Navigation – Plan du site

« Edgar Morin. L'aventure d'une pensée », Sciences Humaines. Hors-série., n°18, 2013

Yohan Favreau
Edgar Morin
« Edgar Morin. L'aventure d'une pensée », Sciences Humaines. Hors-série., n° 18H, 2013, 112 p., Paris, Sciences Humaines Editions.
Haut de page

Texte intégral

1Edgar Morin est ce que l’on nomme une figure emblématique, un véritable personnage à la vie riche, tout comme l’est son œuvre, et « complexe ». Sociologue, philosophe, essayiste, penseur engagé, Edgar Morin est une figure bien inscrite dans son époque et résolument tournée vers l’action. Bien sûr, à plus de 90 ans, ce n’est pas une, mais quatre grandes époques ou moments d’histoire qu’Edgar Morin a vécus et étudiés. La Seconde Guerre mondiale et son lot d’horreurs tout d’abord qui le conduira à écrire L’An zéro de l’Allemagne, paru en 1946 aux éditions La Cité Universelle. Après des années passées au sein de la résistance, Edgar Morin va en effet sillonner l’Allemagne en ruines et écrire ce livre décrivant les difficiles conditions de vie des Allemands au lendemain de la défaite. Pendant la période suivante dite des « Trente glorieuses » où la France est en reconstruction et sous perfusion financière américaine, Edgar Morin va réfléchir entre autres sujets sur la culture de masse et rédiger L’Esprit du temps. Ensuite, alors que la fin des certitudes causée par l’éclatement du bloc soviétique et la multiplication de conflits ainsi que la montée de l’individualisme sont autant de sujets de préoccupation, Edgar Morin pense l’Europe et la mondialisation. Enfin, en ce début du XXIsiècle qui poursuit son cours avec les phénomènes de crise multiples, Morin apporte son analyse et défend l’idée de changer les choses et les paradigmes pour une refondation de la société et du concept de « vivre ensemble ».

2Afin de présenter cet auteur, ce personnage, dans toute sa richesse, le Hors-série de Sciences Humaines se décompose en six parties intitulées : Itinéraire, La Méthode, Sociologie, Politique, Vivre, Concepts et livres. La première partie met en avant une chronologie regroupant biographie et photos de l’auteur à différents moments clés de sa vie. Ensuite, le choix éditorial s’est porté sur des extraits de textes clés, multiples et commentés de La Méthode, œuvre majeure de l’auteur publiée en six tomes et qualifiée parfois « d’encyclopédie ».

3La Méthode d’Edgar Morin se distingue de celle de Descartes en niant le mythe d’une vérité absolue et définitive que l’on atteindrait grâce à une démarche rigoureuse. Edgar Morin met en avant la nécessité de créer des instruments de pensée, des outils pour appréhender le problème des sciences contemporaines, celui de la relativité des connaissances. Ce qui oblige à prendre en compte les « notions d’incertitudes et d’inachèvement ». Morin remet en cause le cloisonnement des disciplines pour élaborer sa théorie et élaborer « un véritable paradigme de la complexité ». La revue Sciences Humaines présente des extraits commentés des cinq premiers tomes de l’œuvre.

  • 1 Si l’idée est essentielle, elle fut défendue par le philosophe grec Héraclites dans ce que l’on nom (...)

4Dans son tome I de La Méthode, consacré à la physique, Morin souligne la coexistence de l’ordre et du désordre dans l’organisation de l’Univers. Il y crée le concept clé de « dialogique » pour expliquer la relation entre deux termes contradictoires. En effet, il ne s’agit pas à la manière hégélienne d’étudier les deux phénomènes pour en tirer une synthèse, mais de comprendre les deux antagonismes dans leur intégralité, leur interaction, leur simultanéité et bien entendu leur complexité1. D’ailleurs, pour Morin, les critiques portées à un moment sur ses écrits ne sont qu’un « faux procès ! ». En effet, précurseur, il met en avant dès cette époque qu’« une réalité simple appelle une pensée simple. Et la complexité des phénomènes appelle une pensée complexe. »

5Dans les extraits choisis du tome II, on constate que Morin poursuit sa réflexion sur la théorie de l’organisation d’un système et les antagonismes qui le composent en l’appliquant à l’organisation vivante. Il utilise pour cela le concept clé « d’éco-système ». Au sein de ce milieu, il existe en effet une grande variété d’espèces qui proviennent elles-mêmes d’un milieu aux caractéristiques différentes. Morin met ensuite en avant « l’auto-organisation ». Ainsi, chaque organisme individuel affirme son « auto », soit sa singularité. Il dépasse donc deux visions historiques et simplificatrices de l’organisation du vivant : le génétisme pour qui l’ADN détermine l’individu et l’environnementalisme pour qui l’être vivant est entièrement conditionné par le milieu.

