Navigation – Plan du site

Denis Laforgue, Corinne Rostaing (dir.), Violences et institutions. Réguler, innover ou résister ?

Olivier Cléach
Violences et institutions
Denis Laforgue, Corinne Rostaing (dir.), Violences et institutions. Réguler, innover ou résister ?, Paris, CNRS, coll. « CNRS Alpha », 2011, 254 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sauf mention contraire, les citations sont extraites de l’ouvrage commenté.
  • 2 Sur l’idée de gestionnarisation, notamment des services publics, cf. par exemple Metzger J-L., Bene (...)

1Cet ouvrage collectif reprend quelques-uns des travaux du Réseau Thématique 40 «Ssociologie des institutions » lors du Congrès de l’Association Française de Sociologie d’avril 2009. Le sujet général de ce congrès était la violence (« violences et sociétés »). Le livre porte donc sur cette thématique, appliquée à l’objet du RT 40 : les institutions. Plus précisément, l’ensemble des articles traite de la question de la violence dans des institutions publiques françaises et québécoises (la prison, l’hôpital, l’aide sociale à l’enfance, le milieu scolaire, un centre d’hébergement, etc.). Le concept de violence institutionnelle au centre des attentions désigne ici l’ensemble des «… formes relativement floues de violences induites par le fonctionnement même de l’institution sur des personnes, qu’ils soient usagers ou professionnels, le rapport étant par nature déséquilibré entre l’institution, ce qu’elle représente, et ces personnes. » (p. 11)1. Cette question sociologique n’est pas nouvelle (Weber, Elias, Goffman, Foucault…), mais elle est en quelque sorte réactualisée au regard du contexte actuel, notamment de l’évolution des services publics sous l’effet de la diffusion des principes du New Public Management et de leur gestionnarisation2.

2Cette publication s’organise autour de trois axes : l’ambiguïté des institutions comme productrices et régulatrices de violences, les innovations institutionnelles par rapport aux critiques sociales et enfin les résistances comme réponses à la violence, trois parties visant à couvrir un large spectre de la violence institutionnelle et des actions connexes.

3Le premier axe ambitionne de mettre en exergue les ambivalences de certaines institutions tout à la fois moyens de juguler des phénomènes de violence (fonction de régulation, de contrôle social héritée du Léviathan de Hobbes), mais aussi productrices de violences diverses (envers certains usagers et à l’égard des personnels) pour des motifs structurels et fonctionnels qui vont de la réponse violente à une situation violente à de mauvaises conditions de travail, des dysfonctionnements organisationnels en passant par des pratiques professionnelles inadaptées ou encore l’intrusion dans l’intimité des populations « captives ». L’exemple de l’hôpital psychiatrique, institution totale emblématique (contribution de L. Velpy) est à ce titre éclairant : on y retrouve la question de la canalisation de l’agressivité de certains malades (« violences asilaires » contre les soignants) et celle de l’immixtion de la violence dans la relation de soin (à travers la maltraitance de patients par des personnels exerçant leur activité sous contrainte de temps, d’effectifs insuffisants, de pénibilités…). Ces situations sont facilitées par des textes normatifs flous alors même qu’ils sont censés régir les relations entre l’institution et ses usagers, faciliter la gestion des situations difficiles. La règle ne joue pas alors son rôle protecteur du plus faible. La contribution pose également la question de savoir jusqu’où la contrainte exercée par l’institution sur les usagers qui bouleversent l’ordre établi (contentions, chambres d’isolement) reste-t-elle légitime (au sens wébérien du terme), quand devient-elle une violence illégitime ? D’ailleurs, la violence paraît tellement banale dans ce type d’univers qu’elle est susceptible de devenir un moyen d’action thérapeutique parmi d’autres, une sorte de « violence instituée » qui fait l’objet d’un apprentissage culturel (C. Touraut, p. 49)

  • 3 Et non les instances de contrôle internes.

