Navigation – Plan du site

Martin Thibault, Ouvriers malgré tout. Enquête sur les ateliers de maintenance des trains de la Régie autonome des transports parisiens

Émilie Aunis
Ouvriers malgré tout
Martin Thibault, Ouvriers malgré tout. Enquête sur les ateliers de maintenance des trains de la Régie autonome des transports parisiens, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2013, 326 p., préface d'Olivier Schwartz, ISBN : 978-2-912107-73-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En témoignent notamment les travaux d’Henri Eckert (2006), Avoir vingt ans à l’usine, Paris, La Dis (...)

1Alors que la sociologie s’est longtemps intéressée au monde ouvrier, elle l’a peu à peu délaissé, pour semble-t-il s’en préoccuper de nouveau aujourd’hui1. Martin Thibault a quant à lui choisi de faire porter son regard sur un monde ouvrier rarement étudié, celui des ouvriers du public dans une entreprise de service, ici les ouvriers de la maintenance à la RATP. Cet ouvrage s’appuie sur une recherche menée dans le cadre d’une thèse pendant près de 8 ans. S'appuyant sur des liens d'amitié qui l'unissent à deux ouvriers de la RATP, avec lesquels il pratique la musique, Martin Thibault va nouer des relations, mobilisant une méthode de proche en proche pour découvrir l'univers professionnel, familial et social de ces jeunes salariés. En sus des entretiens, son enquête repose également sur un ensemble de ressources diverses telles que des observations et des échanges informels ou encore les bilans sociaux du secteur étudié.

2S’intéressant essentiellement aux jeunes ouvriers, Martin Thibault les suit, de leurs attentes avant l’entrée dans la RATP jusqu’à l’exercice professionnel. Il aborde ce faisant les différents processus de « désouvriérisation/réouvriérisation » qui jalonnent leurs trajectoires, parfois linéaires, souvent sinueuses. Rappelant d’entrée de jeu la permanence de la catégorie ouvrière malgré une série d’euphémisations dont l’introduction du terme « d’opérateur », l’auteur revient également sur deux processus de mythification, celui de la classe ouvrière d’un côté, celui de la classe moyenne de l’autre.

3La première partie de l’ouvrage revient sur les aspirations et les trajectoires scolaires antérieures à l’entrée de ces jeunes dans la RATP. Après avoir mis à jour la pluralité des trajectoires scolaires – allant de l’arrêt des études à 14 ans pour Saïd jusqu’à l’obtention d’un BTS pour David – Martin Thibault montre comme ces jeunes cherchent à se distinguer de leurs pères ouvriers. Il analyse tour à tour le rapport à l'école de ces jeunes et celui de leurs parents ou des anciens de l'atelier. Martin Thibault montre notamment les regrets d'une part d'entre eux de ne pas s'être plus investis dans un système scolaire qui leur a rapidement fermé les portes. La RATP incarne alors pour eux une voie de sortie et condense tout à la fois les espoirs de d’ascension sociale, la volonté « d’échapper au privé » et l’opportunité d’avoir un emploi stable. La RATP représente ainsi pour ces jeunes la possibilité d’échapper à la chaîne et de refuser l’héritage paternel.

4Martin Thibault s’intéresse dans un second temps à l’entrée de ces jeunes au sein de la RATP. Les jeunes recrues découvrent alors un univers professionnel conflictuel dans lequel les restructurations, les normes managériales et l’intensification conduisent à la « fragmentation des collectifs de travail ». Dans ces conditions, et dans des ateliers sans aucun contact avec le public, les jeunes doivent faire le jeu des chefs ou « aménager [leur] position ». Aussi, après la surprise des premiers jours, l’auteur dévoile la manière dont les espoirs de « sortie de classe » de ces jeunes sont progressivement déçus, débouchant sur un processus de « réouvriérisation » qui « correspond à une profonde remise en cause des constructions symboliques élaborées précédemment ».

5Dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteur tente de montrer les différentes manières dont ces jeunes s’arrangent avec la condition tant rejetée d’ouvrier qui est désormais la leur. Accepter sa condition paraît moins difficile pour les ouvriers spécialisés que pour les ouvriers qualifiés. Les premiers sont en effet très peu diplômés et enclins à considérer qu'ils ne s'en sortent finalement pas si mal. Les seconds, en revanche, espéraient un avenir plus proche de celui des classes moyennes qu'ils ne rejoignent finalement pas complètement. En témoigne par exemple la difficulté de ces jeunes à côtoyer des filles d'autres milieux sociaux. L’auteur dévoile alors les différentes stratégies mises en œuvre pour « renouer avec une image positive d’eux-mêmes ». Les manières de s’affranchir de sa condition varient selon les trajectoires des uns et des autres, quand l’un prend des cours du soir à l’université pour obtenir un deug de mathématiques, un autre reprend la musique, etc.

6Reposant sur une démarche résolument ethnographique, l’ouvrage de Martin Thibault nourrit la sociologie du monde ouvrier et des classes populaires. En dépit d’un riche ensemble de références bibliographiques - qui sans conteste, alimente l’analyse de l’auteur - ce qui prime avant tout, c’est le terrain. Aussi le texte est-il jalonné de nombreux extraits d’entretiens, parfois assez longs, qui permettent au lecteur de rentrer dans l’histoire et les personnages, parfois presque comme s’il s’agissait d’un roman. L’ouvrage de Martin Thibault rappelle ainsi les vertus d’une enquête prolongée, montrant comment le terrain forge la réflexion du chercheur.

  • 2 Beaud Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour “l’entretien ethnogra (...)

7Alors que la méthode est plus souvent usitée dans les analyses quantitatives, la démarche de Martin Thibault donne par ailleurs à voir l’intérêt des analyses longitudinales. Suivant ses enquêtés sur plusieurs années, et réalisant des entretiens à différentes périodes de leur trajectoire professionnelle et sociale, il parvient à faire apparaître les changements qui s’opèrent pour les uns et les autres. Il rappelle également l’importance de « l'inscription d'un travail par entretiens dans le cadre d'une enquête ethnographique, c'est-à-dire l'objectif de réaliser des entretiens approfondis - qu'on appelle ici des « entretiens ethnographiques » - qui soient enchâssés dans l'enquête de terrain »2. C’est bien le croisement des discours et la longue insertion sur le terrain qui permettent à Martin Thibault de décrire ce groupe de jeunes ouvriers de la RATP. Analysant très finement leurs trajectoires, on comprend bien comment les uns ou les autres se positionnent différemment dans le travail et par ailleurs.

8On pourrait par ailleurs déplorer ce que Martin Thibault semble lui-même regretter, à savoir « d’entrer dans l’atelier en restant à la porte ». Suite à de nombreuses tentatives qui se sont avérées infructueuses, le chercheur a dû se résoudre à enquêter hors des ateliers, n’excluant pas pour autant les observations ethnographiques même si celles-ci se sont faîtes sur les moments hors travail. Bien sûr, l’absence d’observations in situ est quelque peu frustrante. Mais pour autant, ce manque semble avoir deux vertus. La première est de rappeler que le sociologue n’est pas partout le bienvenu et qu’il faut parfois user de stratégies diverses pour « forcer les portes » du terrain. Le second bénéfice qu’en retire par ailleurs l’auteur est celui de s’intéresser de près à tout le hors travail : pratiques culturelles, relations conjugales, sociabilités, etc. Et force de constater que le hors travail en dit ici beaucoup sur le rapport au travail même, sur les aspirations de ces jeunes et sur leur rapport aux normes dominantes.

Haut de page

Notes

1 En témoignent notamment les travaux d’Henri Eckert (2006), Avoir vingt ans à l’usine, Paris, La Dispute/SNEDIT ou ceux de Séverine Misset (2009), « Proximité professionnelle et distance scolaire. Les jeunes ouvriers qualifiés et leurs trajectoires », Revue française de pédagogie, n° 167, p. 59-71.

2 Beaud Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour “l’entretien ethnographique” », Politix, 1996, volume 9, n° 35, pp. 226-257.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Aunis, « Martin Thibault, Ouvriers malgré tout. Enquête sur les ateliers de maintenance des trains de la Régie autonome des transports parisiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 septembre 2013, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12018

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page