Navigation – Plan du site

Sylvie Octobre, Régine Sirota (dir.), L'enfant et ses cultures. Approches internationales

Kevin Diter
L'enfant et ses cultures
Sylvie Octobre, Régine Sirota (dir.), L'enfant et ses cultures. Approches internationales, Paris, La Documentation Française, coll. « Questions de culture », 2013, 214 p., ISBN : 9782111281530.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour ne citer que quelques exemples de publications des auteures sur ces thématiques : Sylvie Octob (...)
  • 2 Pour plus d’informations sur les problématiques abordées lors du colloque et pour avoir accès aux c (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Sylvie Octobre et Régine Sirota s’inscrit dans la continuité des travaux des deux auteures, travaux qui se situent à l’intersection de la sociologie de l’enfance ou des enfances et de la sociologie de la culture1. Il rassemble six textes issus des conférences plénières données lors de la journée inaugurale du colloque international et pluridisciplinaire Enfance et cultures sous le regard des sciences sociales2 qui s’est tenu à Paris, sur trois jours, en 2010. Les publications retenues dans cet ouvrage présentent un double intérêt. Premièrement, elles viennent pallier la faible diffusion et la relative méconnaissance des Childhood Studies en France en rendant accessible des travaux d’auteur-e-s non ou peu traduit-e-s, et qui pourtant ont participé grandement à l’émergence et à l’institutionnalisation des études sur les enfants et l’enfance outre-Atlantique et outre-manche. Elles permettent deuxièmement d’interroger les objets d’« enfance » et de « culture », et plus précisément d’appréhender à la fois ce que la culture fait aux enfants et ce que les enfants font de la culture, mais aussi à la (sociologie de la) culture. Chacune de ces contributions souligne en effet que la prise en compte des enfants dans leurs domaines de recherches respectifs a modifié la façon de penser leurs objets et les a incités à reconsidérer et à retravailler leurs concepts et outils d’analyse « habituels » en raison de leurs présupposés largement adulto-centrées. Ainsi, des termes comme socialisation, intériorisation, et incorporation sont vivement critiqués dans la mesure où les enfants y sont considérés comme des « êtres en devenir » et sont souvent vus comme des cires molles que les différentes instances de socialisation ou institutions modèleraient et façonneraient selon leurs attentes. Leur sont préférées des notions telles qu’agency ou « cultures enfantines » qui permettent de penser les enfants comme des « êtres au présent », comme des acteurs co-construisant, avec les adultes et les autres enfants, leurs normes, attitudes et comportements, notamment en matière de culture.

2Après avoir présenté et contextualisé le colloque – d’où sont issues les contributions rassemblées ici, Régine Sirota et Sylvie Octobre reviennent dans leur introduction sur l’inégale place accordée aux études sur l’enfance en France, aux Etats-Unis et en Angleterre. Si de l’autre côté de l’Atlantique et de la Manche l’objet « enfance » constitue un champ de recherche légitime, autonome et identifié, en France, ce n’est pas le cas dans la mesure où il est encore relié à d’autres objets d’études « supposés traditionnellement plus structurants socialement », tels que la famille, l’école, la culture ou encore les loisirs. Cette différence de reconnaissance académique s’explique, selon les auteures, par la plus forte légitimité des Cultural Studies dans le champ scientifique anglo-saxon et par le fait qu’elles aient réussi à faire accéder des pratiques (culturelles) enfantines ou liées à la jeunesse (tels que les séries, la musique, etc.) en véritable domaine de recherche scientifique.

  • 3 Telle qu’elle a été développée dans l’ouvrage de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Es (...)

