Navigation – Plan du site

Claude Calame, Bruce Lincoln, Comparer en histoire des religions antiques

Ghilène Hazem
Comparer en histoire des religions antiques
Claude Calame, Bruce Lincoln, Comparer en histoire des religions antiques, Liège, Presses universitaires de Liège, 2012, 146 p., ISBN : 978-2-87562-008-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Issu de l’Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes tenu le 15 décembre 2010 : http://anhim (...)

1Huit contributions d’auteurs reconnus dans leur domaine composent ce stimulant ouvrage1 sur le comparatisme. Cette méthodologie qui est au cœur même des sciences humaines depuis au moins le XVIsiècle avec la découverte du Nouveau Monde semble être à présent délaissée, victime de son ambition. Pourtant, le comparatisme reste une voie privilégiée qui permet de saisir l’identité par l’altérité, en rapprochant, sans pour autant les confondre, le passé et le présent, le proche et le lointain, l’exotique et le quotidien. Aussi, les études publiées dans ce volume contiennent toutes, à des degrés divers, un historique de la méthodologie comparative, un état de la question actuel et un cas d’étude, de sorte à pouvoir suivre de manière concrète la comparaison proposée.

2Comme obstacle à l'acte comparatif, Maurizio Bettini signale dans son article la trompeuse familiarité que nous avons de l'antiquité (appelée « identification primaire ») et qui nous empêche de pratiquer une anthropologie historique de la religion des Romains. Des savants comme Heyne, Frazer ou Warde Fowler s'y sont pourtant essayés en comparant les Anciens aux « sauvages ». Tentative audacieuse qui aura eu pour résultat une certaine désacralisation de la référence gréco-romaine. La décontextualisation et la recherche illusoire de l'analogie en marqueront les limites. Car pour Bettini, et à l’instar d’anthropologues comme Kluckhohn et Geertz, ce sont les « bizarreries » qu'il faut privilégier afin de mieux saisir l'altérité. Rien de mieux alors, pour Bettini, que de comparer Vertumne à cette autre divinité métamorphique qu'est Protée. C'est que l'étrangeté même de ce dieu romain offre l'aphormé (« idée de départ et ressource », évoquée par Philon d'Alexandrie dans son exégèse) a partir de laquelle la comparaison avec Protée devient plus pertinente, voire révélatrice. En effet, Vertumne devient plus intelligible dès que nous prêtons attention à certains indicateurs : la modalité de la métamorphose et le domaine exclusivement social des apparences prises par le dieu romain.

3L’article de Claude Calame suit sensiblement le même ordre d’exposition : un aperçu historique des paradigmes indo-européen et sémitique ; une discussion épistémologique plaidant pour une prise en compte du chercheur de sorte à constituer un triangle comparatif (comparandum, comparatum/comparata et comparans) ; et enfin, une comparaison entre le récit hésiodique des cinq âges et le récit du songe de Nabuchodonosor dans le Livre de Daniel. Par ce cas d’étude, Calame revient sur la circularité de l’approche structuraliste (celle de Vernant et de ceux qui s’en inspirent encore) puis indique les limites d’une perspective empirique axée sur le repérage d’analogies ou d’influences orientales (Martin L. West) où, au sujet des poèmes formant le corpus étudié, « presque rien n’est dit de leurs conditions d’énonciation, ni de leur pragmatique ». C’est d’ailleurs via cette perspective linguistique que Calame parvient à relever des différences pertinentes : « à une téléologie grecque axée, dans un futur proche du présent de l’énonciation du poème, sur la condition fragile de mortel et sur l’établissement de la justice civique s’oppose, par la distance narrative, une téléologie biblique visant, dans un futur prophétique et eschatologique lointain, l’établissement du royaume de Dieu ».

4Avec la même vigueur critique et stylistique, la contribution de Marcelle Detienne revient sur des thèmes abordés dans Comparer l’incomparable ou Les Grecs et nous. Pas de cas d’étude à proprement parler mais des propositions méthodologiques qui invitent, à nouveau, à « expérimenter » en matière de mythes et de religions. Pour Detienne, en effet, « l’histoire des religions est un hybride assez banal dans les couloirs universitaires, les deux espèces dont il provient sont sans mystère, théologie chrétienne pour les trois quarts et, pour le reste, l’histoire en habit de savoir scientifique ». Il faut donc prendre conscience, par une archéologie de la discipline, de l’influence encore pesante de l’État et de l’Église dans la perpétuation du fantasme identitaire. « Les racines chrétiennes de l’Europe » en tant qu’acharnement ontologique constitue toujours un véritable obstacle épistémologie à dépasser collectivement.

5L’article de Page DuBois traite des poèmes lyriques de Sappho. Ces derniers sont comparés à d’autres fragments du même genre où les périodes et les espaces culturels choisis sont volontairement divers : d’abord un contemporain (Alcée de Mytilène), puis l’Asie mineure pour les proches influences, l’Égypte antique à travers un recueil de poèmes érotiques, l’Inde via un fragment d’hymne védique, et pour finir, la Chine en la personne de Li Po s’adressant à la lune. Cette heureuse profusion comparative est fidèle au titre de l’article et à l’esprit de l’enquête où l’une des questions est : « are Sappho’s songs choral hymns, prayers, monodies or personal meditations containing myths, fictions, songs rethorically framed for seductions ? ». Plutôt que de se limiter à l’image convenue d’une poétesse érotique et fidèle d’Aphrodite, cette riche mise en comparaison qui s’inspire des procédés de la littérature comparée montre que Sappho, dans ses poèmes lyriques, n’est ni aussi exclusivement liée à une divinité ni aussi personnelle et intime que d’autres voix plus anciennes ou lointaines.

