité, elle ne saurait être considérée comme le facteur premier de celle ci, les nombreuses crises évoquées par Minski dans cet ouvrage étant antérieures à un mouvement de globalisation intervenu dans les années 1980.

  • 2  Commission chargée alors de procéder à une sorte de « grand audit » du système monétaire et financ (...)

3Professeur d'Université aux États-Unis, consultant dans les années 1960 pour la « Commission sur la monnaie et le crédit »2, Minski défend en effet la thèse selon laquelle le capitalisme est soumis, pour des raisons endogènes liées à son mode de fonctionnement (c'est à dire à sa fragilité et à son instabilité dans le domaine financier) à des fluctuations plus ou moins cycliques de l'activité économique (on retrouve ici l'influence de Schumpeter dont Minski fut l'élève à Harvard).

4Cette thèse, assez technique dans le détail (l'ouvrage s'adresse donc plutôt à des lecteurs disposant d'une bonne culture économique et d'une bonne maîtrise de certains mécanismes financiers et des grandes relations macroéconomiques comptables) se situe très clairement dans une logique postkeynésienne (d'orientation plutôt kalèckienne). On y retrouve tout à fait logiquement les principaux traits caractéristiques de ce courant (en particulier l'insistance mise sur rôle fondamental de la demande effective, sur la non-neutralité de la monnaie et sur la nécessité d'avoir une approche dynamique du temps) dont Minski est considéré comme l'un des auteurs les plus représentatifs et radicaux. On y retrouve aussi tout aussi logiquement de nombreuses critiques à l'encontre des thèses néo-classiques (le lecteur français pourra ainsi « apprécier » les quelques lignes mordantes, et peut être un peu injustes car semblant relever d'une lecture un peu rapide des travaux en question, consacrée à la théorie dite « du déséquilibre » d'Edmond Malinvaud) et des politiques économiques mises en œuvre sous l'influence de ces thèses. Minski considérait ainsi que la stagnation des économies capitalistes dans les années 1970 était due pour une part non négligeable à l'inadéquation des politiques mises en œuvre à l'époque sous l'influence des idées évoquées ci-dessus, le médecin ayant selon lui « inoculé le mal à son patient ».

5La thèse de Minski peut (très) schématiquement être résumée thèse de la manière suivante. Dans tout système capitaliste non régulé (en particulier en matière financière), les périodes de tranquillité économique, c'est à dire de croissance régulière des revenus des unités privées sur plusieurs années permettant, à priori, à celles ci de faire face à leurs engagements financiers et d'honorer leurs obligations dans ce domaine (ces périodes correspondant à une situation du système financier qualifiée de « robuste » par Minski) doivent fatalement être suivies par une dégradation de la situation économique du fait d'une fragilisation inévitable du système financier.

6Ces périodes aboutissent en effet progressivement et inévitablement selon Minski à une modification du comportement d'un grand nombre d'agents privés allant dans le sens d'un « emballement » de certaines opérations et d'une prise de risque accrue en matière d'investissement et d'endettement. Elles aboutissent plus précisément à transformer des unités financières prudentes (c'est à dire veillant à faire en sorte que, dans la mesure du possible compte tenu de l'incertitude inhérente au développement de l'activité économique, leurs revenus permettent de faire face à leurs engagements) en unités financières spéculatives voire même en unités qualifiées de « Ponzi » (en référence à l'escroc italien Charles Ponzi qui a  inauguré au début du XXe siècle à Boston aux États-Unis un système d'escroquerie pyramidale très largement repris par la suite; que l'on songe, par exemple, à la récente affaire Madoff). Unités financières cherchant à se refinancer en permanence et pour lesquelles on ne peut jamais être sûr que les revenus futurs permettront de couvrir les engagements.

  • 3  Irving Fisher, « The Debt Deflation Theory of Great Depression », Econometrica, n° 1, 1933, pp. 33 (...)

