Navigation – Plan du site

Peter Braham, Key concepts in sociology

Pascal Décarpes
Key Concepts in Sociology
Peter Braham, Key Concepts in Sociology, Sage, coll. « SAGE Key Concepts series », 2013, 224 p., ISBN : 9781849203050.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage rédigé en anglais s’inscrit dans une lignée classique de manuels mettant à disposition des entrées par thèmes et mots-clés, faisant ainsi office de dictionnaire allégé pour soit toute une discipline – ici en l’occurrence la sociologie, ou bien ailleurs le football1, soit un champ plus particulier et restreint comme par exemple la « sociolinguistique du contact »2.

  • 3 Introducing sociology, 1970, Harmondsworth, UK : Penguin.

2L’enjeu déclaré et présenté par l’auteur dans sa préface est « d’expliquer un concept, d’évaluer son émergence et sa signification, d’identifier les sources et autorités-clés, de reconnaître les différentes emphases et approches ainsi que fournir une littérature additionnelle ». Se démarquant légèrement d’éditions similaires précédentes, telle celle de Peter Worsley et al.3, on retrouve au-delà des concepts classiques de « Classe » et de « Bureaucratie » des entrées contemporaines comme « Discours », « Féminisme » ou bien encore « Orientalisme » et d’autres plus modernes telles que « Le corps », « Célébrité » et « Risque ».

  • 4 Kurzman et al., 2007, « Celebrity status », Sociological theory, 25 (4), p. 362 [traduction par nos (...)

3Si l’on s’arrête tout d’abord sur le concept de « celebrity », il est intéressant de noter que P. Braham cite principalement des sources nord-américaines ou bien emploie des références qui couvrent quasi-uniquement le champ des Etats-Unis. Ainsi que le relève un autre auteur, « le statut de célébrité est un immense business, et les recherches universitaires sur la célébrité son elles-mêmes une industrie croissante »4. Une raison de la place de cette thématique au sein de cet ouvrage sur les concepts-clés de la sociologie est pour Braham de considérer les personnes célèbres comme des individus qui jouent un rôle de modèle identitaire pour une partie de la population, tout en pesant sur l’opinion publique et l’agenda médiatique.

4Prenant ensuite la notion de « deviance », il est fait mention de la nécessité fonctionnelle de celle-ci mise en lumière par E. Durkheim qui la considérait comme un élément essentiel de la vie en société par l’entremise de normes sociales et de leur contrôle. Croisant les apports de R. Merton, la notion d’anomie et le phénomène criminel, ce chapitre retrouve ainsi les travaux d’E. Sutherland et A. Giddens, le premier étant à juste titre considéré comme un des fondateurs de la criminologie moderne. S’il est également fait état des contributions de H. Becker et d’E. Goffman et de leurs théories respectives de labelling et de stigmatisation, il est regrettable que le concept de déviance soit rapidement amené sur le terrain de la délinquance. Ainsi, il ne s’avance pas davantage sur d’autres modes dominants/dominés qui fixent également des comportements soi-disant déviants sans que la règle juridique n’intervienne, rendant dans de telles configurations tout changement progressiste plus compliqué car moins perceptible.

5Deux autres entrées sont également à retenir du fait qu’elles soient traitées indépendamment l’une de l’autre, et non pas en tant que « sous-produit de », ce qui est à déplorer quand il s’agit du « gender » et du « feminism ». Toutefois, on notera ici aussi un certain conservatisme et une certaine confusion de la part de l’auteur quand il aborde ces deux notions sans savoir exactement comment les distinguer et reprenant dans chaque chapitre des éléments qui s’entrecroisent et semblent à ses yeux interchangeables voire équivalents (ainsi de la lutte des sexes).

  • 5 Première parution en 1959.

6Enfin, un autre concept moins classique est celui d’ « everyday life », très fortement influencé par l’étude d’E. Goffman intitulée « La mise en scène de la vie quotidienne »5. Si l’ethnométhodologie est largement reconnue dans les sciences sociales, il n’est pas pour autant évident que cette discipline sociologique soit considérée davantage comme un « concept » de la sociologie comme le fait l’auteur de ce livre, d’où un certain étonnement de cette classification qui apparaît peu opportune. Il en est de même avec l’entrée « recherche qualitative et quantitative » qui n’appartient pas en soi à la sociologie et aurait davantage sa place dans un dictionnaire des pratiques scientifiques. Pour autant, il faut relativiser cette critique en évitant tout eurocentrisme et en se rappelant que l’approche des disciplines diffère également selon les cultures scientifiques et universitaires d’un pays à un autre.

7Doté d’un corpus bibliographique bien fourni en littérature anglo-saxonne ainsi qu’un index d’utilisation souple et détaillée, l’un des intérêts de ce dictionnaire très synthétique est d’ouvrir le lecteur français à une approche principalement britannique de certains concepts dont le traitement fut dans les décennies passées parfois relativement franco-centré. À l’inverse, le lecteur n’y trouvera de référence qu’en langue anglaise et les quelques auteurs non-anglophones sont évidemment les grands classiques (Bourdieu, Durkheim, Foucault) dont l’apport est ici sous-exploité.

8Traitant de 38 concepts en 180 pages, l’auteur propose un format qui n’est ni celui d’un dictionnaire aux milliers d’entrées, ni celui d’une encyclopédie aux articles plus exhaustifs. La brièveté de l’analyse de chaque concept représente autant la force que la faiblesse de cet ouvrage qui finalement est avant tout une bonne synthèse introductive à certains aspects sociologiques et incite à pousser la lecture au-delà des quelques pages dédiées à chaque concept. À cet égard, un ouvrage complémentaire à recommander tant sur un plan épistémologique qu’heuristique serait notamment le « Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines » dirigé par Olivier Christin et sorti en 20106.

Haut de page

Notes

1 Compte rendu de Jacques Ghiloni, http://lectures.revues.org/8466

2 Compte rendu par Véronique Miguel Addisu, http://lectures.revues.org/11317

3 Introducing sociology, 1970, Harmondsworth, UK : Penguin.

4 Kurzman et al., 2007, « Celebrity status », Sociological theory, 25 (4), p. 362 [traduction par nos soins].

5 Première parution en 1959.

6 Compte rendu par Harold Lopparelli, http://lectures.revues.org/1193

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Peter Braham, Key concepts in sociology », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12067

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page