Navigation – Plan du site

Bruno Latour, Cogitamus. Six lettres sur les humanités scientifiques

Patrick Cotelette
Cogitamus
Bruno Latour, Cogitamus. Six lettres sur les humanités scientifiques, La Découverte, coll. « Sciences Humaines », 2010, 246 p., EAN : 9782707166883.
Haut de page

Texte intégral

1Six lettres. Voilà la dernière proposition de Bruno Latour pour nous parler de sciences et de sociologie des sciences. Six lettres qui auraient pu former le mot cogito, comme chez Descartes, mais qui s'intituleront plutôt Cogitamus. Et tout le livre n'est finalement que l'explication du passage du terme de cogito à celui de cogitamus.

  • 1 Comme Montesquieu, Diderot, Spinoza, Marx, Weber, Smith, et tant d'autres.

2En renouant avec un style utilisé épisodiquement par les savants et les scientifiques pour donner à entendre une pensée1, ici par le hasard d'une rencontre avec une étudiante, Bruno Latour offre dans son dernier ouvrage un condensé de son cours « d'humanités scientifiques » donné au courant de l'année scolaire 2009-2010 à l'IEP de Paris. Ce cours s'inscrit dans la continuité des nombreux écrits qu'il a consacrés au sujet, comme Pasteur. Bataille contre les microbes (1985), La science en action (1989), Petites leçons de sociologie des sciences (1996), L'espoir de Pandore (1999) ou encore Politiques de la nature (1999). Au fil des lettres, Bruno Latour propose au lecteur de s'initier à une analyse sociologique de la science. Cette initiation passe alors par l'introduction de quelques outils de pensée et par la présentation de différentes théories illustrées chacune par différents exemples. C'est le résumé de cette initiation que nous pouvons rapidement présenter.

3Le cœur de cette initiation réside dans la compréhension du terme d'humanités scientifiques. Il s'agit toujours de repartir des hommes, qui sont les principaux acteurs de la science. Et à ce titre, ce sont toujours des hommes parlant de « science » qu'il s'agit. Les humanités scientifiques constituent alors une analyse du discours des sciences, c'est-à-dire aussi bien du discours que font les hommes sur les sciences, que du discours que les hommes emploient lorsqu'ils font des sciences. Toute l'organisation du livre ainsi repose sur l'analyse de différents niveaux de discours relatifs aux sciences.

4Les deux premières lettres analysent la coexistence de propos antinomiques sur les sciences et les techniques. La première lettre s'attache à comprendre l'existence du double discours tenu à propos de la science, indiquant d'un côté qu'elle est autonome du reste de la société (comme Archimède développant la physique pour le seul plaisir intellectuel qu'il procure) et de l'autre côté qu'elle est dépendante du reste de la société (Archimède étant également le concepteur des machines de guerre ayant permis à Hiéron de défendre Syracuse). C'est l'occasion pour Bruno Latour de présenter son premier outil de pensée, celui de traduction, le moins opératoire (puisque très fourre-tout). La deuxième lettre s'attache quant à elle à comprendre l'existence d'un autre double discours tenu cette fois-ci à propos des techniques, indiquant d'un côté que les techniques deviennent plus en plus autonomes du reste de la société (s'émancipant progressivement des contingences humaines) et d'un autre côté qu'elles deviennent de plus en plus imbriquées avec le reste de la société (s'y attachant de plus en plus). Bruno Latour propose ici une analyse intéressante des techniques, en tenant compte du fait qu'une technique n'est souvent qu'une forme donnée à un moment donné d'un certain « projet », c'est-à-dire d'un certain type de réponse à un besoin.

5C'est cette même analyse qu'il appliquera ensuite au cas des sciences de la troisième à la sixième lettre. Au lieu de considérer la science comme un ensemble donné de connaissances « vraies », fortement délimité par rapport au reste des discours humains, le projet de Bruno Latour est de réinsérer les discours scientifiques au sein de l'ensemble des propos que peuvent tenir les hommes sur le monde qui les entoure. Son projet consiste alors à donner des outils de pensée pour analyser les discours scientifiques et leur évolution (3ème lettre) et pour analyser la production des savoirs dits « scientifiques » au sein des laboratoires (4ème lettre) tout en proposant également des outils pour continuer à produire des discours scientifiques dans un contexte politique où la science aurait de plus en plus de poids (5ème et 6ème lettres). C'est à cette aune que se comprend d'ailleurs le titre de l'ouvrage : parler de cogitamus, c'est insister sur les hommes qui font de la science et produisent des constructions intellectuelles de la « Nature », tandis que l'illusion proposée par le cogito cartésien est celle d'une Nature intemporelle disposant de ses propres lois dont les hommes ne seraient que les témoins passifs et souvent victimes de leurs illusions .

Haut de page

Notes

1 Comme Montesquieu, Diderot, Spinoza, Marx, Weber, Smith, et tant d'autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Bruno Latour, Cogitamus. Six lettres sur les humanités scientifiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 09 décembre 2010, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1208

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page