Navigation – Plan du site

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962)

Jérémy Sinigaglia
Punir les opposants
Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962), Paris, CNRS, coll. « Culture & société », 2013, 423 p., ISBN : 978-2-271-07661-8.
Haut de page

Texte intégral

1Tiré d’une thèse de science politique (réalisée sous la direction de Frédérique Matonti), Punir les opposants propose une sociologie historique des « procès politiques » communistes interrogeant l’« utilisation de la répression à des fins politiques » (p. 7). L’auteure, Vanessa Codaccioni, maîtresse de conférences en science politique à l’Université de Paris 8, y analyse les interactions conflictuelles entre les « agents répressifs » de l’État et les militants communistes entre 1947 et 1962, de la guerre froide aux guerres d’Indochine et d’Algérie. Dans le cadre d’une sociologie des usages sociaux du Droit et de la Justice, elle s’intéresse plus précisément aux processus de politisation des procédures judiciaires impliquant des opposants, en portant l’attention à la fois sur les ressources, les stratégies discursives et les pratiques des différents acteurs de ces « affaires ».

2Cette enquête passionnante repose, et c’est l’un des points forts de l’ouvrage, sur un matériau extrêmement riche et d’une grande variété : archives d’origine partisane (PCF) et associative (Secours populaire) mais aussi archives de la Préfecture de police de Paris, archives judiciaires et archives du Service historique de la Défense ; dépouillement systématique de la presse quotidienne et des revues intellectuelles dominantes sur toute la période enquêtée ; et une cinquantaine d’entretiens réalisés avec des membres du PCF impliqués à des degrés divers dans les procès politiques étudiés.

3En introduction, l’auteure se livre à un long travail de construction de l’objet qui aboutit à cette définition : un procès politique est à la fois l’expression de « la volonté de l’État de punir les opposants » et « l’aboutissement des stratégies de politisation du droit, de la Justice et des procès par les militants réprimés » (p. 8); il n’est donc pas politique en soi, il est « dit “politique” par un ensemble d’acteurs aux intérêts complémentaires ou divergents » (p. 12). Son approche consiste donc à s’intéresser à la construction et aux usages de ces procès, aux mobilisations de solidarité qui entourent les procès, aux obstacles que rencontre leur politisation aux différentes étapes du « cheminement des affaires » (image de l’« entonnoir », p. 18) mais aussi aux effets qu’ils produisent sur les comportements politiques des militants communistes.

4L’ouvrage suit un découpage chronologique en deux parties : la première porte sur la période de la guerre froide et de la guerre d’Indochine (marquée notamment par la grande manifestation contre la revue du général Ridgway à Paris le 28 mai 1952 et l’arrestation du dirigeant communiste Jacques dans le cadre de « l’affaire des pigeons ») ; la seconde porte sur la guerre d’Algérie (marquée entre autres par le massacre de Charonne du 17 octobre 1961 et l’affaire Djamila Boupacha, une jeune « terroriste » algérienne condamnée à mort, soutenue par Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir).

5Pendant la première période (1947-1953), les membres du PCF constituent l’essentiel des accusés d’« atteinte à la sûreté de l’État ». En effet, après la période légaliste de l’après-guerre, où le PCF fait le choix de la participation au pouvoir et de la cogestion des institutions de la Résistance et de la Libération, vient une période de radicalisation militante (chapitre 1). Celle-ci se produit dans un contexte de durcissement de la guerre froide (qui a des répercussions sur les partis communistes dans les divers pays du monde) et de retour à une conception dominante du jeu politique démocratique, excluant de fait le communisme. La radicalisation se retrouve également dans les « grèves rouges » de 1947, organisées par la CGT, considérées comme « insurrectionnelles » par l’Etat mais aussi, bien que de manière tardive et progressive, dans la politisation des questions coloniales autour de la guerre d’Indochine. L’activisme radical se trouve encouragé par les dirigeants du Parti, qui anticipent la répression et les usages politiques qu’il est possible d’en faire.

6Pour comprendre comment l’action des militants communistes va être perçue et désignée comme criminelle par les agents répressifs, l’auteure analyse des trajectoires « d’affaires » de militants communistes, qu’ils soient journalistes ou intellectuels (Eugénie Coton et André Fougeron), militaires (Henri Martin), permanents (Raymonde Dien) ou dirigeants du Parti (Léo Figuères ou Jacques Duclos) (chapitre 2). Si le procès est bien l’aboutissement de la répression, à la fois sur un plan symbolique, en tant que mise en scène du pouvoir de l’État, et sur un plan pratique, avec l’énoncé des sanctions, la plupart des procès se terminent par un échec et les accusés échappent à l’emprisonnement, qu’il s’agisse des délits de presse jugés par les tribunaux correctionnels (provocations, injures, diffamation) ou des crimes d’atteinte à la sûreté de l’État (sabotage) jugés par les tribunaux militaires. La lutte anticommuniste est donc faible sur le plan pénal. Mais elle est forte sur le plan politique puisqu’elle entraîne une « déradicalisation » presque instantanée du mouvement après l’arrestation de Jacques Duclos, ce qui se traduit à la fois par une baisse rapide et significative du nombre de procès à partir de 1952 et par une augmentation des campagnes du PCF contre la répression et pour l’acquittement des militants incarcérés.

