Navigation – Plan du site

Denis Chartier, Michael Löwy (dir.), « Les écologies politiques aujourd'hui (4) Amérique latine », Écologie & politique, n° 46, 2013

Martin Guillemot
Les écologies politiques aujourd'hui (4)
Denis Chartier, Michael Löwy (dir.), « Les écologies politiques aujourd'hui (4). Amérique latine », Écologie & politique, n°46, 2013, 194 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3315-3.
Haut de page

Texte intégral

1En huit textes denses et truffés de références originales, le dossier présenté par la revue Écologie & Politique nous plonge dans un abîme de réflexions sur les contradictions apparentes entre émancipation politique, sauvegarde de l'environnement et respect des traditions historiques en Amérique du Sud. Et c'est l'analyse de ces contradictions, l'explication fine des enjeux économiques et de pouvoir, la mise en valeur de la richesse des traditions ancestrales de respect de la terre-mère qui permet de quitter ce dossier, dont on a perçu la richesse dès l'introduction subtile de Denis Chartier et Michaël Löwy, avec l'impression d'être plus riche et plus ouvert au doute, et avec l'envie d'en savoir plus à partir des nombreux ouvrages et articles référencés dans le dossier.

2Carlos R.S. Milani, dans un article intitulé « Relations internationales, écologie politique et contestation transnationale en Amérique latine », article très dense, démonte et théorise les rapports complexes des organisations environnementalistes latino-américaines avec les états nations et à travers l'exemple des débats dans les Forum sociaux mondiaux, imagine l'émergence d'une action populaire qui se déploie du niveau local jusqu'au niveau planétaire en réconciliant les luttes locales contre les états ou les multinationales (parfois complices) et l'ambition d'être interlocuteurs reconnus des organisations transnationales liées à l'environnement.

3Le texte de J. Vanhulst et A.E.Beling qui suit nous propose un aperçu du buen vivir, de ses racines autochtones dans les traditions indiennes, de son installation dans les débats politiques en Amérique latine et dans les textes constitutionnels votés par les assemblées constituantes en Équateur et en Bolivie. Les apports des penseurs de l'écologie politique réagissant aux impasses des concepts de développement durable ou d'économie verte qui ne sortent pas d'une logique de développement ici mise en cause pour son échec patent à réduire les inégalités, offrir un avenir aux hommes tout en préservant la planète, sont explicités.

4La mise en œuvre d'une politique de buen vivir implique une redéfinition des relations entre citoyens, état et marché, et l'article admet les limites actuelles des réalisations concrètes tout comme la difficulté de développer le concept hors de ses frontières.

5Michael Löwy démontre dans l'article suivant qui présente des luttes écosociales de populations locales et indigènes que la sauvegarde de la planète n'est absolument pas un combat de pays ou de populations riches mais un moyen d'inventer un futur là où le développement de type occidental mène à la ruine.

6Le Brésil est le sujet du quatrième article. Il nous apprend (ou confirme, pour beaucoup des lecteurs, une crainte générale) que les gouvernements progressistes de Lula puis de Dilma Rousseff n'ont pas réussi à inventer un mode de développement original qui puisse préserver les richesses naturelles du pays, et que les grandes entreprises multinationales extractivistes ont repris la main sur les décisions économiques. Mais la société civile bouillonne pour imposer des choix nouveaux et s'inspirant des traditions millénaires, inventer un modèle autochtone. Les auteurs Joào Alfredo Telles Melo et Davi Aragào Rocha pensent trouver ici les prémices d'une révolution écologique, un défi pour l'ensemble de l'humanité.

7Les exemples mexicains, avec une description de l'environnementalisme social mexicain, puis chilien dans un article qui retrace l'évolution des mouvements environnementalistes chiliens depuis quarante ans, et enfin bolivien dans un article sur l'expérience d'Evo Morales, entre Pachamama et extractivisme, apportent au dossier des réflexions concrètes, des exemples précis, des ouvertures et des inquiétudes nombreuses.

8La conclusion de dossier peut se trouver dans les dernières phrases de l'article introductif de Denis Chartier et Michaël Löwy : « Le chemin vers la mise en place de véritables politiques de l'anthropocène est encore long et les chantiers d'expérimentation à ouvrir sont nombreux. On pourra commencer par le lancement d'un débat sur le « postextractivisme », discussion de société essentielle pour cette région et le reste du monde, et on ne doute pas, au regard de la qualité de réflexion et d'expérimentation des nombreux chercheurs et activistes latino-américains de l'écologie politique, que des voies innovantes émergeront de cette partie du monde. »

9Le dossier de ce numéro 46 de la revue « Écologie & Politique » est une lecture passionnante qui ouvre des perspectives nombreuses à la pensée et à l'action.

  • 1 Michael Löwy, Ecosocialisme L'alternative radicale à la catastrophe écologique capitaliste, Mille e (...)

10Trop souvent centrées sur l'Europe, les recherches et analyses sur l'écosocialisme à inventer pour le XXIe siècle ont beaucoup à apprendre des expériences latino -américaines. Ce dossier est un excellent complément aux informations apportées par le livre de Michael Löwy « Ecosocialisme » 1, ouvrage où l'on trouve également en annexe le texte du « Manifeste écosocialiste international » de septembre 2001 et la « Déclaration écosocialiste internationale de Belem » de 2008 dont la lecture démontre l'évolution rapide des réflexions.

11Les acteurs des luttes sociales et politiques qui agissent en Europe en essayant de faire se rencontrer les traditions syndicalistes, marxistes ou libertaires avec les trajectoires militantes sommes toutes récentes de l'écologie politique, trouveront des raisons d'espérer et découvriront des chemins de traverses à inventer.

12Tous souhaiteront en savoir plus sur ce qui s'invente en Amérique latine, et c'est l'apport fondamental de ce dossier : on y trouve des références peu connues, on y rencontre des chercheurs abordant les sujets avec une perspective nouvelle pour nous, on comprend que l'avenir de la planète se joue aussi (et peut être principalement) là-bas.

Haut de page

Notes

1 Michael Löwy, Ecosocialisme L'alternative radicale à la catastrophe écologique capitaliste, Mille et une nuits, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Guillemot, « Denis Chartier, Michael Löwy (dir.), « Les écologies politiques aujourd'hui (4) Amérique latine », Écologie & politique, n° 46, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12038

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page