Navigation – Plan du site

Serge André, Les perversions

Jean Ferrette
Les perversions #1
Serge André, Les perversions #1. Le fétichisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La muette », 2013, 80 p., ISBN : 9782356872302.
Les perversions #2
Serge André, Les perversions #2. Le sadisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La muette », 2013, 78 p., ISBN : 9782356872333.
Les perversions #3
Serge André, Les perversions #3. Le masochisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La muette », 2013, 80 p., ISBN : 9782356872319.
Haut de page

Texte intégral

1Cette trilogie reproduit trois conférences données à Gand respectivement les 14 décembre 1983, 11 janvier 1984 et 25 janvier 1984. Elle s'insère dans un cycle portant sur les perversions. Ce pluriel décrit les trois formes d'écart à la norme sexuelle longtemps retenues comme telles par la psychanalyse, qui ont en commun de détourner l'acte sexuel des voies reproductives.

  • 1 Freud Sigmund, Trois essais sur la théorie de la sexualité, Paris, idées-Gallimard, 1962 [1905], (p (...)

2Le premier tome traite du fétichisme. D'entrée de jeu, ce qui est posé est la distinction entre le normal et le pathologique, telle que l'a défini Freud pour qui « On touche au cas pathologique à partir du moment où le besoin du fétiche […] se substitue au but normal, […] lorsque le fétiche se détache d'une personne déterminée et devient à lui seul l'objet de la sexualité »1. Le pathologique, on le devine, c'est le pervers ; suite à quoi Serge André précise que ce n'est pas le fétiche en soi qui est pervers, mais la fonction qu'il peut remplir. La fonction du fétiche serait, selon lui à la fois ce qui cache et ce qui commémore la castration de la mère. Cet aspect double, ou ambivalent, désigne à la fois la castration et le triomphe sur la castration, d'où il s'ensuit une qualité contradictoire, un aspect désirable (c'est le triomphe) et un aspect dégoûtant (c'est la castration). On n'ose toutefois suivre Serge André lorsqu'il avance que le fétichisme est une défense contre la tentation de l'homosexualité puisqu'il épargne « au fétichiste de devenir homosexuel en prêtant à la femme ce caractère par lequel elle devient supportable en tant qu'objet sexuel ». N'y a-t-il pas là une observation qui pose l'homosexualité comme problème, voire pathologie, ce qui nous rappelle que la psychanalyse n'a pas su, au cours de son histoire, se détacher des préjugés de son époque.

3Après avoir traité de la fonction du fétiche, l'auteur s'intéresse à l'objet fétiche lui-même. Quelle est sa nature ? Comment est-il choisi ? Non pas pour une qualité inhérente à l'objet en tant que tel : le choix n'est pas laissé au hasard, il relève des rencontres faites dans la petite enfance, sans d'ailleurs qu'il soit précisé, dans cet ouvrage, quel est exactement le mécanisme qui conduit à un objet particulier ainsi rendu nécessaire. Mais peut-être ce choix relève-t-il davantage de l'arbitraire du fétichiste que de la nécessité d'une rencontre associant un objet avec une situation. Freud lui-même était davantage explicite quand il écrivait que le choix du fétiche « manifeste l'influence persistante d'une impression sexuelle ressentie […] au cours de l'enfance » (Freud, 1905). Toutefois, le recours à l'article indéfini laisse entendre que plusieurs objets de fixation sont possibles.

  • 2 « Petit Hans. Analyse d'une phobie chez un garçon de 5 ans », publié en 1909, fut repris dans les C (...)
  • 3 L'Homme aux loups : d'une histoire de névrose infantile, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", (...)
  • 4 Lacan, « Kant avec Sade », Ecrits, Paris, Le Seuil, 1966, (p. 782).

4Enfin, dans un troisième temps, l'auteur s'intéresse à la personne du fétichiste lui-même, en s'appuyant sur deux textes de Freud, « Le petit Hans »2 et « L'Homme-aux-loups »3, et un texte de Lacan4.

