Navigation – Plan du site

Anne-Laure Garcia, Mères seules. Action publique et identité familiale

Cécile Thomé
Mères seules
Mères seules. Action publique et identité familiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2013, 230 p., ISBN : 978-2-7535-2661-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu de sa thèse, Anne-Laure Garcia s’attache à comprendre le lien entre politiques publiques et identité familiale à travers le cas des mères seules en France, RFA et RDA (puis en Allemagne) entre la Belle-Epoque et 1998. Elle utilise à cette fin deux types d’approches : une analyse « par le haut » des constitutions, codes civils et textes de politiques publiques (en s’attachant à montrer et analyser leur évolution au cours du siècle), et une analyse « par le bas », grâce à quinze entretiens (dont neuf détaillés ici) avec des mères ayant élevé seules leur(s) enfant(s) au cours des années 1980-1990. L’auteure cherche à mettre à jour ce qu’elle nomme des « interférences » entre ces deux niveaux, afin de permettre une « représentation de la conjonction libérée de l’opposition top-down/bottom-up ainsi que de la hiérarchisation latente entre les niveaux macro et micro ».

  • 1 DURAN P., Penser l’action publique, Paris, LGDJ, 1999.

2La première partie de ce travail est donc consacrée à l’approche « par le haut », et permet une comparaison rigoureuse entre les trois États au cours du siècle en ce qui concerne le fonctionnement d’un « gouvernement des familles » et son influence sur les normes. Cette analyse très fine s’appuie principalement sur des outils de sciences politiques afin de mettre en œuvre une « sociologie du cadre »1 basée à la fois sur le droit (constitutions et codes civils) et sur la politique familiale (que l’auteure propose de nommer de manière générale « actions publiques en direction des familles »).

3Dans un premier temps, Anne-Laure Garcia s’intéresse plus précisément au premier XXsiècle, et cherche à mettre à jour la construction de la maternité célibataire comme objet de l’action publique. Dans une optique de sciences politiques, elle dévoile les ressorts et les obstacles à la publicisation des filles-mères via des associations qui ont su profiter de « fenêtres d’opportunité » différentes de chaque côté du Rhin. Ainsi en France l’Alliance nationale contre la dépopulation s’intéresse plutôt au sort des enfants qu’à celui des mères (dans une optique de repopulation faisant suite à la Première Guerre mondiale), quand le Bund für Mutterschutz (« Alliance pour la protection des mères ») tente d’encourager la mise en place d’une action publique tournée vers les mères. L’auteure souligne que, si de vrais progrès ont lieu pour les mères seules à cette période (notamment grâce à la médicalisation de la grossesse), de nombreux projets échouent du fait de dissensions entre associations, partis politiques et Églises. On voit apparaître dès cette période, en France, une conception de la fille-mère comme déviante, qui aurait non seulement commis le « péché de chair » mais aussi un « manquement à [sa] citoyenneté ». Dans l’Allemagne nazie, la distinction qui se met en place est celle entre femmes « sans valeur » et femmes « de valeur ». Pour ces dernières, qui correspondent aux critères raciaux du régime nazi, « offrir un enfant au Führer », même hors des liens du mariage, est encouragé et donne droit à un soutien public. Dans les deux cas, l’auteure souligne l’importance de l’aide matérielle comme mode d’influence sur les filles-mères, celles-ci étant considérées par l’État comme des agents rationnels prévisibles.

  • 2 La filiation incestueuse est ainsi interdite en France.

4L’auteure s’intéresse aussi aux constitutions et codes civils (après 1945) comme textes fondateurs des interférences entre identité familiale et action publique. L’analyse de ces lois montre leur influence normative fondamentale, qui représenterait un des fondements de la manière dont les individus se perçoivent, et donc de leur identité. L’auteure souligne avec raison le fait que les liens de parenté ne sont pas biologiques, mais sont principalement déterminés par les États, d’où l’importance de l’étude du droit. Par exemple, la norme de la double filiation avait cours dans les deux Allemagnes, quand certaines filiations ne sont pas autorisées en France2. On peut aussi souligner, grâce à l’analyse comparatiste, que dans les trois États les couples mariés ont obtenu des droits similaires, et les mères seules plus de droits que les pères naturels.

  • 3 PASCALL G., LEWIS J., “Emerging Gender Regimes and Policies for Gender Equality in a Wider Europe”, (...)
  • 4 À ce sujet, voir aussi BRACHER S., LETABLIER M-T., SALLES A., « Devenir parents en France et en All (...)