4Le deuxième axe vise à comprendre dans quelle mesure les institutions gèrent-elles ce paradoxe où elles sont à la fois à l’origine et en charge de situations de violences. Comment légitiment-elles leurs actions publiques, parfois liberticides ? Comment retrouvent-elles le sens perdu du service rendu au nom de la société ? Selon F. Giuliani, pour que les institutions publiques (en l’espèce le milieu scolaire) retrouvent une certaine légitimité, semble-t-il, éloignée, il convient qu’elles adoptent une réflexion (auto) critique sur leurs principes d’action, une capacité à se remettre en question, à corriger les dysfonctionnements. Si les institutions prennent conscience qu’elles sont susceptibles, par les politiques qu’elles mènent, de générer de la violence, alors elles se doivent d’être responsables des effets négatifs de leurs pratiques, de leurs stratégies et agir en conséquence (éthique de responsabilité). Ce qui est loin d’être toujours le cas. Bien souvent, ce sont les critiques sociales venant de l’extérieur3 (par exemple les dénonciations des violences policières) qui mobilisent les institutions et les poussent à adopter de nouvelles pratiques institutionnelles, à changer (hétérorégulation).

  • 4 C’est par exemple, comme le montre C. Rostaing, le cas des surveillants de prison qui ferment les y (...)

5Le troisième axe aborde la question de la résistance à ces violences. Les usagers et/ou les professionnels (souvent les chevilles ouvrières de l’organisation), confrontés à des violences institutionnelles, peuvent adopter plusieurs positionnements : certains vont se résigner, intégrer le stigmate imposé par les institutions (violence institutionnelle proactive : processus de stigmatisation, de disqualification, d’étiquetage ; processus de violence qui aboutissent à mettre à l’écart des individus), endosser le rôle de victimes. En la matière, les institutions peuvent également générer ces dynamiques de violence simplement en fermant les yeux, en laissant faire, en témoignant une certaine indifférence (ce qui peut donner un sentiment d’impunité aux individus, aux professionnels4 qui se livrent à des déviances). D’autres, au contraire, vont entrer en résistance, de différentes manières : en prenant la parole (au sens d’A. Hirschman), en menant des stratégies permettant d’inverser (plus ou moins symboliquement) ou de dissimuler le stigmate, par exemple en essayant de le rendre le plus invisible possible (en prison, taire qu’on est là pour un problème de mœurs) ou en se faisant passer pour une victime (en clamant l’erreur judiciaire). L. Demailly, par exemple, montre bien que ces résistances peuvent être individuelles (ce peut être par exemple des psychiatres qui proposent de nouvelles pratiques thérapeutiques, moins méprisantes) ou collectives (constitution d’une association de patients). Au final, il ressort des articles que les stratégies de résistance envers des violences (en actes ou en représentations) ne sont en fait que des quêtes de reconnaissance, de légitimité, bref la volonté de se construire une identité socialement valorisée. La violence naît souvent d’une disjonction entre « l’identité pour soi et l’identité pour autrui ».

6Les différentes formes de violences institutionnelles sont bien résumées, dans la conclusion, dans un schéma (p. 248) qui montre que ces violences, plurielles (institutionnelles, intrapersonnelles, interpersonnelles), se construisent dans une relation tripartite : institution/professionnels/usagers.

7Cet ouvrage présente plusieurs intérêts heuristiques (théoriques et empiriques), particulièrement celui de nous donner une image un peu plus complexe de l’institution publique, bras armé de l’État : bien souvent, on ne met en exergue que les aspects dysfonctionnels, sans se pencher sur les réponses (formelles ou informelles) apportées à ces anomalies par différents acteurs. Il permet également de pondérer les diagnostics qui portent sur le désengagement de l’État, son déclin : celui-ci, via ces institutions et les acteurs qui les font vivre, joue encore un rôle non négligeable dans la société. Comme soutien et/ou comme contrainte, l’appareil étatique tient une place dans la vie d’un grand nombre de citoyens. Ce livre est donc une autre façon d’appréhender la question de la place des services publics dans la société, leurs missions, leurs rôles sociaux, au regard des violences.

