Navigation – Plan du site

Bernard Fusulier, Maria del Rio Carral, Chercheur-e-s sous haute tension ! Vitalité, compétitivité, précarité et (in)comptabilité travail/famille

Jérémy Sinigaglia
Chercheur-e-s sous haute tension !
Bernard Fusulier, Maria del Rio Carral, Chercheur-e-s sous haute tension ! Vitalité, compétitivité, précarité et (in)compatibilité travail/famille, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2012, 120 p., ISBN : 978-2-87558-087-0.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure du processus de Bologne et de la stratégie Lisbonne1, de l’importation de la logique managériale du « benchmarking » dans le secteur de la recherche2 et de l’endettement des universités, cet ouvrage porte un regard utile sur les conditions de travail, d’emploi et de vie des jeunes chercheur-e-s. En effet, dans ce contexte difficile, comme le rappellent les auteurs Bernard Fusulier, maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS) et professeur de sociologie à l’Université catholique de Louvain (UCL) et Maria del Rio Carral, postdoctorante du FNRS, l'accès au statut de titulaire s'apparente à une course d'obstacles dont l'issue est de plus en plus incertaine et toujours fortement marquée par des inégalités sociales. L’intérêt de cet ouvrage réside donc d’abord dans l’analyse qu’il propose de l’expérience des métiers de la recherche par des jeunes chercheurs placés « sous haute tension ». Mais il réside également dans l’élargissement de la focale aux interactions entre la vie professionnelle et la vie privée et familiale et à leurs effets dans le déploiement de la carrière scientifique.

2Les auteurs font ainsi l’hypothèse que « l'organisation et les contraintes du travail scientifique, les normes en vigueur et l'ethos professionnel générique génèrent une tension entre l'engagement professionnel et l'engagement privé (et familial en particulier) » et que « cette tension est susceptible de jouer comme un filtre caché dans l'accession des chercheurs aux postes permanents » (p. 20). Le choix de cette catégorie de chercheurs (justifié dans le premier chapitre) apparait alors comme particulièrement pertinent dans la mesure où il permet de rendre compte de problématiques diverses, touchant tant au rapport à la carrière scientifique (rapport au travail, à l’emploi, au milieu scientifique) qu’au rapport à la famille (conjugalité, parentalité). Il s’agit de chercheurs hautement qualifiés et exerçant un travail épanouissant, mais en situation d’emploi précaire et de forte concurrence interindividuelle, soumis à des impératifs croissants de productivité et de mobilité dans l’espace scientifique international. Ce sont aussi de jeunes professionnels qui se situent à un moment décisif de leur trajectoire biographique, devant faire face à des choix aux plans conjugal et parental. Ce groupe est par ailleurs traversé par différentes lignes de clivage : le champ disciplinaire (plus ou moins organisé autour de la vie de laboratoire), le parcours scientifique, l’origine sociale, la situation conjugale et la différence entre les sexes.

3L’ouvrage forme le premier compte-rendu de la phase exploratoire d’une recherche longitudinale en cours. Le matériau analysé (détaillé dans le chapitre 2) repose sur un questionnaire en ligne (N = 188), portant sur le travail, l’emploi et la vie privée, ainsi que sur une série d’entretiens semi-directifs (N = 18) auprès de chargé-e-s de recherche aux profils variés (sciences dures et sociales, hommes et femmes, seul ou en couple, avec ou sans enfants). Après une première esquisse reposant sur quatre portraits de chercheurs, croisant les variables du sexe et du statut parental (chapitre 3), les auteurs livrent en quatre chapitres les premiers résultats de leur recherche.

4L’enquête par questionnaires révèle tout d’abord que les chargé-e-s de recherche se déclarent très majoritairement satisfaits de leur travail (87%), plus modérément satisfaits de leur salaire (69%) et se plaignent très largement de la précarité de leur situation d’emploi (75%) – ce rapport positif au travail et négatif à l’emploi et, dans une moindre mesure, au salaire n’est pas sans rappeler celui d’autres « professions intellectuelles », dans le domaine de la culture et des arts notamment (chapitre 4). L’analyse fait apparaitre des différences en fonction des sexes et du statut parental : les pères, et plus encore les mères, ressentent plus fortement les pressions du milieu professionnel sur leur vie sociale et familiale.