7Pour autant, le PCF ne s’engage pas dans la défense de l’ensemble des accusés. Il opère une sélection de cas (peu nombreux et représentatifs) qui permettront de donner une « bonne représentation de soi » (chapitre 3). La sélection tient compte de la bonne conduite morale de l’accusé, qui doit être désigné par les dirigeants de l’appareil comme digne d’être défendu par le groupe : il doit pouvoir devenir un « héros » (à l’image de Jacques Duclos, Léo Figuères ou Eugénie Cotton) capable de renforcer l’engagement des (jeunes) communistes et d’élargir le mouvement de solidarité au-delà des membres. Elle tient compte également des charges retenues, les affaires doivent pouvoir constituer des causes politiques, qui seront publicisées par tous les moyens possibles (presse, manifestations, diffusion de tracts, etc.).

8Pendant la deuxième période, celle de la guerre d’Algérie (1954-1962), bien que la répression se poursuive, les militants communistes n’en sont plus la cible prioritaire et sont peu concernés par les procès pour atteinte à la sûreté de l’État (la répression vise alors surtout les nationalistes algériens, accusés de terrorisme, et plus largement les groupes militants anticolonialistes). La position du Parti sur la guerre d’Algérie est d’ailleurs fluctuante (chapitre 4). Et pour cause, le PCF, ancré dans la critique stalinienne du nationalisme, peine à se positionner par rapport au mouvement indépendantiste algérien. En outre, craignant la répression et ayant opté pour une stratégie d’accession au pouvoir par le jeu politique institutionnel, le groupe dirigeant autour de Maurice Thorez veille à faire respecter par ses militants un strict légalisme qui conduit à réduire l’activisme violent. De ce fait, la répression diminue (même si l’anticommunisme se poursuit sous d’autres formes, comme le montre la gestion policière brutale des manifestations anticolonialistes) et avec elle les usages militants de la répression. Le PCF est bien suspecté par les militaires de collusion avec le FLN mais ses actions restent très peu visibles : ce n’est que de manière officieuse que le PCF a soutenu la lutte clandestine des communistes algériens et a noué des contacts avec le FLN (notamment par l’intermédiaire des « porteurs de valise » dont un certain nombre étaient communistes).

9Pendant cette période, la stratégie légaliste du PCF contribue donc à diminuer le nombre de procès pour atteinte à la sûreté de l’État mais aussi le travail de solidarité aux victimes de la répression (chapitre 5). Si la période précédente se caractérisait par un véritable « culte de la solidarité », la guerre d’Algérie conduit le Parti à revoir sa position. Celle-ci oscille entre absence de solidarité (les « porteurs de valise » constituent ainsi des cas « indéfendables », trop proches des « terroristes »), soutien discret (dans le cas des « soldats du refus », de jeunes communistes qui refusent de porter les armes) et invisibilisation de la solidarité (comme lors de l’envoi d’avocats communistes en Algérie pour y défendre militants communistes algériens et membres du FLN).

10Au terme d’une démonstration rigoureuse, l’ouvrage remplit donc parfaitement l’objectif fixé par l’auteure : « par ce regard porté sur les usages sociaux des cas judiciaires d'atteinte à la sûreté de l'État, on essaiera de saisir ce que les procès politiques nous disent de la conflictualité entre les opposants et le pouvoir central, et ce qu'ils révèlent, plus généralement, de la répression politique en régime démocratique. » (p. 43). La conclusion esquisse quelques hypothèses sur les transformations de la logique répressive étatique et de ses usages par les opposants en ouvrant la voie vers des terrains contemporains (« mouvements de sans », « terrorisme islamiste »). L’auteure note que s’il existe bien aujourd'hui une « criminalisation de l’action militante », celle-ci s’exerce rarement au titre de l’atteinte à la sûreté de l’État mais plutôt pour des délits et des crimes tels que l’« entrave à la liberté du travail » ou la séquestration (dans le cadre d’actions syndicales). Les exemples donnés permettent de pointer du doigt une question centrale, tant au plan scientifique que politique : celle de la porosité de la frontière entre protection de la sûreté de l’État en tant que bien commun, et protection des intérêts ou des biens de classes ou d’agents politiquement et économiquement dominants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Sinigaglia, « Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques (1947-1962) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 septembre 2013, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12016

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page