Navigation – Plan du site

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Biographie d'un criminel imaginaire

Laure Célérier
Fantômas !
Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Biographie d'un criminel imaginaire, Paris, Les Prairies Ordinaires, coll. « Singulières modernités », 2013, 183 p., ISBN : 978-2-35096-073-9.
Haut de page

Texte intégral

1Décliné en fictions romanesques et cinématographiques tout au long du XXe siècle, Fantômas est un personnage, au sens entier et étymologique du terme, que l’on entend (sonar) à travers (per) son masque. La créature de Marcel Allain et Pierre Souvestre est au départ un criminel corrosif, à la violence angoissante, qui devient ensuite le monstre édulcoré des films de Hunebelle réalisés avec Louis de Funès. À défaut d'avoir un corps, un visage et une identité, Fantômas a une voix, déclinée selon les aventures et les époques. Mais de qui, de quoi cette voix est-elle le nom ? De plus, quelles ont été les conditions du succès de ce personnage, dont les premières aventures sont narrées en 1911 et dont on peut considérer qu'il est devenu un véritable mythe populaire ? C'est à ces questions que les chercheurs Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux apportent des réponses, dans leur travail empruntant à l'histoire, à la littérature et à la sociologie sur le criminel imaginaire. Les figures de Fantômas ont ainsi évolué avec la société et les fantasmes collectifs, dans un contexte d'accès massifié aux biens culturels, jusqu'à s'établir comme mythe populaire.

  • 1 Boltanski Luc, Énigmes et complots – Une enquête à propos d'enquêtes, Paris, Gallimard, coll. Nrf e (...)

2Les formes que revêtent les actions du criminel masqué, semant une épouvante d'autant plus forte que, de crime en crime, Fantômas parvient toujours à s'enfuir sans être jamais attrapé, évoluent avec la société, ses peurs et ses fantasmes collectifs. Fantômas, criminel par plaisir, défait le triomphe de la raison caractéristique du roman policier britannique. Incarnant « l'insaisissable dans une société où le biopouvoir ne gère plus simplement des masses, mais des individus » (p. 46), Fantômas nargue avec insolence l'ordre établi. Il incarne tout à la fois les pulsions criminelles refoulées, les bas-fonds de la ville moderne, l'inconscient de la modernité ou encore l’absence de sens nécessairement angoissante d'une modernité chaotique. Comme l’écrit Luc Boltanski au sujet du roman policier, Fantômas, « être sans visage – ou aux cent visages » (p. 58), peut être lu comme une « mise à l'épreuve de l’État-nation, c'est-à-dire de la prétention de l’État non seulement à faire régner l'ordre, mais surtout à rendre intelligibles et, dans une certaine mesure, prévisibles, les événements qui entrent dans le champ du possible », alors que règne « l'incertitude concernant les circonstances du crime et surtout le champ de son attribution, puisque n'importe quel personnage, si irréprochable soit-il en apparence, peut en être l'auteur »1.

  • 2 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du (...)

3Né d'auteurs bourgeois, Fantômas permet aux dominants d'accéder non seulement au « plaisir crapule » (p. 43) d’un encanaillement facile, mais aussi « à la représentation d'espaces sociaux (…) auxquels elle [la bourgeoisie] n'accède qu'à travers les filtres déformés des histoires à sensation » (p. 43). Fantômas est originellement un criminel de la peur des bas quartiers, des « classes laborieuses et classes dangereuses »2. Il devient l'objet de l'attention de conservateurs, qui s'émeuvent de son influence délétère sur la moralité des classes populaires. Au fil des années, le criminel prend des atours mouvants. Le Fantômas des années 1960, moins corrosif, remet l'inspecteur, fonctionnaire incarné au cinéma par Louis de Funès, au centre de l'attention. Les œuvres de Fantômas sont alors conservatrices, qui reprennent le verrouillage moral et la domination masculine des Trente Glorieuses. Dans le même temps, ce n'est plus le Fantômas originaire des couches miséreuses de la société qui effraie, mais bien plus un Fantômas issu d'un milieu de délinquants professionnels, dont le peuple est une possible victime.

