Navigation – Plan du site

Michel Lussault, L'avènement du monde. Essai sur l'habitation humaine de la Terre

François Thoreau
L'avènement du Monde
Michel Lussault, L'avènement du Monde. Essai sur l'habitation humaine de la Terre, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2013, 296 p., ISBN : 978-2-02-096664-1.
Haut de page

Texte intégral

1Pour Michel Lussault, notre « Monde » actuel serait marqué par une rupture fondamentale, une discontinuité dans le cours des événements, qui nous aurait définitivement permis de dépasser les « sociétés pré-mondiales ». Cette nouvelle entité "Monde" nous est advenue dans l'après-guerre, principalement avec la conquête spatiale qui nous permit d'embrasser d'un seul regard notre planète, réduisant considérablement sa taille. C'est du moins l'analyse qu'il donne du succès rencontré par certaines photographies qui nous donnent à voir la planète et sa biosphère. Celles-ci font advenir, d'un coup d'un seul, la perspective d'un monde que nous tenons du bout des doigts, que nous pouvons maîtriser totalement — marquant par là le début de l'ère anthropocène, où l'homme est le principal vecteur de changement.

2Il s'ensuit une nouvelle perception, le développement d'un imaginaire autour de ce Monde unifié qui va avoir de vrais effets de réalité sur notre environnement physique ; en d'autres termes, depuis que nous penserions le monde en tant que Monde, unifié, et non plus en tant qu'agrégat de sociétés pré-mondiales, nous concevrions différemment la géopolitique, les espaces idéologiques, nos représentations imaginaires. Ces manières différentes de penser le Monde tout à la fois induisent et résultent de nouvelles conceptions de l'espace, de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme. On voit donc des « forces imaginantes » se déployer dans le monde physique et construit qui est le nôtre, et de nouvelles réalités spatiales qui influencent en retour nos représentations et nos idées, dans de constants jeux d'aller-retour.

3À l'appui de cette thèse, Michel Lussault mobilise un arsenal de récits, d'anecdotes et de réalités urbaines tout à fait impressionnant. Ce qui lui pose question, principalement, c'est la multiplication des dispositifs-monde, ces endroits typiques du Monde, standardisés, qu'on retrouve transposés aux quatre coins de la planète : gigantesques centres commerciaux, aéroports, gares, équipements sportifs démesurés, etc. Ces entités n'ont jamais de sens isolément, mais toujours par leur insertion dans des réseaux mondiaux constitués de flux, mais qui trouvent toujours des formes d'articulation locales, d'enracinement dans les territoires où elles s'implantent.

4De grands phénomènes structurants retiennent également l'attention du géographe : la composition de centres urbains de taille sans cesse croissante, combinée à l'explosion de banlieues déshéritées sur le modèle des favelas. À nouveau il n'y a pas une urbanité univoque, un modèle de l'urbain qui s'imposerait à tous. Comme les grands dispositifs sociotechniques, les centres urbains (se) cherchent à tâtons et établissent chacun leur propre voie de développement et d'expansion. Michel Lussault prolonge ces analyses lorsqu'il étudie la reconfiguration des espaces et des temps propre à ce Monde qu'il décrit. Ainsi, il n'y a pas une vitesse (qui serait l'accélération, par exemple, ce que critique Lussault), ni un espace de plus en plus contracté. Il subsiste des possibilités de « démobilisation », de sortir ou de résister aux accélérations de tempo, où de fabriquer de l'espace là où la tendance est à l'insertion dans la multiplicité de flux.

  • 1 Beck U., La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. L. Bernardi, Paris : Aubier

5Tout au long de l'ouvrage, le mouvement intellectuel de l'auteur consiste à décrire des macro-phénomènes structurants au niveau d'analyse le plus élevé qui soit — le Monde — puis à les nuancer en montrant la diversité, la pluralité, les assemblages hétérogènes qui viennent tempérer ces diagnostics sitôt formulés. Il opère une analyse similaire sur l'expansion sans fin d'une idéologie de la catastrophe, initié par Ulrich Beck avec La société du risque1, et qui depuis connaît un succès et une réappropriation croissants par de nombreuses organisations et institutions. À nouveau, ce qui se trouve questionné ici est l'homogénéité alléguée du modèle et le peu de place laissée aux interstices, les effets totalisants produits par de tels discours et leurs relais.

