Navigation – Plan du site

Serge Paugam, Camila Giorgetti, Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou

Samuel Coavoux
Des pauvres à la bibliothèque
Serge Paugam, Camila Giorgetti, Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2013, 188 p., ISBN : 9782130619024.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurent Fleury, Le cas Beaubourg. Mécénat d'état et démocratisation de la culture, Paris, Armand Co (...)

1Cet ouvrage trouve son point de départ dans un apparent paradoxe : « Comment se fait-il que les pauvres fréquentent [les bibliothèques] alors que tout paraît les condamner d'avance à y tenir une place marginale, à y être dévalorisés socialement ? » (p. 1). Les établissements culturels, en effet, sont des lieux socialement exclusifs, comme l'a montré depuis longtemps la sociologie des pratiques culturelles. Cette exclusivité, par ailleurs, ne tient pas uniquement à des inégalités économiques - nombre de bibliothèques et de musées sont gratuits - mais aussi, et surtout, à des écarts culturels. La Bibliothèque Publique d'Information (BPI), où s'est déroulée l'enquête dont rendent compte Serge Paugam et Camila Giorgetti, ne déroge pas cette réalité. Elle appartient au Centre Pompidou, où elle jouxte le musée d'art moderne, et malgré les ambitions de démocratisation, partiellement atteintes, du lieu1, les populations socialement favorisées y sont majoritaires. À la BPI, en particulier, les étudiants constituent les deux tiers du public.

  • 2 Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Armand Colin, 2011 ; Richard Hoggart, La cu (...)

2La politique d'ouverture de l'institution en fait cependant un espace, sinon démocratique, du moins plus cosmopolite que bien d'autres établissements. La BPI a des horaires larges - 12h à 22h tous les jours sauf le mardi - et ne pose aucune condition d'entrée : ni inscription, ni limite d'âge, ni diplôme minimum. Elle occupe par ailleurs une position centrale à Paris, dans le quartier des halles, et est ainsi fréquentée par des publics variés. C'est à l'un de ces publics, celui des personnes en situation de disqualification sociale, que cette enquête est consacrée. La fréquentation des bibliothèques par ces populations est ancienne : les ouvrages classiques de Nels Anderson ou de Richard Hoggart, cités par les auteurs, notaient déjà l'importance des bibliothèques pour les « hobos » et les sans-domiciles2.

3C'est ce public particulier, son appropriation du lieu, et ce qu'il y produit, que souhaitent interroger les auteurs de cet ouvrage. Ils s'appuient pour cela sur une enquête par observation et entretiens, de longue haleine, réalisée à différentes saisons. Si la pauvreté est mise à distance de l'espace public, comme ils le rappellent dans une introduction claire et très structurée, explicitant de manière synthétique les acquis des recherches sur le sujet, elle n'y existe pas moins. Il ne s'agit pas seulement ici, en effet, de s'intéresser aux cas les plus visibles, ceux des personnes sans-domiciles, mais de montrer les différentes formes, et les différents stades, de la disqualification sociale, que l'on voit s'associer à des formes d'usage de la bibliothèque. Par ailleurs, c'est moins la pauvreté en elle-même que les relations sociales qu'elle tisse, et notamment la relation d'assistance, qui est au cœur de l'enquête, d'autant plus que, comme le montrent bien les auteurs, l'une des propriétés fondamentales de la BPI dans cette perspective est justement de ne pas se présenter comme un service public d'assistance, et donc de donner aux disqualifiés une autonomie plus grande que d'autres services (chômage, assistance sociale, etc.)

