Navigation – Plan du site

L'état de la France 2013-2014

Benoît Ladouceur
L'état de la France 2013-2014
L'état de la France 2013-2014, Paris, La Découverte, coll. « État du Monde », 2013, 448 p., ISBN : 9782707176370.
Haut de page

Texte intégral

1Publié depuis 1985, L’État de la France est devenu l’un des ouvrages phare des éditions de La découverte, proposant à la fois un panorama et une analyse des évolutions récentes de la situation économique et sociale française. L’édition 2013 constitue donc la réédition d’un ouvrage de référence de part la quantité des entrées qu’il propose, notamment 90 tableaux statistiques, une chronologie rétrospective des événements économiques, politiques et sociaux depuis 2003 jusqu’à mars 2013, une sitographie et un index.

2Synthétiques et d’accès aisé, les articles sont destinés au grand public comme aux lecteurs plus aguerris. Ils sont regroupés en cinq thématiques classiques. La première rubrique est consacrée aux grandes tendances de la société française : on y trouve des contributions sur le travail, la santé, la consommation, les familles, l’immigration. Ne sont pas oubliées les inégalités sociales traitées à travers une rubrique « Stratification sociale » et une rubrique « Inégalités sociales ». Une partie thématique regroupant cinq articles est consacrée aux grandes tendances culturelles. La partie consacrée à l’économie est découpée en sous rubriques : une générale traitant des revenus et consommation des ménages, emploi, chômage, partage de la valeur ajoutée, une regroupant des articles sur les politiques économiques et la dernière s’interrogeant sur le système productif et les entreprises. La partie « Politique » balaye la vie politique et sociale, les politiques publiques et l’Etat et les institutions. Enfin deux parties thématiques permettent de spatialiser l’analyse de la situation économique et sociale de la France : une partie « Territoires » permet de s’intéresser notamment à la géographie française des inégalités, tandis que la partie « Europe » permet de penser la France dans le cadre économique européen. Ces deux dernières parties constituent un véritable atout de l’ouvrage.

3Chacune des contributions est rédigée par un spécialiste reconnu : ainsi c’est sans surprise que l’on retrouve dans la partie « Culture », une contribution d’Olivier Donnat sur les grandes tendances des pratiques culturelles, ainsi qu’une présentation par Philippe Coulangeon des résultats de l’enquête « Emploi du temps » de l’INSEE relatifs au temps libre et aux loisirs. Dominique Plihon se charge dans la partie consacrée au « système productif et entreprises » de l’article relatif au capitalisme français.

4L’on ne saurait dans le cadre de ce compte rendu faire le tour des contributions de L’Etat de la France, c’est pourquoi nous présenterons deux contributions qui nous semblent suffisamment représentatives, par leur qualité, de l’ensemble de l’ouvrage.

  • 1 Laurent Davezies, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Seuil, (...)

5Dans la partie consacrée au territoire français, on lira ainsi avec intérêt la contribution de Laurent Davezies qui analyse les dynamiques des flux économiques interrégionaux en croisant l’économie et la géographie. Reprenant ses analyses développées dans deux ouvrages précédents1, il montre que les flux économiques et humains jouent un puissant rôle de redistribution entre les régions françaises. Cette « redistribution involontaire » permet de maintenir un certain niveau de revenu et donc de consommation et de production dans les régions frappées par la désindustrialisation et le chômage, et explique leur dynamisme démographique. Les flux démographiques, notamment ceux liés aux retraités et aux touristes, donnent un réel dynamisme aux régions périphériques peu insérées dans la mondialisation et dont l’activité économique n’est pas comparable à celles des grandes métropoles. Ainsi la moitié Ouest de la ligne Cherbourg-Montpellier, bien qu’éloignée du « cœur de l’Europe » et peu productive, connaît depuis le milieu des années 1980 un meilleur dynamisme en terme démographique, de revenu, d’emploi, de réduction de la pauvreté (réduction qui a lieu principalement de 1997 à 2000 cependant) que la moitié située à l’Est de cette ligne. Cette nouvelle géographie du développement se fait néanmoins au détriment des grandes métropoles, en particulier l’Ile-de-France, qui connaissent une aggravation des fractures entre ses territoires et les populations qui y vivent.

6On retiendra dans la partie consacrée à la société française, la contribution de Michèle Ferrand qui revient sur une évolution majeure de la société française contemporaine, celle de l’évolution de la place des femmes. Elle rappelle que si l’égalité juridique entre les sexes est devenue progressivement une réalité, il en va autrement pour l’égalité réelle. L’école et l’orientation scolaire sont toujours une source importante d’inégalité genrée. Les filières les plus sélectives et prestigieuses sont encore peu féminisées. La mise en couple, puis la maternité sont d’autres sources du maintien de ces inégalités. Le poids des stéréotypes est extrêmement tenace et il revient bien souvent à la femme de s’investir dans la sphère domestique au détriment de sa carrière professionnelle. Michèle Ferrand pointe l’effet paradoxal produit par une plus grande maîtrise par les femmes de leur contraception. Dès lors que la maternité devient un choix consenti, le rôle maternel s’en trouve renforcé et la division sexuelle des fonctions parentales perçue comme « naturelle » devient donc plus difficile à remettre en cause par les femmes. Les responsabilités des mères ont tendance à augmenter dans un contexte où il s’agit non plus seulement d’être une « ménagère efficace » mais une « éducatrice attentive » et investie totalement dans l’épanouissement de sa progéniture. Ce tableau peut être affiné pour montrer qu’il existe de fortes inégalités entre les femmes elles-mêmes. Outre les fortes disparités d’insertion sur le marché du travail qu’elles connaissent, la politique familiale tend également à accentuer cette dichotomie entre les femmes. Ainsi, le complément de libre choix d’activité tend à éloigner les femmes peu diplômées de l’emploi en rendant leur activité professionnelle peu rentable financièrement parlant. À l’inverse, les femmes les mieux payées peuvent bénéficier grâce au libre choix du mode de garde d’une baisse du coût de la garde de leurs enfants (principalement sous forme d’une déduction fiscale, qui a cependant été revue à la baisse récemment). On le voit l’égalité réelle entre les sexes est loin d’être acquise et la persistance des violences envers les femmes illustre de manière dramatique le poids des stéréotypes de genres dans les comportements individuels.

7On le voit, chacune des entrées de ce qu’il est possible d’appeler un « manuel » permet de faire rapidement mais exhaustivement le tour de la question. Cette « mission » est facilitée par l’ajout en fin de présentation d’indications bibliographiques, qui permettent facilement au lecteur d’aller plus loin. L’Etat de la France, parce qu’il se rapproche du format encyclopédique, peut servir de mémento complet et didactique pour un élève de lycée en filière sciences économiques et sociales, mais aussi à son professeur.

Haut de page

Notes

1 Laurent Davezies, La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses, Seuil, Paris, 2009 et La crise qui vient. La nouvelle fracture territoriale, Seuil, Paris, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « L'état de la France 2013-2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 septembre 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12111

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page