Navigation – Plan du site

Anouk Flamant, Renaud Payre, Mili Spahic, Julie Vaslin (dir.), Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012

Vincent Enjalbert
Vox populy
Anouk Flamant, Renaud Payre, Mili Spahic, Julie Vaslin (dir.), Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012, Editions Libel, 2013, 156 p., ISBN : 978-2-917659-27-4.
Haut de page

Texte intégral

1Un an après l’élection de François Hollande à la plus haute fonction de l’Etat, les quelques 150 pages de cet ouvrage, qui s’ouvre sur une série de photographies en couleur, nous replongent dans l’ambiance de la dernière campagne présidentielle, apogée de la vie démocratique et politique de notre cinquième république et moment particulièrement dense de l’exercice de notre citoyenneté. Parce qu’elle résiste à la hausse continue de l’abstention et qu’elle rythme largement l’agenda des médias pendant de longs mois, l’élection présidentielle n’est-elle pas en effet la plus pertinente pour sonder le rapport des Français à la chose politique ?

  • 1 Pour approfondir les controverses qui touchent aux appréhensions différenciées de la notion de comp (...)

2Au cœur de cet ouvrage, une ambition, celle d’observer et d’analyser comment se construit notre rapport à la politique au-delà de la compétence politique stricto sensu, au-delà de la connaissance et de la compréhension de l’offre politique, des candidats et des programmes, des idéologies. L’idée selon laquelle l’opinion politique et le vote résulteraient d’un choix rationnel et essentiellement soumis au degré de connaissance qu’aurait chaque individu des enjeux politiques et à sa capacité à se situer de manière cohérente et stable sur cet échiquier est ici évacuée1. Il s’agit, au contraire, de saisir ce qui dans le contexte dans lequel nous évoluons, dans les trajectoires sociales, résidentielles et même intimes qui nous occupent sont autant d’à-côtés mais constituent cependant de véritables « clefs de compréhension d’un rapport complexe à la politique ».

  • 2 Les travaux ayant pour objet l’analyse de la compétence politique ont longtemps fait appel à des di (...)

3Pour tenter d’apporter un tel éclairage, pas moins de 200 étudiants de deuxième année de l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon ont été mobilisés, sous la coordination de 5 enseignants-chercheurs. Pendant les 8 mois précédant l’élection présidentielle ils ont enquêté auprès d’une centaine d’électeurs du Grand Lyon à travers des entretiens longs et approfondis, réalisés de 3 à 5 fois sur l’ensemble de la période, ce qui constitue un matériau particulièrement considérable et dense. Ce dispositif au caractère qualitatif, relativement original2, paraît adapté au projet de recherche afin de « privilégier le rapport personnel de l’enquêteur à l’enquêté », mais n’est cependant pas sans poser question.

4Les problématiques liées au protocole méthodologique sont loin d’être annexes dans les travaux de sciences sociales, tant elles peuvent avoir une influence significative sur les résultats ; et si certains biais induits par la méthode ici adoptée sont rapidement évoqués en introduction, on peut regretter qu’une analyse plus fine n’en soit pas proposée au lecteur. Les enquêtés ont ainsi été « choisis » par les étudiants, dans leur deuxième cercle de sociabilité : la surreprésentation au sein de l’échantillon des catégories socioprofessionnelles au capital social, culturel et économique supérieur est-elle de nature à fausser significativement les résultats de l’enquête ? Sur plus d’une centaine d’enquêtés, seule une trentaine de trajectoires nous est restituée : comment ont-elles été sélectionnées ? A-t-on privilégié les parcours qui se rapprochaient ou au contraire ceux qui se différenciaient ? Au final, cet ambitieux « pari pédagogique et scientifique » est-il réussi ? Est-il envisageable de reproduire ce protocole pour d’autres types d’enquêtes ? La plupart de ces questions reste hélas en suspend.

  • 3 Les modalités de la corrélation entre des choix résidentiels, des trajectoires sociales et des posi (...)

5Mais le point qui pose le plus question concerne le découpage de l’ouvrage en 6 grandes catégories de territoires du Grand Lyon, regroupant communes et quartiers qui présenteraient les mêmes caractéristiques et des rapports au politique plutôt convergents. Bien que les auteurs précisent que « la résidence n’est jamais considérée dans l’ouvrage comme une donnée ou une variable explicative », c’est bien l’entrée « territoire » qui a été retenue, tout au moins pour la présentation de cette radiographie du vote lyonnais. Si cette typologie est peu surprenante et apparaît globalement convaincante, il aurait cependant pu être particulièrement pertinent d’expliciter comment ont été liés « les processus de socialisation et de politisation à des territoires et des quartiers » à travers ce découpage : était-ce une hypothèse de travail, un impératif méthodologique ou bien le fruit des résultats de l’enquête ? Les problématiques liées à la géographie et à la sociologie électorale sont aujourd’hui l’objet de vives controverses scientifiques3, et il peut donc être salutaire de clarifier au mieux le positionnement des enquêtes qui s’y rapportent.

6Malgré ces quelques réserves d’ordre méthodologique, la mise en récit se révèle efficace et parvient à susciter beaucoup d’intérêt pour les parcours individuels à travers lesquels sont présentés les six grands types de quartiers de l’agglomération lyonnaise. Pour chacun d’entre eux, quelques pages d’introduction et de synthèse nous donnent à voir l’identité de ces quartiers et de leur sociologie dominante. Suivent les mises en perspective de morceaux de vie de quelques-uns des habitants enquêtés, complétant dans le détail le panorama général du quartier à travers leurs trajectoires personnelles et résidentielles, les formes de sociabilisation qui les y occupent et les relations qu’ils entretiennent avec la chose politique. La plus-value d’entretiens approfondis et répétés apparaît ici évidente, puisqu’elle permet de saisir avec précision la complexité des rapports à la politique dans toutes leurs dimensions.