  • 3 Paul Lazarsfeld, Marie Jahoda et Hans Zeisel, Les chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit, 1981

4La thèse fondamentale de l'ouvrage est ainsi que « les pauvres qui fréquentent la BPI viennent dans ce lieu public ouvert à tous pour y trouver les deux sources fondamentales de chaque type de lien social que sont la protection et la reconnaissance » (p. 16). Les auteurs distinguent trois phases de disqualification sociale, qui correspondent à trois types d'usages (d'attentes, d'attitudes et de rapports aux normes). La phase de fragilité correspond à l'apprentissage de la disqualification. Les personnes qui s'y trouvent, disposant de ressources faibles, ont le sentiment que leur dénuement est visible de tous. Ils apprécient donc la bibliothèque pour sa distance des services sociaux traditionnels : ils n'y retrouvent pas la situation de subordination avec le personnel qui caractérise ces derniers, et profitent au contraire de ce que la bibliothèque ne discrimine pas ses publics pour être un usager parmi d'autres, et effacer ainsi le stigmate qui est craint. La discrétion et le respect des normes d'usages apparaissent nécessaires, et ces individus s'efforcent de conserver leurs distances par rapport aux signes de formes plus visibles de pauvreté : souci de l'hygiène, critique du relâchement, etc. La bibliothèque constitue par ailleurs une ressource intellectuelle privilégiée pour ces publics. Beaucoup, qui viennent à horaires réguliers, tous les jours - le service public permet ainsi de structurer le temps lorsque le travail ne remplit pas cette fonction, l'un des effets premiers du chômage étant, comme on le sait depuis les premières enquêtes classiques, la déstructuration du temps qu'il produit3 - ont en tête un projet précis : autoformation, apprentissage du français ou de langues étrangères, etc.

5La seconde phase de disqualification sociale que repèrent les auteurs est celle de la dépendance vis-à-vis des travailleurs sociaux. La BPI est pour ces personnes un lieu d'autonomie, un « moyen d'existence » qui apporte protection et reconnaissance. Elle sert alors moins un projet spécifique et un désir de discrétion que des besoins de sociabilité, de culture, et de connexion à Internet. Pour certaines personnes sans domicile fixe, cette connexion est importante : la BPI constitue l'un des seuls accès possibles aux ressources informatiques qui sont nécessaires au travail. Ainsi de ce retraité vivant dans un foyer et s'occupant d'une association d'aide aux sans-domiciles qui vient chaque jour faire le travail de secrétariat de l'association à la bibliothèque. Les opportunités de sociabilité sont également importantes, au point que s'organisent, dans certains espaces de la bibliothèque, des « salons » autour de quelques habitués du lieu, qui négocient les normes, et notamment la norme de silence, mais restent toujours dans les limites de l'acceptable, afin de préserver leur accès à ce lieu. Pour ces individus, la BPI constitue une seconde résidence d'importance considérable.

6Enfin, les personnes en rupture du lien social, sorties du filet de la protection sociale, constituent un troisième type d'usagers en disqualification. Ceux-ci, en situation de détresse, viennent principalement satisfaire des besoins physiologiques primaires à la bibliothèque, en particulier l'hiver, par temps de grand froid. Leurs passages sont plus erratiques, et ils se tiennent plus à l'écart des autres usagers. Ces personnes savent leur environnement relativement hostile. La visite, alors, est constamment fragilisée, et il apparaît nécessaire de déployer des efforts pour faire accepter malgré tout sa présence.

7A l'intersection de la sociologie de la pauvreté et de la sociologie des publics, Des pauvres à la bibliothèque enrichit ces deux champs de recherche. Il évite d'une part la focalisation du premier sur les institutions de protection sociale, privilégiant, au contraire, l'étude d'une échappatoire à la dépendance qui caractérise les situations de disqualifications ; il offre d'autre part une perspective nouvelle sur un public largement méconnu par les enquêtes de public. L'ouvrage repose par ailleurs sur un travail empirique solide, et présente un intérêt méthodologique certain, par sa présentation des difficultés de l'observation ethnographique d'une population qui, du moins pour les personnes en situation de fragilité, souhaite ne pas être vue, et plus généralement de l'emploi de l'observation pour étudier les usages des établissements culturels.

Haut de page

Notes

1 Laurent Fleury, Le cas Beaubourg. Mécénat d'état et démocratisation de la culture, Paris, Armand Colin, 2007

2 Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Armand Colin, 2011 ; Richard Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, 1980

3 Paul Lazarsfeld, Marie Jahoda et Hans Zeisel, Les chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit, 1981

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Serge Paugam, Camila Giorgetti, Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12052

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie (ENS de Lyon, Centre Max Weber), membre du comité de rédaction de Lectures

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page