3Alan Prout, l’un des fondateurs des Childhood Studies en Angleterre, propose, dans le chapitre 1, de faire un « retour [critique] sur la nouvelle sociologie de l’enfance ». Après avoir mis en évidence les conditions d’émergence théoriques et sociales de cette sociologie, l’auteur présente et discute les postulats sur lesquels cette dernière repose. Plus précisément, il note qu’elle s’est fondée sur ou autour de trois principales oppositions : les enfants acteurs versus l’enfance comme structure sociale (i.e agency versus structure) ; l’enfance comme construction sociale par opposition à l’enfance comme catégorie naturelle ; et, enfin, l’enfance comme être en devenir versus l’enfance comme être au présent. Aussi intéressante qu’ait pu être chacune de ces divisions conceptuelles pour rendre compte des enfants et de l’enfance, elles ont pour principal défaut de s’exclure mutuellement et d’exclure « tout ce qui se trouve au-delà d’elles et entre elles, en effaçant leur dépendance mutuelle », de sorte qu’elles réifient les enfants et masquent la complexité des manières dont les enfances contemporaines sont construites. Pour pallier ces biais, Alan Prout formule un nouveau paradigme visant à dépasser ces approches dichotomiques artificielles de l’enfance et s’oriente, pour ce faire, vers la théorie de l’acteur-réseau formulée par Callon et Latour3. Selon l’auteur, les concepts de symétrie, d’hybridité, de réseaux ou encore de mobilité permettent d’appréhender de manière heuristique et plus juste les enfants, en ne les séparant pas des adultes comme s’ils appartenaient à une espèce différente, et en tenant compte du contexte et des réseaux dans lesquels ils sont inscrits, sans pour autant négliger leur capacité d’action.

4Le chapitre 2 et 3, rédigés respectivement par David Buckingham et par Daniel Thomas Cook, se rejoignent et prolongent la thèse d’Alan Prout selon laquelle il est nécessaire de retravailler les oppositions « classiques » en sociologie, et notamment celle entre détermination structurelle et agency pour comprendre les attitudes, comportements et croyances enfantines. Afin d’étayer leurs propos, les deux auteurs se penchent sur les façons dont les pratiques de consommation enfantines sont généralement analysées. David Buckingham s’attache à décrire la persistance des visions binaires de l’enfant consommateur qui se retrouvent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du monde académique. Ces visions avancent deux figures antagoniques des enfants. La première les perçoit comme des êtres innocents et totalement démunis, qui seraient assaillis, bombardés voire noyés sous le déferlement des publicités et des stratégies de marketing dont le poids serait tel qu’il les influencerait mécaniquement et automatiquement en leur lavant le cerveau. La seconde, quant à elle, tord le bâton dans le sens inverse en s’évertuant à les dépeindre tout aussi faussement comme des consommateurs souverains, autonomes, sophistiqués, difficiles à contenter et à manipuler. Selon l’auteur, cette polarisation des théories de la culture de consommation est devenue caduque en raison des évolutions sur le marché des enfants et en raison des nouveaux discours et techniques de marketing qui, pour des raisons financières et juridiques, considèrent dorénavant les enfants comme des individus actifs et sceptiques face aux discours des publicitaires. Ce faisant, il invite les chercheur-e-s dans le domaine de l’enfance à solliciter les apports méthodologiques et théoriques des recherches en marketing afin de ne plus penser et décrire les enfants en termes de manque, et convie à tenir compte des interactions des enfants et de leurs contextes pour éviter les apories des visions binaires des théories de la culture enfantine. Partant des mêmes constats que David Buckingham, Daniel Thomas Cook, suggère d’autres pistes visant à comprendre et à expliciter les parcours de consommation des enfants sans renvoyer uniquement à leur libre arbitre ou, à l’inverse, à la puissance des structures sociales dans lesquelles ils évoluent. Pour ce faire, il propose la notion de co-consommation qui désigne le processus itératif par lequel les différentes instances de socialisation, et notamment les parents, fournissent des cadres interprétatifs circonscrivant et co-construisant la trajectoire de consommation des enfants. Cette co-consommation, rappelle-t-il enfin, varie selon le contexte social et ethnique dans laquelle elle prend place et participe à la formation des identités sociales des enfants.

5Kaveri Subrahmanyam et Patricia Greenfield, dans le chapitre 4, dressent un état des lieux de la question des rapports des enfants aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) en psychologie. Elles donnent à voir plus particulièrement les effets que produisent ces nouveaux rapports aux médias sur les relations qu’entretiennent les enfants avec leurs pairs et leurs parents ainsi que sur leur développement cognitif et personnel. Les principaux résultats mis en évidence sont que ces médias maintiennent voire renforcent leurs relations amicales et amoureuses préexistantes et favorisent la désinhibition de certains enfants anxieux ou timides en leur conférant un espace de parole. Reste à savoir, selon les auteures, si l’usage de ces nouveaux moyens de communication se fait au détriment des relations de face-à-face dans le monde « réel », et notamment au détriment des relations familiales. Nestor Garcia Canclini dévoile quant à lui ce que les pratiques médiatiques enfantines font à la culture et aux territoires qui lui sont associés. En déterritorialisant la culture et en redéfinissant les espaces physiques et temporels dans lequel les enfants évoluent, les NTIC ont également permis à ces derniers de participer activement à la création et à la diffusion d’œuvres culturelles, et ont ainsi modifié les mécanismes de transmission culturelle, en les rendant plus horizontales.