7Ainsi les quartiers « bourgeois » de Lyon (Ainay, Vieux-Lyon, 6e arrondissement) peuvent-ils, au-delà de ce qui les rapproche, dissimuler des disparités intéressantes. Certes, le vote y est largement conservateur et les sociabilités encore très marquées par le lien à l’église catholique, notamment dans l’éducation ; mais selon que leurs habitants soient issus d’une bourgeoisie héritée depuis de longues générations (Marie) ou bien qu’ils y aient accédé au cours de leur vie (Valérie), leurs représentations politiques divergent, y compris quand leurs votes sont, in fine, les mêmes.

8Des rapports différenciés à un même quartier peuvent également éclairer des rapports au politique divergents. Au-delà du cliché « bobo » de la Croix-Rousse, où le vote à gauche est majoritaire, Bénédicte se démarque ainsi par son vote conservateur qui va de pair avec sa manière d’habiter le quartier : s’inscrivant en faux contre le dynamisme et la richesse de la vie de quartier, elle réside dans une résidence fermée « où l’on pourrait presque vivre en autarcie ». C’est donc un jeu d’échelle particulièrement intéressant qui se fait jour ici : l’immeuble prime sur le quartier et induit donc une différenciation particulièrement édifiante, démontrant par là que « la compréhension du rapport au politique peut bel et bien constituer une dimension intéressante de la réflexion sur la façon […] de vivre [un] quartier ».

9Il apparaît au fil des chapitres que le caractère plus ou moins contraint des choix résidentiels constitue un élément discriminant assez déterminant. Habiter dans les « banlieues dorées » de l’Est lyonnais constitue un choix délibéré, qui consiste d’abord à rechercher calme et qualité de vie. Les rapports à la politique qui s’y font jour sont alors relativement distants, et essentiellement dominés par des considérations économiques et la protection de cet entre soi privilégié. A contrario, les « seuils », « ni banlieue, ni centre » mais « lieux de passage », sont des entre-deux investis de manière très variée, que l’on peut habiter par choix ou bien par contrainte, durablement ou provisoirement, et présentent tout autant de rapports à la politique.

10Certaines tendances, comme celle du vote utile, se révèlent plutôt transversales ; bien qu’il ne soit pas justifié sur le même plan on le retrouve ainsi dans plusieurs des quartiers-types de l’agglomération et pour des orientations politiques différentes. De la même manière, un faible intérêt personnel pour la chose politique, rencontré dans des trajectoires diverses, tend à survaloriser les autres variables et notamment la vie quotidienne ou encore l’histoire familiale dans la construction d’une sensibilité politique. La tradition politique liée à l’éducation et à la famille se révèle, dans la plupart des cas, rester un élément déterminant dans la manière d’appréhender la politique et dans la trajectoire résidentielle des individus.

11Le titre de cet ouvrage annonce donc particulièrement bien son programme : le vote lyonnais y est passé au crible d’entretiens pour en obtenir une image, certes parcellaire et pas nécessairement représentative, mais détaillée, où la description l’emporte souvent sur l’analyse. Au final, les trajectoires de vie qui nous y sont proposées questionnent plutôt efficacement le rôle des sociabilisations culturelles, familiales, professionnelles et territoriales dans la construction d’une sensibilité politique, construction toujours mouvante et dont les mécanismes se révèlent être parfois éminemment complexes. Alors qu’approche le temps de la campagne et des élections municipales il pourrait être particulièrement stimulant de prolonger à cette occasion une telle réflexion, afin d’identifier les éventuelles convergences ou divergences qui peuvent se faire jour dans nos rapports à la politique dans leurs manifestations respectives au niveau national et au niveau local.

Haut de page

Notes

1 Pour approfondir les controverses qui touchent aux appréhensions différenciées de la notion de compétence politique et embrasser l’ensemble des enjeux qui en découlent ; voir notamment Blondiaux Loïc, « Faut-il se débarrasser de la notion de compétence politique ? » Retour critique sur un concept classique de la science politique, Revue française de science politique, 2007/6 Vol. 57 disponible ici : http ://www.cairn.info/article.php ? ID_ARTICLE = RFSP_576_0759

2 Les travaux ayant pour objet l’analyse de la compétence politique ont longtemps fait appel à des dispositifs de type questionnaires fermés, qui ont pour conséquence d’insister sur la rationalité du rapport à la politique qu’entretiennent les individus. Cependant, d’autres protocoles plus inhabituels ont émergé dès les années 1980 afin de saisir quels éléments autres que les connaissances politiques jouent un rôle dans l’interprétation des réalités politiques des individus. C’est notamment le cas des travaux d’Alfredo Joignant dans lesquels il a recours à des entretiens de groupe ou à des analyses de discussion.

3 Les modalités de la corrélation entre des choix résidentiels, des trajectoires sociales et des positionnements politiques et électoraux font débat ; voir notamment les publications des géographes Christophe Guilluy et Jacques Levy ainsi que leur critique formulée par Éric Charmes, Lydie Launay et Stéphanie Vermeersch, « Le périurbain, France du repli ? », La Vie des idées, 28 mai 2013 disponible ici : http://www.laviedesidees.fr/Le-periurbain-France-du-repli.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Enjalbert, « Anouk Flamant, Renaud Payre, Mili Spahic, Julie Vaslin (dir.), Vox populy. Radiographie du vote lyonnais à la présidentielle de 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12042

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page