Navigation – Plan du site

Pierre-Henry Salfati, L'invention de l'Occident

Jocelyne Sfez
L'invention de l'Occident
Pierre-Henry Salfati, L'invention de l'Occident, Arte éditions, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1Ce coffret de deux DVD se propose de retracer l’histoire fascinante, en partie occultée, de la rencontre des sources juives et grecques de l’Occident. Le premier DVD comporte deux parties de 52 minutes chacune. La première partie traite des rapports et des différences entre Athènes et Jérusalem, et plus généralement entre les cultures grecque et juive. Elle prend son départ dans le mythe de Babel (Babylonne), mythe fondateur des différences humaines et de leur dispersion, pour remonter jusqu’à la naissance d’Alexandrie, ville-monde née du projet d’Alexandre (en grec, protecteur de l’homme) de la réunification universelle des cultures et des savoirs.

2La thèse du DVD : à la source de l’Occident, la bibliothèque d’Alexandrie comme réparation de la dispersion babylonienne. Mais Alexandrie est elle-même le résultat d’un long processus d’acculturation. Le réalisateur examine ainsi d’abord les deux grands livres fondateurs de chacune des deux cultures, le livre d’Homère, composé de l’Ilyade et l’Odyssée, et le livre de Moïse, la Torah. Deux livres-monde, mettant en scène les invariants de la condition humaine, qui révèlent bien des similitudes sous leurs différences. Si l’un n’est pas religieux et ne relève pas d’une révélation, ils racontent pourtant chacun à leur manière l’histoire d’une émancipation par un retour à soi et sur soi, qui commande une certaine façon de se comporter. Le retour à soi est dès lors conçu comme un certain rapport à la loi, même si celle-ci est comprise différemment dans le judaïsme et dans la civilisation grecque.

3Examinant successivement les grands législateurs de la Grèce antique, Minos, Solon, Lycurgue, le réalisateur s’efforce de montrer l’évolution et l’élaboration grecque de la loi qui conduit Athènes à inventer le politique et la démocratie. Quoique ce soit par abus de langage que l’on parle d’Athènes : cela se passe d’abord et essentiellement ailleurs, en Asie mineure, là où les idées, et notamment celles des Hébreux, circulent. Force est en effet de reconnaître que l’opposition classique de la culture grecque et de la culture juive, sur l’unique base de l’opposition du polythéisme et du monothéisme, est trop rapide et que de nombreuses similitudes se dessinent au fil du temps. Il est bientôt impensable, comme le dit Luc Brisson, qu’il n’y eut aucun contact entre ces sociétés-là. De Minos législateur, le Moïse des Grecs, à Platon inventant le démiurge à l’origine du monde, il semble que les Grecs reçurent bien des idées juives, jusqu’à penser finalement l’homme sous l’image d’un dieu, image donatrice d’une égale dignité entre les hommes, à l’origine lointaine de la conception occidentale, ou européenne, des droits de l’homme.

4Alternant interviews des meilleurs spécialistes de la question [Thomas Romer (Lausanne, Collège de France), Philippe Borgeaud (Genève), Clarisse Herrenschmidt (CNRS), Didier Pralon (Provence), Suzanne Saïd (Columbia), Syvie Honogman (Tel Aviv), Marcel Detienne (Baltimore), Bernard Legras (Paris), Luc Brisson (CNRS) et Joseph Mélèze-Modrzejewski (Paris, Bruxelles)] et une riche iconographie documentaire et fictionnelle, ce DVD parvient avec beaucoup d’érudition et sans aucun pédantisme à ouvrir de nombreuses pistes pour comprendre cette invention occidentale.