6Inévitablement, Michel Lussault applique la même analyse aux récents mouvements issus de la crise financière, les indignés ou « Occupy ! ». Ce sont pour lui des mouvements massifs qui s'inscrivent en quelque sorte dans « l'aire du temps », qui sont de purs produits de ces effets d'homogénéisation à ce monde. Ce qu'ils refusent ou rejettent, ils le refusent ou le rejettent en bloc, et ce faisant participent de la massification même de ce qu'ils critiquent. Pourtant, une dimension particulière de leur action retient l'attention du géographe, c'est celle qui consiste à se réapproprier des espaces qui ont conduit à des nouvelles pratiques d'habitat collectif en plein centre urbain et à un objectif « d'institutionnaliser » la lutte, de la faire durer en faisant rupture avec l'ordre (urbain) établi.

  • 2 Stengers I., La vierge et le neutrino, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond, 2006.

7Là, dans ce type d'interstices, se matérialise l'hétérogénéité concrète qui permet de résister aux tendances lourdes de l'urbain et du spatial. Il identifie dans ces mouvements, et par l'occupation concrète du sol à laquelle ils se livrent, un potentiel de renouvellement des espaces politiques et de la démocratie, revenue là où elle trouve ses origines : dans la rue, dans « l'habiter ». Raison pour laquelle les forces de l'ordre ont mis un terme aux campements manu militari : parce qu'ils sont porteurs d'une forte puissance contestataire, par le jeu de leur spatialisation. En quelque sorte, ces mouvements produisent pour le géographe, sur un mode pragmatique, ce que Stengers appellerait un « trouble à l'ordre public », c'est-à-dire parviennent parfois à faire balbutier les logiques spatio-temporelles dominantes2.

8De manière générale, les analyses du livre manquent un peu de densité. Il y a beaucoup d'énumération de séries de phénomènes très intéressants (comme les analyses comico-tragiques sur Disney, opérateur foncier), mais qui sont parfois juxtaposés sans que l'on sache trop où l'auteur veut en venir. Disons qu'il « donne à voir » certaines réalités, tente de dresser un paysage de ce Monde qui, pour lui, fait rupture avec un ordre ancien. C'est donc tout délicat pour ce qui concerne son argument, qui consiste à renouer avec des formes d'occupation spatiales, de « reclaim » du temps (les mouvements slow), etc., car ils apparaissent dans son analyse comme des mouvements post-rupture. Ces derniers tentent bien de bricoler du nouveau, de colmater les brèches, mais c'est sans doute difficile, dans la perspective de l'auteur, après qu'une partie très significative de l'ouvrage ait contribué à désigner la béance de cette rupture. Souvent d'ailleurs, l'analyse est située à un niveau de généralisation assez élevé, qui permet difficilement les prises sur ce « Monde » que l'auteur désigne, et que pourtant il appelle de ses vœux. Enfin, l'attention très soutenue à l'urbain, qui est une composante essentielle de l'ouvrage, aurait mérité de se trouver mieux mise en exergue, par exemple dans le sous-titre (essai sur l'habitation urbaine de la Terre aurait paru plus correct que l'habitation humaine, tant le phénomène anthropogénique est rapidement posé comme une donnée de départ, et que c'est dans l'urbain que se noue la trame de l'analyse).

Haut de page

Notes

1 Beck U., La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. L. Bernardi, Paris : Aubier.

2 Stengers I., La vierge et le neutrino, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Thoreau, « Michel Lussault, L'avènement du monde. Essai sur l'habitation humaine de la Terre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 septembre 2013, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12094

Haut de page

Rédacteur

François Thoreau

Docteur en sciences sociales et politiques, Aspirant du F.R.S.-FNRS en sciences politiques et sociales, au centre de recherche Spiral, au sein du département de science politique de la Faculté de droit, à l'Université de Liège. Membre fondateur du réseau belge pour les Sciences & Technologies en Société (STS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page