Navigation – Plan du site
Penser la parenté aujourd'hui

Penser la parenté aujourd'hui

La force du quotidien
Florence Weber, Penser la parenté aujourd'hui. La force du quotidien, Paris, Rue d'Ulm, coll. « Sciences sociales », 2013, 264 p., ISBN : 9782728805013.
Notice publiée le 09 septembre 2013

Présentation de l'éditeur

Peut-on penser ensemble l’actualité politique de la filiation et l’actualité sociale de la prise en charge des personnes dépendantes ? Tel est le pari de ce livre. Il est construit sur l’analyse ethnographique de cas où la transmission du nom, la consanguinité et le partage du quotidien se trouvent dissociés. À travers des histoires familiales saisissantes situées dans leur contexte historique, tout au long du XXe siècle européen, l’anthropologie de la parenté « nouvelle vague » dépasse les oppositions de principe pour montrer l’imbrication des normes, des pratiques et des sentiments. Elle invite à lire au prisme de la reproduction sociale les nouvelles technologies de la reproduction biologique, disponibles à l’échelle mondiale, et leur encadrement juridique à l’échelle nationale, mais aussi les obligations morales envers les personnes dépendantes, qui pèsent inégalement sur les familles et sur les individus. Elle permet de découvrir les faiblesses de la parenté quotidienne lorsqu’elle ne s’appuie ni sur les représentations génétiques de la filiation, ni sur la reconnaissance juridique – mais aussi de souligner sa force, capable de faire évoluer nos mentalités et, partant, les lois qui nous gouvernent.

Cet ouvrage est construit autour des cinq chapitres qui formaient le cœur du livre paru en 2005 sous le titre Le Sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique aux éditions "Aux lieux d’être". L’introduction, le chapitre 6 et la conclusion reviennent sur les transformations intervenues depuis 2005 et enrichissent la réflexion grâce aux résultats de nouvelles recherches.

Haut de page

Auteur

Florence Weber

Florence Weber enseigne depuis 1998 la sociologie et l’anthropologie sociale à l’École normale supérieure, où elle dirige le département de Sciences sociales. Elle a renouvelé l’approche ethnographique des sociétés contemporaines dans Le Travail à-côté (1re éd. 1989). Elle a fait paraître le Guide de l’enquête de terrain (avec S. Beaud), plusieurs fois réédité. Son œuvre à la fois polymorphe et cohérente est partiellement traduite en espagnol (Argentine), en portugais (Brésil) et en anglais. Elle a notamment codirigé : Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine ; La Fortune de Karol. Marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge ; L’Ethnographie économique – et publié Manuel de l’ethnographe ainsi que, sur un thème abordé ici, Handicap et dépendance. Drames humains, enjeux politiques (Rue d’Ulm, 2011). Elle dirige la série Marcel Mauss dans la collection « Quadrige » des PUF. Elle coordonne des recherches collectives dans le cadre de l’équipe MEDIPS et de la chaire « Handicap psychique et décision pour autrui » (EHESP-C NSA).

Publications du même auteur

Haut de page