Navigation – Plan du site

Stéphane Horel, Brigitte Rossigneux, Les alimenteurs

Maryvonne Dussaux
Les alimenteurs
Stéphane Horel, Brigitte Rossigneux, Les alimenteurs, Éditions Montparnasse, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1Notre alimentation est devenue dépendante de produits transformés par l’industrie agro-alimentaire dont le pouvoir sur nos assiettes est questionné par les auteurs de ce documentaire. Tous les spécialistes interrogés, que ce soit Pierre Meneton de l’Institut national de la Santé et de la recherche médicale (INSERM), Gérard Pascal, Directeur de recherche honoraire de l’Institut National de la recherche agronomique (INRA) ou Serge Hercberg, Directeur du programme national nutrition santé (PNNS), affirment que notre mode d’alimentation compromet notre santé. Nous mangeons trop sucré, trop salé et trop gras, les aliments perdent les vitamines et les minéraux nécessaires à notre organisme, des colorants et conservateurs sont introduits lors de la transformation des produits, et les traitements thermiques peuvent conduire à la dégradation de certains constituants. Dans les pays occidentaux, nos nouvelles habitudes alimentaires entraînent des pathologies de plus en plus fréquentes : obésité, hypertension, diabète, maladies cardio-vasculaires, cancers, déminéralisation osseuse, etc. Les enfants sont particulièrement touchés puisque 17 % sont soit en surpoids soit obèses.

2Depuis les années 2000, la question de la nutrition est devenue un enjeu de santé publique. Bruno Le Maire, ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche (2009-2012) souhaite garantir à tous les Français une alimentation de qualité avec des produits sains. Il a en particulier réformé la procédure des marchés publics pour faciliter l’achat de produits locaux dans les restaurants scolaires et ainsi mieux prendre en compte de la qualité la nourriture donnée à nos enfants. Pour Philippe Martin, Président du conseil général du Gers, cette action ne va pas assez loin. Il a constaté, à partir d’une nouvelle politique d’achat et de fabrication des repas dans ce département, que les produits locaux ne coûtent pas obligatoirement plus chers et que leur réserver 10 % des achats est insuffisant.

3L’avis divergent des responsables politiques est pointé. Si Xavier Bertrand, Ministre du travail et de la santé (2005-2007- 2010, 2012) refuse l’idée d’une autorisation de mise sur le marché des produits transformés par l’industrie agroalimentaire, Roselyne Bachelot, Ministre de la santé (2007-2010), reconnaît que le ministère de la santé est dépossédé d’une question qui devrait être de sa seule compétence. Pourtant les consommateurs sont perdus et Olivier Andrault, chargé de mission alimentation et nutrition à UFC Que Choisir, déplore l’absence de législation contraignante en dépit d’une situation identique à celle qu’ont connu les États- Unis dans les années 1970.

4Pour les auteurs du documentaire, c’est la politique de lobbying de l’industrie alimentaire qui explique notre incapacité à prendre réellement en charge ce problème sociétal majeur et ils s’attachent à en décrire précisément le fonctionnement à partir d’interviews avec différents acteurs concernés. Est en premier lieu mise en cause l’absence de travaux de recherche indépendants. Martin Hirsch, ancien directeur de l’agence française de sécurité sanitaire (1999-2005) et auteur de : Pour en finir avec les conflits d’intérêt révèle le lien fort qui existe entre chercheurs et industriels. Il explique que les travaux qui font foi émanent d’instituts hybrides comme l’Institut français de la nutrition. Or, cet institut qui se donne une apparence officielle est en fait uniquement financé par l’association nationale des industries alimentaires (ANIA). Il valorise, par le biais de prix, les experts qui ont des positions clefs dans les instances d’expertise publique. Gérard Pascal, conseiller de plusieurs firmes privées comme Nestlé ou l’institut Danone, et plusieurs fois récompensé reconnaît l’influence de ce fonctionnement : « le chercheur ne vend pas complètement son âme mais inconsciemment, il n’écrit pas exactement la même chose ». Arnaud Basdevant, Professeur d’Université, chef du service nutrition à la Pitié Salpétrière reconnaît également qu’il peut y avoir des dangers si le programme des rencontres scientifiques organisées par les industriels n’est pas construit par les chercheurs.