5À partir du Petit Hans, il remet en cause la carence du père réel qui a laissé trop longtemps son enfant dans sa petite enfance, aux mains d'une mère ou d'une nourrice qui l’aimait trop. Ce qui rend dangereux le pervers, c'est son mode d'action : la parole. Et son objectif : la réduction de l'Autre à l'objet cause du désir. Le pervers cherche à culpabiliser, et à soumettre. C'est sans doute à ce point que la psychanalyse telle que l'exerce cet auteur atteint la sociologie : le pervers devient une menace sociale dans la mesure où il vise à prouver que son désir est la loi. Il mobilise à cet effet Sade, pour qui tout désir, procédant de la nature, est légitime : la loi de la nature ne peut qu'être la loi des hommes. Ce que conteste Serge André.

6Qu'y a-t-il effectivement de plus social que la loi ? Sociologique par la menace que le pervers représente, l'analyse peut aussi relever du sociologique par la défaillance ou le dysfonctionnement de la famille puisque c'est la défaillance paternelle qui a laissé le pervers prisonnier d'une relation à la mère.

  • 5 Freud, Au-delà du principe de plaisir, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2010 [1920].

7Dans le tome 2 l'auteur traite du sadisme. Il se sépare ici de Freud, pour qui le sadisme est inséparable du masochisme, pour rejoindre Lacan. L'un est l'autre ont en réalité deux partenaires idéaux irréductibles l'un à l'autre : « Le partenaire du masochiste […] c'est […] un bouffon. […] le partenaire du sadique […] c'est l'innocent […] c'est le bigot ou celui qui fait son devoir, […] la victime élue du sadique c'est l'homme moral ». Cette dernière remarque nous sollicite tout particulièrement en sociologie des relations professionnelles, où il a été plusieurs fois remarqué que la victime désignée de l'autorité hiérarchique n'est pas le salarié défaillant, mais le salarié scrupuleux. Or cette inséparabilité, ce couple, est pour Freud un point important qu'il rappelle à deux moments différents de son parcours : en 1905 il écrit qu'« un sadique est toujours en même temps un masochiste » (Freud, 1905) puis quinze ans plus tard, en 1920, que « la paire sadisme-masochiste sera une nouvelle fois convoquée pour illustrer le dualisme de la pulsion sexuelle et de la pulsion de mort »5.

8Serge André avoue ne pas procéder depuis l'expérience d'un cas clinique, ce qui est franc quoique surprenant. Mais que doit-on penser lorsqu'il se justifie en affirmant qu' « entre le pervers sadique et l'analyste, la rencontre n'a pas lieu. [puisque] Le sadique […] fréquente [le] magistrat » ? Nous sommes en droit de nous étonner qu'un chercheur en sciences humaines rejette ainsi hors de son champ disciplinaire un fait psycho-social aussi important que la cruauté envers autrui : tout ce qui est humain n'est-il pas nôtre ? La rencontre du chercheur et de son objet est toujours provoquée, et à ce titre il serait dommage d'en abandonner le monopole aux institutions dont la vocation est le respect de l'ordre social et non de la thérapie, qu'elle soit individuelle ou collective. Suivant Lacan dans son interprétation du sadisme, il écrit que la perversion sadique et la loi morale sont dans une relation très étroite. Il en souligne aussi le caractère paradoxal qui en fait, par certains de ses aspects, un progressisme « Si le libertin réclame le droit au libertinage pour les femmes, c'est […] au nom des droits de l'homme » (page 51).

9L'auteur conclut contre un préjugé selon lequel le sadisme jouit de la douleur imposée : « Ce que recherche le sadique, c'est fondamentalement l'angoisse de l'autre ».

  • 6 Un enfant est battu (1919), Au-delà du principe de plaisir (1920), et sur le problème économique du (...)

10Le tome 3, logique avec ce qui précède, traite séparément du masochisme. C'est sur trois textes de Freud6 qu'il s'appuie : où celui-ci « sépare les trois plans du fantasme, de la pulsion et du symptôme auxquels il fait correspondre trois formes de masochisme ».

11Le masochisme est la position féminine du masochiste homme. C'est l'expression de la pulsion de mort. Il faut ajouter à ce masochisme primaire un second, moral, qui se manifeste quand le sujet n'a plus pour partenaire la femme aimée, « mais son propre Surmoi ». Recourant à l'analyse développée par Freud dans Un enfant est battu, l'auteur explique le masochisme par une dénégation inspirée par la culpabilité œdipienne : « non il ne t'aime pas, car il te bat ». Le masochisme serait, selon Freud, l'expression culpabilisée de l'amour.