5Anne-Laure Garcia s’intéresse ensuite aux politiques publiques, afin de mettre à jour les liens entre l’aide matérielle apportée par l’État et la structure normative. Elle utilise pour ce faire la notion de gender regime3, qui permet de comprendre les rapports entre welfare state et relations de genre dans leur complexité. Dans les trois États, les mères seules célibataires bénéficient d’avantages par rapport aux familles à la fois du fait de discriminations positives, mais aussi grâce aux modes de calculs des aides selon le salaire, le nombre d’enfants, etc. L’État français va plus loin encore, en se donnant pour mission de surveiller les jeunes mères afin d’éviter les risques considérés comme inhérents à cette situation familiale. On note aussi de grandes différences concernant l’articulation entre emploi et maternité : le retour à l’emploi des jeunes mères est encouragé en RDA et en France, où l’on considère que la socialisation des jeunes enfants doit être collective ; il est au contraire mal vu en RFA (les mères ne s’occupant pas de leur(s) enfant(s) au moins jusqu’à leurs trois ans sont surnommées Rabenmutter, ou « mère corbeau », c’est-à-dire marâtre) et souvent impossible (du fait du manque de modes de garde)4. Ces normes ont donc des conséquences particulièrement fortes pour les mères qui doivent assumer seules l’éducation de leurs enfants. Finalement, l’auteure distingue trois figures de la mère seule : la femme « émancipée » en RDA, la jeune mère « délaissée » en Allemagne fédérale, et la mère célibataire « assistée » en France. Dans les trois cas, les mères sont conscientes de la fluctuation possible des aides publiques auxquelles elles peuvent prétendre, et la prennent en compte dans leur anticipation de l’avenir.

6L’auteure s’intéresse ensuite, dans une seconde partie, à l’analyse « par le bas », afin de voir comment les mères célibataires tirent ou non partie de ces structures, et comment celles-ci contribuent à forger leur identité en tant que famille. Elle s’intéresse tour-à-tour à trois espaces géographiques : une région (les Pays-de-la-Loire) et deux Länder (le Schleswig-Holstein pour l’ex-RFA, la Thuringe pour l’ex-RDA). Ces trois espaces ont été choisis par l’auteur du fait de leurs similitudes socio-économiques. L’auteur applique la « méthode d’analyse structurale » aux entretiens effectués, afin de laisser place aux discours des femmes. Chacun des neuf portraits commence ainsi par un résumé utilisant uniquement des expressions employées par la femme interrogée (ce qui peut entraîner parfois une difficulté de compréhension dans la chronologie des événements, ou frustrer du fait d’éléments manquants), et se termine par un schéma permettant de visualiser tous les aspects importants du discours de l’interviewée.

7S’il semble difficile de tirer des conclusions générales quant au vécu de la maternité seule, dans la mesure où l’échantillon est restreint et très éclectique (dans le cas de la France on a par exemple une maîtresse de conférence en sociologie, une institutrice et une ouvrière, sans que les différences de classes sociales ne soient clairement prises en compte), l’auteure parvient à mettre finement en relation les interférences entre le « haut » et le « bas ». Elle montre ainsi que l’action publique participe elle aussi de la création de normes. Ainsi, en France, les femmes prennent pour acquis l’existence de congés rémunérés après une grossesse ainsi que l’accès gratuit à l’école maternelle à partir de deux ou trois ans. Il peut par contre être difficile pour elles de faire correspondre leur identité et celle que l’État, de par leur situation familiale, leur attribue (à savoir celle de mère assistée). L’analyse des mères est-allemandes qui ont commencé à élever leurs enfants avant 1990 montre quant à elle (du fait du changement des modalités de l’action publique, et donc du système normatif) une forte conscience du lien entre actions publiques et parcours individuels : ainsi l’une d’elle décide-t-elle de se marier après quelques années en tant que mère seule, afin d’être en couple et de correspondre aux schémas encouragés et matériellement récompensés par l’État, qui accordait plus facilement des logements aux couples mariés. En RFA enfin, c’est l’importance de la composante naturaliste (la nécessité pour les femmes d’être de « bonnes mères ») qui est à souligner, en lien avec les lacunes publiques en termes de structures de garde et d’encadrement pour les enfants.

8Au terme de cette riche étude, l’auteure propose finalement trois manières de penser les interférences entre action publique et identité familiale : l’intériorisation de l’univers des possibles, la structuration des attentes, et l’auto-compréhension par rapport aux prescriptions externes. Elle souligne aussi la nécessité de penser de manière plus qualitative l’action publique en direction des familles.

9Comme le note dans sa préface Michel Lallement, cet ouvrage a le mérite de rappeler à quel point la famille, loin d’être une entité fixe, est une structure mouvante : quand il s’agit de faire famille, ce sont les groupes sociaux qui opèrent des choix collectifs. De plus, il faut noter qu’une étude aussi détaillée, mêlant sociologie du droit, de la famille, sciences politique, le tout sur le long terme et dans une perspective comparatiste, est rare et donc précieuse. La mise en relation des niveaux macro et micro (même si l’on peut regretter le faible nombre des entretiens) permet en outre d’enrichir réellement l’analyse en s’intéressant à la perception qu’ont les individus de l’action du « gouvernement des familles ».

Haut de page

Notes

1 DURAN P., Penser l’action publique, Paris, LGDJ, 1999.

2 La filiation incestueuse est ainsi interdite en France.

3 PASCALL G., LEWIS J., “Emerging Gender Regimes and Policies for Gender Equality in a Wider Europe”, Journal of Social Policy, n° 3, 2004.

4 À ce sujet, voir aussi BRACHER S., LETABLIER M-T., SALLES A., « Devenir parents en France et en Allemagne : normes, valeurs, représentations », Politiques sociales et familiales, n° 100, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Thomé, « Anne-Laure Garcia, Mères seules. Action publique et identité familiale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12075

Haut de page

Rédacteur

Cécile Thomé

Agrégée de Sciences Economiques et Sociales, étudiante en master de sociologie à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page