7In fine, ces modifications de comportement débouchent donc sur des situations de surinvestissement et de surendettement, et sur des tensions sur les taux d'intérêts amenant à une hausse de ceux-ci. Or cette hausse affecte toutes les unités privées (alourdissement des charges financières avec remise en cause de la rentabilité de certaines opérations et/ou baisse de la valeur des actifs détenus) et incite un grand nombre de ces unités à chercher à se désendetter en vendant massivement des actifs. Ces ventes massives d'actifs aboutissant alors à un effondrement de leur valeur qui fait entrer l'économie dans une phase qui peut correspondre à une situation de « déflation par la dette » telle qu'elle a été analysée par Irving Fisher dans les années 19303 (situation dans laquelle la volonté de se désendetter apparaît d'ailleurs totalement vaine dans la mesure où la baisse de la valeur des actifs accroît d'autant le poids réel de la dette des unités privées).

8Cette situation perdurant jusqu'à ce que ce processus de « déflation par la dette » (qui s'accompagne bien sûr d'un important chômage) finisse par transformer une structure financière devenue fragile en une structure plus robuste, l'économie retrouvant alors une certaine stabilité qui ne fera que préparer, dans la logique cyclique qui caractérise la thèse de Minski, la prochaine phase de déstabilisation sauf si, entre-temps, les autorités publiques ont pris des mesures adéquates en matière de politiques économiques budgétaires et monétaires et en matière de réglementation.

9Outre le fait qu'il défend, tout à fait logiquement pour un auteur qui se revendique keynésien, l'intérêt que peuvent présenter en cas de crise les politiques de relance budgétaires, Minski insiste ainsi tout particulièrement sur le rôle clé de la banque centrale non seulement en tant que prêteur en dernier ressort susceptible d'alimenter (au risque d'une certaine inflation) l'économie en liquidités afin de contrecarrer les risques de hausse des taux d'intérêts, mais également, et c'est là un point essentiel, en tant qu'autorité dotée d'un pouvoir de réglementation (pouvant s'appliquer en particulier à la finance spéculative et aux activités off-shore des banques). Pouvoir malheureusement de plus en plus négligé, selon lui, par les banques centrales des pays occidentaux à l'époque où il rédigeait l'ouvrage dont il est question ici.

  • 4  Cf. en particulier Olivier Brossard, « L'instabilité financière selon Minski : l'incertitude et la (...)

10Par bien des aspects, le contenu de cet ouvrage rédigé à la fin des années 1970 pourra donc évoquer au lecteur la situation actuelle et Joseph Vogl ne manque d'ailleurs pas de le rappeler dans son introduction. Cela suffit-il pour autant à rendre la thèse de Minski totalement convaincante ? On en laissera le lecteur seul juge. Signalons toutefois pour terminer que celle ci a suscité un certain nombre de critiques de la part d'auteurs (qui n'étaient pas pour autant des opposants farouches au post-keynésianisme) qui ont mis en avant le fait qu'elle souffrirait d'un certain nombre d'insuffisances internes4, et notons que jusqu'à présent les politiques monétaires mises en œuvre depuis les débuts de la crise actuelle, si elles ont bien permis de « limiter les dégats » en alimentant assez généreusement (et en continuant à le faire aujourd'hui) le système économique en liquidités, n'ont pas pour autant permis jusqu'à présent de sortir véritablement des difficultés. Mais il est vrai que Minski insistait (comme nous l'indiquions ci-dessus) sur la nécessité, pour rendre notre capitalisme moins instable que d'autres, c'est à dire que celui d'autres époques (tout les capitalismes étant instables), de mettre en œuvre non seulement des politiques monétaires plutôt  « généreuses », mais également des politiques budgétaires de relance, et d'imposer une réglementation stricte aux activités financières… Réglementation dont le moins que l'on puisse est qu'elle semble bien difficile à mettre en place concrètement actuellement malgré les déclarations d'intentions répétées auxquelles nous avons assisté ces dernières années et auxquelles nous assistons encore aujourd'hui.

Haut de page

Notes

1  « John Maynard Keynes », Columbia University Press, 1975.

2  Commission chargée alors de procéder à une sorte de « grand audit » du système monétaire et financier américain.

3  Irving Fisher, « The Debt Deflation Theory of Great Depression », Econometrica, n° 1, 1933, pp. 337-357.

4  Cf. en particulier Olivier Brossard, « L'instabilité financière selon Minski : l'incertitude et la liquidité au fondement du cycle ? » in Revue économique, Vol. 49, n° 2, 1998, pp. 407-435.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « Hyman P. Minski, L'hypothèse d'instabilité financière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11977

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page