5En second lieu, sont décrites les pressions qui sont faites sur les élus pour éviter toute réglementation. Ainsi, lorsqu’en 2008, à la demande des scientifiques et des associations, Roseline Bachelot souhaite engager des pourparlers avec l’industrie pour encadrer la publicité, l’ANIA bloque le processus et la ministre est déchargée du dossier. Celui-ci est confié au ministère de la culture également en charge des médias. Christine Kelly, chargée de mission au conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) nous donne l’explication : « Cette publicité trop gras, trop sucré, trop salé représente 23 % du budget de la chaîne ». Elle ne pouvait donc pas être supprimée sans mettre en péril le financement des chaînes de télévision. De même en 2009, Valérie Boyer députée UMP des Bouches du Rhône échoue à faire voter à l’Assemblée Nationale un amendement pour supprimer la publicité des programmes enfants. En effet, au même moment, l’industrie agro-alimentaire négocie avec le CSA une charte dans laquelle elle s’engage à moraliser la publicité. Ce sont les fameux bandeaux affichés en bas des messages publicitaires. Pour Christiane Kelly : « les annonceurs ont fait quelque chose d’extraordinaire, unique au monde » puisque l’on ne voit plus coca cola ou kinder bueno sur les écrans jeunesse. Cela n’est pas l’avis d’Olivier Andrault qui explique que les publicités ont continué à augmenter (+ 20 % des investissements publicitaires de l’industrie agro-alimentaire entre 2006 et 2010) et qu’elles se sont simplement reportées dans le prime time à une heure de grande écoute. Catherine Lemorton, députée PS de Haute-Garonne, invitée aux rencontres scientifiques de « Kraft Food France », 3e groupe agroalimentaire mondial s’étonne, non pas de recevoir des groupes de pression, mais d’être invitée systématiquement dans de luxueux restaurants.

6En troisième lieu est démontré l’abandon de la politique de santé publique à l’industrie agro-alimentaire. Le PNNS qui devrait être un cadre de référence pour donner des repères au consommateur perdu par les différents messages, est impuissant. Il ne dispose que de 500 millions d’euros, face aux 2 milliards consacrés à la publicité alimentaire. Des programmes de santé publique sont donc conçus par les industriels. Le documentaire critique sévèrement l’émission « trop la pêche » qui ne présente que des sports inaccessibles aux enfants des classes défavorisées et ne parle pas des produits alimentaires de ses adhérents. Il dénonce également le dispositif « épode » (ensemble prévenons l’obésité des enfants), géré par une agence de communication créée à l’initiative de Nestlé et qui reçoit des financements publics : 700 000 € de l’Union européenne et entre 3 000 et 6 000 € de chacune des 200 villes françaises adhérentes.

7Enfin, c’est le fonctionnement des institutions européennes qui est vivement critiqué. Carl Schlyter, eurodéputé vert (Suède), explique que de 1 500 à 2 000 lobbyistes (certains disposant d’entrées permanentes), financés par les grandes entreprises, entourent les 536 parlementaires européens et leur disent comment voter. Ainsi, sur la question de l’étiquetage des produits, les industriels ont dépensé plus d’un milliard d’euros pour faire accepter leur propre système, refusant la proposition d’un marquage simple sous forme de feux tricolores qui avait montré son efficacité auprès des consommateurs soucieux de préserver leur santé.

8En dépit de la gravité du sujet, ce documentaire est très agréable à regarder. Les notes d’humour contenues dans le graphisme ou la présentation comme la reprise d’extraits de L’Aile ou la Cuisse (Claude Zidi, 1976) nous permettent d’aborder sans sombrer dans un trop grand pessimisme deux questions importantes : celle de notre santé et celle du fonctionnement de nos institutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Stéphane Horel, Brigitte Rossigneux, Les alimenteurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12036

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page