4Les aventures de Fantômas permettent aussi de retracer les évolutions d'une culture industrialisée, entrée dans l'ère du capitalisme et de la consommation de masse. La culture populaire, et Fantômas avec, obéissent à des logiques sérielles, qui déclinent des aventures d'un même héros, largement vantées par la réclame, en plusieurs publications et sur plusieurs supports : aux livres populaires du début du XXe siècle s'ajoutent les dérivés cinématographiques plus ou moins fidèles à l'original et les reprises écrites, la plasticité du personnage sans visage permettant diverses variations et réappropriations. À ses débuts, Fantômas bénéficie d'une alphabétisation croissante, condition de son succès par la démultiplication du lectorat. Les courses effrénées du héros sont autant de métaphores des folles cadences productivistes qui débarquent alors dans le monde de l'édition. Passé au cinéma, le héros perd son accent circonflexe, par le zèle de Gaumont, soucieux d'exportation. Dans les années 1960, avec l'intervention de Louis de Funès, les films de Hunnebelle, qui apparaissent « comme des films avec Louis de Funès et non des reprises des aventures de Fantômas » signent alors, probablement, la chute du personnage mythique.

5Et de fait, le mythe Fantômas a beaucoup à voir avec la sous-culture populaire du roman noir à l'heure de l'industrialisation des biens culturels. Comme de nombreuses autres figures érigées en mythes populaires, Fantômas est construit « à partir de figures principales et de ramifications secondaires » (p. 11). La logique sérielle et le mode narratif – caractérisé par la répétition d’une identique trame qui s’achève sur la fuite du héros – permettent une infinité de reprises des aventures du personnage. En outre, Fantômas s'enracine triplement dans la culture populaire par ses univers de référence que sont la presse, la ville et la littérature. Le personnage est repris comme référence de l'effroi, du crime et du glauque par la presse de faits divers, dont les auteurs de Fantômas collectionnaient les coupures, afin de s’en inspirer pour les publications à venir. Fantômas est aussi un héros de la ville moderne – voire une incarnation de ses faces sombres. Et, comme de nombreux romans policiers, Fantômas s'approprie un imaginaire collectif et se construit à partir de pratiques littéraires préexistantes, tout en rompant paradoxalement avec la tradition artistique... ce qui contribuera à renforcer la dimension mythique de Fantômas, doté par les surréalistes d'une légitimité culturelle : « écrit n'importe comment » selon Apollinaire (p. 73), Fantômas se fait l'assassin « des formes académiques compassées que les surréalistes vouent aux gémonies » (p. 74) et devient « une métaphore du refus des héritages de la culture bourgeoise » (p. 15). Enfin, confondu notamment avec l'anarchiste dans La Java des bons enfants de Guy Debord, Fantômas se convertit à la politique.

6Explorant les conditions de la construction et du succès du personnage et du mythe Fantômas, l'ouvrage de Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux est certainement plus qu'une biographie. Il est un travail de recherche, riche, coloré et convaincant, qui se lit d'un trait, à l'image des fictions qu'il analyse. L'ouvrage est, en outre, parsemé d’illustrations qui immergent d'autant plus facilement le lecteur dans l'univers fantômassien. Passionnant, puisant dans des sources diverses et empruntant à plusieurs disciplines universitaires, ce travail pourra certainement satisfaire la curiosité de ceux qui partent à la découverte de Fantômas autant que des lecteurs confirmés de ses crimes et des chercheurs en sciences humaines, qui se penchent sur les mythes populaires et le roman noir.

Haut de page

Notes

1 Boltanski Luc, Énigmes et complots – Une enquête à propos d'enquêtes, Paris, Gallimard, coll. Nrf essais, 2012.

2 Chevalier Louis, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Plon, 1958

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Biographie d'un criminel imaginaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12048

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page