  • 4 La différence entre agency et activité est le degré de réflexivité, de réflexion et de création que (...)

6Jacqueline Reid-Walsh, dans le dernier chapitre, questionne le bien fondé de l’opposition et de la hiérarchisation généralement faite entre activité et agency pour saisir les pratiques ludiques enfantines et leur niveau de créativité4. À partir d’un livre de poupées en papier et d’un carnet d’histoire illustrée datant du XIXsiècle, l’auteure met en évidence la facticité de cette division et note que la plupart des jeux enfantins se situent entre ces deux pôles, en raison des nombreuses transformations et modifications que ces derniers font subir à leur objet de convoitise lorsqu’ils s’en servent.

  • 5 On pense ici aux différents travaux de Muriel Darmon, de Bernard Lahire, de Wilfried Lignier ou enc (...)

7Cet ouvrage collectif, au langage clair et accessible, est une référence utile pour celles et ceux qui souhaitent découvrir et/ou approfondir les manières dont sont abordés les enfants et la culture Outre-Atlantique et Outre-manche. En offrant une bibliographie fournie, il constitue également un excellent moyen de se tenir à jour de l’avancée des recherches et des débats relatifs à l’objet « enfance » dans le monde anglo-saxon, dont la plupart des enquêtes ne sont pas disponibles en langue française. On regrettera toutefois la rapidité avec laquelle les contributeurs ou contributrices de ce recueil rejettent parfois les concepts de socialisation ou de dispositions, largement révisés et reformulés en France comme aux Etats-Unis5. En arguant la vision misérabiliste et fortement déterministe de ces concepts, ils et elles les tiennent pour obsolètes et limitent par conséquent les échanges avec celles et ceux qui se sont efforcé-e-s à en reformuler les termes. La publication de cet ouvrage offrira, on l’espère, cet espace de discussion qui ne pourrait être que fécond.

Haut de page

Notes

1 Pour ne citer que quelques exemples de publications des auteures sur ces thématiques : Sylvie Octobre (dir.), Enfance & culture. Transmission, appropriation et représentation, La Documentation Française, coll. « questions de culture », 2010 (http://lectures.revues.org/1304) ; Sylvie Octobre (dir.), « Pratiques culturelles et enfance sous le regard du genre », Réseaux, n° 168-169, 2011 ou encore Régine Sirota, Eléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, PUR, 2006 ; Régine Sirota, « L’enfance au regard des sciences sociales », AnthropoChildren, vol. 1, 2012 ; Y. Jaffre, R. Sirota, direction du dossier « Corps d'enfance », in Quelle conscience de son corps, Corps, n° 11, 2013.

2 Pour plus d’informations sur les problématiques abordées lors du colloque et pour avoir accès aux contributions des nombreux chercheurs qui y ont participé, voir le lien suivant : http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/?id_page=colloque&lang=fr

3 Telle qu’elle a été développée dans l’ouvrage de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, La Découverte, 1991, et dans l’article de M. Callon et B. Latour, « Unscrewing the Big Leviathan : How Actors Macro-Structure Reality and How Sociologists Help Them », in K. Knorr-Cetina, A. Cicourel (eds.), Towards an Integration of Micro and Macrosociologies, Londres, Routledge and Paul Kegan, 1981.

4 La différence entre agency et activité est le degré de réflexivité, de réflexion et de création que les enfants peuvent mettre en œuvre lorsqu’ils jouent à un jeu. Si les effets des actions des joueurs ne sont ni choisis, ni voulus, ni décidés, il s’agira d’une activité (ludique). Dans le cas contraire, il s’agira d’une pratique permettant de développer une agency.

5 On pense ici aux différents travaux de Muriel Darmon, de Bernard Lahire, de Wilfried Lignier ou encore ceux de Karin A. Martin, d’Annette Lareau et Gerald Handel, aux Etats-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Sylvie Octobre, Régine Sirota (dir.), L'enfant et ses cultures. Approches internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12027

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, allocataire DIM « Genre, inégalités et discriminations » de la région Île-de-France

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page