8De plus, il réaffirme avec force que la violence est le produit de rapports sociaux (et bien souvent de rapports de force), d’une dynamique sociale, non réductibles à des individus singuliers. Ces violences naissent dans les interstices de l’interaction sociale. C’est en prenant en considération cette dimension relationnelle qu’on peut mieux appréhender le phénomène de la violence dans toute sa complexité.

9Les différents articles permettent de poser aussi la question de la violence au travail (thématique ayant le vent en poupe) au prisme de l’institution, c'est-à-dire de montrer les dimensions structurelle, organisationnelle des risques professionnels. En cela, il est très complémentaire d’autres ouvrages issus du même congrès : Benedetto-Meyer M., Maugeri S., Metzger J-L. (dir.), L’emprise de la gestion, Paris, L’Harmattan, mai 2011 [RT 30] et Dressen M., Durand J-P. (coord.), La violence au travail, Toulouse, Octarès, 2011 [RT 25].

10Certains des papiers abordent également un aspect souvent évoqué, mais peu traité au fond : celui de la question de la légitimité, particulièrement, la légitimité de l’État dans un système de domination néolibérale, sachant que, selon D. Laforgue et C. Rostaing (conclusion), « L’usage de violences institutionnelles ou même l’action régulatrice des institutions pour éviter ou faire face aux violences ne fait plus l’unanimité (Boltanski, 2009). Les professionnels se doivent alors de construire leur légitimité en essayant de négocier le consentement d’autrui, le pouvoir ne s’impose plus. La confiance implicite entre professionnels et usagers s’est émoussée, les uns percevant du mépris, les autres, un manque de respect. » (p. 250). Même si sur ce point il peut demeurer une certaine frustration, le concept et les théories qui le soutiennent n’étant guère développés.

11Au-delà, nous aurions aimé davantage connaître le rôle de la gestion, du management dans la production des violences institutionnelles décrites : par exemple, dans quelle mesure le fait que les institutions évoquées soient maintenant gérées dans le cadre de la Loi organique des lois de finances (LOLF), guidée par les principes du nouveau management public, a-t-il un effet sur la production des violences institutionnelles ?

  • 5 Il nous semble, par exemple, qu’il existe à certains moments une confusion entre invention et innov (...)

12Il aurait peut-être été aussi intéressant, par exemple en introduction, de dire quelques mots supplémentaires sur le concept d’institution tel que porté par le RT 40, ne serait-ce que pour les non-membres de ce réseau (ou au moins la référence à un de leurs ouvrages abordant cet aspect). De la même façon, d’autres notions auraient mérité quelques précisions et discussions (par exemple, celle de « résistance » omniprésente tout au long de l’ouvrage, celle de « violence morale », p. 47 ou encore celle d’« innovation », pas toujours utilisée au sens de la sociologie de l’innovation5).

13Au final, cet ouvrage doit être considéré comme une pierre de plus à l’édifice de la compréhension du fonctionnement des institutions. Il apporte des connaissances, mais ouvre aussi des pistes. Par exemple, il reste à étudier, à l’intérieur des organisations, les violences entre les personnels ou à mobiliser des travaux sur les institutions pour mieux saisir la question de risques de santé et de sécurité au travail.

Haut de page

Notes

1 Sauf mention contraire, les citations sont extraites de l’ouvrage commenté.

2 Sur l’idée de gestionnarisation, notamment des services publics, cf. par exemple Metzger J-L., Benedetto-Meyer M. (dir.), Gestion et sociétés. Regards sociologiques, Paris, L’Harmattan, 2008.

3 Et non les instances de contrôle internes.

4 C’est par exemple, comme le montre C. Rostaing, le cas des surveillants de prison qui ferment les yeux (complicité tacite) sur les manières dont certains détenus traitent d’autres détenus (violeurs, pédophiles, infanticides), sortes d’exclus parmi les exclus.

5 Il nous semble, par exemple, qu’il existe à certains moments une confusion entre invention et innovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Denis Laforgue, Corinne Rostaing (dir.), Violences et institutions. Réguler, innover ou résister ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12121

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page