5Dans le prolongement de ce résultat, l’analyse des questionnaires met en évidence les tensions qui existent entre vie professionnelle et vie familiale (chapitre 5). Si une majorité des interviewés estime que leur vie professionnelle empiète sur leur vie privée et familiale (67%), les parents voient sans surprise leur temps de loisir davantage réduit par les diverses activités domestiques et sont moins nombreux (moitié moins environ) que les non parents à se livrer à des activités hors travail, qu’elles soient sportives ou culturelles. Le travail domestique n’est pas pour autant équitablement réparti entre les parents puisque les femmes en supportent toujours la plus grande part (elles déclarent 30 heures par semaine contre 20 pour les hommes). Compte tenu de l’autonomie dont disposent les chercheurs dans l’organisation de leur travail, les interviewés sont cependant nombreux (75%) à estimer que le travail de recherche reste compatible avec une vie familiale, mais la relation entre les deux termes relève davantage du conflit que de la conciliation.

6L’analyse transversale des entretiens confirme ensuite le portrait idéaltypique du chercheur qui commence à se dessiner. Le chercheur retire une satisfaction importante de son travail et s’y investit au point que les frontières entre travail et hors travail deviennent floues (chapitre 6). Cet investissement est d’autant plus fort qu’il correspond à la fois au plaisir procuré par l’activité, à la vocation au travail scientifique renforcée par la socialisation professionnelle et aux exigences accrues du milieu académique. Le chercheur est donc progressivement « happé » par son travail et finit par se demander si les sacrifices consentis (qu’il assume autant qu’il en fait pâtir son entourage) sont « utiles » (c’est-à-dire lui permettront ou non d’accéder à un emploi de titulaire).

7L’analyse verticale des entretiens permet enfin de distinguer quatre types de rapports au métier de chercheur, dans lesquels le genre occupe une grande place (chapitre 7) : un rapport « engagé » dans lequel la recherche est envisagée comme une priorité dans la vie (vécue sur le mode de la passion et/ou de l’ambition professionnelle), qui se caractérise par « une disponibilité quasi totale pour son activité », et une gestion de la vie de famille en conséquence, « secondarisée » ; un rapport « optimiste », qui est une tentative de conciliation de la vie privée et professionnelle, censée être rendue possible par la liberté et l’autonomie que laisse le métier, mais également compliquée par la grande « disponibilité subjective » qui le caractérise (l’arrivée d’un enfant n’est pas vue comme un obstacle dans la carrière mais comme une invitation à une organisation plus efficace des tâches) ; un rapport « ambivalent », qui génère un sentiment de tiraillement entre une carrière qui demande un investissement et représente un coût importants notamment sur le plan familial (précarité, incertitude de l’avenir) et une vie familiale qui est perçue comme une contrainte qui « interfère dans la disponibilité requise pour faire de la recherche » ; et enfin un rapport « distant » au métier et à la carrière, lorsque la personne ne souhaite plus faire les sacrifices demandés par la course aux postes, ni endurer la précarité qui l’accompagne.

8L'ouvrage de Bernard Fusulier et Maria del Rio Carral apporte donc des éléments empiriques intéressants sur le rapport au travail et à l’emploi des jeunes chercheur-e-s et trace des pistes d'analyse motivantes concernant les effets de l'articulation travail/hors travail sur la conduite des carrières. Le caractère « photographique » de ce compte-rendu d’enquête fait bien sûr naître quelques regrets. On aurait aimé, par exemple, que l’analyse de cas soit plus explicitement replacée dans les dynamiques contemporaines de transformation des systèmes universitaires en Europe et que des comparaisons, ou a minima des parallèles, soient faits avec des études similaires dans d’autres contextes nationaux. On aurait également apprécié, comme le signale Nicky Le Feuvre dans la préface, une analyse plus fine de l’effet du genre, plus complexe qu’il n’y parait, comme le montrent très bien les portraits et les extraits d’entretiens tout au long de l’ouvrage. Mais, s’agissant, rappelons-le, du compte-rendu d’une phase exploratoire de recherche, il s’agit moins là de regrets que d’attentes en vue des prochaines publications.

Haut de page

Notes

1 Visant, entre autres choses, la constitution d’un Espace européen de l’enseignement supérieur pour l’un et d’un Espace européen de la recherche pour l’autre. Sur l’articulation des deux, voir en particulier : Sandrine Garcia, « L’enseignement supérieur face au marché », Grande Europe n° 25, octobre 2010 – La Documentation française.

2 Isabelle Bruno, A vos marques, prêts... cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2008, 267 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Sinigaglia, « Bernard Fusulier, Maria del Rio Carral, Chercheur-e-s sous haute tension ! Vitalité, compétitivité, précarité et (in)comptabilité travail/famille », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 septembre 2013, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12049

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page