6Dans les parties des tomes III et IV retenues pour la revue, on note que Morin reconnaît aux idées des caractéristiques du vivant. Elles forment des systèmes clos (doctrines et idéologies) ou ouverts (théories). Morin y aborde plusieurs sujets et livre quelques réflexions. Parmi celles-ci, que « les dieux existent dans les cerveaux humains ». Il souligne en effet qu’« en réalité, les dieux sont mortels : ils meurent le jour où la communauté qui a foi en eux meurt. »

7Dans la partie consacrée au Vème tome, « L’Humanité de l’humanité », Morin expose que l’humain est triple : individu, social et animal. L’individu lui-même est complexe et porte en lui deux antagonismes, une véritable dualité caractérisée par une partie Homo sapiens et une autre Homo demens.

8À la suite de ces différents extraits de l’œuvre majeure d’Edgar Morin, ce sont ses recherches sociologiques qui sont à l’honneur et parmi celles-ci, l’étude sur la culture de masse. La revue souligne l’existence de plusieurs critiques qui se sont alors élevées contre le prisme choisi par Morin, jugé trop « médiacentré ». En effet, les sociologues Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron ont remis en cause cette approche dans un célèbre article en mettant en avant le rôle du milieu social et culturel dans l’appropriation et l’intégration de la culture de masse. La revue, en citant les toutes dernières pages de L’Esprit du temps, évacue une partie des critiques faites à Morin puisqu’il est mis en avant ces propos de l’auteur : « le public n’est pas une cire molle […], il y a le tissu complexe des relations sociales qui interfèrent dans le rapport émetteur/récepteur. Il n’est pas immodeste de dire qu’on s’en serait douté. » Ainsi, Morin avait parfaitement conscience du rôle de « l’habitus » dans l’intégration de la culture de masse.

9Dans la partie « Vivre », la revue publie l’extrait d’un entretien avec Edgar Morin précédemment réalisé pour le hors-série spécial n° 13 de Sciences Humaines paru en mai - juin 2011. Edgar Morin y aborde son œuvre La Voie et expose son souhait de se réapproprier le temps, de redécouvrir le sens du « carpe diem » pour redéfinir une nouvelle politique de civilisation. Pour l’auteur, volontariste, « la réforme de vie est à la fois une aventure intérieure, un projet de vie et un projet collectif. » Il s’agit d’un changement de paradigme impliquant une multiplicité de réformes simultanées et la volonté des individus à penser le futur pour modifier le présent.

10Dans la partie intitulée « Politique », c’est l’homme engagé qui est évoqué. Celui qui ose se remettre en question, privilégiant la Théorie au dogme. Suffisamment humble pour prendre de la hauteur et du recul par rapport à ses engagements passés. Des extraits de ses écrits parus dans Le Monde moderne et la question juive aux éditions Seuil en 2006 sont notamment présentés.

11Dans la sixième et dernière partie de la revue Sciences Humaines consacrée à Edgar Morin, on trouve une bibliographie complète ainsi qu’un abécédaire en toute fin permettant de se remémorer les concepts clés de cet auteur et de pouvoir, pourquoi pas, se les (ré)-approprier.

12En conclusion, la revue parvient à donner un aperçu synthétique de la vie bien remplie d’un homme aux multiples facettes. La présentation qui se veut la plus complète dans un format qui est par définition limité, encourage à découvrir, ou redécouvrir l’œuvre d’un auteur contemporain majeur et qui poursuit son action d’intellectuel engagé et de penseur.

Haut de page

Notes

1 Si l’idée est essentielle, elle fut défendue par le philosophe grec Héraclites dans ce que l’on nomme aujourd’hui Fragments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yohan Favreau, « « Edgar Morin. L'aventure d'une pensée », Sciences Humaines. Hors-série., n°18, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 septembre 2013, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12017

Haut de page

Rédacteur

Yohan Favreau

Professionnel en activité. Diplômé de l’EDHEC, il complète actuellement sa formation à l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts & Métiers dans le cadre du Mastère spécialisé en Management Global des Risques

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page