  • 2 L’article ainsi que le sommaire de l’ouvrage sont consultables sur cette page personnelle de l’aute (...)

6David Frankfurter propose à son tour une stimulante réflexion2 sur l’approche comparative appliquée aux religions de l’Antiquité tardive. Selon l’auteur, la comparaison est curieusement peu pratiquée dans ce champ d’étude alors que l’une de ses thématiques – la christianisation – peut être observée ailleurs (dans les cultures africaines, mayas, andines) et même mise en rapport avec des phénomènes analogues (islamisation, bouddhisation). Mis à part la crainte de l’amateurisme ou l’embarras face aux données à gérer, c’est avant tout du côté des biais théologiques et d’un positivisme qui s’ignore qu’il faut chercher les raisons d’une telle carence contrastive entretenant l’illusion de l’évidence et de la continuité. Cela est bien perceptible dans le cas de l’interprétation dite émique, reprise non critique de termes indigènes comme mageía ou sacrificium présentés comme de simples équivalents de magie et sacrifice.

7En étudiant deux « anomalies » – les récits de possessions et d’apparitions démoniaques dans des espaces chrétiens ; la prétendue passivité des villageois dans les violences iconoclastes du Ve siècle de notre ère en Haute-Égypte –, Frankfurter illustre parfaitement sa propre démarche comparative, tout en explicitant les sources de sa pratique (V. Bonnell, J. Z. Smith, P. Brown, M. Douglas).

8C’est en douze points concis et incisifs que Bruce Lincoln présente ses thèses sur la comparaison avant d’examiner un cas réunissant les figures d’Ahriman et de Grendel. Le thème aborde l’envie (ou ressentiment) face à la création et au pouvoir. Ce rapprochement, sensible aussi bien aux similitudes qu’aux différences, l’auteur le conçoit comme étant de « type faible », c'est-à-dire refusant les explications ou les conclusions universalisantes (l’esprit humain), génétiques (préhistoire commune) ou diffusionnistes. Lincoln se contente de montrer comment deux récits, pourtant éloignés dans le temps et l’espace, peuvent mutuellement s’éclairer. Ces mythes se rejoignent en revanche dans une certaine fonction : résoudre des problèmes sociaux, comme la souveraineté et l’obédience, « not by modifying social structure itself, but by reshaping the consciousness of the audiences they reach and influence ».

9L’ouvrage s’achève sur l’article de John Scheid pour qui « le comparatisme semble voué à disparaître ». Le retour dans certaines études de la notion de « religiosité » au détriment de la « polis religion » (religion civique) en est le symptôme. Il s’agit là bien d’une régression puisque la religiosité, issue de la théologie et du romantisme, exclut l’histoire et l’altérité. L’explication par la piété et le frisson n’est pas la seule menace ; l’assimilation l’est tout aussi, ainsi que le montre le cas étrusque : faute d’une meilleure connaissance linguistique, les Étrusques sont encore perçus comme s’ils « parlaient latin et avaient la même religion que les Romains ». Après la régression et l’assimilation vient l’autolimitation. Le cas concerne le sacrifice des trois victimes (porcine, bovine et ovine) dans la civilisation indo-européenne. Or ce sacrifice typique présente en Grèce des variations que Dumézil atténue. Scheid découvre fortuitement un schéma sacrificiel semblable lors d’un voyage en Chine, ce qui lui permettra de mieux comprendre ces fluctuations. Le cas chinois (Tailao) « secoue sans doute le dogme indo-européen » mais il ouvre aussi de nouvelles pistes comparatives. En effet, la richesse des sources chinoises permet de retracer l’évolution de ce rite du XIe au IIIe siècle avant notre ère, là où les sources grecques et latines sont muettes.

  • 3 Pour la note 29, p. 78, l’ouvrage cité est référencé sous Simpson et al., 1972.

10Il faut souligner la grande cohérence et l’accessibilité de l’ensemble de ces contributions qui renouvelle l’approche du comparatisme de manière critique et réaliste, loin du « plaisir du texte », du retour à la religiosité ou de la communion avec les ancêtres. L’énonciation et la pragmatique, l’extension contrôlée des comparables dans l’espace et le temps peuvent en définitive offrir un régime de pertinence original et instructif. Les articles en anglais feront en outre découvrir de nouvelles références, peu ou mal connues du public francophone, grâce à une bibliographie particulièrement lisible3, unifiée et en fin d’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Issu de l’Atelier Chicago-Paris sur les religions anciennes tenu le 15 décembre 2010 : http://anhima.fr/spip.php?article370

2 L’article ainsi que le sommaire de l’ouvrage sont consultables sur cette page personnelle de l’auteur : http://www.academia.edu/3307690/Comparison_and_the_Study_of_Religions_of_Late_Antiquity_2012_

3 Pour la note 29, p. 78, l’ouvrage cité est référencé sous Simpson et al., 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghilène Hazem, « Claude Calame, Bruce Lincoln, Comparer en histoire des religions antiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 septembre 2013, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12095

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page