12Mais l'analyse de Lacan n'est pas moins audacieuse : le fouet a pour fonction de marquer le corps d'une raie qui divise le sujet. C'est l'attribut du maître et de la loi à quoi l'on doit obéissance. « le père n'aime que moi ».

13Dans Le problème économique du masochisme, Freud distinguait deux versants du masochisme : celui du plaisir à la douleur, c'est le « masochisme érogène » qui dépend de la pulsion de mort ; et, celui où le masochisme consiste à être bâillonné, attaché, battu, fouetté, forcé à obéir, souillé, abaissé... Bref, où il s'agit moins de douleur que de rabaissement et d'obéissance : ce masochisme-là, Freud l'appelle « masochisme féminin ». Mais il existe encore une troisième forme de masochisme : le « masochisme moral ».

14Après ce rapide survol de l'interprétation que l'auteur nous donne des trois formes de la perversion de Freud et de Lacan, qu'en reste-t-il, que pouvons-nous en penser et de quoi pourrions-nous nous servir dans nos entreprises d'analyse sociologique ?

15Globalement, que la notion de perversion est problématique, et sans doute pose-t-elle davantage de problèmes qu'elle n'en résout. Le pervers est celui qui conteste la norme pour lui en substituer une nouvelle. On peut alors s'interroger sur ce qu'est réellement la perversion, et en quoi elle est pathologique : on pourrait aussi bien y trouver la présence d'un innovateur, tout symptôme mis à part, mais ceux-ci sont peu développés et relèvent de l'intime, aussi on ne voit pas très bien en quoi ils seraient dérangeants. C'est ce qui gêne dans ces volumes : on peine à comprendre ce qu'est un pervers, si ce n'est un déviant de la norme. Le définir par le pathologique, c'est recourir à un procédé tautologique : est pervers celui qui est pathologique et réciproquement ! La même observation vaut pour le fétichisme, qui est visiblement supposé connu des lecteurs (des auditeurs). Il est à craindre que cette série de conférences ne soit devenue rapidement obsolète pour les psychanalystes eux-mêmes : quatre ans plus tard, en 1987, ce terme fut remplacé par paraphilie défini comme « pratiques sexuelles dans lesquelles le partenaire est soit un sujet réduit à un fétiche (pédophilie, sado-masochisme) soit le propre corps de celui qui se livre à la paraphilie (transvertisme, exhibitionnisme), soit un animal, soit un objet » (Roudinesco, 2011). Depuis, la psychanalyse a abandonné toute forme de thérapie « normalisante ». Or cette interprétation apparemment innovante, loin d'être un détour, est plutôt un retour à Freud. Celui-ci, loin du point de vue moraliste qu'on lui prête souvent (pas toujours à tort) écrivait en 1905 : « chez aucun individu normal, ne manque un élément qu'on peut désigner comme pervers, s'ajoutant au but sexuel normal ; et ce fait seul devrait suffire à nous montrer combien il est peu justifié d'attacher au terme de perversion un caractère de blâme » (Freud, 1905).

Haut de page

Notes

1 Freud Sigmund, Trois essais sur la théorie de la sexualité, Paris, idées-Gallimard, 1962 [1905], (p. 40).

2 « Petit Hans. Analyse d'une phobie chez un garçon de 5 ans », publié en 1909, fut repris dans les Cinq Psychanalyses, Paris, PUF, 1954.

3 L'Homme aux loups : d'une histoire de névrose infantile, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", 2010.

4 Lacan, « Kant avec Sade », Ecrits, Paris, Le Seuil, 1966, (p. 782).

5 Freud, Au-delà du principe de plaisir, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2010 [1920].

6 Un enfant est battu (1919), Au-delà du principe de plaisir (1920), et sur le problème économique du masochisme (1924).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ferrette, « Serge André, Les perversions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12053

Haut de page

Rédacteur

Jean Ferrette

Professeur certifié de sciences économiques et sociales, docteur en sociologie, chercheur associé au laboratoire « Cultures et sociétés en Europe » (Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page