Navigation – Plan du site

Joël Noret, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix

Geoffroy Botoyiyé
Deuil et funérailles dans le Bénin méridional
Joël Noret, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix, Éditions de l'Université de Bruxelles, coll. « Sociologie et anthropologie », 2010, 204 p., EAN : 9782800414850.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Adoukonou, Barthélémy, « Pour une problématique anthropologique et religieuse de la mort dans la pe (...)

1Enfin quelqu'un qui ose rompre le grand silence sur un sujet pourtant offert par la rue. Au Bénin les funérailles sont devenues un spectacle quotidien. Elles ont déserté les espaces secrets non sans conserver leur caractère sacré. Ce spectacle qui se donne à voir à longueur des journées dédiées aux funérailles, allant du jeudi au dimanche dans les villes du sud Bénin, a-t-il suffisamment désacralisé la mort ou tout simplement renforcé son omniprésence dans l'inconscient collectif de tout un peuple ? Voilà la question qu'on peut être en droit de poser à un analyste étranger scrutant d'un regard extérieur un pan de la culture locale. D'entrée de jeu l'auteur se démarque du long silence sur ce sujet de recherche qui, semble-t-il, n'a pas révélé tout son potentiel heuristique dans un chantier merveilleusement débroussaillé par le livre du révérend père Barthélémy Adoukonou1. L'objectif avoué est de faire découvrir et faire connaître les funérailles africaines comme lieux de rencontre et de confrontation entre mondes sociaux, en faisant apercevoir leur fonction structurante dans les processus de changement en cours en Afrique subsaharienne et particulièrement au Bénin. Le livre si bienvenu de Joël Noret satisfait à cette attente. Il comble un vide dans la quête de l'explication objective d'un phénomène tout simplement ordinaire.

2La démarche anthropologique déployée dans le livre met le deuil et les funérailles à l'épreuve des dynamiques sociales que fondent les nouveaux rapports sociaux en présence à l'intérieur des cultures humaines. Cette option de l'auteur distingue sa démarche des interprétations savantes qui ont influencé dans le passé les sciences humaines et sociales. A l'échelle des cultures du Bénin méridional, microcosme caractérisé par la diversité des pratiques et des logiques concurrentes, l'auteur parvient par approches d'observation méticuleuses à élaborer une explication qui ramène le divers à sa substantifique intelligibilité. Mais c'est d'abord pour illustrer que le phénomène étudié doit être fondé dans l'expérience de la vie sociale. Ainsi est révoqué en doute le caractère universel attribué aux rites funéraires par les « pères fondateurs » qui nous ont fait admettre, après eux, le deuil et les pratiques funéraires comme le début de l'humanisation. Noret pousse à dépasser cette reconnaissance induite d'arguments hypostasiés. Dès lors s'exprime chez le chercheur le refus d'expliquer les choses par des qualités obscures. Son anthropologie du deuil fonctionne donc comme un modèle qui ramène la question de l'universalité du deuil et des funérailles sur l'universel culturel, capacité des hommes à entrer en relations et à construire leurs pratiques sociales spécifiques. Ce préalable épistémologique refonde donc l'anthropologie en général au sens où les pratiques diverses doivent être saisies et expliquées à travers les rapports sociaux concrets des hommes et des institutions entre eux.

