Skip to navigation – Site map

Martin Hardouin-Duparc, F comme Ruffin

Fabrice Hourlier
F comme Ruffin
Martin Hardouin-Duparc, F comme Ruffin, La Famille digitale, 2010.
Top of page

Full text

1François Ruffin est le journaliste principal de l'hebdomadaire amiénois Fakir qui depuis quelques mois est devenu à diffusion nationale. Collaborant régulièrement au Monde Diplomatique et à l'émission de radio « Là-bas si j'y suis », il a écrit en 2008 le livre La guerre des classes. Autant le dire d'entrée, ce documentaire n'a pas un intérêt direct en sciences sociales. Par contre, en revenant sur la trajectoire, le métier et les valeurs du journaliste amiénois, de multiples facettes du personnage peuvent être analysées à partir des sciences sociales.

2Agé de 28 ans au moment du tournage, Ruffin revient brièvement sur sa formation : passé d'abord par une faculté de lettres, il entrera ensuite au CFJ (Centre de Formation des Journalistes). De cette expérience, il écrira d'ailleurs le croustillant les petits soldats du journalisme. En effet, dans cet ouvrage, il montrait combien les sujets obéissaient à une sélection toujours justifiée au nom de l'audience. Ce leitmotiv n'ayant pour but en fait que de maintenir toujours les mêmes sujets. Bien avant les difficultés financières invoquées aujourd'hui dans la presse, il montrait que le travail d'enquête était souvent réduit à la portion congrue et au « micro-trottoir » illustratif.

3Le documentaire lui permet d'aborder à plusieurs reprises sa conception du journalisme. François Ruffin a le mérite de la cohérence : il tâche de ne pas reproduire ce qu'il a dénoncé. Sa motivation journalistique est d'abord politique. De son point de vue, ses écrits visent à « modifier les idées dans la tête des gens » pour inciter à la transformation sociale. Il veut par ailleurs que son fanzine touche un autre lectorat que les habituelles classes moyennes. Sur ce point, on aurait aimé savoir ce que cela venait changer dans son écriture ou dans le choix des sujets pour attirer un lectorat plus populaire, mais le documentaire nous laisse sur notre faim.

4Son journalisme se veut ensuite ancré sur le terrain. Comme dans son livre, il rejette le journalisme qui consiste à recopier/améliorer les dépêches d'agence de presse. Pour lui, il faut pouvoir sortir des formats et des routines de production de l'information qui ont cours dans la plupart des rédactions de presse. Le documentaire le met en scène dans un café populaire où il a ses habitudes. Il raconte comment une rencontre ou des observations (assister à un procès, un café pris avec un SDF, la fréquentation régulière d'un quartier) sont sa base pour arriver à un article. Il insiste sur l'importance de « se donner la peine » de la rencontre, c'est-à-dire du temps pour interviewer, pour se créer des contacts directs avec ceux que visent l'investigation journalistique. A partir d'une interview ou d'une anecdote relevée dans une discussion, il peut sortir une piste impensée pour un sujet : elle est alors l'occasion d'une nouvelle recherche, l'accès à un milieu avec lequel on n'est d'habitude pas en contact. Il cite par exemple comment il est arrivé à remonter aux causes et aux responsabilités concernant un accident du travail qui aurait pu passer dans les faits divers sans conséquences.

5Certes il s'appuie sur les livres et France Inter comme sources d'informations, mais il remet en avant le terrain et le reportage en opposition au commentaire sur les paroles publiques prononcées par des institutionnels. Ce travers et les articles convenus qui en sont la conséquence sont alors de plus en plus en décalage avec la réalité observée. Il cite comme référence la pratique d'enquête d'un Günter Walraff ou encore d'un Michael More. Il met en garde également contre les effets de stigmatisation préjudiciables auxquels peuvent aboutir certains articles. Le Courrier Picard, journal local avec lequel il règle plusieurs fois ses comptes dans le film, avait par exemple nommé et publié la photo d'un indicateur qui avait été soupçonné à tort d'un trafic de drogues. Cette brusque focalisation médiatique sur l'intéressé avait conduit à une telle perte de confiance et de considération de ses collègues et de son public qu'il a avait été obligé de quitter la ville pour pouvoir continuer à travailler. La presse locale, parce qu'elle semble plus confidentielle aurait moins de retenue et passerait plus souvent outre la vérification des faits, mais son impact serait autant destructeur que la presse nationale. Ruffin rappelle l'importance du groupe de journalistes et d'intellectuels dans lequel il évolue qui sont une précieuse force de rappel pour garder « sa ligne » et conserver une discipline de travail.

6Le documentaire se termine sur un Ruffin un peu amer à propos de la presse alternative alors même que Fakir est un ancien fanzine local qui a grandi peu à peu pour une diffusion nationale. Pour lui, la presse alternative n'arrive pas à atteindre le but qu'elle s'était donnée. Sa trop faible diffusion l'empêche de pouvoir diffuser un autre regard sur la société. Par ailleurs, les revenus générés étant trop faibles, on ne peut pas en vivre et donc l'investir complètement pour lui donner toute sa qualité. Cela pouvant freiner sa création comme sa diffusion, rompre le cercle vicieux de la confidentialité reste difficile. Le documentariste a fait un film épuré où son enquêté est mis à l'honneur tout au long du film. Il est une très bonne introduction à un François Ruffin dont on entendra très certainement parler à l'avenir.

Top of page

References

Electronic reference

Fabrice Hourlier, « Martin Hardouin-Duparc, F comme Ruffin », Lectures [Online], Reviews, 2010, Online since 01 December 2010, connection on 23 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1200

Top of page

About the author

Fabrice Hourlier

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée français de Varsovie

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page