5La deuxième partie traite de la bible d’Alexandrie, symbole de la symbiose judéo-grecque à l’origine de l’Occident. Elle nous emporte au cœur du Sinaï au monastère grec de Sainte Catherine, bâti par l’empereur grec de Byzance Justinien, empereur et prêtre, au lieu même de la révélation divine et du don de la Torah à Moïse. C’est là qu’en 1853 le comte Constantin von Tischendorff, protestant, helléniste et paléographe parti à la recherche des plus anciens manuscrits de la bible, découvrit la plus ancienne bible grecque : la bible d’Alexandrie, dite des Septantes. Celle-ci, sauvée, dit la légende, in extremis de la destruction par Tischendorff va vite devenir l’enjeu de rivalités avec le Vatican, entre les différentes Églises chrétiennes, catholique, protestante et orthodoxes, et les différentes puissances européennes. C’est que, comme le souligne le DVD, le codex sinaïticus pourrait remettre en question l’histoire et la constitution du Nouveau Testament. Emprunté par parties par Tischendorff, sous le motif de son étude et la promesse jamais tenue d’une restitution ultérieure, le manuscrit de Sainte Catherine sera démembré, vendu à la Russie, mère de l’Église grecque, puis cédé en 1933 à la couronne d’Angleterre par Staline, désireux de s’en débarrasser à très fort prix. Le codex sinaïticus repose aujourd’hui encore au British Museum. Cette histoire contemporaine de sa redécouverte et de son acquisition fait écho à l’histoire antique de sa réalisation. Celle-ci remet en cause l’idée pourtant communément acceptée que le christianisme aurait constitué la synthèse d’Athènes et Jérusalem, dont la Septante serait le témoin éclatant. Antérieure à l’avènement du christianisme, rédigée entre le Ier et le IIIe siècle avant notre ère, sous l’ère des Lagides, la Septante se révélerait bien davantage un facteur de transmission et d’unification des différentes sectes chrétiennes qui se seraient d’abord développées indépendamment les unes des autres. La Septante participa en réalité du projet culturel et politique qui, sous l’impulsion de Demetrios de Phalère et de Ptolémée, voulut réaliser le rêve d’Aristote et transformer Alexandrie en la cité du savoir. De même que c’est à Alexandrie que furent établis et canonisés les textes de la culture (Homère, Hésiode, Pindare, Euripide, Eschylle, puis les philosophes), c’est en effet à Alexandrie que furent collectés les chefs d’œuvre de la littérature universelle, au nombre desquels comptait la Torah, le livre des Juifs, ce peuple qualifié par Théophraste de « philosophes nés ».

6En interviewant les meilleurs historiens de l’Antiquité grecque, juive et chrétienne, Nicholas de Lange (Cambridge), Joseph Mélèse-Mordzjewski, (Paris 1), Tessa Rajak (Reading), Sylvie Honogman (Tel Aviv), Gilles Dorival (Aix-Marseille), Timothy Janz et Sever Voicu (Vatican), Katell Berthelot (Jerusalem), Mireille Hadas Lebel (Paris), Maren Niefhoff (Jérusalem), Chaim Milikowsky (Jérusalem), le réalisateur retrace ainsi l’histoire de la Septante, de sa conception et de sa traduction à sa conservation. La croisée des voix universitaires, des images documentaires et d’extraits filmiques, rend merveilleusement sensible l’élaboration historiographique à partir des traces archéologiques et mythologiques. Elle montre, en la problématisant, comment et pourquoi il put y avoir symbiose judéo-grecque, malgré les apparentes différences culturelles, autour de l’idée d’unité. Ce serait, là est la thèse du réalisateur, cette symbiose singulière qui aurait donné à l’Europe sa conscience forgée sur un mélange caractéristique de foi et de raison, d’où serait issue notre laïcité moderne, fondée sur la religion de la raison, une foi sans Dieu. Si l’histoire qui est ici tracée est véritablement fascinante, instruite et pourtant très accessible au plus grand nombre, le spectateur restera un peu sur sa faim quant à la démonstration de cette dernière assertion.

7Le deuxième DVD, qui constitue les compléments de programme, permet de suivre certains chercheurs interviewés, dans l’intégralité de leur discours : Kathel Berthelot, Phillippe Borgeaud, Luc Brisson, Marcel Détienne, Gilles Dorival, Joseph Mélèze-Mordzejewski Didier Pralon Thomas Römer et Suzanne Saïd. Il est dommage que les interviews non francophones n’aient pas été gardées.

  • 1  Cf. du même réalisateur, chez le même éditeur, le double DVD Le Talmud (2007).

8Reste que l’approche pluridisciplinaire et (parfois même contradictoirement) croisée, constamment privilégiée et caractéristique de la réalisation de Pierre-Henry Salfati1, rend l’histoire passionnante, alliant la restitution des sensibilités humaines plurielles à un souci d’exigence scientifique. À mettre entre toutes les mains.

Haut de page

Notes

1  Cf. du même réalisateur, chez le même éditeur, le double DVD Le Talmud (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne Sfez, « Pierre-Henry Salfati, L'invention de l'Occident », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 juillet 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11984

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page