3Le livre de Noret procède en quelque sorte à la vérification de son propre préalable. L'universalité du deuil devient enfin explicable une fois fondée sur la diversité des pratiques suggérées ou contenues dans les relations sociales. Les dynamiques liées au deuil sont aussi perçues comme des réalités sociales décrites et situées dans leur contexte. Les processus mentaux en jeu quand survient le deuil sont identifiés comme socialement prescrits et leur portée définie comme telle fidèlement revisitée. Les dispositions et les expériences sociales dans lesquelles s'inscrit le deuil constituent ce qui rend au processus du deuil et des funérailles leur statut de fait social universel. Cet objectif théorique qui soutient le propos ne subtilise cependant pas la restitution des données de terrain à la compréhension des populations enquêtées. Dans le Sud Bénin d'Abomey à Ouidah, la prise en charge de la mort et les funérailles correspondent à des épreuves sociales de premier plan ; et qui n'a pas réalisé les funérailles de ses parents ou de ses proches n'a encore rien fait. Cette prescription massivement présente dans la conscience collective est un substrat de mobilisation comme l'observe l'analyste. Celui qui n'a pas été en mesure de participer comme il l'aurait dû aux funérailles de ses parents est d'ailleurs toujours susceptible, même longtemps après les faits, de se voir rappeler ce manquement à ce devoir social essentiel. Pourtant le fait que l'investissement dans les funérailles soit largement partagé dans la société africaine ne signifie pas que les normes selon lesquelles des obsèques doivent être organisées soient également partagées dans les différents mondes sociaux, selon cette étude faite au Bénin. Le devoir d'enterrer à tout prix place l'individu et le groupe au cœur de négociations et conflits dont le dénouement ou non influencent les relations sociales à venir. C'est pourquoi l'organisation des funérailles peut être perçue comme un moment d'effervescence de la culture, réfléchissant au-devant d'elle-même ses propres exigences souvent mises à l'épreuve par l'interpellation de logiques concurrentes ou de cohabitation. Comme champs de manifestation des identités sociales, familiales, lignagères, religieuses, professionnelles, nouvelles et anciennes, elle joue pour la culture le rôle de régulation des dynamiques : Les modes de formation de compromis, les logiques de formation d'accords auxquels on parvient à l'occasion des funérailles restructurent l'histoire sociale des individus et du groupe. Cette fonction structurante du social en raison de l'investissement intense déployé est diversement distillée dans le texte. L'auteur la place au centre de son anthropologie explicative où reviennent constamment évoquées les pratiques de négociation, de compromis, de jeux de pouvoir, d'intérêts divergents de groupes d'acteurs divers lors de mise en place de scénario de funérailles. Honorer un mort se fait selon certaines normes et c'est la communauté des vivants et des ancêtres qui valident l'hommage rendu. Cela requiert d'autres comportements et d'autres aptitudes de vertu communautaire dont le constat amène Joël Noret à comprendre qu'on ne saurait réduire les funérailles à une joute de négociation ou un ballet diplomatique. Ce sont principalement les moments où s'éprouvent la fidélité des acteurs aux institutions ; d'où la persistance incontournable des cultes aux ancêtres, et à la tradition de croyance vodun. Tout ici peut se ramener aux enjeux sociaux du savoir-être : rôle irremplaçable de la famille dans la réalisation de soi et de l'être-social, adéquation des modes d'adhésion aux institutions, reconnaissance manifeste des solidarités vis-à-vis de la tradition.

4En poursuivant son objectif de construction d'une anthropologie des dynamiques sociales dont l'objet se focalise sur les manifestations autour de la mort, l'auteur fait gagner en intelligibilité le comportement social typique lié à l'organisation des funérailles dans les communautés contemporaines d'Afrique noire. Les conclusions de cette étude de cas réalisée au Bénin, en liaison avec la valorisation des funérailles, enregistrent sans jamais apporter un jugement de valeur sur le contraste entre les situations de précarité des acteurs et l'organisation de funérailles fastueuses, ni sur le décalage frappant apparu chez les citadins entre les soins apportés à la personne vivante et le caractère exorbitant des dépenses funéraires ostentatoires. Le livre se contente d'augmenter notre compréhension des attitudes nouvelles dans la conjoncture actuelle des sociétés africaines.

5Au total, ce sont à travers trois chapitres de lecture illustrés que l'auteur construit sa théorie anthropologique du deuil. Bien décidé à réinterroger les fondements des SHS, elle développe l'idée de l'universalité du deuil établie non pas en raison des schémas d'interprétation des savants, mais perçue comme logiques diversement construites des prises en charge de la mort dans les cultures humaines. Les cultures du Sud Bénin offrent les chantiers d'expérimentation propices à cette ambition théorique. Ces chapitres abordent la problématique du changement social décrypté à partir des manières particulières, voire ostentatoires de s'approprier les obsèques dans la plus part des régions de l'Afrique contemporaine, et conduisent le lecteur à voir dans ces funérailles l'émergence d'un phénomène de société.

Haut de page

Notes

1 Adoukonou, Barthélémy, « Pour une problématique anthropologique et religieuse de la mort dans la pensée adja-fon », in Y. K. Bamunoba et B. Adoukonou, La mort dans la vie africaine, Paris, Présence Africaine-Unesco, p. 117-330, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoffroy Botoyiyé, « Joël Noret, Deuil et funérailles dans le Bénin méridional. Enterrer à tout prix », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 14 décembre 2010, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1212

Haut de page

Rédacteur

Geoffroy Botoyiyé

Docteur en sociologie-anthropologie du développement

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page